Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2020

A mes amis journalistes...

prudhomme.jpgUn petit message à tous mes amis journalistes officiant sur les télés et les radios. S’il vous plaît, par pitié, arrêtez d’inviter sur vos plateaux et à vos micros toute la ribambelle d’experts autoproclamés, médecins ou non, qui nous ont dit, expliqué, prétendu, affirmé, juré, craché, qu’il n’y aurait pas de deuxième vague à l’automne ! Cessez de nous infliger aussi tous les pseudo-responsables politiques, de gauche ou de droite, qui expliquent qu’ils auraient fait mieux que Macron, Castex et Véran si on les avait écoutés ! Ces deux catégories d’invités inutiles et malfaisants saturent les écrans, cassent le moral, minent la confiance... et discréditent les médias !  

27/10/2020

Right or wrong, my country !

Mélenchon.jpgTrès choqué par la sortie de Jean-Luc Mélenchon hier sur France Inter. Alors que tous nos responsables politiques, du RN au PCF, ont évidemment défendu le chef de l’Etat face aux injures et aux menaces du président turc Erdogan – "Right or wrong, my country", comme disent les Britanniques – le chef des Insoumis, lui, a renchéri en confirmant qu’en effet, "Macron avait totalement perdu le contrôle de la situation" et qu'il avait "abaissé, humilié, ridiculisé la France" ! Faut-il souligner que ce manque de patriotisme, à dix-huit mois d’une présidentielle, est une faute impardonnable ? Qui justifie pleinement, en sus, l'accusation d' "islamo-gauchisme" ?

26/10/2020

Démocratie : attention, fragile !

jean-luc-melenchon.jpgIntéressante, l’enquête de la Fondapol dans le Figaro de ce jour. Terrifiante, aussi : en 2022, dit l’étude, 79 % des électeurs (!) sont prêts à voter au premier tour "contre le système" (abstention, blanc, populistes, anticapitalistes). La logique voudrait donc qu’Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent au second tour avec chacun 15-20 % des suffrages exprimés, et que le premier l’emporte par défaut...à moins que les anti-système d’extrême gauche (mélenchonistes et autres) ne rejoignent les anti-système d’extrême droite (lepénistes et autres) dans un même rejet confus de la démocratie représentative, et qu’ils fassent basculer la France dans l’inconnu. Brrr.

25/10/2020

Huit jours après le drame

islammm.jpgLe drame de Conflans, après huit jours, a permis de clarifier le combat que la République doit mener pour résister à la pression islamiste. Dans l’enseignement comme ailleurs (transports, sport) le conflit nait toujours d’une altercation obligeant une autorité (professeur, élu local) à réaffirmer fermement la primauté de la laïcité ou des principes républicains : aussitôt un individu (parent d’élève, grand frère) puis deux, bientôt assistés d’une personne extérieure à l’institution, viennent accuser celle-ci d’ "islamophobie" ou de "racisme", avec ou sans menaces physiques. Si l’autorité républicaine (proviseur, maire, juge) cède à ce moment précis, c’est le début de la fin.

 

24/10/2020

Quand l'écologie vire à l'absurde

saules.jpgLu dans mon journal local. En Bourgogne, écologie oblige, on développe partout les véloroutes, ces petites bandes de bitume qui serpentent à travers la campagne, notamment au bord de l’Yonne, à l’attention des cyclistes. Qui s’en plaindrait ? Sauf qu’à Villevallier, près de Joigny, on n’a pas hésité, pour faire passer ce ruban d’asphalte, à abattre trois grands saules d’une cinquantaine d’années et de trente mètres de haut ! Disparus, les grands arbres au bord de la rivière ! Folie bureaucratique ? Aveuglement idéologique ? Erreur logistique ? Les habitants de Villevallier, évidemment, sont furieux. Mais en matière d’écologie, qui écoute encore les habitants ?

10:42 Publié dans Blog | Tags : écologie, yonne, vélo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/10/2020

Terrorisme : c'est la faute à l'Etat

contre-lislamophobie.jpgDans un communiqué pondu le 16 octobre, la Ligue des Droits de l’homme explique que le projet de loi contre le séparatisme annoncé par Macron pour le 9 décembre entend stigmatiser "une partie de la population, celle de culture et de confession musulmane". Or, s’en prendre "à celles et ceux que l’on a mis de côté et plongés dans le désordre d’une vie sans avenir, c’est s’exposer à la pire des révoltes, au cri de celles et ceux qui n’ont rien à perdre (…), aux potentiels porteurs des pires dérives allant jusqu’aux plus mortifères d’entre elles." En clair : c’est l’islamophobie de l’Etat, et non l’islamisme radical, qui arme le bras des terroristes ! Vu ?

22/10/2020

Quand la République résiste

gengis-khan-250.jpgIl n’y a pas que les islamistes qui font pression, en France, pour faire reculer la République. Au Musée d’histoire de Nantes devait se tenir une grande expo sur l’histoire de l’empire mongol. La Chine communiste a proposé au musée de lui prêter officiellement 255 pièces et documents sur ce sujet passionnant… avant d’expliquer qu’en échange – oh, un détail, une bricole ! – elle s’arrogeait évidemment le droit de réécrire les textes de l’expo en minimisant l‘importance de la minorité mongole dans l’histoire et en censurant carrément le nom de Gengis Khan. Le directeur du musée nantais a préféré annuler l’expo. Ouf !

