Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2020

Un petit problème de représentativité

CGT-et-PCF-condamnés.jpgSi 97 % des travailleurs, en France, n’adhèrent pas à la CGT, il doit y avoir une raison. De même, si 97 % des électeurs français ne votent pas pour le Parti communiste français, ce n’est pas dû au hasard. Le problème, c’est que le blocage des transports, depuis un mois, est orchestré par un gars, Laurent Brun, qui est à la fois secrétaire de la CGT-Cheminots et militant du PCF. Le type est radicalement opposé à toute réforme des retraites, et son objectif est la destruction de la société capitaliste. C’est son droit. Mais on n’oublierait pas, parfois, dans cette affaire, les 97 % de gens qui pensent autrement ?

11:56 Publié dans Blog | Tags : cgt, pcf, grèves, syndicats, partis | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/01/2020

Ce sont des politiques !

philippe-martinez.jpgNon, il ne faut pas prendre les syndicalistes de la CGT et de FO pour des c… A part quelques grandes gueules un peu bornées qui s’époumonent à brailler des slogans ineptes, la plupart d’entre eux sont des politiques, et savent pertinemment : qu’ils sont extrêmement minoritaires ; qu’ils défendent des régimes injustes ; que leur vrai combat est interne au monde syndical ; qu’ils gênent essentiellement les gens pauvres ; et qu’ils plombent gravement l’économie française. Bon, évidemment, quand ils expliquent à l’envi qu’ils se battent pour le bien de tous, alors là, pour sûr, c’est à leur tour de ne pas nous prendre pour des c… !

10:30 Publié dans Blog | Tags : cgt, martinez, grèves, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2019

Retour vers le XXe siècle

manif.jpgIl faut le reconnaître : la CGT de Philippe Martinez, au moins, est fidèle à elle-même. C’est-à-dire à son passé communiste. Les rodomontades de son chef, ses éléments de langage parfois ahurissants, ses slogans archaïques, les drapeaux brandis dans ses défilés, tout concourt à montrer que ce syndicat aujourd’hui très minoritaire est resté, corps et âme, enraciné dans le XXe siècle. Le monde tourne, la France change, mais la CGT n’évolue pas. Une question, pourtant, taraude nombre d’observateurs : quelqu’un a-t-il prévenu Martinez et ses camarades que le communisme a disparu de nos pays il y a plus d’un quart de siècle ?

13/09/2019

L'égalité, c'est pour les autres !

ratp.jpgL’ADN de la gauche, depuis deux siècles, c’est l’égalité. Je rigole en écoutant, ce matin, tous les partis et syndicats de gauche justifier le blocage de Paris par les salariés de la RATP au nom de la défense de privilèges exorbitants (que financent par l’impôt les autres travailleurs, passons). Tout le mode sait que c'est une injustice sociale flagrante, qu'on ne réglera qu'en lissant la réforme des retraites sur une génération. Si les gouvernements Mauroy, Fabius, Jospin, Bérégovoy ou Rocard avaient lancé ce chantier, en leur temps, on aurait fait un grand pas vers l’égalité des Français. Mais voilà : l’égalité, c’est toujours bon pour les autres…

22/02/2019

CGT : la faute à l'Etat !

cgt.jpgTombé ce matin sur un pitbull de la CGT qui hurlait dans le poste – mais pourquoi crient-ils dans les micros ? – que l’échec des négociations entre syndicats et patronat sur l’assurance-chômage étaient dues, évidemment, à Macron, et que c’était à l’Etat de prendre les décisions qui fâchent ! Ben tiens ! L’Etat, l'Etat, l'Etat, toujours l’Etat ! Et si la CGT, qui représente 1 % des travailleurs du privé, vivait au moins des cotisations de ses membres, et non des subventions des pouvoirs publics ? Est-il normal que les habitants de Dijon déboursent 100.000 euros (!) pour financer le prochain congrès de la CGT, à Dijon, en mai prochain ?

10:06 Publié dans Blog | Tags : cgt, syndicats, dijon, etat, macron | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/04/2018

On n'est plus en 1884...

