Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2016

Pédophilie : oui, la mentalité a changé

barbarin.jpgCela fait trois fois que j’entends, en marge de l’affaire Barbarin, des journalistes traiter par l’ironie l’idée que la société ne jetait pas le même regard sur la pédophilie dans les années 1980, époque à laquelle remontent 95 % des crimes pédophiles dont on parle aujourd’hui. Mes confrères ont-ils donc oublié les écrits sulfureux des Matzneff, Schérer, Peyrefitte et autres Hocquengheim, les "sexualités périphériques" prônées par Foucault, la rubrique "Front de libération des pédophiles" ouverte dans Libération, ou Cohn-Bendit vantant sur le plateau d’Apostrophes les caresses des fillettes de 5 ans ? Comment y voir clair dans ces dossiers terribles si on occulte délibérément leur contexte ?

02/05/2014

Moi président de la République...

anaphore.jpgC'était il y a juste deux ans. François Hollande, dans sa célèbre anaphore présidentielle, promettait d'incarner, lui, une République "exemplaire". Las ! Depuis, il s’est entouré de nombreux responsables mis en examen (Royal, Désir, Cambadélis, Taubira, etc) avant de voir le début de son mandat sévèrement plombé par quelques spectaculaires scandales (Cahuzac, Morelle) et de ridiculiser sa fonction par ses propres frasques amoureuses. Si seulement ce retour au réel – la chair est faible, à gauche comme à droite – pouvait enfin dissuader les socialistes d’asséner des leçons de morale à la terre entière !  

08/11/2013

"Salauds" ou "connards" ?

 prostitutuée.jpgAu départ, une facétie médiatique, lancée dans Causeur par la provo Elisabeth Levy. Une farce d’intellos, un gag de collégiens attardés, mi-surréalistes, mi-sales gosses, parmi lesquels Frédéric Beigbeder, Nicolas Bedos et autres Basile de Koch, hostile à la pénalisation de la prostitution au cri de "Touche pas à ma pute". Et puis, très vite, les insultes fusent, le gouvernement moralise, les "343 salauds" deviennent les "343 connards", les médias multiplient les "duels", le jeune Bedos prend peur et déserte, et… et rien. Pas un argument, pas une enquête, pas une nuance, pas une réflexion ! Que des cris et du vide ! Au point que je ne sais toujours pas, pour ma part, si je suis pour ou contre...

31/10/2013

D'interdit en interdit...

 interdit-3.jpgNous sommes cernés ! Aujourd’hui, il est interdit de tirer une taf à la fin d’une petite bouffe au troquet du coin ; interdit de fesser un marmot qui veut mettre le feu à son lit ; interdit de balancer des vannes pourries sur les travelos ; interdit de porter sa croix de baptême derrière un guichet ; interdit de rouler à plus de 30 km/h sur certaines portions de routes désertes ; interdit de dire qu’une famille se compose du papa, de la maman et des enfants ; interdit de peindre un quidam tenant un verre de vin à la main ; interdit de déboucher mes chiottes avec de l’acide chlorhydrique ; interdit de vendre du matériel de bricolage les dimanches où les gens bricolent… Au secours !

17/09/2012

La province tranquille

Voitures-brulees.jpegJe n'étais pas mécontent, ce week-end, entre Lorraine et Bourgogne, d’être loin de toutes les violences du monde. Quoique ! Dans la bonne ville de Nancy, ce week-end, j’ai assisté directement de la fenêtre de mon hôtel, à 5h30 du mat', à la mise en pièce d’une vitrine par une bande de "jeunes" encagoulés et incroyablement violents. Et quand je suis rentré chez moi, dans l’Yonne, peinard, j’ai découvert qu’à Joigny, aimable chef-lieu sans histoires, des "jeunes" en mal de distraction avaient semé la panique en brûlant sauvagement une dizaine de voitures. Il me fait rire, Peillon, avec sa morale laïque...

 

10/09/2012

Peillon, Ratzinger, même combat ?

 peillon.jpgLe débat sur la "morale laïque" que Vincent Peillon veut enseigner de la maternelle au bachot, aurait-il déjà fait pschitt ? Ce serait dommage. Dans une société minée par l’incivilité, l’impolitesse et l’irrespect de l’autre, l’idée n’est pas à rejeter. A condition, évidemment, que l’Etat ne se mêle pas de dire ce qui est bien et ce qui est mal au nom de tel ou tel critère politico-médiatique. La morale, laïque ou pas, c’est considérer que le bien et le mal, ce n’est pas pareil, et que l’homme doit choisir, personnellement, en conscience, entre les deux ! Inculquer ce principe-là, à la façon du pape tous les deux ans à des centaines de milliers de jeunes lors des JMJ, ce ne serait déjà pas si mal…

11:47 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : peillon, morale, jmj |  Facebook | | Lien permanent

20/11/2009

La France, gagne-petit

La gêne des politiques, depuis 36 heures, fait peine à voir. Comment rester, aux yeux des électeurs, un fougueux supporter de l’équipe de France, tout en restant fidèle à la plus élémentaire morale ? Faut-il parler vrai avec les jeunes Français ou conserver les voix de leurs footeux de parents ? Car il ne faut pas tourner autour du pot : la "main" de Henry est flagrante, le but aurait dû être refusé, point barre. La moindre des élégances aurait été de le reconnaître aussitôt : espérait-il, le vilain tricheur, qu’un second but ferait oublier son geste dans l’effervescence générale ? C’est raté. La France ira bien en Afrique du sud, mais avec la réputation d’un gagne-petit. N’en déplaise à tous les mirlitons de l’identité nationale. C’est Churchill qui avait raison : No sport !

10/07/2006

Zizou : impardonnable !

Que dire de cette fête gâchée que fut, hier, la finale de la Coupe du monde de football ? Que Zidane a été vraiment génial pendant les derniers temps de la compétition, en particulier depuis le match contre le Brésil : cet homme est, à lui seul, un festival de talent, de lumière, de grâce, de folie… Et que son geste, son coup de tête historique, était vraiment impardonnable : quand on est une icône à ce point adulée, devant un public aussi large, un jour pareil, à quelques minutes de la fin de sa carrière, et au risque de faire perdre l’équipe de France, on ne pète pas les plombs !
Tant mieux si cela nous évite de voir un footballeur, fût-il exceptionnel, transformé en un dieu vivant. Mais quel dommage de voir exploser ainsi, juste en fin de parcours, un exemple pour des centaines de millions de jeunes !