Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2017

Une chambre d'enregistrement ?

parlement.jpgPlus de 400 députés, presque tous inexpérimentés, expressément élus pour soutenir aveuglément le gouvernement, c’est une très, très mauvaise nouvelle… pour Emmanuel Macron ! Quoi de pire, pour un jeune président libéral qui entend rajeunir le système démocratique, qu’un parti unique ? Qu’une chambre d’enregistrement aux ordres de l’Elysée pendant cinq ans ? Beaucoup de gens qui souhaitent le succès de Macron vont s’inquiéter, à raison, pour le pluralisme, fondement de la République. En Bourgogne, les députés "En Marche" sont en tête dans 15 circonscriptions sur 15, ce qui fait peur à tous les démocrates : une majorité sans opposition, cela se termine toujours très mal.

09/06/2017

Demain on rase gratis !

prof bis.JPGLa politique a quelque chose d'infantile. Voyez les professions de foi électorales envoyées quelques jours avant les législatives. Combien de candidats y promettent tranquillement de "baisser les impôts" (quelle bonne idée), de "maintenir les services publics" (je suis pour), de "soutenir nos entreprises" (génial), de "recruter 10.000 policiers" (ben voyons), d’ "améliorer la santé de tous" (pas con), de "protéger l’environnement" (super), de "refonder l’Europe" (j’applaudis), de "défendre les agriculteurs" (bon sang mais c'est bien sûr), etc. Par quels moyens, avec quel argent, dans quel délai ? On verra ! Allez, on s’en fout, tous ensemble, tous ensemble, en route vers le pays merveilleux de Mickey, d’Alice et de Oui-Oui !

06/06/2017

Législatives : le grand flou

Affiche-Ripolin.jpgA cinq jours des législatives, les sondeurs sont prudents. Tout juste soulignent-ils la tendance générale, très favorable aux partisans d'Emmanuel Macron, mais ils se gardent d’entrer dans le décompte des 577 circonscriptions qui sont autant de cas différents. Dans mon coin, par exemple, la quasi-totalité des candidats "En Marche" sont des anciens du PS, des socialistes "ripolinés" qui ne devraient pas récupérer beaucoup de voix à droite. Mais dans d’autres secteurs, là où le sortant LR ne se représente pas, là où la droite et le centre ont explosé, l’étiquette "Macron" fera le futur député. Difficile de prévoir le résultat de tout cela, vraiment !

10/05/2017

Ni gauche, ni droite ? Pas si simple !

EnMarche.jpgVoulez-vous l’avis d’un vieux giscardien, centriste depuis toujours, proche de l’UDI et du Modem, qui a voté Macron sans aucune réserve, et qui suit la politique de près ? En France, un rassemblement des républicains et des progressistes de gauche et de droite, avec toute la bonne volonté du monde, a peu de chance de tenir la route. Le système majoritaire à deux tours, même si on y instille un chouïa de proportionnelle, génère forcément des affrontements binaires entre candidats "plutôt à gauche" ou "plutôt à droite", le seul clivage qui tienne depuis deux siècles. Surtout au niveau des circonscriptions législatives, où les protagonistes sont les héritiers de plusieurs décennies de bagarres locales…

09/05/2017

Qui va gouverner la France ?

macron.jpgQui gouvernera la France après le 18 juin ? Pas la gauche, en tout cas, qui sera réduite à un groupe PS d’une cinquantaine de députés et à une poignée de mélenchonistes. Pas le FN, dont le groupe restera dans l’opposition. La vraie question : les députés "En Marche" seront-ils plus ou moins nombreux que ceux de la droite LR-UDI ? Plus : Macron composera un gouvernement de fidèles élargi à quelques sociaux-démocrates et à la droite modérée. Moins : il invitera Baroin à composer un gouvernement LR-UDI ouvert à quelques "En marche". Dans les deux hypothèses, on pourra enfin souffler, avec un cabinet de centre droit rajeuni, européen, avec des têtes nouvelles. Enfin… si tout va bien !