1er-mai.jpgLa journée du 1er mai, demain, va illustrer de façon pathétique l’état politique et social du pays. Pendant que la France se repose et que Macron visite l’Australie, à quoi serviront ces défilés syndicaux maigrelets, ces banderoles, ces cornes de brume, ces slogans ancestraux et ces postures politiciennes en faveur de la vieille "convergence des luttes" à laquelle plus personne ne croit ? On n'est plus en 1884, ni en 1936, ni en 1945. Tout ce folklore poussiéreux est destiné à masquer une réalité désolante : à force de se politiser, les syndicats français ont perdu le contact avec la population active et n’existent qu’en s’opposant à tout ce qui bouge. Et, surtout, bien sûr, en ne lâchant rien.

15:34 Publié dans Blog | Tags : syndicats, cgt, 1er mai | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2017

Une imprécision scandaleuse

manif.jpgSi la presse inspire de moins en moins confiance, en France, c’est parfois de sa faute. Comment les journalistes, en 2017, peuvent-ils encore passer leur week-end à répéter bêtement que la manif de Mélenchon a rassemblé "entre 30.000 et 150.000 personnes" (selon la police ou selon les organisateurs) ? Rappelez-vous le fameux meeting de Fillon au Trocadéro, qui avait réuni "entre 30.000 et 200.000 personnes" ! Cette imprécision est ridicule, voire scandaleuse. A l’heure où les rédactions disposent de drones et d’ordinateurs, la presse est donc incapable de compter, en toute indépendance, des manifestants en train de défiler dans une rue de Paris ?

13:07 Publié dans Blog | Tags : manif, syndicats, presse, police | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2016

Ceux dont personne ne parle

penurie-de-carburant.jpgLes deux stations service de mon chef-lieu n’ont plus une goutte de gasoil. Je pense à la mamie près de chez moi qui ne dort plus à l‘idée que son infirmière, à court de carburant, ne pourra peut-être pas venir la voir le matin. Au jeune restaurateur, fraîchement installé, dont la salle est vide et dont la chambre froide est pleine. A cette jeune femme qui avait enfin décroché un entretien d’embauche à Dijon et qui ne sait pas si elle aura un TER pour s’y rendre. A la déconvenue du comité des fêtes d’un village qui va devoir annuler, dimanche, sa virée en autocar à Vézelay. Si l’Etat ne réagit pas, franchement, j’ai peur que cela tourne mal…

00:03 Publié dans Blog | Tags : grèves, essence, cgt, syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/10/2015

Le dialogue ou l'insulte ?

Air_france.jpgPourquoi le dialogue social, en France, est -il grippé à ce point ? D’abord parce que seulement 5 % des salariés français adhèrent à des syndicats vieillots, inefficaces, aussi peu attractifs que peu représentatifs. Or, c’est sur ces "partenaires sociaux" obsolètes et impuissants que les ministres du travail successifs se reposent pour organiser les négociations dans les entreprises – alors que ces ministres, issus d’appareils partisans aussi archaïques que lesdits syndicats, ne connaissent rien à la vie d’une entreprise ! Etonnez-vous que l'absence de dialogue, en France, tourne de plus en plus à l’incompréhension, à l'insulte et à la violence…

28/10/2014

Allez, ouste, l'armée française !

armee-francaise.jpgIl a raison, le député Guillaume Larrivé, dans sa tribune du Figaro d’hier, de pointer cette étrangeté politique : le 2 octobre, au nom de la Cour européenne des droits de l'homme, un aréopage de sept inconnus ne rendant compte à personne, a décidé que la France devait autoriser ses soldats à constituer des syndicats. Ben tiens ! Et tant pis pour tout ce que le Parlement français a pu peaufiner, au fil des décennies, comme lois et règlements dotant notre pays d'une armée efficace ! Ho ! Quelles que soient les erreurs et les négligences qui nous ont fait accepter cette tutelle aussi insensée qu’antidémocratique, il va falloir faire quelque chose…

01/05/2013

Compliqué, le 1er Mai !