21/10/2020

Un drôle de réfugié politique...

accueilcnda.jpgQuestion : en quoi l’assassin tchétchène de Samuel Paty méritait-il le statut de réfugié politique ? En 2005, son père avait quitté Moscou pour la Pologne, mais ce pays lui avait refusé ce statut (motifs insuffisants). En 2007, il s’installe en France où il demande le droit d’asile qu’on lui refuse en 2010 (motifs insuffisants). Il fait alors appel auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) dont les juges, en 2011, lui accordent (pour quels motifs ?) ce précieux statut... dont son fils, alors mineur, va bénéficier automatiquement en tant que "personne persécutée en raison de son action en faveur de la liberté" (je cite la Constitution). Alors ? Y a pas un problème, là ? 

20/10/2020

Les mots qui tuent

manif-islamophobie.jpegCertains mots sont des armes. Ils servent à éliminer l’adversaire. On en invente régulièrement de nouveaux. C’est le cas du néologisme "islamophobie". Or, un islamophobe, cela n’existe pas. Vous connaissez, vous, des gens qui détestent l’islam ? Des bouffe-curés qui détestent les religions, oui. Des personnes qui ont peur des islamistes, oui. Des racistes qui n’aiment pas les arabes, certes. Des crétins incultes qui confondent arabes et musulmans, passe encore. Mais des gens qui haïssent l’islam, je n’en connais pas. Le mot a été récemment inventé pour servir à la fois de trompe-couillon, de slogan mobilisateur et d’outil juridique. Et, parfois, comme on vient de le voir, d’arme de guerre.

19/10/2020

Le nouveau clivage français

conflans-samuel-paty.jpgLes réactions à la décapitation du malheureux Samuel Paty confirment que la société française n’est plus divisée en personnalités "de gauche" (progressistes) et "de droite" (conservateurs), ni même entre "libéraux" (de gauche ou de droite) et "populistes" (de droite ou de gauche), mais bien davantage entre personnes "qui rassemblent" (universalistes, républicains, démocrates de tous bords) et les personnes "qui divisent" (communautaristes, séparatistes, extrémistes de tout poil). Le problème, c’est que notre système médiatique, qui privilégie désormais sans retenue le clash et le buzz, est beaucoup plus favorable aux seconds. Et ça fait peur…

18/10/2020

Au-delà de l'indignation...

samuel.jpgHorreur. Tristesse et colère. Le meurtre sauvage de ce malheureux prof d’histoire-géo est un acte barbare qui choque chacun d’entre nous. Je serai par la pensée, bien sûr, place de la République, ce dimanche à 15 heures. Mais ensuite ? Au-delà de la douleur, de la rage, de l’indignation, des y’a-qu’à et des faut-qu’on, il va bien falloir répondre collectivement à ce formidable défi lancé à notre civilisation. Collectivement, c’est-à-dire en lien avec l’immense majorité des musulmans français qui désapprouvent le radicalisme islamiste. Première question : combien seront-ils, ceux-là, tout-à-l’heure, place de la République ?

16/10/2020

Feu sur le Quartier général !

plaintes.jpgSur les 90 plaintes judiciaires que des groupuscules d’extrême-gauche (comme la CGT) et des militants anticapitalistes (comme Bruno Gaccio) ont spectaculairement déposées, fin mars, contre le gouvernement, 9 ont abouti à déclencher, chez les juges, une action de déstabilisation dudit gouvernement, au pire moment de la crise du Covid 19. Perquisitionner à l’aube, sans prévenir, au domicile du ministre de la Santé qui lance justement ce jour-là un couvre-feu crucial contre la pandémie, c’est démolir à coup sûr la confiance populaire dont les dirigeants du pays ont besoin pour gérer une telle crise. Dans le mille ! Chapeau aux militants qui ont réussi un tel coup politique. Chapeau, vraiment.

15/10/2020

Je ne regarde plus la télé !

macron.jpgJ’ai coupé ma télé ! Je ne supporte plus le défilé, sur les chaines d’info, de tous ces commentateurs, médecins, politiciens et autres philosophes qui expliquent qu’à la place du gouvernement, eux, ils auraient vaincu le Covid 19 depuis longtemps ! En faisant plus, ou en faisant moins, c’est selon. C’est à celui qui divisera le plus la nation en tapant aveuglément sur Macron, Castex et Véran à coup de témoignages partiels, de rapports incomplets et de sondages contradictoires. Cette désastreuse cacophonie médiatique, face au virus, est irresponsable et dangereuse. Au fond, n’aurait-il pas été sage d’englober dans le couvre-feu, pendant six semaines, la fermeture de tous les postes de télévision ?

14/10/2020

C'est dans les vieux pots...

slogan.jpgMarx, le retour ! "Lutte des classes" et "convergence des luttes" sont les deux mantras de tous ceux qui veulent détruire la société capitaliste en montant les noirs contre les blancs, les femmes contre les hommes, les ouvriers contre les patrons, les gilets jaunes contre les flics, les écolos contre les libéraux, les homos contre les hétéros, etc. Tous ces militants sans mémoire se retrouvent autour du même mot d’ordre puisé dans un vieux fatras de slogans éculés datant du XIXe siècle : "Du passé faisons table rase !" Il est vrai qu’il est moins fatigant de rejeter le monde que de chercher à en comprendre les fondements pour mieux en corriger les excès…

13/10/2020

Mais qui a tué Arnaud Beltrame ?

Beltrame.jpgL’affaire de la plaque à la mémoire d’Arnaud Beltrame posée par la Mairie de Paris dans un jardin de la capitale, est significative. Beltrame, est-il écrit sur la plaque, est mort "victime de son héroïsme" (sic). Chacun sait pourtant qu’il est mort "victime d’un terroriste islamiste", mais chut ! Rappeler cette vérité toute simple risquerait sans doute d’être discriminant ou islamophobe ! Mieux vaut tordre les faits et dégager, au passage, une leçon de morale publique : il est mort d’avoir été courageux, ce gendarme irresponsable ! S’il avait été lâche, comme tout le monde, il serait encore en vie ! Compris, les jeunes ?

11/10/2020

Pourquoi la violence des jeunes ?

violence.jpgTrès convaincante, dans le Figaro du week-end, la thèse du linguiste Alain Bentolila selon laquelle "la pénurie de mots est une des causes de la violence des adolescents". Des gamins qui n’apprennent plus la langue française à l’école, qui ne lisent jamais un livre, que la publicité abreuve d’onomatopées en franglais et à qui la télé assène des émissions utilisant un maximum de 200 à 300 mots (Les Marseillais, TPMP, etc) n’ont évidemment pas la faculté de nommer un conflit, de désamorcer un désaccord, de contrer une idée, d’exprimer une nuance, d’installer une négociation. Alors ils vocifèrent, ils cognent, ils jouent du couteau. Logique.

17:39 Publié dans Blog | Tags : langue, culture, école, français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2020

Censurer Eric Zemmour ?

juif Zemmour.jpgJe ne supporte pas la tonitruante campagne menée dans les médias contre Eric Zemmour – dont je ne partage pas, tant s’en faut, nombre d’analyses. Qu’à la suite de militants extrémistes, séparatistes ou racialistes, des journalistes (!!!) exigent de censurer un autre journaliste pour ses propos excessifs ou dérangeants, cela me dépasse. Que Le Monde, France Inter ou Libé veuillent "reproduire un certain nombre de censures dans l’espace public pour que les opinions justes prennent le pouvoir sur les opinions injustes", comme dit le sociologue Lagasnerie, cela me désespère. Moi, j’en suis resté à "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire !" A mon âge, on ne se refait pas.

08/10/2020

Une question de semaines

avort.jpgPourquoi tant de médecins réprouvent, en matière d’avortement, l’allongement du délai légal de 12 à 14 semaines de grossesse ? Parce qu’à compter de la 13ème semaine, le fœtus mesure 12 centimètres, il faut donc le couper en morceaux pour le sortir du ventre de la mère - et, surtout, sa tête s’étant ossifiée, il faut désormais écraser celle-ci avant de l’extraire. Cela n’émeut pas, visiblement, l’aile gauche de la Macronie qui ne trouve rien d’autre à proposer, au cœur de la crise actuelle, qu’un peu de surenchère politicienne sociétale et complètement décalée ! Simone Veil, au Panthéon, doit se retourner dans sa tombe…

07/10/2020

Le silence des féministes

medecin.jpgVous avez remarqué ? Les féministes ont disparu ! Les hystériques, en tout cas, les extrémistes, les militantes, les politiques, les passionarias... Leur silence est impressionnant. Depuis que le gouvernement a décidé de sanctionner sévèrement la pratique des "certificats de virginité", pffuit, il n’y a plus personne ! Silence radio ! Car ces féministes officielles, curieusement, ne trouvent pas choquant qu’un médecin complice puisse attester qu’une jeune fille possède un "hymen sans échancrure ni rupture" (sic) avant d’être envoyée au bled pour épouser un type qu’elle ne connait pas. Allons, on ne va quand même pas manifester pour une cause aussi anecdotique !

01/10/2020

EELV : Derrière les provocations...

verts.jpgLes médias se régalent des provocations des maires EELV contre le Tour de France ou les sapins de Noël, mais commentent rarement leur stratégie de fond pour parvenir au pouvoir. Je n’ai pas entendu grand-chose sur la façon dont Eric Piolle et ses camarades, en coulisses, ont fait élire leur copine Johanna Rolland, maire de Nantes, à la tête de France Urbaine, l’association des maires de grandes villes – au détriment de François Rebsamen, maire de Dijon, qui s’y croyait déjà ! Prochaine étape : les régionales, ce scrutin quasi anonyme aux alliances discrètes et au fort taux d’abstention. Puis les présidentielles, avec Anne Hidalgo comme poisson pilote ?