Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2019

Août : le temps du vide

télé.jpgIl est temps que le mois d’août s’achève. Au moins à la télé, sur les chaînes d’info. Quoi de plus déprimant, quand les rédacteurs en chef, les animateurs confirmés et les journalistes spécialisés sont en vacances, que de voir s’étriper à longueur de journée, sur des sujets insignifiants, des débatteurs de seconde zone, des journalistes en retraite et des consultants inconnus parlant de tout et de n’importe quoi sans compétence ni légitimité ? C’est la limite du genre : faire mouliner du vide et de l’à-peu-près par des blablateurs occasionnels, cela fait-il avancer le schmilblic ? Le Café du Commerce, quand la population du quartier est partie à la mer, c’est un peu tristounet.

11:38 Publié dans Blog | Tags : télé, débats, août, été | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2019

Le temps des interrupteurs

PASCAL-PRAUD.jpgCe qui importe aux médias, aujourd’hui, c’est l’information éphémère, l’émotion du moment présent, l’image inédite, le clash immédiat. Là, tout de suite, toute la vie du monde réduite à l’instant qui passe ! A quoi bon rappeler le passé, mettre en perspective, émettre un raisonnement, étayer un jugement, développer une vision ? Les journalistes de la télé et de la radio (sauf rares exceptions) l’ont bien compris et, pour éviter cette désolante dérive, utilisent un truc infaillible : interrompre tout interlocuteur, tout le temps, systématiquement, quel que soit le propos tenu ! Si l’époque est électrique, c’est la faute aux interrupteurs.

24/04/2012

Trois débats, pour quoi faire ?

Sark-Holl.jpgHollande refuse les 3 débats thématiques que propose Sarkozy. On comprend pourquoi : Sarko est imbattable à la télé, et Hollande est léger sur l’international. Mais on a le droit de le regretter. Déjà, au premier tour, les Français ont voté sans avoir entendu parler de la crise, la vraie, celle qui fait qu’on ne sait pas avec quel argent l’Etat paiera ses fonctionnaires au mois d’août prochain : Bayrou, le seul à l’avoir tenté, l'a payé cher. Le refus de Hollande – qui n’avait pas eu peur, pourtant, des 3 débats des primaires du PS – va priver les électeurs d’un vrai échange sur les "questions de société" (euthanasie, cannabis, droit de vote aux étrangers, mariage homo, embryons, etc) et, surtout, d’un vrai débat sur l’international, enfin ! Dommage, vraiment...