Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2019

Intéressons les gens à l'Europe !

bagarre_village_gaulois.gif (2).jpgFrance 2 était déjà bien audacieuse, pour son émission de jeudi, de faire débattre sur l'Europe les neuf principales têtes de liste européennes. Vous imaginez l’enthousiasme des jeunes à l’idée de voir s’apostropher pendant deux heures les Jadot, Brossat, Lagarde, Bellamy, Dupont-Aignan, Aubry, Loiseau, Glucksmann et autres Bardella ! Eh bien ! La justice a imposé à la chaine, tenez-vous bien, d’y ajouter trois autres candidats, plus inutiles les uns que les autres : Hamon, Philippot et Asselineau ! Du coup, Nathalie Arthaud et Jean Lassalle ont saisi les juges pour en être ! On va en apprendre, des trucs, jeudi soir...

22/03/2019

L'exemple vient d'en haut

slogan.jpgLa valeur en baisse, dans notre société en capilotade, c’est le respect. Respect de l’autre, de soi, des femmes, des institutions, de la patrie, de la famille, des anciens. Mais pourquoi voulez-vous que les jeunes, les petits, les sans-grades, les gilets jaunes, les pauvres, les braves gens respectent qui que ce soit quand ils voient à la télévision les politiques et les journalistes passer leur temps à se contredire, à s’injurier, à se mépriser, à se mentir, à se couper la parole ? Tiens, un exemple : comment voulez-vous que la "France d’en bas" respecte le président qu’elle a élu dès lors que la "France d’en haut" traine celui-ci dans la boue du matin au soir ?

13/08/2018

Les politiques plombent l'audimat

l-humeur-de-bachelot.jpgIl y a un an, dopés par les audiences dues à une présidentielle très suivie, de nombreux médias sont allé chercher des éditorialistes de luxe parmi les politiques battus ou en retraite : Filipetti, Guaino, Cresson, Cambadélis, Raffarin, Dray, Cypel, etc. A lire le Figaro de ce matin, ce fut un flop général : ces chroniqueurs-là, finalement, plombent l'audimat ! Le journalisme, c‘est un métier. Seule survivante de ce fiasco collectif : la talentueuse Roselyne Bachelot, qui fut ministre de 2002 à 2012, et qui n’a pas son pareil pour détourner d'un sourire ravageur toute allusion à la désertification médicale, à la crise des hôpitaux publics ou aux vaccins contre la grippe H1N1 !