Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

Suicide, mode d'emploi

valls.jpgOn avait déjà assisté à un suicide politique magnifique, un suicide d’anthologie, celui de Yannick Jadot, qui a délibérément fichu en l’air sa victoire aux primaires EELV pour se fondre anonymement dans la campagne de Benoît Hamon, lequel a terminé, étrillé, à 6 % des voix. Celui de Nicolas Dupont-Aignan fut aussi spectaculaire : sachant que Marine Le Pen n’avait aucune chance de gagner, céder à la tentation d’être son futur premier ministre fut fatal au maire d’Yerres, désormais dans les poubelles de l’histoire. Mais la folle déclaration de Manuel Valls, mardi, qui a lâché le PS sans être sûr d’avoir l‘accord électoral de "En Marche", a failli lui faire remporter, haut la main, le César du plus beau suicide politique !

22/04/2017

Premier tour : déjà un perdant

primaires.jpgLe premier perdant de ce scrutin, c’est le dispositif des "primaires", mis en place par une classe politique restée très censitaire dans l’âme et désireuse de régler les affaires "entre soi" avant de les soumettre au bon peuple pour ratification. D’abord, la règle consistant à garantir au vainqueur les suffrages de ses adversaires battus a été pulvérisée, de Rugy à Valls, par des reniements peu glorieux. Ensuite, les deux champions ainsi désignés à gauche et à droite ont été vite relégués au second plan par deux candidats ayant ignoré cette étape ! Il faut dire que les primaires, c’est le retour au régime des partis à une époque, précisément, où les partis sont à l’agonie...

30/01/2017

Attachez votre ceinture !

Nicolas-Sarkozy-Francois-Hollande-Manuel-Valls.jpgAttachez votre ceinture, l’accélération est vertigineuse ! Il y a un an, le plus fou d’entre nous aurait-il pu imaginer qu’en janvier 2017, la scène politique serait débarrassée de François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Cécile Duflot et, depuis hier, Manuel Valls ? Que le favori de la présidentielle de 2017 serait un jeune inconnu nommé Emmanuel Macron ? Pis encore : que les deux partis sur lesquels repose la Cinquième République, le PS et les Républicains, après des primaires aussi envahissantes qu’assassines, verraient leurs deux champions sur le point d’être recalés au second tour de l’élection présidentielle ? Attachez votre ceinture, je vous dis !

11:14 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, valls, hollande, 2017, maceon |  Facebook | | Lien permanent

25/01/2017

Que restera-t-il du président élu ?

boxe.jpgLors des primaires de la droite, on a vu Juppé porter des coups si sévères contre Fillon que celui-ci en est affaibli pour toute la durée de la campagne présidentielle. Ce soir, lors du débat Valls-Hamon, les dures critiques échangées par les deux candidats vont plomber pour longtemps le vainqueur de ce duel acharné. Enfin, pendant les trois mois qui restent avant le scrutin final, les médias bombarderont les finalistes de révélations, attaques, irrespect, dénigrement, moqueries et suspicions au point que le prochain président de la France, en mai, arrivera devant Merkel, Xi Jinping, Trump et Poutine… éreinté, défiguré, étrillé, en lambeaux ! Il n’y a pas quelque chose qui cloche, là ?

10:28 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : campagne, boxe, valls, fillon, hamon, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

05/01/2017

Derrière les excès et les postures

valls-fillon.jpgSuite de mon blog d’hier. Si l’on veut bien prendre un peu de recul par rapport au pia-pia haineux et inculte qui caractérise aujourd’hui le débat public, on ne peut que donner raison à Giscard qui disait naguère : "La France souhaite être gouvernée au centre". Si l’on estime à 20-25 % le score de l’extrême-droite (le FN), et à 15-20 % le total de la gauche utopiste (trotskistes, PCF, Mélenchon, une partie des frondeurs), on retrouve en effet une grosse majorité "centriste" orientée plutôt à gauche (Valls, Macron) ou plutôt à droite (Bayrou, Fillon). Tout le reste est posture, excès, bêtise, cinéma, manip, dérision, artifice, copinage, calcul et télévision.

