Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2017

Le "président des riches"

Mélenchon.jpgLa formule est assassine : Macron serait le "président des riches". Autant dire un salaud, un profiteur, un exploiteur, un valet du grand capital, un monstre d’égoïsme. Par cette condamnation morale, le PCF, Mélenchon et le FN bloquent toute discussion politique ou économique - comme Georges Marchais, naguère, prétendait tout résoudre en "faisant payer les riches". Mais au fait, qu’est-ce qu’un riche ? Dans notre pays égalitariste et jaloux, oubliez les salaires à cinq chiffres, les chevaux fiscaux, les piscines, les comptes off shore ! Pour le Français lambda, c'est simple : un riche, c’est quelqu’un qui gagne plus que lui. Tout le reste est littérature.

29/09/2017

Un bon point pour Edouard Philippe

E Philippe.jpgVu "l'Emission politique" hier soir, sur France 2, Edouard Philippe s’en est bien tiré. La simplicité, la précision et l’humour passent bien à la télévision. La sincérité aussi : quand le premier ministre explique qu’il s'efforce de "réparer" la France, comme il dit, on n’a aucune raison de mettre en doute sa parole ou sa compétence. Même Jean-Luc Mélenchon, l'ogre de service, en a été déstabilisé ! Seul flou regrettable : la PMA. Mais l'émission fut intéressante - à l’exception notable de son prolongement, le "débat" qui a suivi : invités mal choisis, sujets non traités, échanges médiocres, connivence et amateurisme, on a rarement vu une table ronde aussi nulle !

28/09/2017

"La vérité, c'est le mensonge !"

Meluche-Garrido.jpgCe pourrait n’être qu’une anecdote, mais elle est révélatrice d’une dangereuse dérive. Invitée par Thierry Ardisson dans une émission enregistrée un jeudi, Raquel Garrido, porte-parole de la France Insoumise s’est vivement réjouie, à l’avance, du succès de la manif… du surlendemain ! Pour les amis de Mélenchon, la vérité historique s’écrit avant les faits. Rappelez-vous 1984 d'Orwell : "La vérité, c'est le mensonge !" Voilà un héritage du communisme pur et dur, qui faisait truquer les chiffres, réécrire les événements ou effacer des personnages de l’histoire officielle. En URSS, les dissidents disaient : "Notre passé est imprévisible !" Apparemment, ce sera bientôt notre tour…

25/09/2017

La rue n'est pas une bonne référence

mélenchon,révolution,nazisLes médias sont encore pleins de réactions indignées après la sortie de Mélenchon sur "la rue" qui aurait "abattu les nazis", ce qui est une contre-vérité notoire. C’est beaucoup de bruit pour une simple boutade, sans doute, mais ce tohu-bohu révèle au moins trois choses. 1) Si Mélenchon se pose en opposant numéro Un, cela l’oblige à un peu plus de rigueur intellectuelle dans ses envolées lyriques. 2) Tordre l’histoire, c’est toujours risqué dans un pays comme la France, si attentif à son passé national. 3) "La rue", c’est beau, c’est épique, c’est mythique, mais "les gens" ne sont pas idiots : au cours de l’histoire, "la rue" a plus souvent provoqué des drames, entraîné la misère et engendré des tyrannies que résolu les crises !

22/09/2017

La presse dans le collimateur

jean-luc-melenchon-et-emmanuel-macron.jpgA la télé, les propos insultants tenus par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur les journalistes sont présentés comme des provocations désolantes. Or, sachez-le, depuis une vingtaine d’années, la quasi-totalité des dirigeants politiques éprouve un mépris abyssal pour le petit monde journalistique – tout en affichant force sourires et connivence de rigueur. Ce qui est nouveau, c’est que le chef de la majorité et le principal ténor de l’opposition ne se gênent plus pour exprimer publiquement ce mépris. Oubliant que la presse, pour agaçante et imparfaite qu’elle soit, est un pilier de la démocratie. C'est ainsi : vouloir la faire taire, y compris par des insultes, est toujours une faute politique. A bon entendeur...

07/07/2017

Mélenchon : Jaurès ou... Raspail ?

CIPB0097.jpgAinsi Mélenchon a intrigué en coulisse, en arrivant au Palais Bourbon, pour qu’on lui attribue le fauteuil de Jaurès ! Il n’aurait pas chopé le melon, Méluche ? Gêné, le président de Rugy, tout juste élu au perchoir, lui aurait proposé, en riant jaune, de retrouver le siège de Robespierre. Or, en réalité, c'est le fauteuil de Raspail dont Mélenchon aurait dû hériter : libre penseur, fondateur de l'Ami du Peuple, professant des idées aussi radicales qu’excessives, Raspail s’était présenté aux présidentielles de 1848 avec un programme qui le ferait qualifier aujourd’hui d’ "insoumis" (il obtint 40.000 voix) avant de se faire élire en 1876, après bien des arrestations, des amendes et des exils, député… de Marseille !

00:33 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : mélenchon, jaurès, raspail |  Facebook | | Lien permanent

28/06/2017

"Insoumis" ou "Mal élevés" ?

cravate.jpgCette histoire de cravate restera probablement l’épisode le plus grotesque de la première rentrée parlementaire de l'ère Macron. Quel courage inouï a-t-il fallu à ces "Insoumis" pour braver ainsi la vindicte des huissiers du Palais Bourbon, tels des étudiants chinois s’opposant aux chars de Tiananmen ! Le jeune Ruffin, adolescent mal élevé et mal dégrossi, a proclamé qu’il ne voulait pas ressembler à un "guignol" (merci pour les autres élus de la République). Une façon infantile d’afficher son appartenance à… à quoi, au fait ? Dans une famille ouvrière, en France, quand on va voir son député à l’Assemblée, on met une cravate ! Sauf les enfants, bien sûr.

12/06/2017

Un scrutin vraiment indéfendable

le-pen-melenchon.jpgDepuis le temps qu’on nous promet d’instiller un peu de proportionnelle dans le scrutin majoritaire ! Les députés "En Marche" détiendront donc, pour cinq ans, entre 420 et 450 des sièges (sur 577), alors que leur parti a recueilli dimanche les voix de 13,43 % des électeurs inscrits. Le FN, dont la candidate a obtenu 11 millions de voix le 7 mai, n’aura sans doute qu’un député, peut-être deux. A peu près autant que les "Insoumis" de Mélenchon. Plus malsain, tu meurs ! Attention, danger ! Macron ordonnera-t-il à tous ses nouveaux élus de se faire brutalement harakiri en réformant fissa le scrutin qui les a si facilement fait élire ? Evidemment non. Alors accrochez-vous, ça va tanguer !

13/05/2017

Le parachute revient à la mode

meluche.jpgC’est un article politique qui avait disparu de toutes les panoplies électorales et qui fait à nouveau fureur, notamment à Marseille : le parachute. A l’examen des scores que leurs candidats ont remportés aux présidentielles, le FN et Jean-Luc Mélenchon ont remis à la mode la vieille technique du parachutage, unanimement décriée depuis au moins trente ans, qui consiste à se faire élire par des pourcentages d’électeurs théoriques sans aucune considération pour les habitants d’un territoire dont le candidat ignore tout. Pas sûr que cette instrumentalisation cynique des citoyens amène, de nos jours, à de grandes victoires…

28/04/2017

On n'est pas en 2002

duo.jpgEt si, au lieu d’éructer et d’injurier la terre entière, on essayait de comprendre ? Je suis le premier effrayé d’entendre autant de personnes refuser de se prononcer entre Macron et Le Pen. Mais on n’est pas en 2002. Du côté de Mélenchon et de Fillon (soit près de 40 % des électeurs, amèrement privés de second tour), on n’a plus le choix qu’entre deux candidats profondément détestés. Et on voit bien que Marine Le Pen, à tort ou à raison, ne fait pas aussi peur que son père – notamment chez les ouvriers, les pauvres, les ruraux. Entendu ce matin à la radio : comment condamner la neutralité d’un curé de campagne dont le tiers des paroissiens a voté Le Pen, et un autre tiers, ex-partisan de Fillon, s'apprête à voter blanc ? Dure époque.

21/04/2017

Le troisième tour sera sanglant

législatives.jpgLe premier tour des présidentielles se joue dimanche. Mais le troisième tour obsède déjà le monde politique, car les législatives de juin seront sanglantes. Logiquement, trois candidats seulement sont certains de constituer un groupe parlementaire : Fillon (LR + UDI), Hamon (PS + EELV) et Le Pen (FN), aucun des trois ne pouvant prétendre à la majorité absolue. Macron, lui, n’aura de quoi constituer un groupe que s’il gagne la présidentielle ! Les autres, c’est-à-dire Mélenchon et Dupont-Aignan, et eux seuls, n’auront que deux ou trois élus (cas d’une personnalité très implantée ou d’une triangulaire hasardeuse) et ne pèseront en rien sur le quinquennat. Il y en a que ça va énerver grave.

17/04/2017

Sciences Po plébiscite Mélenchon !

sciences po G.jpgLu sur le site du Point une étude sur les préférences électorales des étudiants de Sciences Po qui en dit long sur la déconnexion entre les présumées "élites" françaises et la réalité du pays. Ainsi, à Sciences Po Grenoble, les étudiants votent Mélenchon à 46,98 % (visiblement, on n’y enseigne plus l’histoire), et à 50 % en première année ! A noter que Philippe Poutou y atteint 5,17 % des voix, soit davantage que… François Fillon (4,31 %). Ami employeur de la région Rhône-Alpes, drh de grosse boîte ou patron de Pme, vous êtes prévenu : si vous engagez un diplômé de cette prestigieuse école, il y a une chance sur deux pour que vous soyez assez rapidement arrêté, jugé et fusillé.

15/04/2017

Le principal enjeu du 23 avril

trump-poutine.jpgPour une fois, me voilà en phase avec François Hollande qui explique, dans Le Point, que la première tâche de son successeur sera "l’Europe, son avenir et même son existence". Faut-il rappeler que les deux plus farouches adversaires de l’Union européenne s’appellent Donald Trump et Vladimir Poutine ? Et que la France seule, prise entre ces deux géants pas franchement bienveillants, ne pèse rien ? Que tous les Mélenchon, Le Pen, Dupont-Aignan, Asselineau et autres démagogues irresponsables prônent la sortie de l'Europe les disqualifie définitivement aux yeux des électeurs qui regardent, de temps en temps, au-delà des frontières de notre tout petit hexagone !

14/04/2017

Le cauchemar absolu

Meluche-LePen.jpgDepuis quelques jours, les commentateurs se plaisent à évaluer les chances d’un second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Hypothèse peu probable, mais terrifiante. Car il n’est pas question de choisir entre ces deux candidats également négatifs et destructeurs : faudra-t-il voter pour celui des deux qui vomit le plus les journalistes, qui veut le plus la fin de l’Europe, qui déteste le plus la Cinquième République ? Quand j’entends évoquer cette hypothèse, je revois défiler toutes les séquences catastrophiques qui ont jalonné le XXe siècle, toutes dues au communisme, au nationalisme, et souvent aux deux. Mélenchon ou Le Pen ? Le cauchemar absolu.

10/04/2017

Mélenchon a du talent

melenchon-a-strasbourg.jpgLa progression de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages est explicable : l’homme est un bon orateur, contrairement aux dix autres candidats. Ce qui l’est moins, c’est l’incroyable complaisance dont fait preuve à son égard la nouvelle génération de journalistes qui n’a jamais lu, visiblement, les livres de Hanna Arendt, Raymond Aron ou François Furet. Et qui trouvent raisonnable de sortir de l’Union européenne, de quitter la protection de l’OTAN, de s’allier à Cuba et au Venezuela sous la tutelle de la Russie et de l’Iran ! Ho, les confrères, on se renseigne ! Hitler aussi, toute révérence gardée, était un bon orateur en janvier 1933, quand il a remporté les élections en Allemagne !