 1erMai.jpgA qui appartient la fête du 1er mai ? D’abord aux ouvriers américains de 1886, sans doute. Mais ensuite ? A la l'Internationale socialiste qui l’a importée en Europe en 1889 ? A la Russie bolchevique qui l’a adoptée en 1920 ? A Pie XII qui en a fait la fête de saint Joseph en 1955 ? Au Front National qui l’a phagocytée au nom de Jeanne d’Arc en 1988 ? Aux scouts qui vendent du muguet ce jour-là ? Le pire, c’est quand le 1er mai est devenu chômé, en 1941, grâce à l’ancien leader socialiste de la CGT René Belin, devenu ministre de Pétain. Est-ce pour cela que le responsable de FO, ce mercredi, va défiler à… Laval ?

00:47 Publié dans Blog | Tags : 1er mai, cgt, fn, défilé, syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/05/2012

L'effet "pas Peillon"

 Peillon.jpgLe premier couac du gouvernement est révélateur. Vincent Peillon, nouveau ministre de l’Education nationale, est un homme intelligent, qui connaît bien son sujet. Une fois installé rue de Grenelle, il décide d’appliquer le programme qui lui vaut d’être ministre, au moins sur un sujet clair et net : le retour à la semaine de 5 jours à l’école. Catastrophe ! Houlala ! Panique au sommet de l’Etat ! Il est fou, celui-là : il veut prendre une décision ! Aussitôt crossé par le premier ministre, Peillon remballe son enthousiasme, penaud et déconfit : il avait oublié que le vrai ministre de l’Education, en France, ce sont les syndicats d’enseignants, et que ceux-là n’ont fait aucune promesse électorale… 

03/01/2012

Circulez, y a rien à voir !

accoyer.jpgJe vous le dis : cette histoire sent le scandale. Le vrai, le gros, celui qui fait des dégâts. Deux infos vont dans ce sens. D’abord, le président de l’Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, a rappelé au député Perruchot qu’il risquait "la prison" s’il parlait encore de son rapport sur le financement des syndicats, mis au pilon le 30 novembre. La prison ! Bigre ! Pourquoi pas la peine de mort ? Second signe très étrange : pour sa rentrée, Jean-Pierre Elkabbach recevait ce matin sur Europe 1 la patronne du Medef, Laurence Parisot : pas un mot sur le sujet, rien, no question, silence radio ! Circulez, braves gens, citoyens trop curieux, populo inculte, on vous dit qu’il n’y a rien à voir !    


23/12/2011

Justice pour Chirac et Mauroy !

mauroy.jpgToujours rien, dans les médias, sur la prévisible mise en examen des chefs syndicalistes, les Thibault, Chérèque et autres Parisot – tous coupables, selon le rapport Perruchot aujourd’hui "interdit" (sic), d’accorder, sur fonds publics, des tas d’emplois fictifs. Les journalistes français ne sont décidément pas curieux ! Ce serait pourtant rendre justice à Jacques Chirac, condamné pour ce même motif. Et aussi à Pierre Mauroy, ancien président de la Communauté urbaine de Lille, condamné pour avoir offert un emploi fictif en 1992 à une élue parisienne : la cour d’appel de Douai vient de rejeter son pourvoi en appel. Si j’étais Mauroy, je militerais pour que le rapport Perruchot soit rendu public …

17/12/2011

Après Chirac, qui ?

cgt.jpgBon, maintenant que Chirac a été condamné, il faut être juste : et les autres ? Dans le fameux rapport Perruchot sur le financement des syndicats, officiellement "interdit" de publication (sic), il apparaît que l'activité syndicale, en France, n'est financée qu'à 3 % ou 4 % par les adhésions. Ce qui laisse imaginer d’innombrables modes de financements occultes ou illégaux, dont, bien sûr, des milliers d’emplois fictifs ! Allez ! Thibault, Chérèque, Bergeron, Krasucki, Mailly, Parisot, Blondel, Seguy et les autres, anciens et nouveaux, hop, en examen ! Pour tous, la prison avec sursis ! C’est vrai, ça : pourquoi Chirac et pas eux ? 

14/12/2011

Une étrange embrouille

syndicats.jpgQu’est-ce que c’est que cette embrouille géante ? Pourquoi les citoyens français sont-ils brutalement privés du droit de connaître les conclusions d’un rapport parlementaire sur le financement des syndicats ? Parce que certains membres de la commission d’enquête, affolés par le contenu du rapport, ont sciemment torpillé le rapport le jour de sa conclusion ? Quels intérêts, quels comités, quels réseaux étaient donc mis en cause, au point qu’on considère le bon peuple comme trop immature pour le lire, le critiquer, le discuter ? Et les médias qui se gaussent de la Russie de Poutine !


03/11/2010

Un machin vraiment inutile

Mariton.jpg"Le Conseil Economique et Social ne sert à rien", explique le député Hervé Mariton, sans fard, dans le Figaro. Ce machin de 233 membres, qui coûte au contribuable 37 millions d’euros par an, ne sert qu’à apporter un complément de salaire à quelques amis du président en place et à assurer une retraite complémentaire à des syndicalistes en fin de parcours, désignés par des réseaux occultes pas toujours démocratiques. François Mitterrand y avait même nommé la chanteuse Georgette Lemaire, qui n’avait plus de quoi payer son loyer ! En période de vaches grasses, bon, un tel "resto du cœur" spécial happyfews peut aider. Mais en période de crise, accorder 3700 euros par mois, pour rien, à Raymond Soubie ou Pierre Charon, c’est de la provocation !

  

20/10/2010

Manifs : un vrai progrès

CGT.JPGDès que les lycéens seront en vacances, dans quelques jours, on fera le bilan de ces journées "d’action" contre la réforme des retraites. Le premier acquis, qui modifie radicalement le scénario des manifs depuis quarante ans, c’est qu’on sait aujourd’hui, avec certitude, que les chiffres des syndicats doivent être divisés par 4 ou 5 (par 10 à Marseille) pour refléter la réalité. Il y a encore beaucoup de journalistes frileux (notamment à la télé) qui s’accrochent à la tradition et émettent, au doigt mouillé, comme ça, hop, un chiffre à mi-chemin entre celui des syndicats et celui de la police. Mais à part ces dernières traces d’obscurantisme, sur ce point, la science politique a fait un pas en avant. 

25/05/2010

Une grève égalitaire

On peut tout demander aux Français du moment qu'ils sont traités à égalité. C’est pourquoi j’appuie la grève lancée pour le 27 mai par les syndicalistes CDFT,CGT, FSU et autres UNSA, destinée à ramener à la raison quelques centaines de milliers d’entrepreneurs, de commerçants, d'artisans (et d'éditeurs, suivez mon regard) qui ont des rendez-vous de travail, parfois coûteux, pour démarcher un client, négocier un contrat ou organiser le lancement d’un service : y en a marre de tous ces forcenés qui ignorent les RTT, les primes, la retraite à 55 ans, les réunions-syndicales-prises-sur-le-temps-de-travail et qui, pendant la crise, continuent de bosser 70 heures par semaines pour ne pas licencier un employé, virer un apprenti ou mettre la clef sous la porte ! Tous égaux, nom de Dieu !

 

17/05/2010

Paroles, paroles...

"Paroles, paroles…" Ce qui mine la crédibilité des responsables publics, ce sont ces phrases toutes faites, si peu rassurantes, qui leur servent de déambulateurs quand la réalité sociale commence à tanguer. Ainsi quand le gouvernement jure de "mettre fin à la spécificité française en matière d'emploi des seniors". Ben tiens ! Alors qu’en France, 38 % des gens de mon âge travaillent (54 % en Allemagne, 62 % aux USA, 70 % en Suède) ! Ou quand le syndicat FO assure : "Toucher à la retraite à 60 ans, c’est niet !" Ben voyons ! Alors que la plupart de nos voisins, notamment l'Allemagne, tournent autour de 65 ans ! Voilà "des mots, encore des mots, les mêmes mots" qui remplissent les journaux et vident les bureaux de vote...