06/05/2017

Macron-Le Pen, pendant cinq ans ?

face-a-face.jpgIl est une conclusion à tirer du triste débat de mercredi soir, que je ne vois pas beaucoup évoquer par les commentateurs parisiens : c’est la perspective terrifiante d’avoir demain une majorité "macroniste" élargie à la gauche modérée et à la droite raisonnable, et en face, en guise d’opposition, Marine Le Pen et le FN éventuellement élargi à Nicolas Dupont-Aignan et Christine Boutin ! Bon, je sais, ce n’est pas politiquement correct, mais serai-je le seul, moi qui souhaite le succès d’Emmanuel Macron, à espérer que la droite classique et républicaine se refasse une santé, en juin, pour éviter que le face-à-face mortifère de mercredi ne se prolonge pendant cinq ans ?  

 

29/04/2017

Retour à la IVe République...

législatives.jpgNe croyez pas les innombrables commentateurs apparus à la télé depuis deux mois – je ne parle pas des vrais journalistes politiques, une espèce en voie d’extinction – quand ils vous répètent à l’envi, depuis le VIIIè arrondissement de Paris, que Macron a fait disparaître les deux grands partis traditionnels : ce n’est pas exact. La droite classique (un peu plus que le vote Fillon + la moitié de Dupont-Aignan) reste le premier parti de France, et même si l’alliance LR-UDI a peu de chances d’atteindre la majorité absolue, elle constituera, fin juin, le premier groupe à l’Assemblée – devant le groupe Macron, le groupe FN et le groupe PS-EELV. Bonjour la modernité ! Le retour à la Quatrième République est fixé au matin du 19 juin…  

25/04/2017

Quelle stratégie pour Macron ?

Macron.jpgEt maintenant, que va faire Macron ? La seule stratégie valable, pour le prochain président, est de profiter du large consensus qui se fera sur son nom au soir du second tour pour tenter de fédérer tous ces gens-là en vue des législatives, dans un grand mouvement modéré qui sera le socle de sa future "majorité présidentielle". Mais comment imaginer qu’à droite, les futurs députés LR et UDI se rallient à Macron alors que c’est en constituant un groupe parlementaire puissant et autonome que les vaincus du 23 avril, justement, auront une chance de reprendre le pouvoir ? Le troisième tour, en juin, sera compliqué ! Mais crucial...

30/03/2017

Baroin, quoi qu'il arrive ?

francois-baroin.jpgFrançois Baroin sera donc notre prochain premier ministre. D'abord, si François Fillon gagne l’élection présidentielle, c'est quasiment acquis. Mais je vous vois sourire : à trois semaines du premier tour, ce n'est pas l'hypothèse ! C’est plutôt Emmanuel Macron, le favori ! Et alors ? Vu que le jeune et sémillant président Macron ne parviendra pas à constituer une majorité parlementaire lors des législatives de juin, attendu que celles-ci seront très probablement remportées par Les Républicains alliés à l’UDI, je conclus qu'il y aura probablement cohabitation relative ou absolue (comme en 1993 et 1997). Et puisque Fillon, battu, se sera retiré de la vie politique, coucou, c’est Baroin qui sortira du chapeau et dirigera le gouvernement ! Cqfd !

30/08/2016

Après les présidentielles, les législatives !

najat.jpgIl n'y a pas que des journalistes porte-micro. Merci à Luc Rosenzweig de nous expliquer minutieusement, dans Causeur, pourquoi Najat Vallaud-Belkacem a spectaculairement contredit son chef, Manuel Valls, à propos de l’interdiction du burkini sur les plages françaises. C’est que la ministre entend se présenter aux législatives de juin 2017 dans la sixième circonscription du Rhône, celle de Villeurbanne, une des rares que le PS devrait conserver en cas de désastre électoral à gauche… à condition de séduire la nombreuse communauté immigrée de la ville, plutôt encline, ces derniers temps, à choisir l’abstention. Rien de scandaleux dans tout cela, sans doute, mais autant le savoir.