09/04/2017

Entre les ouuuuuh et les aaaaaaah !

mélenchon.jpgDans l’immense café du commerce où s’invectivent nos compatriotes depuis deux mois, il est frappant de voir à quel point la propension naturelle des uns et des autres est de hurler avec les loups : ouuuuuuh contre Fillon, ouuuuuuh contre les journalistes, ouuuuuuh contre l’Europe ! Pareil dans l’autre sens : aaaaaaah qu’il est beau Macron, aaaaaaaah qu’il est cultivé Mélenchon, aaaaaaah qu’il est rafraîchissant Poutou ! Là où cela se complique, c’est que ces modes sont de plus en plus éphémères et changeantes. Faut hurler vite, de nos jours ! Au point qu’à essayer de suivre le mouvement, commentateurs et observateurs ne trouvent plus le temps de lire les programmes…

23/03/2017

Mélenchon réunira une Constituante !

constituante.jpgLe plus rigolo des programmes en lice, c’est celui de Jean-Luc Mélenchon : on réunit une Constituante, et puis on voit ce que veut le peuple ! Evidemment, personne n’ose lui rappeler qu’outre l’expérience française de 1789, il y a eu deux précédents dans l’histoire : 1) En janvier 1918, en Russie, les bolcheviks ont fait élire une Constituante, comme ils l’avaient promis, mais comme ils y étaient minoritaires, ils l’ont brutalement dissoute, et basta ! 2) Après janvier 1959, à Cuba, Fidel Castro avait promis de réunir, lui aussi une Constituante… mais, c’est ballot, elle n’a jamais été convoquée ! Quelqu’un peut-il rappeler aux électeurs de Mélenchon ce qu’il est advenu ensuite de la Russie et de Cuba ?

18/03/2017

Eclatée, la gauche ?

melenchon-hamon.jpgBeaucoup d’électeurs de gauche, aussi sincères que naïfs, regrettent que Hamon et Mélenchon n’aient pas fusionné leurs listes. C’est méconnaître ce qui divise irrémédiablement la galaxie socialiste depuis… depuis son apparition au XIXe siècle ! Faut-il rappeler ce qui opposait Bernstein et Marx, Plekhanov et Lénine, Jaurès et Cachin, Blum et Thorez, Mollet et Duclos, Mitterrand et Marchais ? Aujourd’hui, le PCF est moribond, mais le clivage reste vif, à gauche, entre les partisans de l’appropriation collective des moyens de production et ceux qui ont compris que l’économie de marché était le pire des régimes économiques à l’exception de tous les autres. Ces deux positions étant, de fait, irréconciliables !

14/02/2017

Vers un retrait de Jadot ?

jadot-hamon-melenchon.jpgQuelles chances a le socialiste Benoît Hamon d’absorber ses concurrents de gauche, sauf à renoncer définitivement à figurer au second tour ? Du côté de Mélenchon, on voit mal le candidat "insoumis" rallier soudain le parti de Valls, Touraine ou El Khomri ! Du côté écolo, en revanche, on serait prêt, toute honte bue, à négocier le retrait de Jadot contre le soutien du PS à une douzaine de candidats écolos aux législatives de juin. Mais la manip ne suffira pas, loin de là, à faire une majorité de premier tour ! Alors, que faire ? S’allier avec qui ? Quand on a posé la question à Benoît Hamon, il a eu cette réponse : "Tout ça, ce sont des conneries de journalistes !" Si c'est lui qui le dit...

28/11/2016

Un "géant" nous a quittés

Staline-L'Huma.jpgLes réactions à la mort de Fidel Castro, en France, sont si contrastées qu'elles étonnent nos voisins. Que des dirigeants sensés, responsables, intelligents, qui lisent la presse, qui ont même lu des livres, des gens comme Pierre Laurent, Olivier Besancenot, Christiane Taubira ou Jean-Luc Mélenchon, saluent avec vénération le "géant" que fut un des plus grands tyrans de la fin du XXe siècle, en dit long sur la spécificité de la mémoire française. Je n’ose imaginer ce qu’auraient dit les mêmes si Joseph Staline, cet autre "géant", était venu à mourir aujourd’hui : les mêmes dithyrambes et les mêmes pleurs, sans doute, que les Louis Aragon, Henri Barbusse et autres Paul Eluard ?