Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2016

La Constitution, on s'en tape !

egalité,constitution,bareigts,république,outre-merLa Réunionnaise Ericka Bareigts devient donc "ministre des Outre-Mer" (un pluriel qui, à lui seul, défie la République pour laquelle la Nation est "indivisible", mais passons). Elle met fin, par ricochet, à son étrange "secrétariat d’Etat à l’Egalité réelle" ...sans qu’aucun journaliste n’ait jamais fait remarquer, depuis sa création en février, que ce sous-ministère prodigieusement inutile était surtout une aberration constitutionnelle : l’ "Egalité réelle", c’est le slogan que la gauche de la gauche de l'été 1789 (Sans-culottes, Enragés, etc) avait inventé pour contester la trop bourgeoise Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Or celle-ci est, que je sache, la première référence du préambule de notre Constitution ! Oui, je sais, tout le monde s’en fout. Moi, pas.

17/04/2016

L'intolérance gagne du terrain

finkielkraut-place-republique-16-avril-2016.jpgLa République, cette bonne blague ! Cette nuit, le philosophe et académicien Alain Finkielkraut s’est rendu avec son épouse sur la place de la République, simplement pour se faire un jugement de la réalité du mouvement Nuit Debout. Il n’a pas été déçu : insulté, objet de crachats, traité de "facho", il aurait été frappé, piétiné et lynché si le service d’ordre ne l'avait pas exfiltré de la foule. Voilà où mènent la compromission, la démagogie, l'inculture et la bêtise : à frapper, à interdire, à museler, à exclure. Il faut vraiment être naïf ou aveugle pour ne pas voir que sous les crachats, les injures et les coups de poing de Nuit Debout, c’est la démocratie qui recule !

05/03/2016

Que le grand clic me croque !

1-million-de-signatures.jpgLa pétition ayant recueilli "plus d’un million de signatures" contre la loi El-Khomri est un tournant dans l’histoire de notre démocratie. Désormais, des dizaines de pétitions seront ainsi lancées sur Internet, via le site américain Change.org ou via d’autres sites, qui feront le buzz dans les médias. Mais quelle valeur donner à ces "clics" exécutés d’un doigt pressé, distrait et anonyme, sans que leur émetteur n’ait rien lu, et parfois rien compris, sur le sujet donné ? Mal barrée, la République ! Il faut dire que la dernière pétition digne de ce nom (700.000 signatures réelles, imprimées sur papier et constatées par huissier) date de février 2013, elle contestait massivement le projet de loi Taubira sur le "mariage pour tous" : le Conseil économique et social l’avait envoyée directement à la poubelle !

23/11/2015

Et pendant ce temps-là... (1)

logo-cese.jpgPendant que les attentats terroristes de Paris occultaient le reste de l’actualité, l’institution la plus inutile du pays procédait, loin des médias, à son renouvellement. Syndicats, associations citoyennes et partis de gauche ont discrètement désigné les 233 membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), cette instance que personne n’écoute et qui n’écoute personne (qu’on se rappelle la pétition de 700.000 citoyens, à propos du mariage gay, en 2013, qui est partie à la poubelle à peine arrivée au siège !). On y gagne, pendant cinq ans, 2.900 euros net par mois + l’assurance de 700 euros brut de retraite mensuelle à vie. Vive la République.

17:28 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : cese, république |  Facebook | | Lien permanent

04/08/2015

Comment plomber la République

taubira-2.jpgJe découvre avec retard la deuxième bombe à retardement posée par la ministre Christiane Taubira, vendredi, avant de partir en vacances : un projet de loi ratifiant la charte européenne des langues régionales. Ben tiens ! Permettre à de petites minorités extrémistes de défier la République en obligeant les préfectures, les tribunaux et les mairies à traduire panneaux et circulaires dans des langues ultra-minoritaires, quelle bonne idée ! Pour mettre le feu à la Bretagne, c’est l’idéal ! Et pour stimuler le communautarisme, donc ! Et si on obligeait plutôt toutes les minorités du pays à parler correctement le français ?

09/06/2015

Il plane, Manuel Valls !

valls.jpgQue Manuel Valls ait claqué entre 15.000 à 18.000 euros dans l’utilisation d’un Falcon de la République pour aller assister à un match de foot à Berlin n’est pas, à mes yeux, un énorme scandale - sauf qu’il fait exactement ce que Hollande reprochait naguère à Sarkozy, mais passons. Non, ce qui hérisse le poil des Français, notamment des animateurs de TPE et PME auxquels il s’adressait ce matin, c'est qu'en période de crise économique, avec la même somme, on peut créer un nouvel emploi, engager un apprenti, investir dans un bâtiment, acheter une nouvelle machine, repousser un dépôt de bilan, démarcher des clients à l’étranger, renouveler la camionnette de l'entreprise ou sauver un festival culturel en province. Faut qu'il redescende sur terre, Valls... 

04/04/2015

Ces petits privilèges qui agacent

élu-écharpe.jpgOn ne voit pas, de Paris, à quel point la République des élus, des réseaux et des notables défend ses petits privilèges contre tous les aléas électoraux, et en dépit des difficultés économiques ! Petit exemple : les élus de ma région, la Bourgogne, touchent actuellement 1.900 € d’indemnité mensuelle, car la population bourguignonne est inférieure à 2 millions d’habitants. Miracle : la fusion avec la Franche-Comté faisant sauter ce seuil, les mêmes élus, dont le nombre ne diminuera pas dans la nouvelle région, toucheront 2.280 € par mois ! Pareil pour les élus de Franche-Comté, hop ! C'est anecdotique, bien sûr. Mais ça agace l'électeur...

17/03/2015

La République nous appelle

gard-republ.jpgPour rassembler les Français, la martingale à la mode, c’est la République. Sarkozy, qui cite volontiers Jaurès, pourrait bien renommer l’UMP "Les Républicains". Hollande, fils spirituel de Jules Ferry, ne connaît pas d’autre référence. Valls, grand admirateur de Clemenceau, n’a que ce mot à la bouche. Et même Marine Le Pen, désormais, rejoint le cortège. On finirait par oublier que la plupart de nos voisins (Espagne, Pays-Bas, Angleterre, Belgique, etc) ont préféré, eux, garder le régime monarchique. Et que la France a vécu 1.500 ans avant d’opter pour cette forme de gouvernance : 1.500 ans, quand même ! 

15/01/2015

Les musulmans et la République

leon-13.jpgJe connais une religion à vocation universelle, venue d’Orient, qui ne correspondait pas, il y a deux siècles, aux codes de la République. Violemment stigmatisés par ce nouveau régime, ces croyants-là ont été sur la défensive pendant près de cent ans. Ils ont même renâclé quand leur chef suprême, qu’on appelle le pape (photo), les a engagés à accepter la réalité républicaine. Il aura fallu la séparation de l'Eglise et de l'Etat, et, surtout, l’immense brassage social de la guerre 1914-18 pour que cette religion et la République se retrouvent enfin en phase. Et si cette autre religion, qu'on appelle l’islam, avait besoin d'un peu de temps pour se retrouver, à son tour, en phase avec la République ?

10/01/2015

La parole aux musulmans

IMAM-DRANCY.jpgN’écoutez pas le babil des commentateurs politiques qui se demandent si les militants du FN seront à la manif de demain. La vraie question, c’est de savoir si les musulmans français, eux, y seront ! En quel nombre et sous quelle forme ? Au-delà des 3 ou 4 imams courageux qu’on voit à la télé, il dépend des 3 ou 4 millions de musulmans français, en grande part, que soit tracée clairement la ligne rouge séparant le cancer de l’islamisme, ou de l’islam radical, de la religion islamique pratiquée massivement et pacifiquement dans le cadre de la République. Pour notre liberté et pour la leur.

13/05/2014

Vive la République ! Vive la France !

lepen-taubira.jpgL’incident qui vient d’opposer Christiane Taubira et Marine Le Pen à propos de la Marseillaise est artificiel et débile. Il rappelle, hélas, qu'il y a des responsables politiques qui se réclament à 100 % de la République en détestant la France éternelle, et d’autres qui vantent la France de toujours en méprisant la République et ses valeurs. Or, dans la vraie vie, l’immense majorité de la population de ce pays se sent héritière de la France bimillénaire tout en respectant la République qui la gouverne aujourd’hui ! Marre des idéologues hémiplégiques qui voudraient nous forcer à choisir entre la première et la seconde !

16/12/2013

Une nouvelle gouvernance

 Révolution.jpgDepuis un peu plus d'un an, on voit émerger en France une nouvelle forme de gouvernance démocratique. Sur le mariage gay : les représentants des religions critiquent le projet de loi Taubira ? On les vire du Comité national d’éthique ! Sur le voile à l’école : le Haut conseil de l’intégration dénonce le communautarisme ? Le gouvernement le jette au profit d’un "rapport" rédigé par des "commissions" composées à partir de militants et d’amis politiques ! Sur l’euthanasie : les experts défendent le principe de la loi Léonetti ? On leur préfère un "jury citoyen" composé d’une vingtaine d’individus, façon télé, élus par personne ! Comment ? La République ? Quelle République ?

16/11/2013

La République en danger ?

 Ruth-Rebs.jpgPas d’accord avec François Rebsamen quand il affirme sur le plateau de Ruth Elkrief, sur BFM-TV, que "la République est en danger". Cette vieille tactique de diversion ne trompe plus personne. Non, inutile de déclarer l’état d’urgence, la République n’est pas en danger ! L’économie, oui. La paix sociale, l’équilibre de la sécu, la balance commerciale, oui. Le soutien à la culture, aussi. La place de la France dans le monde, l’industrie, la cohésion nationale, également. Mais tout cela, désolé, c’est essentiellement la faute de François Hollande, de son gouvernement, de ses ministres et de son parti. Quant à la République, malgré tout cela, heureusement, elle tient la route !

03/12/2012

Ces demi-dieux qui nous gouvernent

 Peillon.JPGC’est ma copine Véronique Soulé qui raconte la scène dans son blog : invité vedette d’un forum organisé vendredi par Libération à Sup de Co, le ministre Vincent Peillon arrive bien à l’heure, passe la tête, constate qu’il n’y a qu’une cinquantaine de participants… et repart aussi sec, dépité, sans saluer les autres intervenants, ni personne ! Voilà exactement ce qu’on reproche aujourd’hui à nombre d'hommes politiques français, de gauche ou de droite, parisiens ou provinciaux : c’est de se croire supérieurs aux autres mortels. Qui, dans l’entourage de Peillon, osera expliquer au ministre le sens du mot "République" ?

09/10/2012

Le mariage gay n'est pas républicain

mariage-gay.jpgQuel dommage que les socialistes refusent d'ouvrir un vrai grand débat sur le mariage homo ! J’aurais aimé entendre à la télé, à une heure de grande écoute, l’iconoclaste Roland Hureaux expliquer qu’il n’est pas innocent que cette réforme soit surtout passée dans les monarchies (Pays-Bas, Belgique, Danemark, Norvège, Suède, Espagne, Royaume Uni, etc) vu qu’elle signifie, sociologiquement, la marginalisation des classes laborieuses, fondement de la République ! Laquelle déclarait : "Nul n’est bon citoyen, s’il n’est bon père, bon frère, bon ami et bon époux" (article 4 de la Déclaration des droits et devoirs de l’homme et du citoyen du 5 fructidor an III). Rigolo, non ?


 

02/06/2012

Monarchie et démocratie

reine.jpgA l’occasion du jubilé de la reine d’Angleterre, les quolibets fusent sur tous les écrans de la télé française : que tout cela est ringard, archaïque, etc ! Beaucoup de jeunes journalistes croient sincèrement qu’il n’y a de véritable démocratie que "républicaine", oubliant que la plupart des monarchies européennes (Angleterre, Espagne, Danemark, Suède, Luxembourg, Belgique, etc) sont des démocraties irréprochables ! Ils oublient que la France a été à deux doigts de devenir, elle aussi, une monarchie constitutionnelle, et que son histoire politique, peut-être, en eût été moins tourmentée…

06/04/2011

Laïcité : une 27ème proposition

bible.jpgLu les 26 propositions de l’UMP concernant les religions et la laïcité. La plupart sont intelligentes, et souffrent du discrédit qui a pesé sur le fameux "débat" qui n’en était pas un. L’idée de tout rassembler dans un code, par exemple, est aussi simple qu’utile. J’y aurais ajouté, pour ma part, une 27ème proposition : que personne ne puisse avoir le baccalauréat, en France, sans connaître la différence entre la Bible et le Coran, un sunnite et un chiite, la Torah et le Talmud, un conclave et un concile, un luthérien et un calviniste, la Kaaba et le Saint-Sépulcre, un pape et un pope, etc. Oui, je sais, je rêve, mais cela serait pourtant la solution à bien des tensions…

31/01/2011

Mauvaises pratiques

Fauteuil.jpgLa République est bonne fille. Sarkozy veut remercier quelques collaborateurs de l’Elysée ? Il les nomme au Conseil Economique et Social. Fillon veut recaser quelques-uns de ses ministres ? Il leur octroie des postes d’ambassadeur. Gérard Larcher, le président du Sénat, veut se débarrasser du sénateur Nicolas About, un centriste qui lui fait de l’ombre ? Il le nomme au CSA, hop !  On distribue déjà les portefeuilles ministériels pour des raisons purement politiciennes, sans tenir aucun compte des compétences des intéressés : il semble que cette désolante habitude se généralise…

28/01/2011

Euthanasie et Maçonnerie

franc maçonnerie.JPGLu avec intérêt le papier de Sylvain Courage dans le Nouvel Obs, d’où il ressort que l’offensive législative en faveur de l’euthanasie, en ce mois de janvier 2011, résulte directement des débats menés en 2010 dans les 1.200 loges du Grand Orient de France, auquel appartiennent, dans le secret le plus total, un grand nombre de parlementaires socialistes, communistes et UMP. Et quelques journalistes influents. Qui ? Mystère. Secret absolu. Sur un sujet aussi important que le droit à donner la mort, il est impossible de savoir qui pense quoi, qui représente qui, qui est porte-parole de quoi. Et ce au cœur même du dispositif républicain ! Y a pas un problème, là ?

10/01/2010

Identité nationale

Tombé sur une belle histoire en lisant les mémoires du cardinal Pacca, secrétaire d’Etat de Pie VII. Le prélat, lui-même italien, raconte qu’à Louvain, en 1793, il croise un groupe de soldats français prisonniers des Allemands, en transit vers la Hongrie. Couverts de haillons, sans chaussures, épuisés par la marche, ils sont traités comme des chiens par leurs gardiens. Emus par la détresse de ces hommes, il s’adresse à quelques-uns d’entre eux : "Voyez en quel état vous êtes réduits ! Hé bien ! Qu’avez-vous gagné à votre Révolution ?" Un soldat décharné le regarde, enfonce son chapeau sur la tête et lui répond avec fierté : "Monsieur, nous sommes libres !" Qui ne comprend pas l’anecdote ne comprend rien à l’identité française…