13/05/2013

Cahuzac, les socialistes et le peuple

 cahuzac.jpgJérôme Cahuzac, candidat aux législatives dans sa bonne ville de Villeneuve-sur-Lot ? Ils étouffent de rage, les Hollande, Ayrault et autres Harlem Désir, que le seul nom de Cahuzac renvoie, comme un reproche, à leur impéritie politicienne. Pardon de me répéter, mais les socialistes ont l’air d’avoir oublié qu’en France, c’est le peuple qui désigne les députés, et non le pouvoir exécutif ou le parti politique au pouvoir. En l'absence de toute condamnation judiciaire, ce sont les électeurs de Villeneuve-sur-Lot qui décideront, le cas échéant, du sort législatif de Cahuzac – à ses risques et périls, évidemment.

09:18 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : cahuzac, législatives, ps |  Facebook | | Lien permanent

18/06/2012

Un peu de... changement !

 ségo.jpgLes médias les regrettent déjà : Ségolène Royal, Claude Guéant, François Bayrou, Nadine Morano, Rama Yade, Jack Lang, Michèle Alliot-Marie, Eric Raoult, Renaud Muselier et quelques autres, renvoyés à leurs chères études, ou à une retraite bien tardive, par le suffrage universel. Or le peuple, vous, moi, mon cousin, ma voisine, on s’en fiche un peu : dix, vingt, trente ans qu’on les entend ! La visibilité médiatique n’est pas un acquis, un dû, un privilège ! Place aux autres, aux jeunes, aux nouveaux talents ! Et, surtout, après plus d’un an de matraquage politicien, du matin au soir, sur les écrans et sur les ondes, place aux autres sujets, aux vrais gens, au reste du monde ! De l’air !

17/06/2012

Tout le pouvoir au PS !

 AN.jpgFranchement, ça fait peur. Jamais un parti n’avait cumulé autant de pouvoirs, à lui tout seul, depuis le début de la Vè République. Je ne prends pas Hollande pour un dictateur, ni Ayrault pour un sectaire, mais j’ai bourlingué suffisamment longtemps en politique pour savoir que le PS n’est pas partageux, et qu’il a toujours voulu placer ses copains partout. On va bien voir, notamment à la tête des médias, s’il résiste à la tentation totalitaire. Le pire n’est jamais sûr, mais gardons à l’esprit l’un des plus vieux adages démocratiques, celui du Prince de Machiavel : "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument". A bon entendeur...

23:39 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ps, pouvoir, législatives |  Facebook | | Lien permanent

11/06/2012

Une élection locale ?

 affiche-GL.jpgJ’ai suivi tous les débats télévisés au soir des législatives. Il est sidérant de constater qu’aucun n’a abordé les questions qui animent les électeurs de ma circonscription : 1) Si le maire socialiste d’Auxerre est élu député, qui va le remplacer à la mairie ? 2) Les intérêts des agriculteurs sinistrés de Puisaye sont-ils les mêmes que ceux des quartiers défavorisés d’Auxerre ? 3) Dans une région Bourgogne quadrillée par les apparatchiks du PS, y a-t-il encore une petite place pour une opposition active ? Voilà des sujets majeurs dont les médias parisiens n’ont pas eu vent : comme les airelles de Fernand Raynaud, ils ne supportent pas le voyage…


08/06/2012

Quelle dette ? Quelle crise ?

 euro.jpgLa France vient de passer une dure semaine. François Hollande a dépassé les 130 km/h sur l’autoroute. Jean-Marc Ayrault a embrassé deux fois Martine Aubry avant les législatives. Nicolas Sarkozy est rentré de Marrakech. Valérie Trierweiler a décidé de rester journaliste à Match. Jean-Luc Mélenchon a encore insulté un journaliste. Cécile Duflot, qui prend encore le métro, est toujours favorable à la légalisation du cannabis. Tout cela dans un immense nuage euphorisant nommé Roland-Garros, en attendant deux autres tranquillisants géants, l’Euro de foot et le Tour de France. La dette ? La crise ? Quelle dette ? Quelle crise ?

