Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2020

EELV : Derrière les provocations...

verts.jpgLes médias se régalent des provocations des maires EELV contre le Tour de France ou les sapins de Noël, mais commentent rarement leur stratégie de fond pour parvenir au pouvoir. Je n’ai pas entendu grand-chose sur la façon dont Eric Piolle et ses camarades, en coulisses, ont fait élire leur copine Johanna Rolland, maire de Nantes, à la tête de France Urbaine, l’association des maires de grandes villes – au détriment de François Rebsamen, maire de Dijon, qui s’y croyait déjà ! Prochaine étape : les régionales, ce scrutin quasi anonyme aux alliances discrètes et au fort taux d’abstention. Puis les présidentielles, avec Anne Hidalgo comme poisson pilote ?

07/09/2020

Chic ! Bientôt les présidentielles !

marine-pen.jpgComment exister dans les médias, en ces temps ingrats, quand on est dans l’opposition ? Un seul moyen : tout miser sur 2022 ! Marine Le Pen a ouvert le bal ce week-end en s’imposant comme la candidate du RN. Jean-Luc Mélenchon avait ostensiblement éliminé, la semaine dernière, ses jeunes rivaux de LFI. Chez les Verts, la lutte entre Eric Piolle et Yannick Jadot s’annonce féroce. Chez Les Républicains, le suspense François Baroin est insoutenable. Tout cela permet aux médias de sortir du triptyque pandémie-insécurité-islamisme et de retrouver leurs fondamentaux : interviewes convenues, sondages inutiles, polémiques stériles...

06/07/2020

Ecolos : et maintenant, l'Elysée !

eelv.jpgLes écolos se la pètent. Incapables d'admettre qu’ils ont gagné quelques grandes villes grâce aux abstentionnistes (et qu’il leur reste encore à convaincre à Bordeaux, Lyon ou Marseille les 90 % des habitants qui n’ont pas voté pour eux), voilà que leurs leaders – les Jadot, Piolle, Batho et autres Bayou – sont tous hystérisés par l’échéance présidentielle de 2022 ! Une semaine après leur victoire de circonstance, voyez comme ils se déchirent déjà en fractions multiples, sous-tendances idéologiques et, surtout, mini-écuries présidentielles. Ne les embêtez pas avec la crise économique qui va plomber le pays cet automne : à l’évidence, ce n’est pas leur problème…

07/06/2020

C'est simple, la politique...

mac_and_ed.jpgLa politique, c’est simple, c'est comme la balistique : si tu lances une pomme en l’air plus ou moins fort, tu sais grosso modo où elle va retomber. Vu l’actuelle popularité d’Edouard Philippe, Emmanuel Macron aurait plutôt intérêt à le garder à Matignon pour relancer ses réformes… sauf qu’aux deux tiers de de son quinquennat, seul un gouvernement tout neuf peut lui donner le ressort dont il a besoin. Or si, pour cette raison, il se sépare d’un Edouard Philippe en pleine gloire, il en fait automatiquement un rival crédible pour la présidentielle de 2022. Cqfd. Tout est parfaitement clair. Y a plus qu’à décider.

31/05/2020

La première déclaration du président Bigard

bigard.jpgAu soir des élections du 8 mai 2022, le président Jean-Marie Bigard a fait la déclaration suivante : "Bande de connards, bande de salopes ! Vous avez été assez cons pour m’élire à la tête de ce putain de pays de merde, je vous chie dessus ! Vous vouliez un président pourvu d’une paire de couilles, c’est fait ! Tous les jours je vais niquer les puissants, les friqués, et déjà je leur dis que je leur pisse à la raie, OK ? Le bouffon jaunasse qui dirige la Chine a essayé de me téléphoner : qu’il aille se faire enculer ! Soyez peinards : nous ne nous laisserons pas baiser par ce fils de de pute. Vive la pine au cul, vive la branlette, vive la France !"