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : 2017, centre, giscard, fillon, valls |  Facebook | | Lien permanent

04/01/2017

Demandez le programme !

valls-1.jpgJ’ai écouté attentivement le discours-programme de Manuel Valls. Je suis frappé par une chose : à part trois phrases, dont deux l’attaquent personnellement, François Fillon aurait pu prononcer exactement le même topo. Même cadre général, même socle culturel, même contexte politique, mêmes valeurs fondamentales, même connaissance du réel, mêmes menaces sur l'avenir, même volonté de mieux faire ! Il est clair qu’un président de la République – sauf un extrémiste ou un irresponsable – n’a pas une grande marge de manœuvre sur les sujets fondamentaux : travail, Europe, sécurité, santé, école, culture, écologie. Et que ce n’est pas sur son programme, au fond, qu’on élit un président…

12/12/2016

Pas besoin de sondages...

macron.jpgInutile d’éplucher les sondages pour constater qu’après cinq ans passés aux manettes de la République, la gauche est en pleine déconfiture. Que Manuel Valls, premier ministre sortant, n’a aucune chance de rassembler le PS, à plus forte raison la gauche. Que le nombre d’anciens ministres fulminant contre le président auquel ils doivent leur carrière souligne l’échec de ce quinquennat. Que seul Emmanuel Macron semble avoir créé une dynamique dans la population, mais que ses anciens camarades l’empêcheront, en avril, de franchir la barre du premier tour. Et que 90 % des élus de gauche, loin du pia-pia superfétatoire qui sature les plateaux télé, ne pensent plus, déjà, qu’à sauver leur peau aux législatives de juin…

12:20 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : gauche, ps, macron, valls, primaires, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

06/12/2016

Fillon, Valls, même déluge !

Fillon-Valls.jpgIl y a quelque chose de malsain dans le débat politique. Dès qu’un dirigeant se détache un peu de la masse des élus, dès qu’il se trouve en position de présidentiable, il s’attire des tombereaux de critiques malveillantes, d’insultes haineuses, de rumeurs fielleuses, venues notamment… de son propre camp ! Ce fut le cas, il y a quelques jours, de François Fillon. C’est le cas, depuis hier, de Manuel Valls. A écouter ces déluges de commentaires prurigineux, ces deux dangereux populistes n’auraient qu’un objectif : faire le malheur du peuple ! Qu’importent leurs programmes, leurs objectifs, leurs méthodes, puisqu'on vous dit que ce sont des monstres cachés, des crétins rétrogrades et des futurs tyrans !

16/11/2016

Où est passé l'Etat ?

nd landes.jpgL’affaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes restera dans les annales comme la plus invraisemblable démonstration de l’impuissance de l’Etat socialiste à faire respecter à la fois la décision des élus locaux et le droit de la République. Quand on pense que les deux Premiers ministres nommés par le président François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, ont été les plus chauds partisans de cet aéroport, et qu’ils n’ont rien fait d’autre que de laisser pourrir la situation ! Comment voulez-vous que les citoyens et les électeurs du reste du pays accordent la moindre confiance à des dirigeants aussi incapables, aussi confus et aussi indécis ?

02/11/2016

Aux frais du contribuable

nicolas-domenach.jpgJe m’amuse de la mésaventure arrivée à Nicolas Domenach, interviewé au Togo sur le fait qu’il était l’invité personnel de Manuel Valls (avion, hôtel, petits fours, etc), ce qui est difficile à justifier quand on se dit indépendant du pouvoir. Impitoyable, Claude Askolovitch, qui fait son mea culpa sur le même thème dans Slate ce matin, enfonce définitivement l’ami Domenach. Je ne fais pas le malin, car il m’est arrivé, à moi aussi, naguère, d’être invité par tel dirigeant politique dans un voyage officiel. Si la presse française était riche, elle n’aurait pas à risquer ces collusions compromettantes. Encore lui faut-il éviter, en pensant à ces cas douteux, de donner des leçons au reste du monde…

17:41 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : presse, valls, domenach |  Facebook | | Lien permanent

08/05/2016

Non aux rémunérations exorbitantes !

