Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2019

Le triomphe de la politique-spectacle

Balance-ton-post.jpgOn gagne beaucoup plus d’argent à la télé qu’en politique. C’est Roselyne Bachelot qui l’avait expliqué en devenant chroniqueuse sur LCI. On comprend que Raquel Garrido (ancienne porte-parole de FI) et Laurence Saillet (ancienne porte-parole de LR) aient sauté le pas, à leur tour, pour se retrouver en septembre sur le plateau de Cyril Hanouna. Comme Sophia Chikirou (ex-communicante de FI), nouvelle chroniqueuse sur BFMTV. De mon temps, quitter les médias pour faire de la politique (rappelez-vous Baroin, Baudis, Mamère, Cavada, etc) était une sorte d’ascension sociale. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Et, franchement, ce n’est pas bon signe.

16/07/2019

L'argent public, cette drogue...

rugy.jpgFrançois de Rugy n’est pas à la rue : il va redevenir député, retrouvant cette Assemblée nationale qu’il a découverte après sa sortie de Sciences Po, en 1997, comme apparatchik pour le groupe Radical, citoyen et Vert. Il a été par la suite : adjoint au maire de Nantes, puis député (écolo, puis PS, puis LREM), puis président de l’Assemblée, puis ministre. Comment voulez-vous qu’un homme qui n’a jamais vécu que de la politique ne se prenne pas les pieds dans le tapis des indemnités et des notes de frais ? J’aurais bien une suggestion à lui faire : et si, au lieu de continuer de vivre tranquillement de l’argent public, il se mettait… à travailler ?

10/06/2019

Le temps des interrupteurs

PASCAL-PRAUD.jpgCe qui importe aux médias, aujourd’hui, c’est l’information éphémère, l’émotion du moment présent, l’image inédite, le clash immédiat. Là, tout de suite, toute la vie du monde réduite à l’instant qui passe ! A quoi bon rappeler le passé, mettre en perspective, émettre un raisonnement, étayer un jugement, développer une vision ? Les journalistes de la télé et de la radio (sauf rares exceptions) l’ont bien compris et, pour éviter cette désolante dérive, utilisent un truc infaillible : interrompre tout interlocuteur, tout le temps, systématiquement, quel que soit le propos tenu ! Si l’époque est électrique, c’est la faute aux interrupteurs.

09/05/2019

Quelle énergie, la France !

NON (2).jpgQuelle énergie, la France ! Quelle énergie dans les bisbilles politiciennes, dans la critique acharnée des institutions, dans le dénigrement des élus ! Quelle énergie dans la démolition méticuleuse du président de la République ! Quelle énergie dans les débats inutiles, les polémiques minables, les fake news malveillantes, le refus obstiné des réformes, le rejet des idées nouvelles, les revendications absurdes, les insultes sur les réseaux sociaux, la détestation de l’autre ! Sans mentir, si toute cette énergie était mise au service du pays face à ce que le reste du monde nous réserve, nous aurions moins peur en l’avenir…

09:13 Publié dans Blog | Tags : politique, réformes, france | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2019

Gagnons du temps...

Conference-de-press.jpgDéjà qu'on peut désormais couper la télé le samedi, sachant que toutes les chaînes sont bloquées sur des gilets jaunes en train de défiler ou de défier les forces de l’ordre, on peut aussi gagner du temps en zappant les infos au lendemain d’une conférence de presse d’Emmanuel Macron, tant les réactions à ses propos sont prévisibles et convenues : ses partisans (LREM) le portent aux nues, ses opposants (tous les autres) le dézinguent, sans aucune exception ! Et comme ses opposants sont sept à huit fois plus nombreux que ses partisans, c’est à une litanie interminable de reproches systématiques, de banalités négatives et de méchancetés inutiles que l’on échappe en coupant le poste…

06/04/2019

Sortir du "grand débat"

Peage de R.jpgLes médias parisiens ont tort de faire monter la pression, de jour en jour, du matin au soir, jusqu'à plus soif, sur l’inévitable déception qui sera celle des "gilets jaunes" quand Emmanuel Macron tirera officiellement les conséquences du "grand débat". Comme si la crise actuelle obéissait à une logique comptable, ou programmatique, ou même rationnelle ! Poser la question dans ces termes est absurde, car la réaction des "gilets jaunes", ou de ce qu’il en reste, on la connaît parfaitement ! Elle sera triple : 1) "On n’est pas écoutés". 2) "On ne lâche rien". 3) "Macron démission". On parie ?

13/02/2019

Un job comme les autres ?

discours 10-decembre.jpgQu’un proche conseiller du président de la République quitte l’Elysée, voilà qui n’est pas très original. En revanche, ce que je lis dans le Figaro l’est bien davantage : pour recruter son prochain directeur de la communication, Macron aurait délégué à son ami Jean-Marc Dumontet, producteur de théâtre, le soin de procéder à des castings. Si l’info est vraie, elle est inquiétante. Parce que le dircom du chef de l'Etat n’a rien à voir avec le dircom de Total, de la Fnac ou du Chatelet ! La crise des "gilets jaunes" ne lui a donc pas fait comprendre, au jeune et sémillant Macron, que diriger un pays comme la France n’était pas un job comme les autres ?