30/01/2020

Une émission pour rien

Fillon,télévisionJ’ai écouté François Fillon sur France 2 avec curiosité et intérêt. Déception totale ! A part un visage fatigué et quelques cheveux blancs de plus, c’est le même homme, inchangé et inflexible dans ses convictions, qui a apporté aux mêmes journalistes les mêmes réponses aux mêmes questions qu'en 2017. A la virgule près. Sur le travail de Pénélope, sur Sarko et Juppé, sur l’avocat Bourgi, sur le "cabinet noir" de Hollande, etc : pas la moindre info nouvelle, pas la plus petite correction de tir, pas l'esquisse d'un demi-aveu tardif ! Un saut mécanique de deux ans et demi en arrière… qui n’a rigoureusement rien apporté de nouveau. Rien !

01/09/2017

On ne peut pas enquêter sur tout...

Francois-Hollande-ne-veut-pas-que-Benoit-Hamon-prenne-la-tete-du-PS.jpgLe Canard Enchaîné de mercredi nous apprend que l’ex-candidat socialiste Benoît Hamon a fait passer un curieux message aux dirigeants du PS. En substance : Si vous continuez à exiger de moi le remboursement de l’argent de la campagne présidentielle, aurait-il menacé, je balance toute la vérité sur la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007, et celle de François Hollande en 2012 ! En écho à ce scoop explosif, je m’attendais à une avalanche de révélations scandaleuses ou croustillantes sur les deux campagnes socialistes de 2007 et 2012, mais non, rien, silence radio ! François Hollande peut dormir tranquille : les médias ont bien autre chose à faire de d’enquêter sur ces vieilles affaires, allons !

04/04/2017

François Fillon a un défaut

Fillon-Bourdin.jpgDepuis deux mois, au fond, les médias creusent, développent et moulinent la même information : François Fillon, un des principaux candidats à la présidentielle, a un défaut désolant, il est pingre ! Il gratte sur tout, il profite de tous les privilèges cachés qu’offre la vie publique ! Bon. J’ai bien connu deux éditorialistes célèbres (au Monde et à l’Express) qui souffraient de la même pathologie et que cela n’empêchait pas d’être de grands journalistes ! La question qui commence à émerger après deux mois de tohu-bohu médiatique, de condamnations morales et de régression intellectuelle, est celle-ci : le 23 avril, voterons-nous sur la pingrerie de Fillon ou sur l’avenir de la France ?

24/03/2017

Un petit calcul insidieux...

campagne.jpgPetit calcul insidieux. Commençons par éliminer les 25 % des Français qui n’ont pas le droit de vote, essentiellement les enfants. Sur le restant, soit 75 % de la population, mettons de côté les 25 % d’électeurs qui voteront FN les yeux fermés. Ajoutons-y les 30 % d’électeurs qui, selon le livre de Brice Teinturier, n’en ont "plus rien à foutre". Au doigt mouillé, enfin, évaluons à 20 % les électeurs qui votent d’habitude mais qui hésitent et qui, écœurés par les affaires, resteront chez eux. A-t-on bien mesuré que tout le cirque électoral, le spectacle politique, les tonnes de journaux, les milliers d’heures de télé et de radio, les meetings, les débats, la campagne, tout ça… ne concerne même pas 20 % de nos compatriotes ?

27/02/2017

Trois minutes à contre-courant

bravo.jpgAllez, pour le fun, soyons positif ! J’ai l’impression, moi, que Marine Le Pen a fait de gros progrès quand elle passe à la télé, sur le fond comme sur la forme. Je trouve que François Fillon est doté d’un psychisme incroyablement solide. J’admire sans réserve le jeune Emmanuel Macron pour son intelligence acérée et son talent exceptionnel. J’ai changé d’avis sur Benoît Hamon, qui restera certainement comme la révélation politique de cette année 2017. Je suis bluffé par le talent d’orateur de Jean-Luc Mélenchon, qui est le seul à m’émouvoir. Bon, certes, je n’ai pas grand-chose à dire sur les autres candidats, il ne faut pas exagérer, mais allons ! ces cinq-là n’ont pas que des défauts !