Jean-Paul-Huchon.jpgJe hurle de rire quand j’entends les dirigeants socialistes s’indigner des rémunérations exorbitantes des patrons du privé. Car cette vertueuse colère, évidemment, ne s’applique pas à eux-mêmes. Je lis dans le Monde que Manuel Valls vient de confier à son ami Jean-Paul Huchon, qui touche déjà une très confortable retraite d’ancien président du Conseil régional d’Ile-de-France, la présidence de l’Arafer (le barnum public qui régule les transports terrestres). En six ans, sachez-le, Huchon gagnera 888.000 euros (!) sans compter les avantages en nature (voiture de fonction, gratuité des chemins de fer), les notes de frais, etc. Joli complément de retraite, non ?

20/04/2016

Un RSA pour les 18-25 ans ?

RSA-jeune.jpgEt si on payait les jeunes à ne rien faire ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est la seule mesure qu’on n’avait pas encore essayée, tant elle est démagogique, coûteuse et perverse ! Eh bien, à un an des présidentielles, Manuel Valls a donné son feu vert à cette proposition du député Christophe Sirugue (PS). Entre 18 et 25 ans, c’est-à-dire à l’âge où un jeune est au maximum de sa force physique, l’âge où il peut cumuler deux boulots si besoin, l’âge où il rêve de conquérir le monde, quelle magnifique idée : habituons-le à glander en attendant, chaque mois, les allocations de l’Etat – qui ne sait pas quoi faire, justement, de ses milliards ! On marche sur la tête…

10:24 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : rsa, jeunes, démagogie, valls |  Facebook | | Lien permanent

06/04/2016

Un amateurisme surdimensionné

NOTRE-DAME-DES-LANDES.jpgCe n'est pas possible, ils le font exprès ! Ce mardi, le gouvernement a rendu public un rapport d'experts qualifiant le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes de "surdimensionné". Le même jour, le même gouvernement a annoncé que le référendum local sur ce projet aura lieu le 26 juin. A-t-on jamais vu un tel n'importe quoi politique ? Personne ne comprend plus rien à ce scandale (une telle zone échappant si longtemps aux lois de la République, cela s'appelle un scandale). La seule chose qui suscite un accord général, c'est qu'Ayrault, Valls, Royal et tous ceux qui ont géré ce dossier sous l'autorité de François Hollande sont vraiment des amateurs !

 

15/03/2016

Pédophilie : l'imprudence de Manuel Valls

Valls.jpgImprudent, Manuel Valls ! Outre qu’en intervenant brutalement dans une affaire judiciaire opposant des anciens scouts à un cardinal, il viole manifestement le principe de laïcité, le Premier ministre prend le risque d’être interpellé sur la gestion des crimes pédophiles dans l’Education nationale, ce qui pourrait faire beaucoup de bruit ! On lui conseillera de consulter le rapport secret réalisé sur le sujet en 1997 par l'Inspection générale de l'Education nationale à la demande de la ministre déléguée à l’Enseignement scolaire de l’époque. S'il veut retrouver (et diffuser) ce rapport explosif, il n'aura pas de mal à le faire : la ministre en question s’appelait Ségolène Royal.

01/03/2016

L'après-Hollande a commencé

Valls-Macron.jpgIncorrigible classe politique ! Martine Aubry ayant sciemment assassiné François Hollande, les voilà tous qui s’engouffrent dans la brèche : de Valls et de Macron, qui gagnera la future primaire du PS face à Ségolène et deux ou trois fantoches, genre Hamon, tandis que se multiplieront les petites candidatures passéistes à la gauche de la gauche, genre Mélenchon, Duflot, etc ? Et du coup, Sarko renonçant à sa revanche devenue caduque, Juppé ne sera-t-il pas remplacé par son double en plus jeune, Bruno Le Maire, dans le rôle du sauveur de la France face à la menace du FN ? Allons ! On s’occupera plus tard des agriculteurs, des médecins, des chômeurs, des migrants…

