Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2017

C'est la langue qu'on assassine

ecriture-inclusive.jpgEn publiant un premier manuel scolaire en "écriture inclusive", l’éditeur Hatier a relancé le débat sur ce sabir artificiel et approximatif qui rend les mots illisibles à force de les hacher à coup de tirets, de parenthèses inopportunes et de points-médians (sic) sous le prétexte de féminiser de force la langue de ce vieux sexiste de Chateaubriand, de ce porc de Stendhal et de ces odieux machos qu’étaient Rimbaud et Verlaine. Comme toute volonté idéologique de tordre le réel, cette atteinte à l’usage le vrai juge de paix en la matière – est évidemment totalitaire. Mais surtout, elle assassine une langue qui passait, jusque-là, pour une des plus belles du monde.