Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2018

Tout ça pour ça !

méluche.jpgCe devait être une "marée populaire", attention les yeux, tremblez patrons, tremble Macron ! Les 64 organisations convoquées samedi à Paris réunirent 32.000 personnes, à tout casser. Comment voulez-vous que la politique soit prise au sérieux par les 66.868.000 autres Français ? Il n’y a vraiment que les médias parisiens pour s’intéresser à cette poignée de bateleurs professionnels aigris et coupés des réalités que sont les Mélenchon, Ruffin, Martinez, Autain – qui criaient tous victoire, le soir, sur les plateaux télé ! Quand va-t-on enfin admettre que les Français n’ont absolument pas envie de refaire la révolution d’Octobre, et passer à des choses plus sérieuses ?

10/05/2018

Il y a cent ans, la révolution

lenin-reading-pravda.jpgIl y a juste cent ans, les Occidentaux effarés commencent à comprendre ce qui se passe en Russie, ce grand pays qui était alors la 5ème puissance économique mondiale (eh oui) et qui, en deux ou trois ans, va connaître la dégringolade, la guerre civile, la pauvreté générale, la famine et de longues années de terreur. Lisez les journaux de l’époque : personne, absolument personne ne croyait qu’un tel désastre fût possible. Cent ans plus tard, l’immense majorité des Français considèrent comme nulles les chances des Ruffin, Mélenchon et autres Besancenot de renverser Macron et, à la faveur de quelques troubles, de parvenir au pouvoir. Ils ont sûrement raison.

05/05/2018

Le triomphe des minoritaires

minorités,médias,Mélenchon,Besancenot,RuffinComment voulez-vous que la France profonde n’en veuille pas aux médias parisiens de faire la publicité des ultra-minoritaires de ce pays ? La pub des 80 "bloqueurs" d’une université de 40.000 étudiants ; celle des 1.200 casseurs plombant une manif de 30.000 personnes ; celle de la CGT qui réunit 2,6 % des salariés français ; de Besancenot, Poutou et consort, qui représentent entre 1 et 2 % de l’électorat ; de Mélenchon, arrivé 4è au premier tour des présidentielles de 2017 ; de la gauche en général, qui, toute entière, du PS aux trotskistes en passant par Hamon, les Insoumis et tous les autres, a rassemblé aux dernières élections générales… 21 % des électeurs ?

03/05/2018

Un bond de 150 ans en arrière !

mel-JJB.jpgLes contradictions idéologiques et tactiques dans lesquelles se débat Jean-Luc Mélenchon depuis que l'ultra-gauche a volé la vedette, mardi, au défilé de la CGT, rappellent à tout amateur d’histoire les bagarres et les polémiques assassines qui opposaient, à la fin du XIXe siècle, les "socialistes", les "anarchistes", les "anarcho-syndicalistes", les "nihilistes", etc. Lénine en fera même un livre en 1920 : "Le gauchisme, maladie infantile du communisme". Vous vous rappelez Raspail, Blanqui, Bakounine, Netchaïev, Kropotkine ? C’était les black blocs, les anars, les cégétistes et les mélenchonistes d’il y a 150 ans. Tout cela ne nous rajeunit pas !

26/04/2018

Liberté de la presse : danger !

Reporters-sans-frontières-RSF-890x395_c.jpgLe rapport 2018 de "Reporters sans frontières" sur la liberté de la presse est très inquiétant. Des pays comme les Etats-Unis ou la France, qui en furent le berceau, se retrouvent respectivement à la 45e et à la 33e place sur la liste des pays où les journalistes rencontrent de plus en plus souvent un climat de haine à leur égard. De Donald Trump à Jean-Luc Mélenchon, sans parler des dirigeants tchèques, slovaques ou hongrois, de plus en plus de politiciens occidentaux voudraient ouvertement museler la presse, comme en Chine, en Turquie ou au Venezuela. Attention, les gens, il y a danger ! La démocratie, c'est fragile !