24/02/2017

Un débat, ça sert à quoi ?

un-debat-inedit-qui-fait-deja-debat.jpgLes polémiques autour du grand débat que TF1 entend organiser le 20 mars me font rigoler. Bien sûr que l’absence des "petits candidats" est injuste ! Mais faut-il rappeler à quoi sert un tel débat ? A confronter les idées et les programmes en lice. Or, dans la cacophonie générale qu’induirait la présence de 12 candidats (et le peu de temps accordé à chacun), à quoi servirait un échange croisé entre Macron et la trotskiste Nathalie Arthaud à propos de la désertification rurale, ou entre Mélenchon et Alexandre Jardin sur la présence française au Mali ? Cette présidentielle inédite battrait un nouveau record : celui du débat le plus inutile de l’histoire de la République !

23/02/2017

Fillon...Macron... Fillon... Macron...

macron-fillon.jpgComme je l’avais écrit ici même le 10 février, Bayrou ne pouvait se présenter aux présidentielles sans que sa seule présence n’ôte suffisamment de voix à Macron pour faire qualifier Fillon au second tour. Il a donc choisi de rallier ledit Macron, au risque que sa présence cette fois, dissuade quelques caciques du PS, inquiets pour leur réélection, de rejoindre l’ancien ministre de François Hollande. Bien malin qui peut prévoir, désormais, comment va évoluer le rapport de force entre Fillon et Macron. L’essentiel étant, pour ma part, que celui qui passera devant l’autre ratatine bien Marine Le Pen au second tour. Pour le reste, on s’arrangera.

22/02/2017

Plan B, moi, jamais !

panneau-de-cible.jpgA l’aube de 2017, il ne pouvait pas être battu. La presse a alors révélé que sa femme avait été son assistante parlementaire. Puis… que deux de ses enfants l’avaient été aussi. Puis… que sa femme avait un salaire exorbitant. Puis… qu’elle avait touché de grosses indemnités chômage. Puis… qu il habitait un manoir valant 700.000 euros. Puis… qu’il aurait été, selon certains, à voile et à vapeur. Puis… qu’il avait travaillé, quand il était conseil, pour le groupe Axa. Puis… qu’il avait gagné de l’argent en faisant des conférences. Puis… qu’il abusait des avions du gouvernement quand il était premier ministre. Et ce n’est pas fini… Quand on voit ce qui est arrivé à Fillon, on comprend que la droite ne trouve pas de plan B !

21/02/2017

Au premier tour on élimine ?

Candidats.jpgBon, je résume. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon voudraient nous faire croire que la France pourrait résister toute seule, et en anciens francs, à l’Amérique, à la Russie et à la Chine : pas sérieux, j’élimine ! Aucune envie de Benoît Hamon, dont la victoire remettrait en piste la plupart des éléphants du PS : j’élimine. Restent Macron et Fillon. Le premier, par désinvolture, s’est durablement ridiculisé en qualifiant la colonisation de "crime contre l’humanité". Le second, par intérêt personnel, a abusé des facilités financières offertes aux députés et à leurs familles. Me voilà frais : Le Pen, Mélenchon, Hamon, Macron et Fillon sont dans un bateau, le bateau coule, qu’est-ce qui reste ?

20/02/2017

C'est celui qui le dit qui l'est !

hue.jpgCombien de déclarations, en ce moment, font hurler de rire ! Il y a, au hasard, celle de Delphine Batho (députée ayant occupé indument un logement HLM de la ville de Paris) s’insurgeant dans La Croix : "Dans le cas de François Fillon, il y a un contournement honteux des règles de la République" ! Ou celle de Mazarine Pingeot, chez Ruquier : "Je déteste qu’on privilégie la vie intime d’un homme politique au détriment de son discours". Mais la plus belle, c’est celle de Robert Hue (ancien secrétaire de Georges Marchais devenu patron du PCF, aujourd'hui sénateur) s’écriant dans un tweet du 9 février : "Marre de tous ces professionnels de la politique !" Celle-ci, franchement, il faut l’encadrer !

