Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2016

Ami-e-s lecteu-trice-r-s !

langue-francaise.jpgNon seulement les féministes ont supprimé le neutre de la langue française (les droits de l’homme... et de la femme !), mais elles font subir à celle-ci les derniers outrages au prétexte de lutter contre les "stéréotypes de sexe", demandant, par exemple, ne plus écrire citoyens, ni même citoyens et citoyennes, mais citoyen.ne.s ou citoyen(ne)s ou encore citoyen-ne-s. Il existe même, chez les cathos, une Conférence des baptisé-e-s francophones, qui tient à rappeler à ceux qui en douteraient que les nouveau-nés ne sont pas tous des garçons. Pardon, j’aurais dû écrire : que les nouveau-elle-x-s né-e-s ne sont pas tous… etc !

05/02/2016

Touche pas à ma langue !

Oignon.jpgOn croyait naïvement que le projet de simplification de l’orthographe échafaudé en 1990 par le Conseil supérieur de la langue française, avec l’aval de l’Académie française, avait été dûment enterré. Et voilà, 25 ans après, qu’on va l’appliquer à tous les manuels scolaires ! Faut-il y voir la volonté de l’Etat de montrer qu’il n’est pas si impuissant que cela, hop, nom de Dieu ? Tout le monde a oublié qu’il y a un demi-siècle, le ministre de la Marine avait décidé que le formidable paquebot qui serait désormais notre fierté nationale s’appelait "La France". Et aussitôt, le peuple s’est mis à l’appeler "Le France", car c’était un paquebot. Pas bête, le peuple.

06/11/2015

La novlangue est en marche

Féminin.jpgVous vous rappelez la "novlangue", dans le roman 1984 ? On y vient. La secrétaire d’Etat aux droits des femmes, dont j’ai oublié le nom, a déclaré qu’il était d’une "importance capitale" (sic) d’appliquer dès 2016 les recommandations d’un comité théodule appelé Haut conseil à l’égalité qui, se prenant pour l’Académie française, entend rayer du dctionnaire des mots comme chef de famille ou nom de jeune fille et y imposer les mots cheffe, auteure et pompière… en se gardant bien, comme d’hab, de féminiser les mots qui dévaloriseraient la femme : assassin, houligan, meurtrier, malfaiteur, bandit, escroc, voyou, etc. Ho ! Et ça donne quoi, ridicule, au féminin ?

22/06/2015

Quand la langue française déraille

logo-sncf.jpgNoté dans le TGV Vannes-Paris. Jadis, on empruntait les Chemins de fer. On prenait le train. La SNCF vous transportait d'une gare à une autre. Aujourd'hui, "SNCF" vous souhaite un bon voyage. Ce n'est plus une entreprise, mais un sigle impersonnel et asexué - un avatar de la théorie du genre, sans doute - qui vous vend des services. Je n'ose pas dire "qui vous fait l'article" puisque celui-ci a sauté. C'est encore plus drôle quand SNCF, puisqu'elle s'appelle ainsi, vous indique que vous arrivez à Le Mans. Cette fois on a gardé l'article, mais sans l'accorder ! En gare de Le Mans, on remercie SNCF de contribuer ainsi au bon usage de la langue française.

21:03 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, langue, français, le mans |  Facebook | | Lien permanent

05/01/2015

Le français, il va mal

Voeux-Holl.jpgJe rigolais cet automne quand Alain Finkielkraut, interrogé sur Canal après une conférence de presse de François Hollande, dénonçait avec force le "redoublement du sujet" qui avait émaillé le propos du chef de l’Etat : "La République, elle doit être exemplaire… La France, elle recherche le dialogue…" Or, le président a remis cela pour ses vœux : "La France, elle doit être exemplaire… La France, elle a été capable…" Désolant exemple. Surtout quand le redoublement du sujet tourne à l’anaphore. Parce la culture, elle est délaissée, et que la langue française, elle mérite un peu plus d'attention !

17/11/2013

La langue française résiste !

 Bigard.jpgTandis que 343 "salauds" lancent "Touche pas à ma pute", le chroniqueur Aymeric Caron trouve "dégueulasses" les propos de l’ex-ministre Wauquier chez Ruquier, et Guy Bedos traite Nadine Morano de "salope". "Tu nous fais chier avec ton aéroport", lance Montebourg à Ayrault, tandis que Gérard Colomb tonne : "Je ne veux plus voir à Lyon un seul putain de ministre !". Le syndicat de la Magistrature s’illustre avec son fameux "mur des cons", les éditions Flammarion titrent le dernier livre de Jean-Pierre Coffe "Arrêtons de manger de la merde", etc, etc. Je voudrais rassurer ceux qui s’inquiètent de l’invasion de mots anglais dans notre belle langue française : on résiste, bordel à queue de foutre de merde !

11:06 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : langue, vulgaire, franglais, merde |  Facebook | | Lien permanent

20/06/2013

Une battle en live entre Stendhal et Proust ?

 lecture.jpgNoter sur 24 les copies de français, en voilà une idée qu'elle est bonne ! Quand la situation est désespérée, il faut faire preuve d’imagination. Dès lors que 84 % de nos ados obtiennent le bac sans qu'on exige d'eux de savoir lire et écrire, dès lors que le niveau scolaire des Français ne cesse de baisser par rapport aux pays voisins, une seule solution : truquer les notes et faire semblant ! Et puisque les profs ont renoncé à faire lire Stendhal, Hugo et Proust, pousser les jeunes en mal de culture à regarder The Voice, où des fighters, après leur premier casting et boostés par leur coatch, livrent des battles en live ! 

01/09/2011

La langue française massacrée

dico.jpgTriste rentrée pour la langue française. Il y a longtemps, dans les médias, que l’anglicisme supporter a remplacé le mot français soutenir (ex : "je supporte Ségolène Royal"), ce qui est difficilement… supportable. Mais voilà que les journalistes sportifs ont rendu le verbe jouer transitif à force de l’employer à la place de jouer contre (ex : "le PSG va jouer l’OM"). Et le show biz fait école : aujourd’hui, un producteur signe un chanteur, quand il serait bienvenu de le faire signer un contrat. Il y a aussi candidater, ce néologisme vraiment très moche qui remplace se présenter à, postuler ou présenter sa candidature. Un vrai massacre !

 

15/04/2009

Les formules de Druon

Maurice Druon, ce n’était pas ma tasse de thé. Ses petites vacheries assassines contre Giscard et Bayrou n’ont pas grandi ce vieux gaulliste revanchard. Mais quel plume, quel ciseleur de formules ! Le chant des Partisans, bien sûr – un chef d’oeuvre. En mai 68, il fustigeait les artistes et les intellos venant au ministère de la culture, qu’il dirigeait, "une sébile dans une main, le cocktail Molotov dans l’autre". Tout était dit. Plus récemment, il brocarda la "bravitude" de Ségolène Royal en la taxant de "nullitude". J’ai encore en tête le discours qu’il fit, à Notre-Dame, aux obsèques de Jean-Marie Lustiger, "le cardinal juif – une manière de miracle", qu’il appela génialement, de sa voix rocailleuse, "notre frère supérieur". Saisissant.

31/01/2009

La langue pendante

Que l’on lise l’enquête réalisée par les profs de "Sauvez les lettres" ou le dossier de la DEEP du Ministère de l’Education nationale, il est clair que la pratique de la langue française, chez les jeunes, connaît une chute au moins aussi dramatique que celle de la bourse. D’ailleurs, seulement 63 % des élèves en fin de CM2 savent conjuguer le verbe tomber. La moitié des élèves de fin de primaire, sur une dictée de 10 lignes, font plus de 15 fautes. Et sur les 1348 lycéens de Seconde auxquels on a fait faire une dictée très banale de 20 lignes selon les critères classiques (2 pts ou 1 pt selon la gravité de la faute), 14 % ont eu la moyenne, les deux-tiers ont eu zéro. C'est une vrai cattastrofe, une évollution efraillante !

25/10/2008

La langue recule

Vous avez lu l’enquête sur le home staging dans Marie Claire ? Les magazines les plus classiques sont, à leur tour, gagnés par la novlangue. Elle pose franchement la question à ses lectrices : "Etes-vous plus it que les it girls ?" Réponse : "Tu es une beat girl si tu trouves qu’Obama a une pure tête groove, et si ta phrase collector est : "J’ai pas eu le flyer, je peux quand même come in ?". Ce ne sont pas les sites les plus délurés ou les jeux les plus débridés qui parlent le jeun’s, c’est l’ensemble des médias qui sombrent dans la facilité. Le Mouv’, radio de service public, est désormais un décalque sémantique de Fun radio, et France 3, la chaîne des régions, propose de jouer à Plus belle la life !

25/11/2006

Les enfants du petit Larousse

A Toucy, ce soir, dans la grande salle de l’Hôtel de la Ville d’Auxerre - ancienne station de diligence sur la route d’Auxerre où est né Pierre Larousse - un fondu de dicos, Jean-Claude Raimbault, présentait son livre sur Les disparus du XXè siècle. Il parle, bien sûr, des mots du Petit Larousse illustré qui ont disparu ou changé d’usage au gré de l’évolution des mœurs.
Exemple. En 1906, pour illustrer le mot "demander", le petit Larousse suggérait : "demander en mariage". Cent ans plus tard, ses rédacteurs ont choisi : "demander le divorce". De même, dans l’édition de 1906, pour expliquer la mot famille, on indiquait : "famille nombreuse". Un siècle plus tard, on propose : "famille recomposée". Magnifique, non ?