15/04/2018

Pourquoi tant de haine ?

haine,violence,MélenchonLa haine de Jean-Luc Mélenchon pour les journalistes. La haine des cheminots grévistes vis-à-vis de Macron. La haine d’Olivier Besancenot à l’égard des patrons. La haine de l’extrême-droite vis-vis des migrants. La haine des identitaires pour les musulmans. La haine que les zadistes vouent aux gendarmes. La haine des libres penseurs à l’égard des curés. La haine d’une poignée de lycéens pour les bourgeois. La haine de quelques indécrottables crétins à l’égard des juifs. Ils ne savent pas, tous ces excités, tous ces aigris, qu'ils vivent dans un des pays les plus civilisés, riches, tempérés et pacifiques de la terre ?

11:28 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : haine, violence, mélenchon |  Facebook | | Lien permanent

14/04/2018

Feu sur l'état-major !

Besancenot,Mélenchon,Le Pen,Syrie,guerre,armes chimiquesLa France a participé cette nuit à une opération militaire très risquée, dans une région extrêmement compliquée, pour des raisons morales et diplomatiques complexes. La moindre des choses, dans une configuration aussi délicate, est de faire preuve de prudence, sinon de solidarité. C’est pourquoi les réactions violemment négatives, voire insultantes, de tous les Besancenot, Le Pen, Mélenchon, Philippot, Boutin et autres Dupont-Aignan sont indécentes. Certes, on n’attend pas de ces gens-là qu’ils sortent de chez eux en chantant la Marseillaise, mais qu’ils comprennent qu’on est, là, dans la cour des grands, et que c’est un peu plus dangereux que de voter des motions débiles dans un amphi à Nanterre !

10/04/2018

Medias : y a comme un problème

macron-bernardins.jpgVoulez-vous savoir ce qui fausse le débat public ? Hier soir, alors qu’Emmanuel Macron prononce son discours devant les évêques aux Bernardins, les chaînes d’info parlent d’autre chose, des zadistes, de la Sncf, etc – après tout, c’est un choix éditorial. Mais soudain, breaking news ! Jean-Luc Mélenchon a pianoté un tweet rageur et insultant, de quatre lignes, sur ce qu’a dit le "chanoine Macron" sur l’Eglise et l’Etat. Sans plus attendre, partout, les invités sont priés de réagir au tweet de Mélenchon. Et les voilà tous, experts, élus, journalistes, en train de commenter avec passion le long discours de Macron… qu’aucun d’entre eux, et pour cause, n’a écouté !

00:26 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : medias, laïcité, mélenchon |  Facebook | | Lien permanent

04/03/2018

Les journalistes à la guillotine !

mélenchon-2.jpgMasochisme ou couardise ? La complaisance des médias français envers Jean-Luc Mélenchon est incompréhensible. Alors que le leader de la France Insoumise est dix fois plus méprisant et agressif vis-à-vis d’eux qu’un Laurent Wauquiez ou une Marine Le Pen ! Lisez, par exemple, son blog du 26 février : les journalistes sont tous des lâches, des menteurs, des crétins, des vendus, etc, etc ! La haine de Mélenchon à l’égard du "parti médiatique" (!) semble inextinguible. Or, quand on voit le piteux fiasco du "Média", la petite télé lancée sur le net par ses camarades de la France Insoumise, on attendrait du Grand Inquisiteur de la gauche un peu, un tout petit peu d’humilité…

01/12/2017

Mélenchon, on s'en tamponne !

jean-luc-melenchon.jpgIl est désespéré, Mélenchon ! A la télé, on ne l’interroge que sur le naufrage politique du Venezuela (dont il faisait naguère un modèle pour la France) et sur sa collègue Danielle Obono (dont les écarts racistes en ont scandalisé plus d’un). Alors il agonit la presse d’injures : il voudrait tellement que les journalistes le prennent au sérieux ! Sauf que le programme de la France Insoumise, actuellement, tout le monde s’en tamponne le coquillard : c’est Macron qui gouverne, et c’est le programme de Macron qui intéresse les gens ! Qu’importe, aujourd’hui, ce que proposent Mélenchon et son groupuscule anachronique ?

