Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2017

Baroin, quoi qu'il arrive ?

francois-baroin.jpgFrançois Baroin sera donc notre prochain premier ministre. D'abord, si François Fillon gagne l’élection présidentielle, c'est quasiment acquis. Mais je vous vois sourire : à trois semaines du premier tour, ce n'est pas l'hypothèse ! C’est plutôt Emmanuel Macron, le favori ! Et alors ? Vu que le jeune et sémillant président Macron ne parviendra pas à constituer une majorité parlementaire lors des législatives de juin, attendu que celles-ci seront très probablement remportées par Les Républicains alliés à l’UDI, je conclus qu'il y aura forcément cohabitation, comme c'est arrivé en 1993 et 1997. Et puisque Fillon, battu, se sera retiré de la vie politique, coucou, c’est Baroin qui sortira du chapeau et dirigera le gouvernement ! Cqfd !

12/11/2015

La crise ? Quelle crise ?

Matignon.jpgIl est des sujets qui, apparemment, ne font plus réagir. Tous les ans, le député socialiste de l’Aisne René Dosière publie, en marge de la discussion budgétaire, un bilan des cabinets ministériels. En 2014, il avait pointé une augmentation de 4,7 % des effectifs. Cette année, l’augmentation est de 7,7 % (passant de 450 à 485 personnes). Ces hauts fonctionnaires qui nous gouvernent travaillent dur à gérer la pénurie... sauf en ce qui les concerne. A Matignon, souligne Dosière, la rémunération mensuelle des 49 membres du cabinet de Manuel Valls a encore progressé, atteignant une moyenne de 10.833 euros. La crise, oui, mais pas pour tout le monde…

01/06/2013

Manuel Valls à Matignon ?

 m-valls.jpgManuel Valls est officiellement candidat au poste de Premier ministre. Il y a un an, cela n’aurait choqué personne : il était le plus à droite des candidats de la gauche et pouvait donc passer pour un rassembleur. Mais depuis l’aventure du "mariage pour tous", le ministre a montré qu’il n’était pas au niveau : emportements regrettables et sectaires à l'Assemblée, erreurs de jugement manifestes face aux casseurs, minimisation ridicule des grandes manifs, amalgames malhonnêtes et absurdes entre les fachos et les cathos (cf Le Point), etc. Valls a perdu une bonne part du crédit qu'il avait il y a un an… et l’explosion de l’insécurité n’y est pour rien !