09:43 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : 2017, macron, valls, le maire |  Facebook | | Lien permanent

21/02/2016

Les Français sont exaspérés

gouv.jpgDix jours après le remaniement ministériel, celui-ci apparaît comme un désastre. Les Français ne supportent plus qu’un chef de l'Etat, obsédé par sa réélection, donne la priorité à ses petits calculs minables (les chicaneries des Verts), dérisoires (le retour de Jean-Marc Ayrault) voire malhonnêtes (Baylet cédant son empire de presse à la femme de Fabius) plutôt qu’à ce qui devrait être son seul souci : que faire, en un an, pour limiter la dégringolade du pays, et à quels hommes de valeur confier cette tâche ? Pas de vision d’avenir, des magouilles peu claires, des incompétents notoires : la fin de ce quinquennat risque d’être une longue, très longue descente aux enfers.

11:13 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : hollande, remaniement, valls, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

17/01/2016

Manuel Valls a bien joué

valls.jpgManuel Valls ne voulait pas aller chez Ruquier, de peur d’exposer l’Etat qu’il représente aux quolibets et aux vannes faciles des amuseurs publics prompts à dézinguer le premier politique qui passe. Puis, curieusement, il a changé d’avis. Il a eu raison. Chez Ruquier, hier soir, il a pu justifier longuement sa politique, sans être quasiment interrompu, et sans avoir à répondre à des questions gênantes (comme sa carte de vœux à 36.000 euros, qui était dans tous les journaux ce matin-là). Mieux : si Jean d’Ormesson l’a égratigné avec élégance, Gérard Darmon, lui, a reproché aux médias d’être si sévères à l’égard d’un homme aussi formidable ! Que ne ferait-on pas, à la télé, pour avoir le Premier ministre sur son plateau !

12/11/2015

La crise ? Quelle crise ?

Matignon.jpgIl est des sujets qui, apparemment, ne font plus réagir. Tous les ans, le député socialiste de l’Aisne René Dosière publie, en marge de la discussion budgétaire, un bilan des cabinets ministériels. En 2014, il avait pointé une augmentation de 4,7 % des effectifs. Cette année, l’augmentation est de 7,7 % (passant de 450 à 485 personnes). Ces hauts fonctionnaires qui nous gouvernent travaillent dur à gérer la pénurie... sauf en ce qui les concerne. A Matignon, souligne Dosière, la rémunération mensuelle des 49 membres du cabinet de Manuel Valls a encore progressé, atteignant une moyenne de 10.833 euros. La crise, oui, mais pas pour tout le monde…

25/09/2015

Fillon-Valls : des limites à la dérision ?

fillon-et-valls.jpgLaurent Ruquier est furieux, évidemment, mais le refus de François Fillon de comparaître au tribunal médiatique de "On n’est pas couché" mérite qu’on s’y arrête. Fillon estime que la dérision systématique fait du tort au sens civique. Valls n’a pas dit autre chose hier, sur France 2, quand il a refusé de lire des tweets rigolos après une heure et demie d’un intéressant débat qui se situait, pour une fois, au-dessus des blagues de pétomane, des polémiques futiles et des gags de cour d’école. Fillon, Valls et quelques autres croient que la démocratie n’a rien à gagner à être ridiculisée à longueur de médias. Ils ont raison.   

11/06/2015

La boulette de Valls (suite et fin)

Valls-avion.jpgRépétons-le : la boulette berlinoise de Valls n’est pas un scandale international, mais le révélateur d’une exacerbation de la population française qui, en période de crise, aimerait que ses dirigeants ne dilapident pas l’argent des impôts. Le plus choquant, dans cette histoire, ce sont les contorsions réalisées dans les médias par tous les Cambadélis, Le Guen, Le Roux et autres Bartolone pour justifier l’escapade footballistique du Premier ministre, sans rire, par l‘intérêt supérieur de la nation. Ces affirmations contre l’évidence, ces mensonges officiels et ce mépris pour le populo auront fait davantage de mal à la classe politique que le voyage de Valls !