00:46 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : mélenchon, macron, politique |  Facebook | | Lien permanent

01/10/2017

Le "président des riches"

Mélenchon.jpgLa formule est assassine : Macron serait le "président des riches". Autant dire un salaud, un profiteur, un exploiteur, un valet du grand capital, un monstre d’égoïsme. Par cette condamnation morale, le PCF, Mélenchon et le FN bloquent toute discussion politique ou économique - comme Georges Marchais, naguère, prétendait tout résoudre en "faisant payer les riches". Mais au fait, qu’est-ce qu’un riche ? Dans notre pays égalitariste et jaloux, oubliez les salaires à cinq chiffres, les chevaux fiscaux, les piscines, les comptes off shore ! Pour le Français lambda, c'est simple : un riche, c’est quelqu’un qui gagne plus que lui. Tout le reste est littérature.

29/09/2017

Un bon point pour Edouard Philippe

E Philippe.jpgVu "l'Emission politique" hier soir, sur France 2, Edouard Philippe s’en est bien tiré. La simplicité, la précision et l’humour passent bien à la télévision. La sincérité aussi : quand le premier ministre explique qu’il s'efforce de "réparer" la France, comme il dit, on n’a aucune raison de mettre en doute sa parole ou sa compétence. Même Jean-Luc Mélenchon, l'ogre de service, en a été déstabilisé ! Seul flou regrettable : la PMA. Mais l'émission fut intéressante - à l’exception notable de son prolongement, le "débat" qui a suivi : invités mal choisis, sujets non traités, échanges médiocres, connivence et amateurisme, on a rarement vu une table ronde aussi nulle !

28/09/2017

"La vérité, c'est le mensonge !"

Meluche-Garrido.jpgCe pourrait n’être qu’une anecdote, mais elle est révélatrice d’une dangereuse dérive. Invitée par Thierry Ardisson dans une émission enregistrée un jeudi, Raquel Garrido, porte-parole de la France Insoumise s’est vivement réjouie, à l’avance, du succès de la manif… du surlendemain ! Pour les amis de Mélenchon, la vérité historique s’écrit avant les faits. Rappelez-vous 1984 d'Orwell : "La vérité, c'est le mensonge !" Voilà un héritage du communisme pur et dur, qui faisait truquer les chiffres, réécrire les événements ou effacer des personnages de l’histoire officielle. En URSS, les dissidents disaient : "Notre passé est imprévisible !" Apparemment, ce sera bientôt notre tour…

25/09/2017

La rue n'est pas une bonne référence

mélenchon,révolution,nazisLes médias sont encore pleins de réactions indignées après la sortie de Mélenchon sur "la rue" qui aurait "abattu les nazis", ce qui est une contre-vérité notoire. C’est beaucoup de bruit pour une simple boutade, sans doute, mais ce tohu-bohu révèle au moins trois choses. 1) Si Mélenchon se pose en opposant numéro Un, cela l’oblige à un peu plus de rigueur intellectuelle dans ses envolées lyriques. 2) Tordre l’histoire, c’est toujours risqué dans un pays comme la France, si attentif à son passé national. 3) "La rue", c’est beau, c’est épique, c’est mythique, mais "les gens" ne sont pas idiots : au cours de l’histoire, "la rue" a plus souvent provoqué des drames, entraîné la misère et engendré des tyrannies que résolu les crises !

22/09/2017

La presse dans le collimateur

jean-luc-melenchon-et-emmanuel-macron.jpgA la télé, les propos insultants tenus par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur les journalistes sont présentés comme des provocations désolantes. Or, sachez-le, depuis une vingtaine d’années, la quasi-totalité des dirigeants politiques éprouve un mépris abyssal pour le petit monde journalistique – tout en affichant force sourires et connivence de rigueur. Ce qui est nouveau, c’est que le chef de la majorité et le principal ténor de l’opposition ne se gênent plus pour exprimer publiquement ce mépris. Oubliant que la presse, pour agaçante et imparfaite qu’elle soit, est un pilier de la démocratie. C'est ainsi : vouloir la faire taire, y compris par des insultes, est toujours une faute politique. A bon entendeur...

07/07/2017

Mélenchon : Jaurès ou... Raspail ?

CIPB0097.jpgAinsi Mélenchon a intrigué en coulisse, en arrivant au Palais Bourbon, pour qu’on lui attribue le fauteuil de Jaurès ! Il n’aurait pas chopé le melon, Méluche ? Gêné, le président de Rugy, tout juste élu au perchoir, lui aurait proposé, en riant jaune, de retrouver le siège de Robespierre. Or, en réalité, c'est le fauteuil de Raspail dont Mélenchon aurait dû hériter : libre penseur, fondateur de l'Ami du Peuple, professant des idées aussi radicales qu’excessives, Raspail s’était présenté aux présidentielles de 1848 avec un programme qui le ferait qualifier aujourd’hui d’ "insoumis" (il obtint 40.000 voix) avant de se faire élire en 1876, après bien des arrestations, des amendes et des exils, député… de Marseille !

00:33 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : mélenchon, jaurès, raspail |  Facebook | | Lien permanent

28/06/2017

"Insoumis" ou "Mal élevés" ?

cravate.jpgCette histoire de cravate restera probablement l’épisode le plus grotesque de la première rentrée parlementaire de l'ère Macron. Quel courage inouï a-t-il fallu à ces "Insoumis" pour braver ainsi la vindicte des huissiers du Palais Bourbon, tels des étudiants chinois s’opposant aux chars de Tiananmen ! Le jeune Ruffin, adolescent mal élevé et mal dégrossi, a proclamé qu’il ne voulait pas ressembler à un "guignol" (merci pour les autres élus de la République). Une façon infantile d’afficher son appartenance à… à quoi, au fait ? Dans une famille ouvrière, en France, quand on va voir son député à l’Assemblée, on met une cravate ! Sauf les enfants, bien sûr.

12/06/2017

Un scrutin vraiment indéfendable

le-pen-melenchon.jpgDepuis le temps qu’on nous promet d’instiller un peu de proportionnelle dans le scrutin majoritaire ! Les députés "En Marche" détiendront donc, pour cinq ans, entre 420 et 450 des sièges (sur 577), alors que leur parti a recueilli dimanche les voix de 13,43 % des électeurs inscrits. Le FN, dont la candidate a obtenu 11 millions de voix le 7 mai, n’aura sans doute qu’un député, peut-être deux. A peu près autant que les "Insoumis" de Mélenchon. Plus malsain, tu meurs ! Attention, danger ! Macron ordonnera-t-il à tous ses nouveaux élus de se faire brutalement harakiri en réformant fissa le scrutin qui les a si facilement fait élire ? Evidemment non. Alors accrochez-vous, ça va tanguer !

13/05/2017

Le parachute revient à la mode

meluche.jpgC’est un article politique qui avait disparu de toutes les panoplies électorales et qui fait à nouveau fureur, notamment à Marseille : le parachute. A l’examen des scores que leurs candidats ont remportés aux présidentielles, le FN et Jean-Luc Mélenchon ont remis à la mode la vieille technique du parachutage, unanimement décriée depuis au moins trente ans, qui consiste à se faire élire par des pourcentages d’électeurs théoriques sans aucune considération pour les habitants d’un territoire dont le candidat ignore tout. Pas sûr que cette instrumentalisation cynique des citoyens amène, de nos jours, à de grandes victoires…

28/04/2017

On n'est pas en 2002

duo.jpgEt si, au lieu d’éructer et d’injurier la terre entière, on essayait de comprendre ? Je suis le premier effrayé d’entendre autant de personnes refuser de se prononcer entre Macron et Le Pen. Mais on n’est pas en 2002. Du côté de Mélenchon et de Fillon (soit près de 40 % des électeurs, amèrement privés de second tour), on n’a plus le choix qu’entre deux candidats profondément détestés. Et on voit bien que Marine Le Pen, à tort ou à raison, ne fait pas aussi peur que son père – notamment chez les ouvriers, les pauvres, les ruraux. Entendu ce matin à la radio : comment condamner la neutralité d’un curé de campagne dont le tiers des paroissiens a voté Le Pen, et un autre tiers, ex-partisan de Fillon, s'apprête à voter blanc ? Dure époque.