06/02/2019

Fatigant, la politique !

girouette.JPGC’est fatigant, la politique. Les mêmes qui accusaient Macron de rester silencieux au plus fort de la contestation des "gilets jaunes" l’accusent aujourd’hui de trop parler en public. Le même qui a tout fait depuis son élection pour marginaliser les élus locaux s’appuie délibérément sur eux pour sortir de la crise. Les mêmes qui veulent davantage de services publics exigent de payer moins d’impôts. La même qui voulait que notre pays quitte carrément l’Europe ne veut même plus, aujourd’hui, sortir de la zone euro. Les mêmes qui applaudissaient au mot d’ordre de référendum brandi par les "gilets jaunes" sont massivement hostiles à l‘idée que Macron propose un référendum. Fatigant, je vous dis !

31/01/2019

Les gilets jeunes

jeunes-tetes-de-liste.jpgLa désignation des têtes de liste aux Européennes marque un spectaculaire rajeunissement de la classe politique. Bardella (RN) a 23 ans, Aubry (FI) a 30 ans, Bellamy (LR) a 33 ans, Levavasseur (RIC) a 31 ans. Tout comme un certain Macron (EM) élu président à 39 ans, ils renvoient à un passé poussiéreux la génération des Juppé, Raffarin, Collomb et autres Mélenchon. Faut-il s’en réjouir ? Oui, évidemment ! A condition de ne pas oublier que la politique est aussi affaire d’expérience, on l’a cruellement vérifié ces dernières semaines : pour gouverner les hommes, il faut avoir pris le temps de les fréquenter, de les connaître - et j’ajoute, car ce n’est pas évident : de les aimer.

21/12/2018

Le "dégagisme", voilà l'ennemi ?

politique,gilets jaunes,macronMais où sont nos hommes politiques ? Je veux dire : les vrais, ceux qui viennent du peuple, ont gardé le contact avec le pays profond, ont une vision pour le pays, connaissent l’histoire de France, savent s’imposer auprès de l’administration ? Ce n’est pas avec des technocrates sans convictions, des débutants sans culture politique et des amateurs sans attache locale qu’on dirige un peuple ! Il est stupéfiant qu’après le choc des "gilets jaunes", les deux tiers des ministres soient toujours inconnus du grand public. Où sont les poids lourds de Giscard (Ponia, Barre, Monory), de Mitterrand (Defferre, Dumas, Mauroy), de Chirac (Pasqua, Debré, Balladur) ? Tous partis dans le privé ?

22/11/2018

La fin du politique ?

gilets-jaunes.jpgUn individualisme débridé, aujourd’hui, plombe toute action collective et mine tout projet social. Or, le rejet instinctif de la politique, même s’il a des causes objectives, est toujours un retour en arrière. C’est la porte ouverte aux démagogues, aux grandes gueules et aux nuques raides. Boulanger, Poujade, Le Pen, le retour ! Hurler, bloquer, refuser, détruire, c’est infantile et dangereux si cela ne débouche pas sur des propositions, des innovations, des discussions, des porte-parole, des chefs élus et des rêves communs. Sans un minimum de conscience politique, la République n’est plus rien.

10/11/2018

La politique, c'est simple...

M-LP.jpgChaque jour le confirme. En politique, il n’y a que deux options fondamentales, existentielles, civilisationnelles : ou bien vous respectez celui qui ne partage pas vos idées, et vous cherchez le compromis avec lui ; ou bien vous faites tout pour le faire taire et, si vous parvenez au pouvoir, vous l’éliminez fissa. C’est le seul critère qui permette de nuancer, d’orienter ou de corriger les choix partisans dus à la culture familiale, l’intérêt personnel, la posture médiatique, etc. C’est la seule façon de distinguer un démocrate d’un dictateur en puissance qu’il soit facho, bolcho, populo ou mégalo. Vous voulez des noms ?

13/10/2018

Tremblement de terre à gauche !

Parti-Socialiste.jpgPrivés de remaniement pendant une semaine, les journalistes politiques ne savent plus quoi inventer pour rester à l’antenne. L’actualité depuis hier, tenez-vous bien, c’est qu’un quasi-inconnu nommé Emmanuel Maurel et une très ancienne ministre, Marie-Noëlle Lienemann, dont on avait oublié l’existence, ont décidé de quitter avec fracas le Parti Socialiste, ou ce qu’il en reste, pour créer un nouveau parti de gauche, plus à gauche que la gauche, mais moins à gauche que la gauche de la gauche. Vu le bouleversement à la veille des élections européennes et municipales ? Vu le séisme sur la scène politique ? Boudiou !

17:06 Publié dans Blog | Tags : politique, ps, gauche, partis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2018

Etre ministre ou rien

ephilippe.jpgNe croyez pas ceux qui vous disent qu’ils ont refusé un poste de ministre. Je ne connais pas une seule personne engagée dans la vie publique qui ne rêve pas d’entrer un jour au gouvernement. La France, cette monarchie républicaine qui a sacralisé le pouvoir politique (au point d’ignorer superbement les lois de l’économie) continue de vivre au rythme des sondages inutiles, des petites phrases sans intérêt, des bisbilles superfétatoires et des polémiques insignifiantes. Un simple remaniement, aujourd’hui, rend les médias hystériques pendant une semaine. En France, même les ministres qu’on ne connaît pas encore font la une des journaux !

