Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2013

Comme une bouffée d'air frais

 seins-nus.jpgDans la scénographie ronronnante et factice de la télé, j’adore quand un journaliste explose. Comme il y a quelques mois, sur BFMTV, quand Olivier Mazerolle s’écria soudain, à propos du duel Copé-Fillon : "Marre qu’on me fasse commenter des conneries !" Comme une bouffée d’air frais. Hier, sur Canal +, après un sujet particulièrement débile sur les seins nus à New York, c’est David Abiker qui craque : "C’est con ! C’est très con !" au grand dam de la jeune journaliste du plateau, pour qui ôter son sous-tif à Manhattan était une victoire du féminisme. Comme il avait raison, Abiker : oui, c’était "très, très con" ! Allez, les confrères, à qui le tour ?

10:26 Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

" Une fois qu'on a dépassé la mesure, il n'y a plus de limite"

Euripide: 480/405 avant JC

Écrit par : raslespaquerettes | 04/06/2013

Les commentaires sont fermés.