Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2015

Le pape, l'avortement et la miséricorde

pape.jpgQuand le pape François a une idée quelque part, il ne l’a pas ailleurs. Le pape venu du sud veut une Eglise qui accueille, et non une Eglise qui condamne. Et à ceux qui redoutent que ce changement de pied ébranle le dogme, il oppose la miséricorde divine, qui est infinie, comme l’amour dont elle est le synonyme. Et comme mesure de ce pardon illimité, qui sera le thème de la prochaine Année sainte, il prend l’exemple de l’avortement qui est clairement, à ses yeux, une "horreur" et une faute quasi impardonnable : l’Eglise ne libéralise aucunement l’avortement, mais Dieu pardonne à tous ceux qui se repentent. Cqfd.

22/01/2014

Ces débats qui divisent...

NajatVB.jpgLa banalisation totale de l’avortement, votée hier à l’Assemblée, m’inquiète au moins sur un point : sanctionner de 2 ans de prison et 30.000 euros d’amende toute personne opposée à l’avortement qui continuerait à dire à une femme enceinte qu’elle "attend un enfant" et non "un fœtus", n’est-ce pas très dangereux, là encore, pour la liberté d’expression ? Marre de ces débats tronqués, simplistes, bâclés, politisés, antagonisés, instrumentalisés : n'y avait-il rien de plus urgent, cette semaine, que  déterrer la loi Veil de 1975, histoire de diviser profondément les Français, façon mariage gay, euthanasie, PMA, vote des étrangers, etc ?

09/03/2009

Le droit ou la miséricorde ?

L’affaire de la fillette brésilienne enceinte de jumeaux par la faute d’un beau-père sans scrupules est horrible. Ce n’est sûrement pas de gaîté de cœur que sa mère et ses médecins ont décidé de mettre fin à cette grossesse qui risquait de très mal se terminer (des jumeaux, à 9 ans !). Fallait-il que l’Eglise officielle en rajoute en excommuniant officiellement la mère de la petite ? Et en faisant confirmer cette excommunication par un des principaux cardinaux de la Curie ? Le respect du droit canon est-il donc plus important que la miséricorde dont cette fillette et sa mère ont besoin, plus que toute autre personne ? Le silence n’eût-il pas été préférable, et pour l’avenir de ces deux malheureuses, et pour le crédit de l’Eglise ? L’affaire Williamson n’a pas suffi au petit groupe d'éminences qui entoure Benoît XVI ?

23/01/2008

Faux débat chez Fogiel

Tombé par hasard, chez Fogiel, sur un "débat" totalement biaisé sur l’avortement. A ma gauche une sorte d’Angela Davis (médecin et noire), à ma droite une femme issue de la famille Le Quesnoy (bourgeoise et blanche) accusée d’emblée, sans doute pour la mettre à l'aise, de n’être entourée que de militants FN. Après quelques échanges imbéciles à force d’être réducteurs, c’est Fogiel qui tranche, brutalement : "les médecins" et "l’Union européenne" ont décidé qu’un embryon n’était pas un enfant, point barre ! Regard méprisant vers celle qui n’a rien compris. En bas de l’écran, un SMS : "Font chier ces catho !" (sic). Comme si la biologie, le droit et l’invective suffisaient à épuiser le sujet. Vous avez déjà entendu, vous, une femme enceinte expliquer qu’elle attendait "un amas de cellule" ?