03/06/2012

"Ennuyeuses", les législatives ?

 législatives.jpgPourquoi les médias qualifient-ils l’élection législative d’"ennuyeuse" ? D’abord parce qu’elle se passe sur le terrain, dans la vie réelle, et non sur les plateaux télé. Ensuite parce qu’elle nécessite, ouh la la, d’envoyer des reporters au-delà du périphérique. Enfin parce qu’ils ne peuvent acheter des dizaines de sondages, ceux-ci étant inopérants pour une élection de ce type. Or, si ce scrutin était si "ennuyeux", pourquoi le chef du gouvernement et 25 de ses ministres passeraient-ils l’essentiel de leurs journées, au lieu de gérer la crise, à faire des meetings et à serrer des mains sur les marchés de province ?

11/05/2012

L'Etat PS

 PS.jpgJ'étais hier dans la Nièvre pour une conférence devant l’Université du Temps libre du Nivernais. A la sortie, discussion avec Chantal, une autochtone. Le maire de sa petite commune est socialiste. Le maire de la grande ville voisine, Nevers, est socialiste. Le conseiller général de son canton est socialiste. Le président de son département est socialiste. Son député est socialiste. Son sénateur est socialiste. Le président de sa région, la Bourgogne, est socialiste. Tout comme le président du Sénat et, désormais, le Président de la République, tous les deux socialistes. Quand on lui parle de pluralisme, Chantal, elle rigole.

16/03/2012

Le point faible d'Eva Joly

eva-joly.jpgLe point faible d’Eva Joly, ce n’est ni son accent ni son look décalé ni ses idées bizarres, ce sont… les dirigeants des Verts ! Ecoutez-les se répandre en propos grinçants et dévastateurs sur le maintien de sa candidature ! Dès lors que Cécile Duflot, Noël Mamère et leurs acolytes ont mené à bien leur négociation d’arrière-boutique avec François Hollande, dès lors qu’ils sont tous assurés de décrocher une circonscription législative, eh bien ! il fallait s’y attendre : tous ces écolos qui guignent d'abord un fauteuil de député – voire, pour certains, un portefeuille ministériel – n’ont qu’un objectif, un seul : assurer au plus tôt, et sans réserves, l’élection de François Hollande !

 

28/01/2012

Jean-Pierre Soisson se retire

 JPS.jpgIl s’est passé cette semaine un petit événement politique en Bourgogne, quelque chose de suffisamment rare pour être signalé : Jean-Pierre Soisson, indéboulonnable député de l’Yonne depuis 1968, "Jean-Pierre" pour ses électeurs, a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux législatives de mai, désirant laisser la place à un plus jeune. Il a présenté l’homme destiné à prendre sa succession dans la circonscription Auxerre-Puisaye : son ex-suppléant Guillaume Larrivé, 35 ans, conseiller municipal d’Auxerre et conseiller régional de Bourgogne. Dans un pays où les hommes politiques s’accrochent à leurs mandats jusqu’à leur dernier souffle, une telle passation de témoin est à saluer !

12/01/2012

Grosse ficelle électorale

PS-FN.jpgVoyons, voyons : pourquoi diable le PS constitue-t-il une cellule spéciale, cinq mois avant les législatives, pour dénoncer bruyamment dans les médias les faits et gestes du Front National ? Sachant que ledit FN s’apprête, comme d’hab, à faire battre les candidats de la droite républicaine dans un max de circonscriptions, est-ce que ce ne serait pas pour lui donner un petit coup de main médiatique, au FN, hein, hop, comme ça, l’air de rien, la main sur le coeur ? Je n’ose penser que le PS est retors à ce point ! Ni que Martine Aubry s’intéresse davantage aux législatives de juin qu’aux présidentielles d'avril...


08:00 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ps, fn, législatives, aubry, 2012 |  Facebook | | Lien permanent