Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2019

Un "délire de petits blancs"

Notre Dame.jpgIl y a un groupuscule d’apprentis politiciens d’extrême gauche qui s’appelle l’Union nationale des étudiants de France (UNEF). Je souligne les mots "étudiants" et "France". Lundi soir, pendant que la quasi-totalité des Français sidérés regardait brûler Notre-Dame, plusieurs responsables nationaux de cette brochette de jeunes crétins incultes… pardon : de cet honorable syndicat d’étudiants (!) se sont répandus sur Facebook pour expliquer qu’ "on s’en fiche de l’histoire de France" (sic) qui est "un délire de petits blancs" (sic), et que "la seule église qui illumine est celle qui brûle" (sic). Avec des étudiants comme cela, la France est sauvée !

30/04/2016

A propos des hausses d'impôts

subventions.jpgEt si, au lieu d’interviewer à tout va les candidats aux primaires dont tout le monde se tamponne, les journalistes politiques faisaient un peu d’investigation ? Tiens, par exemple, en examinant, dans le budget des collectivités, les subventions aux associations ? Ils révéleraient ainsi quelle part de nos impôts va directement ou indirectement à l’UNEF, à SOS Racisme, aux Libres penseurs, aux jeunes EELV, aux associations LGTB, à la Ligue de l’Enseignement, aux retraités de l’association France-URSS ou, comme c’est le cas à la Mairie de Paris, aux animateurs du Festival international du film lesbien (!) ou aux Amis des Combattants en Espagne républicaine (!). Bon, c’est vrai, c’est moins compliqué d’interviewer Cécile Duflot ou Nadine Morano…

19/11/2007

Julliard = Landau = Hollande

e63de1524bf019687a3dbea637c118d2.jpgQui est le vrai Bruno Julliard, artisan de la "jonction" entre les "luttes" étudiantes et ouvrières ? Militant syndical à l'UNEF sous le nom de Julliard, militant du PS sous le nom de Landau (c’est le nom de sa mère, responsable du PS en Auvergne), le jeune et beau porte-parole du mouvement étudiant de 2006 est un clône de François Hollande : il passe son temps à faire le grand écart entre sa volonté d’apparaître comme un réformiste fréquentable et son souci de ne pas se faire dépasser par une base irresponsable. Il est pour l’autonomie des universités, mais il pousse les étudiants à durcir la contestation. Exactement comme Hollande, qui est pour l’alignement sur les 40 ans de cotisation mais qui soutient les revendications des cheminots. Et après on s’étonne que Besancenot progresse…