14/02/2017

Vers un retrait de Jadot ?

jadot-hamon-melenchon.jpgQuelles chances a le socialiste Benoît Hamon d’absorber ses concurrents de gauche, sauf à renoncer définitivement à figurer au second tour ? Du côté de Mélenchon, on voit mal le candidat "insoumis" rallier soudain le parti de Valls, Touraine ou El Khomri ! Du côté écolo, en revanche, on serait prêt, toute honte bue, à négocier le retrait de Jadot contre le soutien du PS à une douzaine de candidats écolos aux législatives de juin. Mais la manip ne suffira pas, loin de là, à faire une majorité de premier tour ! Alors, que faire ? S’allier avec qui ? Quand on a posé la question à Benoît Hamon, il a eu cette réponse : "Tout ça, ce sont des conneries de journalistes !" Si c'est lui qui le dit...

11/02/2017

Politique : tous aux abris !

sniper-2.jpgTous aux abris ! Rien ni personne ne seront plus épargnés dans un débat médiatique cantonné aux privilèges, magouilles et petites compromissions des uns et des autres : le coût de la garde rapprochée de Julie Gayet, l’étrange poste attribué à la femme de Jean-Marc Ayrault en 2012, les 100.000 euros d’indemnités indument perçues par Sapin quand il était maire d’Argenton-sur-Creuse, le salaire exorbitant du coiffeur de Hollande, l’appartement de complaisance de la députée Delphine Batho, les frais de bouche du ministre Macron à Bercy, sans parler de l’emploi apparemment fictif de la fille d’Edwy Plenel à la Mairie de Paris ! Attention, âmes sensibles, ça va tirer dans tous les coins !

10/02/2017

Fillon élu grâce à Bayrou ?

Francois-Bayrou.jpgJe ne comprends pas pourquoi les dirigeants de la droite républicaine sont si énervés contre François Bayrou. Si le président du Modem se présente aux présidentielles, les sondages le créditeront d’environ 5 % des voix. Or, si ce chiffre se confirme, à qui va-t-il prendre ces 5 % des suffrages ? A Macron, évidemment ! Venez discuter, chez moi, dans l’Yonne, avec les électeurs traditionnels du Modem, vous verrez ! Pensez-vous, en revanche, qu’un seul électeur de Fillon se détournera de celui-ci pour voter Bayrou ? Aucun ! Conclusion : la candidature de Bayrou aura pour conséquence d’assurer, quasiment à coup sûr, la qualification de François Fillon au second tour de l’élection…

08/02/2017

La France, façon Trump

donald-trump.jpgCe qui m'inquiète le plus, dans ce moment politique houleux, c’est le niveau de bêtise, de haine et d’inculture où semble s’enfoncer irrémédiablement le débat démocratique. Quand on s'attarde un peu sur les réseaux sociaux, on est horrifié par les milliers d’insultes proférées chaque jour contre tel ou tel candidat par des milliers de gens qui vitupèrent en se contrefichant autant des faits que du droit. Trump aurait-il déjà déteint sur nous à ce point ? Faut-il rappeler que l’ignorance, le simplisme et l’injure, dans l'histoire, mènent à la violence et à la dictature ? Combien de temps pourra-t-on encore échanger des idées dans ce torrent ininterrompu de détestation, de méchanceté, de vulgarité ?

03/02/2017

J'hésite entre Raffarin et Borloo...

Raff-Borloo.jpgSuite de mon blog d’hier, où, à la réflexion, je ne voyais que deux personnages capables de s’improviser, en pleine crise, candidat fédérateur de la droite et du centre : Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo. Le premier, fils spirituel de Giscard et ancien chef du gouvernement sous Chirac, saura apaiser la vie politique française, qui en a bien besoin. Le second, homme de dialogue et d’ouverture, saura faire preuve d’imagination pour sortir de l’impasse où s’enfonce le pays. Qui d’autre saura incarner, au pied levé, cette large union de la droite et du centre qui, seule, en mai, sera capable de faire efficacement barrage aux ambitions de Marine Le Pen ?