05/10/2018

La politique, façon Hanouna

Hanouna.jpgAlors, aujourd’hui, quelle "petite phrase" de Macron va exciter tous les médias ? A chaque jour son hourvari superficiel et éphémère. La politique, désormais, c’est du buzz. Qu’importe si ce buzz se contredit d’un jour à l’autre, si les "experts" se complaisent à faire du bruit avec leur bouche, si les oppositions s’indignent bêtement, à chaque fois, à l’unisson. Et qu’importe s’il ne se passe rien : the show must go on ! Il y aura toujours une image, une photo, une rumeur pour alimenter le spectacle affligeant d’une vie politique qui ressemble, de plus en plus, à une émission de Cyril Hanouna...

00:26 Publié dans Blog | Tags : macron, politique, hanouna | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/09/2018

Ras-le-bol ou sauve-qui-peut ?

gerard-collomb.jpgDéjà, on s’était un peu étonné que Nicolas Hulot, ministre de l’Ecologie, décide de quitter son poste, un matin, à la radio, hop, sans prévenir personne. Et voilà qu’on apprend, ce matin, que Gérard Collomb en a assez du ministère de l’Intérieur et qu’il va bientôt rentrer à Lyon. Si on ajoute la démission du groupe LaRem de Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine, et celle de Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Pars, on se dit que beaucoup de gens, en politique, ne sont décidément pas à leur place. Certains devraient peut-être traverser la rue pour aller se mettre en quête d’un vrai travail ?

05/06/2018

Européennes : une affaire d'initiés ?

europe urn.jpgDans l’ombre, en catimini, loin de la populace, quelques initiés s’agitent, souvent pour le compte de quelques discrètes éminences : que faire, comment, pourquoi, avec qui ? Je parle évidemment des prochaines élections européennes, dont l’enjeu est si confus qu’à moins d’un an du scrutin, on ne connaît encore aucune tête de liste ! Or, cette élection cruciale (on n’a jamais eu autant besoin d’une Europe efficace qu’en ce moment de l’histoire) risque d’être dénaturée et occultée dans des jeux politiciens complexes et peu glorieux (député européen, c’est très bien payé) auxquels on se gardera d’associer de trop près les électeurs eux-mêmes !

04/06/2018

De quoi Le Pen est-il le nom ?

Le Pen.jpgLe "Front national" s’appelle désormais "Rassemblement national", et alors ? Depuis quand fait-on attention aux noms attrape-tout et souvent absurdes des partis politiques ? Croyez-vous que les "Républicains" aient le monopole de la République ? Quand on parle du parti "radical", cela ne vous fait pas rire, vous ? Et l'autoproclamée France"insoumise", ce n’est pas désopilant ? Savez-vous ce que veut dire "Génération.s", le machin aussi groupusculaire qu’inutile de Benoît Hamon ? Ces mots-là n'ont aucun sens. Ce qui importe, c’est ce que proposent tous ces gens-là pour la France et pour l’Europe. Et là, évidemment, on rigole moins…

20/03/2018

Trop de réformes ?

Macron.jpgC’est un peu fort de café : voilà que l’on reproche à Emmanuel Macron d’avoir lancé trop de réformes ! Aurait-on déjà oublié que ses prédécesseurs n’ont pas réglé le tiers du quart des problèmes qui se posaient au pays ? Le chômage endémique, le déclin des hôpitaux publics, le vieillissement de l’armée, les entraves à l’entreprise, l’obsolescence de la Sncf, la hausse de l’immigration clandestine, la désertification médicale, l’insécurité dans les quartiers, l’asphyxie des agriculteurs, etc ? On peut évidemment critiquer Macron sur sa méthode, son style, sa personnalité, que sais-je ? Mais le critiquer parce qu’il essaie de régler les problèmes des Français, alors ça, c’est un comble !

11:59 Publié dans Blog | Tags : macron, politique, réformes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/03/2018

PS : une agonie pénible

débat.jpgJ’ai fait un effort, j’ai regardé les 40 premières minutes du débat entre les quatre candidats à la tête du PS. Et puis j’ai coupé, tant cette séquence un peu forcée manquait d’intérêt. Quatre hommes (aucune femme, ça fait drôle) ayant le même âge, partageant le même look, défendant le même passé, ânonnant les mêmes poncifs et, semble-t-il, ayant suivi les mêmes séances de vidéo-training. Des propos formatés, déconnectés, convenus, qui laissent peu d'espoir sur la renaissance possible du PS. Trop tard, trop vieux, trop mou, trop techno. Et aussi, pardon, un manque de talent, de personnalité, de souffle : le gagnant du débat d'hier soir, en réalité, c’est Emmanuel Macron !

00:16 Publié dans Blog | Tags : ps, politique, le foll, gauche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |