Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2018

Mais que veulent les cheminots ?

martinez.jpgGrèves, blocages, hystérie, c’est reparti pour un tour. Déjà, les professionnels du tourisme, les premiers, agitent le drapeau blanc : économiquement, on court au désastre ! Le problème, c’est qu’on ne sait pas pourquoi. Posez la question autour de vous : savez-vous, exactement, ce qu’exigent les cheminots ? L’abandon de tout projet de réforme de la Sncf ? Le retour à l'immobilisme ? Le maintien de leur sacro-saint statut ? La convergence des luttes ? La chute du capitalisme ? La France est un curieux pays où une seule catégorie de travailleurs peut saboter le début de reprise économique et le retour de la croissance… sans qu’on sache pourquoi !

05/04/2018

Les mots qui déraillent

greves-sncf.jpgDès lors qu’elle fait l’actualité, une grève tourne très vite à la guerre des mots. Et dans toute guerre, la censure fait rage. Avez-vous remarqué que, sur les plateaux télé, il est interdit de dire que les cheminots sont des "privilégiés" (silence, les agriculteurs), que les usagers sont "pris en otage" (à cause des récents attentats), ou qu’il existe en France une "gréviculture" (parce que Le Pen a employé ce mot) ? Bon, évidemment, il est aussi malvenu de dire que la réforme de la Sncf est absolument indispensable, et que la CGT, en déclin, se positionne surtout en vue des élections professionnelles de la fin de l’année…

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, grève, cgt, mots |  Facebook | | Lien permanent

04/04/2018

Trois mois sans dédicaces ?

quai du P.jpgQuand Emmanuel Macron a boycotté le stand russe du Salon du livre de Paris pour des raisons de haute diplomatie, le 15 mars, on lui a reproché de n’avoir pas "sanctuarisé" une telle manifestation culturelle. Permettez-moi d’avoir une pensée désolée, en cette période de blocage ferroviaire, pour les malheureux organisateurs des salons du livre de Concarneau, Lyon (affiche ci-jointe), Bordeaux, Autun, Laval, Metz, Saint-Louis, Montaigu, Deauville, Perros-Guirec, Hyères, Limoges et Dax. Et je ne cite que les manifestations prévues au cours du mois d’avril ! Rencontrer des écrivains et promouvoir le livre, d’ici cet été, risque d’être très compliqué…

00:47 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : livre, grève, sncf, culture |  Facebook | | Lien permanent

01/04/2018

Sncf : la tension monte

cheminots.jpgEntendu vendredi à l’un des rares guichets ouverts en gare de Dijon. Une dame un peu affolée : "Puis-je avoir un billet pour Paris, le 5 avril, dans n’importe quel TGV qui roule ?" Une employée de la Sncf, plutôt revêche : "Il y en a bien un, mais il est complet, je ne peux pas vous délivrer de billet !" La dame, de plus en plus affolée : "Mais je dois absolument prendre ce train !" L’employée, carrément désagréable : "Je vous préviens, si vous montez dans ce train sans réservation, vous serez passible de 150 euros d’amende !" Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment le sentiment que cette grève, prévue pour trois mois, va mal tourner…

10:20 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, grèves, cheminots |  Facebook | | Lien permanent

31/03/2018

Une grève qui va faire mal

pepy.jpgPardon d’y revenir, mais vu de province, je vous jure que cette grève va faire un mal de chien. Quand Guillaume Pepy, à la radio, demande benoîtement aux usagers de la Sncf de "différer leur voyage", je voudrais lui faire respectueusement remarquer qu’en sus de tous les braves gens qui se voient conchier leur lundi de Pâques, il y a des millions de Français qui, figurez-vous, ne pourront pas "différer" leur trajet quotidien pour aller au travail, ou déplacer un entretien d'embauche, ou reporter un rendez-vous médical obtenu six mois plus tôt, ou décaler un examen ! Pfff ! Les travailleurs, les chômeurs, les gens malades, les jeunes, combien de divisions ?

14:41 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : grève, cgt, sncf, pepy |  Facebook | | Lien permanent

29/03/2018

On arrête de bosser, et alors ?

greve-sncf.jpgJe suis fasciné par le désintérêt des médias parisiens – dont les rédacteurs en chef, il est vrai, ne prennent pas le train pour aller au travail – pour l’invraisemblable grève qui, à partir de mardi, va paralyser la Sncf deux jours sur cinq pendant trois mois. Enrayer ainsi le fonctionnement d’une  grande puissance économique comme la France est une folie. Des millions de gens prennent quotidiennement le train pour aller au bureau, des millions d’autres ont besoin du train pour aller négocier, rencontrer, contracter, produire, vendre, livrer ! Et voilà qu’à Paris, on fait comme si ce n’était qu’un léger désagrément ! M’est avis que le retour sur terre va être douloureux…

11:46 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : grèves, sncf, travail, cgt |  Facebook | | Lien permanent

16/03/2018

Le suicide de la SNCF

affluence-gare.jpgFaut-il que le statut des cheminots soit avantageux pour que la CGT déclenche, à l'annonce de sa réforme, une riposte aussi cataclysmique ! Pas de transport ferroviaire en France, deux jours sur cinq, pendant trois mois ! Venez prendre mon TER habituel (Joigny-Sens-Paris) le matin ou le soir, vous comprendrez qu’un tel blocage mettra à genoux, au bout de deux ou trois semaines, la cinquième puissance économique du monde. Déjà que la désorganisation générale de la SNCF (retards, suppressions, surbooking, pannes) faisait enrager la population, attendez-vous à voir s'effondrer définitivement l’image de cette malheureuse entreprise qui faisait, naguère, la fierté du pays !

08:49 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, ter, cgt, grèves, cheminots |  Facebook | | Lien permanent

16/01/2018

"Ebdo" : encourageant, mais...

Ebdo.jpgPas mal, le premier numéro d’Ebdo ! Encourageant. A une réserve près. Quand on informe, on n’informe pas à moitié. Dans le grand dossier qu’il publie sur la Sncf, le journal explique comment son indéboulonnable pdg, Guillaume Pepy, traverse toutes les crises grâce à une communication top niveau qui coûte très cher à sa boîte. Ebdo révèle que Pepy "contrôle la presse" (sic) en entretenant, moyennant revenus et pressions, un réseau de "journalistes amis" (sic) qu’il actionne fort utilement à chaque crise. Or, on comprend que le journal a les noms de ces porte-flingues, mais il n’ose pas les donner, dommage ! Peur des représailles ou scrupule de débutants ?

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ebdo, presse, sncf, pepy |  Facebook | | Lien permanent

02/01/2018

Au prochain incident, gare !

sncf.jpgAu premier blocage général de la gare Montparnasse, le directeur général adjoint de la Sncf a fait savoir qu’il allait réagir en réunissant un comité ad hoc. Au deuxième, la ministre des transports a publié un communiqué pour dire que c’était inacceptable. Au troisième, un directeur général a été convoqué d’urgence par la présidence de la Sncf. Au quatrième, le premier ministre a émis un tweet disant que cela ne pouvait pas durer. Au cinquième, le vice-président de la Sncf a faire part, à la télévision, de sa ferme intention de réagir. Au sixième, le secrétaire général de la Sncf a prévenu ses directeurs qu’il allait prendre des mesures exceptionnelles. Au septième…

11:08 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, transports |  Facebook | | Lien permanent

18/11/2017

Aux frais du contribuable...

Mexandeau.jpgIl est furibard, Louis Mexandeau ! Comment ! Lui, l’ancien ministre des PTT de François Mitterrand, il va être obligé, désormais, de payer ses billets de train ? (Demi-tarif, certes, puisqu’à 86 ans il bénéficie d’une carte Senior, mais quand même !) Ben oui, depuis le mois d'octobre, les anciens ministres et parlementaires honoraires, y compris les socialistes, n’ont plus le privilège exorbitant de prendre le train sans payer, et s’ils font mine d’ignorer la loi, ils paient une amende, comme tout le monde ! Je pose une question provocatrice : au nom de quoi, exactement, le citoyen Mexandeau voyageait-il gratuitement, aux frais du contribuable, depuis quatre décennies ?

13:07 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : mexandeau, privilèges, sncf |  Facebook | | Lien permanent

27/05/2017

De quoi "inOui" est-il le nom ?

InOui.jpgLa Sncf a décidé de rebaptiser les TGV et de les appeler "inOui". Déjà qu’on ne sait plus comment s’appellent les Télécom, le Service des eaux ou Gaz de France ! Mais admettons qu’une mystérieuse nécessité ait obligé à ce choix. La question est : pourquoi "inOui" ? Ecartons la référence aux Inuits de l’Arctique et le souvenir des aventures de Oui-Oui, sans doute fortuits. "In", c’est "dans" en anglais. "Oui", c’est quand on ne dit pas non. Les passagers du TGV seront-ils présumés d’accord pour monter dans le train, à leurs risques et périls ? Si seulement ce nom idiot pouvait réduire les suppressions de train, les grèves surprise et les retards inopinés, ce serait… inoui !

10:50 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : tgv, inoui, sncf, grèves |  Facebook | | Lien permanent

19/05/2016

C'est le travail qu'on assassine...

travilleurs.jpgCe qui frappe, dans les grèves déclenchées en opposition à la "loi Travail", c’est qu’elles pénalisent exclusivement les Français qui… vivent de leur travail ! L’anarchie provoquée par le blocage des transports ne gêne que moyennement les fonctionnaires (qui prennent leurs RTT) ou les retraités (qui restent chez eux). En revanche, la grève coûte très cher à ceux qui n’ont pas les moyens d’arrêter, comme ça, leur activité : les livreurs, les infirmières, les fleuristes, la plupart des commerçants et des artisans, tous les travailleurs du tourisme, de l’alimentaire et du bâtiment, ceux qui bossent avec l’étranger, ceux qui luttent pour éviter la faillite… à qui il vaut mieux ne pas parler, en ce moment, de Hollande, de Nuit Debout et de la CGT !

07:00 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : travail, grèves, sncf, cgt |  Facebook | | Lien permanent

22/06/2015

Quand la langue française déraille

logo-sncf.jpgNoté dans le TGV Vannes-Paris. Jadis, on empruntait les Chemins de fer. On prenait le train. La SNCF vous transportait d'une gare à une autre. Aujourd'hui, "SNCF" vous souhaite un bon voyage. Ce n'est plus une entreprise, mais un sigle impersonnel et asexué - un avatar de la théorie du genre, sans doute - qui vous vend des services. Je n'ose pas dire "qui vous fait l'article" puisque celui-ci a sauté. C'est encore plus drôle quand SNCF, puisqu'elle s'appelle ainsi, vous indique que vous arrivez à Le Mans. Cette fois on a gardé l'article, mais sans l'accorder ! En gare de Le Mans, on remercie SNCF de contribuer ainsi au bon usage de la langue française.

21:03 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, langue, français, le mans |  Facebook | | Lien permanent

28/05/2015

Une société en perte de sens

30 kmh.jpgQuand la Sncf veut supprimer certaines lignes parce qu’elles ne sont pas rentables (à l’exemple de Nantes-Quimper ou de Dijon-Reims), qui rappellera à ses dirigeants que le train a été inventé, au départ, pour transporter des gens d’une ville à l’autre ? Quand la maire de Paris entend limiter la vitesse à 30 km/h aux voitures empruntant la rue de Rivoli la nuit, quand elle est déserte, se trouvera-t-il quelqu’un pour lui rappeler que l’automobile a été inventée, à l’origine, pour se déplacer plus vite qu’à vélo ? J'ajoute : quel est le sens du solennel "transfert des cendres" au Panthéon quand on y fait entrer deux cercueils vides ?

12:04 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, vitesse, panthéon, sens |  Facebook | | Lien permanent

18/04/2015

Sncf : on finirait par ne plus réagir

Gare-2.jpgOn finirait par ne plus réagir. Avant-hier, à Bercy, surprise : le TER de 16h31 pour Joigny est supprimé. Il y a des grèves. Aucune explication. Il paraît qu’une demi-douzaine de cheminots manifestent à Dijon contre des suppressions de poste en centre ville. Il faut donc attendre le train suivant, qui roule au ralenti parce qu’il est archi-bondé, des voyageurs debout dans la plupart des voitures. Debout ! Comme en Haute-Volta ! Arrivé chez moi pour dîner, crevé, deux rendez-vous ratés. Les cheminots, vous savez, ces gens qui partent en retraite 12 ans avant les autres et dont les régimes spéciaux, un comble, sont financés par les impôts régionaux !

12:30 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : sncf, grèves, cheminots, joigny |  Facebook | | Lien permanent

22/06/2014

Le droit de grève en question ?

gare.jpgJe cherche le terme exact pour décrire la tension meurtrière qui règne en gare Montparnasse, un samedi matin de juin, dans un TGV où il y a  plus de voyageurs que de places assises en raison de grèves incompréhensibles autant qu'interminables : Archaïque ?  Médiévale ? Scandaleuse ? Sanglante ? Suicidaire ? Sauvage ? Bestiale ? Anarchique ? Les mots me manquent. Après douze jours de grèves intolérables, les syndicats de cheminots, massivement conspués par les voyageurs, vont finir par provoquer une réflexion de fond sur les fondements du droit de grève - et en ce moment, les gars, c'est dangereux !

00:08 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : grève, sncf, cheminots, tgv |  Facebook | | Lien permanent

16/06/2014

L'impuissance au pouvoir

Rails-1.jpgQue l’Etat soit incapable d’assurer le transport de ses 687.000 gamins qui vont passer le bac en dit long sur l’impuissance des hommes politiques. Du matin au soir, les médias diffusent frénétiquement les petites phrases, les promesses, les annonces, les prédictions, les assurances et les rodomontades de François Hollande, Nadine Morano, Cécile Duflot, Florian Philippot, Arnaud Montebourg et quelques dizaines d’autres… qui ne pèsent rien, on le voit bien, face à une poignée de cheminots ou d’intermittents du spectacles décidés à paralyser le pays ou saboter les festivals d’été ! L’Etat, c’est qui ?

08:47 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : grèves, sncf, intermittents, etat |  Facebook | | Lien permanent

11/06/2014

Solidarité avec les travailleurs !

greves.jpgA chaque fois que les cheminots paralysent le pays et m’obligent à prendre ma voiture pour aller honorer dans les embouteillages mes rendez-vous parisiens, je me demande pourquoi une partie de mes impôts régionaux sert à financer les "régimes spéciaux" qui permettent à ces gens-là de prendre leur retraite dix ans ou douze ans avant moi, et à des taux que je ne pourrai jamais espérer ! Et quand je vois ces festivals d’été sabotés par les intermittents du spectacle, je me demande pourquoi leur régime si coûteux et si particulier, qui suscite tant et tant de fraudes, est pompé sur le revenu brut de mon propre travail. Je dois manquer de solidarité.

03/10/2013

L'âge de la retraite

 train.JPGLu dans mon journal local, hier, un article sympathique sur la fête organisée pour le départ en retraite de "Jean-Luc", agent de conduite à la SNCF. Ses amis et collègues réunis sur le quai de la gare de Laroche-Migennes ont bruyamment célébré son "dernier train", qui l’amenait de la gare de Joigny. Pétards, coups de klaxon, applaudissements. Discours chaleureux et plein d’humour. Jean-Louis va pouvoir se consacrer à ses deux passions, le jardinage et la randonnée. A 53 ans, il est encore en pleine forme ! Oui, bon, évidemment, j’en connais qui ne sont pas cheminots et qui, à 64 ans, soit onze de plus, travaillent encore dur. Mais je suis content pour Jean-Louis…

13:04 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : retraite, sncf, cheminots |  Facebook | | Lien permanent

17/06/2013

Voyages en train : gare !

 Gare-2.jpg"Mesdames, Messieurs, votre attention s’il vous plaît. Le train que vous vous apprêtiez à prendre ce matin pour arriver à temps à votre rendez-vous chez le médecin, est supprimé. Le suivant aussi. Les personnes âgées, les handicapés, les travailleurs indépendants en mission, les commerçants et artisans en déplacement professionnel, les jeunes allant passer le week-end chez leur papa et les personnes pressées pour toute autre raison, peuvent aller se faire foutre. Les touristes étrangers aussi, puisque cette annonce ne sera pas traduite en anglais. La Sncf vous remercie de votre attention."

10:14 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, grèves, train |  Facebook | | Lien permanent