Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2020

Comment ajouter au désordre...

bureau-vote-2-c2bdc1-0@1x.jpegQuoi de plus exaspérant, ce matin, que cette tribune publiée dans Libération par une poignée d’ "enseignant.e.s chercheur.e.s en science politique" (sic) qui affirment qu’ils sont plus intelligents que tout le monde et qu’en vertu de cette supériorité, ils exigent fermement que les élections municipales soient annulées ! Ces "spécialistes" autoproclamés, qui n’ont probablement jamais participé à un conseil municipal en province, se fichent que 30.000 communes (sur 35.000) soient dûment armées, démocratiquement, pour affronter l’épidémie, sur le terrain, en bon ordre ! Au lieu de contribuer méticuleusement au désordre général, ces types-là ne feraient-ils pas mieux de s’occuper de leurs proches ?

15/03/2020

A voté !

Mairie.jpgA voté ! Retour de mon bureau de vote, à Saint-Denis-sur-Ouanne (89), où la participation, à la mi-journée, est importante. Le vote se passe dans la discipline, la vigilance et la bonne humeur. La polémique sur le non-report des élections municipales m’étonne un peu. Dans nos campagnes, une élection municipale a quelque chose de sacré, et on fait sagement tout ce qu’il faut pour la rendre possible. Elire un maire, ce n’est pas aller au café ou au stade. Intuitivement, les habitants sentent qu’en période de crise, on a d’autant plus besoin d’élus vraiment responsables, donc légitimes !

13/03/2020

Reporter les municipales ?

Vote-0.jpgEst-elle bien fondée, cette polémique sur le report des élections municipales pour cause de coronavirus ? Il suffit d’avoir tenu un bureau de vote rien qu’une fois dans sa vie, pour savoir qu’il n’est pas très difficile, franchement, de réguler la queue à l’entrée d’un préau, de proscrire toute poignée de main avec le président et les assesseurs, de prévoir des tables larges, de placer un flacon de gel hydroalcoolique à côté de l'urne, et ainsi, hop, de sauver la démocratie ! Il n’avait pas comme une arrière-pensée, Emmanuel Macron, jeudi, en penchant pour le report ? Il est vrai que ce garçon n’a jamais tenu un bureau de vote…

27/02/2020

La République n'est pas télégénique

marché.jpgMesure-t-on le décalage entre les dizaines de milliers de "gilets jaunes" qu’on a vu fourmiller pendant plus d’un an sur les écrans des chaînes d’info, incapables de s’organiser, d’élaborer des revendications, de rédiger un tract ou d’élire des porte-parole – et le million de citoyens actuellement engagés sur le terrain, de toutes conditions et de toutes tendances, qui, de réunion en réunion, sur les marchés et dans les salles polyvalentes, se disputent pacifiquement l’honneur de gérer les 35.000 communes françaises… et qu’on ne voit quasiment jamais à la télé ?

25/02/2020

La politique, quelle histoire !

picture.jpgQuand on se replace dans une perspective historique – ce qui se fait de plus en plus rare – la politique prend une forme autrement passionnante. Y compris en Bourgogne. Sur une page, le "Bien Public" d’hier rappelait qu’en 1995, le socialiste François Rebsamen emmenait déjà la liste de gauche à l’élection municipale de Dijon, que le gaulliste Robert Poujade allait remporter pour la… cinquième fois ! Ce qui fait sourire le lecteur, c’est que le principal sujet de polémique, à cette lointaine époque, était l'ambitieux projet initié par Poujade, seul contre tous, de doter Dijon d’un auditorium de 1.600 places ! C’était il y a un quart de siècle…

23:09 Publié dans Blog | Tags : dijon, municipales, rebsamen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2020

Municipales : non à la violence !

violences.jpgLes violences commises contre des candidats aux municipales sont détestables. Mais ce qui l’est encore davantage, c’est le silence de certains politiques extrémistes qui, par démagogie, considèrent depuis la crise des Gilets jaunes que le "peuple" a le droit, lui, de ne pas respecter la démocratie représentative. C’est oublier que la Révolution française, en décembre 1789, a transformé les 44.000 paroisses du pays en communes reposant toutes, à égalité, sur le même principe électif : aucun candidat aux municipales de janvier-février 1790 n’a été frappé au visage par des crétins encapuchonnés criant "Macron démission !" Tolérer la violence, c’est retourner à la préhistoire.

31/01/2020

Des élections en dehors des partis ?

municipales,partis,LREM,BourgogneLe ministre Castaner a-t-il eu raison de demander aux préfets d’écarter les villes de moins de 9.000 habitants du bilan "partisan" des prochaines municipales ? Certes, le décompte final serait ainsi, en valeur relative, moins défavorable au parti LREM : dans les 96 % des communes restantes, les listes sont presque toujours des listes "d’union", donc "sans étiquette". Mais il suffit de sortir de Paris pour constater que les municipales, aujourd’hui, en France, sont réellement déconnectées des partis politiques traditionnels. Qu’on le regrette ou non, c’est un fait. Et souvent voyez chez moi, en Bourgogne c’est aussi vrai des villes de plus de 9.000 habitants !

27/01/2020

La politique pour les Nuls

Gr-Vil.jpegFaut-il que je ressorte ici mon blog du 31 août dernier où j’annonçais que si le président Macron était incapable de mettre fin à la rivalité infantile entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani, il perdrait toute chance de remporter les municipales à Paris ? On se pince pour y croire, mais c’est pourtant ce qui s’est passé. A sept semaines du scrutin, la seule ville que le parti de Macron devait remporter haut la main – et qui devait faire oublier son cruel effacement dans le reste du pays – voit s’affronter Anne Hidalgo (PS) et Rachida Dati (LR) ! J’ai souvent dénoncé ici l’amateurisme politique de la "macronie", mais là, c’est le pompon !

22:54 Publié dans Blog | Tags : paris, municipales, macron, lrem, dati | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2020

Municipales : un léger déséquilibre...

hotel de v.jpgLes élections municipales, c'est parti ! Un mot sur leur couverture médiatique, qui demande de garder un chiffre en tête. Certes, des candidats concourent déjà pour se faire élire en mars dans 35.000 communes. Seulement voilà : les journalistes, éditorialistes et chroniqueurs qui vont commenter à la télévision ce scrutin municipal habitent et travaillent tous, ou presque, dans une seule de ces 35.000 communes ! On ne s’étonnera pas si, dans les semaines à venir, on parle à l’envi du duel Hidalgo-Dati dans les médias, et très occasionnellement de l’actualité électorale dans les 34.999 autres communes.

11/01/2020

La France engagée... et l'autre !

manif.JPGRarement le contraste aura été flagrant entre la France réelle, où je vis, et l’autre, celle de la Grande ville et des écrans de télé. Il y a actuellement entre 1 et 2 millions de Français engagés, candidats aux municipales, de toutes opinions et de tous partis, qui ambitionnent de servir leurs concitoyens et qui font activement campagne, sur le terrain, dans la vraie vie. Cette République-là, généreuse et diverse, ne passe jamais à la télé – dont les écrans sont saturés par l’agitation de quelques milliers de syndicalistes maximalistes et d’une poignée de gilets jaunes (lesquels, rappelons-le, ont totalisé 0,5 % des voix aux dernières élections). Etonnez-vous que la France, la vraie, se défie des médias !

15/11/2019

Municipales : l'absurde au pouvoir

Charny(halle).jpgComme s’ils ne s’étaient pas assez planté avec les usines à gaz antidémocratiques qu’on appelle "communautés de communes", les technocrates qui gouvernent la province depuis leurs bureaux parisiens ont reculé, cet été, les limites de l’absurde. A l’issue de leurs savants calculs, le futur conseil municipal de ma commune, Charny, dans l’Yonne, devra compter 55 membres - pour une population qui dépasse tout juste, après fusion avec treize petits villages alentour, les 5.000 habitants. Par comparaison, le conseil municipal d’Auxerre (35.000 habitants) comptera 39 membres. Celui de Joigny (9.500 habitants), 33. Et nous, je le répète : 55. C'est beau, l'administration.

20/09/2019

Bourgogne : la course au centre !

meeting férez photos 087 (74) - Copie.jpg"La France souhaite être gouvernée au centre". Vous vous rappelez Giscard, en 1974, battant et la droite gaulliste, et l’Union de la gauche ? Le PS de Mitterrand était alors l’allié du PC. Puis les socialistes, au fil des ans, ont laissé tomber le prolétariat, la lutte des classes, la rose au poing et tout le toutim. Voyez en Bourgogne : après Patriat (président de la région) et Caullet (maire d’Avallon), c’est au tour de Ferez (maire d’Auxerre) de rallier Macron à la veille des municipales - en attendant Rebsamen (maire de Dijon). Moi, le vieux giscardien, je rigole : comme auraient dit jadis les trotskistes, ON LES GRIGNOTE !!!

22:56 Publié dans Blog | Tags : ps, lrem, municipales, bourgogne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2019

Pesticides : les médias sont unanimes

coquelicots.jpgQuand les médias sont unanimes, c’est toujours suspect. Surtout sur les sujets complexes. J’ignore, pour ma part, si les maires qui prennent des arrêtés anti-pesticides à la veille des élections municipales méritent les lauriers que leur tressent à l'envi les journalistes parisiens, mais j’aimerais que ceux-ci entendent aussi mes amis agriculteurs qui pestent contre tous les lotissements qui bordent de si près, aujourd’hui, leurs exploitations : l'urbanisation à tout crin, en faisant bétonner quelque 50.000 hectares de terre agricole, a réduit au minimum l’espace qui séparait naguère la ville et les champs, forcément ! Pas vrai, les écolos ?  

09/09/2019

La première fois depuis deux siècles

banner-accueil-mairie2.jpgEst-ce une retombée de l’élection d'Emmanuel Macron qui transcendait, en 2017, la gauche et la droite ? Ou est-ce une mutation en profondeur du tissu politique français ? Maintenant que les municipales sont lancées, on voit bien qu'elles s'annoncent comme la première élection, en France, depuis deux siècles, qui ne soit pas conditionnée, même de loin, par l’affrontement entre la gauche et la droite. La gestion d’une commune, désormais, ne se réfèrera à aucun système idéologique, à aucun modèle historique. Ce qui donne un peu le vertige : sur quels critères jugerons-nous dorénavant qu’une ville est bien gérée ?

08/09/2019

LREM, un bateau ivre

11529766.jpgSale temps pour LREM. Et cela ne va pas s'arranger. Un parti politique sans chef, c’est un bateau ivre soumis à toutes les pressions, tous les excès, toutes les incohérences. Personne ne comprend qu’à la veille du débat sur la bioéthique, ce parti ait brutalement exclu un membre de son groupe parlementaire, Agnès Thill, parce qu’opposée à la PMA, et qu’aujourd’hui, il continue de cajoler en son sein le député Cedric Villani, lequel refuse tout net son arbitrage en faveur de Benjamin Griveaux pour les municipales de Paris ! Sectarisme dans un cas, impuissance dans l’autre : il y a des limites au fameux "En même temps".

11:03 Publié dans Blog | Tags : lrem, macron, villani, municipales, pma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2019

La grosse erreur de Macron

municipales logo.jpgMon blog du 31 août (sur Paris, Dijon et Sens) était prémonitoire. Les municipales risquent réellement de tourner au désastre pour le parti du Président. Et il apparaît, de plus en plus, que ce sera de sa faute ! Macron ne s’intéresse pas aux territoires : les bisbilles locales, ce n’est pas son truc. Or, l’histoire de la Vè République est constante : si le président ne veut pas trancher dans le vif des investitures locales, il lui faut absolument déléguer ce rôle au Premier ministre qui, s’il n’est pas membre de son parti, se voit bombarder "chef de la majorité". A l’évidence, ce n’est pas le cas. Erreur ! Grosse, grosse erreur, Monsieur le Président !

31/08/2019

LREM, la machine à perdre

benjamin-griveaux-et-cedric-villani.jpegLes municipales s'annoncent comme un désastre pour le parti LREM. Tous ces députés élus à la va-vite en 2017 n'ont aucunement acquis, en deux ans, le sens du collectif. Le "parti du président" est, en réalité, une machine à perdre. A Paris, la rivalité infantile entre Griveaux et Villani va faire réélire Anne Hidalgo. Chez moi, en Bourgogne, même constat. A Sens, les dissensions entre la candidate sur place et la candidate désignée par Paris vont permettre la réélection de la maire LR sortante. Et à Dijon, les trois élus LREM, qui soutiennent chacun une liste différente, font exactement le jeu du PS, pourtant mal en point. Question : tous ces gens-là sont-ils vraiment faits pour la politique ?

22:29 Publié dans Blog | Tags : municipales, lrem, paris, dijon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2019

Des arguments très étranges !

David-Belliard.jpgJe croyais que c’était un gag, mais non ! Le futur candidat écolo (EELV) aux municipales de Paris en 2020, un certain David Belliard, a réellement déclaré dimanche, dans une interview au JDD : "L’homme fort, puissant, quinquagénaire, blanc et hétérosexuel qui passe à la télé et qui décide de tout, c’est terminé !". Ce qui laisse entendre que lui-même est efféminé, plutôt faiblard, probablement impuissant, quadra, un peu métisse, homosexuel, qu’il ne passe jamais à la télé et qu’il ne décide jamais de rien. Est-il bien certain, le gars, que ces caractéristiques soient de bons arguments électoraux ?

20/11/2018

Du gilet jaune à l'écharpe tricolore

tm_gilets_jaunes.jpgJ’ai fait un rêve. En écoutant les "gilets jaunes" exiger tout et n’importe quoi, de la démission de Macron à "un référendum pour abolir les taxes" ou "des moyens pour faire des cadeaux à mes gosses" (sic), j’ai rêvé que les 300.000 manifestants de samedi, qui ne savent pas comment prolonger leur action, annoncent… qu'ils se présenteront en masse aux prochaines municipales ! Voilà qui réglerait le problème de la défection annoncée d’une moitié des 36.000 maires de France, et renouvellerait le vivier des 300.000 élus municipaux. Allez, les gars, on arrête de brûler des pneus et on se met au service de ses concitoyens ! Chiche !

06/02/2018

Le siège de Dijon a commencé...

Dijon,RebsamenC’est le journaliste Lilian Melet (France 3), excellent connaisseur de la carte électorale bourguignonne, qui a dégainé le premier sur son blog : qui succédera à Rebsamen à la mairie de Dijon ? Qu’il soit atteint par la règle du cumul dans le temps ou que son parti, le PS, ne remonte pas son score catastrophique de juin dernier (entre 5 et 8 %), le maire sortant devra très certainement céder la place, mais à qui ? A son ex-adjoint le député Didier Martin (LREM), qui s’y prépare activement ? Ou à l’ex-député PS Laurent Grandguillaume, aujourd’hui proche de Macron, qui bénéficie d’une excellente image ? A moins que la droite ne surmonte ses querelles internes, mais cela n'en prend pas le chemin…

 

10:04 Publié dans Blog | Tags : dijon, rebsamen, municipales, ps | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |