Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

La connaissance inutile (3)

Revel.jpgJe reviens à La Connaissance inutile de JF Revel, livre prémonitoire ! Aujourd’hui, quand un auteur traite un sujet donné, plus personne ne s’occupe de savoir si d’autres livres ont déjà exhumé, défriché ou révélé le sujet. La polémique sur la bio de Charlotte Delbo le montre bien : il est loin, le temps où les chroniqueurs littéraires étaient capables de comparer le travail d’un biographe avec celui d’éventuels prédécesseurs, d’y déceler les informations nouvelles, les contradictions… ou les plagiats ! Aujourd’hui, disons-le, la connaissance livresque se transmet par les "quatrièmes de couverture" de livres qu’on n’a plus jamais le temps de lire en entier. Lire un livre en entier, est-ce bien utile, en effet ?

29/06/2016

Des nouvelles de... La Poste

la poste.jpgReçu de Philippe Wahl, président de la Fondation d’entreprise La Poste, un communiqué ronflant où il se flatte de "favoriser le développement humain et la proximité à travers l’écriture, pour tous, sur tout le territoire et sur toutes ses formes". Un peu gonflé, le président ! Le Club des écrivains de Bourgogne aimerait bien savoir, par exemple, pourquoi il vient de mettre fin, sans aucune explication, à son soutien au salon "Livres en Vignes", au château du Clos-de-Vougeot (Côte d’Or), au risque de faire capoter la manifestation ! A moins que la lettre d’explication du président de La Poste se soit égarée en chemin ?

07/05/2016

Comment l'Etat aide le livre

Lire-en-Short-2016.jpgJe m’étais étonné, l’an dernier, que le ministère de la Culture consacre soudain quelques centaines de milliers d’euros à inventer ex nihilo une grande fête du livre pour la jeunesse appelée "Lire en short", fin juillet, au lieu d’aider les dizaines de salons du livre qui ferment les uns après les autres, en province, privés de subventions publiques. Eh bien ! L’Etat a tapé du poing sur la table. Le ministère maintient son machin en 2016, mais, tenez-vous bien, il en change le nom ! Cela s’appellera "Partir en livre", ce qui n’a aucun sens, mais voilà, hop, c’est ainsi ! Ils sont forts, à Paris, pour aider le livre, la littérature et l’édition !

 

16:22 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : livre, édition, salons, culture |  Facebook | | Lien permanent

11/04/2016

Je me présente aux primaires !

CdanslAir.JPGC’est décidé, je me présente aux primaires. Mais je ne sais pas encore lesquelles. A droite, il y a tant de candidats que les médias ne s’apercevront même pas de ma présence. A gauche, j’ai peur que ce soit inutile : si je gagne, aucun des autres candidats ne se reportera pas sur moi ! Alors, parmi les petites organisations inconnues et citoyennes, entre Corinne Lepage et Alexandre Jardin, à la tête d’une association de défense de moi-même ? A moins que les "Debout la nuit" organisent des primaires nocturnes ? J’hésite. Je me demande si je ne devrais pas me présenter directement à l’élection présidentielle. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour promouvoir son dernier livre à la télé !

03/03/2016

Entre le soulagement et l'angoisse...

Couv-photo.JPGQuel soulagement quand sort un livre qu’on a mis plus de deux ans à écrire ! Et en même temps, quelle angoisse : l’ouvrage va-t-il trouver sa place dans le grand charivari culturel et médiatique qui nous harcèle en permanence, et qui laisse peu de place aux livres… surtout à un "dictionnaire amoureux des papes" ! Je sais, moi, ce que j’ai mis dans ce livre, non sans efforts, et qui n’existe nulle part ailleurs. Mais ce n'est pas à l'auteur de faire l'article et de clamer ses propres mérites, évidemment. La réalité rend modeste : au bout du compte, il n’y a que deux médias pour faire réellement la promotion d’un nouveau livre : le qu’en-dira-t-on et le bouche-à-oreille !

23:51 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : livre, papes, dictionnaire, plon |  Facebook | | Lien permanent

03/02/2016

Sarko fait un carton

LIVRE-SARKOZY.jpgJe lis dans Livres Hebdo que le livre de Nicolas Sarkozy La France pour la vie, lancé le 25 janvier chez Plon, s’est déjà écoulé à 67 725 exemplaires. Au grand dam de tous ses rivaux en librairie, de droite et de gauche, dont certains – comme Cambadélis ou Valls – peinent à dépasser la barre des 500 exemplaires vendus ! Je ne juge pas le fond, je ne l'ai pas lu, je constate. Cela me rappelle les scores fabuleux des livres d’Eric Zemmour et de Valérie Trierweiler. La règle est désormais bien établie : plus les journalistes parisiens dézinguent, brocardent ou déconseillent un livre à la télé, plus il se vend dans le pays réel !

01/02/2016

Le livre-surprise de Christiane Taubira

livre_taubira.jpgJ’aurais préféré changer de sujet, mais franchement, Christiane Taubira défraie la chronique. Jugez-en : elle sort un livre… une semaine après sa démission, pour en expliquer longuement les raisons ! Deux jours pour l’écrire, un jour pour les épreuves, un pour la relecture, un pour l’impression et hop, un pour la diffusion ? Bien sûr que non : il faut, au strict minimum, trois semaines pour sortir un livre dans l’urgence absolue. Sa démission était donc programmée de longue date : hou la menteuse ! Mais le coup est bien joué, et la dame a du talent : non seulement elle va monopoliser les plateaux télé, mais face aux livres de Copé, Sarko, Juppé, Valls, etc, on peut parier que son opus fera un bon score. Et qu’on n’a pas fini de parler d’elle d’ici 2017 !

11:24 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : taubira, 2017, édition, livre |  Facebook | | Lien permanent

31/10/2015

C'est le livre qu'on assassine !

cover M.jpgDans Marianne, cette semaine, lire le dossier de quatre pages consacré à la décision absurde prise par le ministère de la Culture et le Centre national du Livre : il faudra désormais, tenez-vous bien, que soient rémunérés entre 170 et 400 euros les auteurs venant présenter et dédicacer leurs ouvrages dans les salons du livre ! Le journal montre bien que les idéologues parisiens qui ont ainsi décidé que les écrivains étaient des prolétaires comme les autres, vont faire disparaître, à très court terme, une bonne moitié des salons du livre organisés en province par des associations et des bénévoles qui n’ont évidemment pas les moyens de satisfaire à cette folie démagogique et totalement irresponsable !

14/10/2015

La fin des salons du livre ?

salon-livre.jpgEst-ce la fin des salons du livre ? A une dizaine d’exceptions près (les très gros, Brive, Nancy, Nice, etc), les salons organisés en province par quelques passionnés ne pourront satisfaire à la nouvelle contrainte venue de Paris : à partir de 2016, les auteurs venant y dédicacer leurs ouvrages devront être rémunérés ! Par qui ? On ne sait pas. La ville organisatrice ? Vu la baisse des dotations, ça va coincer grave. Mais surtout, quand il n’y a pas de grande ville organisatrice, ce qui est le cas le plus répandu ? Ah ben ça, ce n’est pas le problème des fonctionnaires parisiens qui feraient bien de venir en province, une fois de temps en temps, pour voir comment le livre s’y meurt !

10:21 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : livre, culture, édition |  Facebook | | Lien permanent

25/07/2015

L'édition, un métier difficile... (2)

D'Un Noir si Bleu (LenV).JPGLe livre va se faire rare en Bourgogne ! Cette semaine, c’est au tour des éditions D’Un Noir Si Bleu de mettre la clef sous la porte, après dix ans de créations de qualité (photo). Mais comment vendre des livres quand les points de vente – librairies et salons du livre – disparaissent un à un, dans l’indifférence des responsables publics ? Le Conseil régional de Bourgogne vient de diminuer de 10.000 euros son soutien au festival "Livres en Vignes" (au Clos de Vougeot les 26-27 septembre) qui s’inscrit pourtant dans la démarche œnotouristique des "climats de Bourgogne" reconnus par l’Unesco. Quant aux municipalités voisines de Dijon et de Beaune, elles n’y ont jamais mis un euro ! Soutenir l’édition, le livre, la littérature, quel intérêt ?

04/06/2015

Livre : de fermeture en fermeture...

presse-Aux.jpgJe suis désolé, j’aimerais tant parler d’autre chose ! Mais c’est presque tous les jours qu’on apprend, en Bourgogne, la cessation d'activité d’un imprimeur, d’un éditeur, d'un salon du livre ou d’un libraire. Dans l'indifférence générale. Ce mercredi, le site d’information Auxerre-TV a annoncé la fermeture de la Maison de la Presse de la rue de la Draperie, à Auxerre. C’était un des derniers endroits de la ville avec Obliques, RUC, l’Espace Leclerc et Cultura où l’on pouvait encore acheter des livres. A ce rythme, dans quatre ou cinq ans, tout Bourguignon désirant acheter un livre autrement que sur Internet devra se rendre à Paris ou à Lyon…

08:35 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : auxerre, livre, librairies |  Facebook | | Lien permanent

18/05/2015

Les Editions de Bourgogne, c'est fini !

Salon livre-4 008.jpgVoilà, c’est officiel. Les Editions de Bourgogne ont rejoint les 613 éditeurs français qui, depuis trois ans, ont fermé leurs portes. Faut-il s’étendre sur la disparition rapide des points de vente (libraires, salons), sur l’irrépressible progression du numérique, sur le désolant manque de solidarité des acteurs de l’écrit, sur le tragique désintérêt des élus locaux pour le livre (à quelques rares exceptions près, j’ai les noms) et sur l'impact de la crise sur le budget des ménages ? Le monde est ainsi. Notre belle aventure éditoriale a duré dix ans, et c’est l’essentiel. Du plaisir, des rencontres, des idées, de bons auteurs, des livres de qualité : que du bonheur !

27/04/2015

Livre : on recule, on recule...

Banderole-2014.jpgDe moins en moins de libraires, de moins en moins d’imprimeurs, de moins en moins de salons du livre : la Bourgogne se vide peu à peu, dans l’indifférence générale, de son activité éditoriale et littéraire. Cette semaine, c’est le salon du livre de Saint-Honoré-les-Bains qui déclare forfait, privé de ses subventions. Il devait se tenir le 5 juillet, sous la présidence du sympathique et talentueux Philippe Grimbert. C’est râpé. Les élus locaux, quand ils rognent sur leurs budgets, considèrent rarement la culture, et notamment le livre, comme une priorité !  

28/03/2015

Quand l'Etat fait la fête

livre-jeun.jpgDans la plupart des régions françaises, les salons du livre peinent à survivre, victimes des restrictions de subventions. Et voilà que l’Etat, dans sa splendeur monarchique, annonce le lancement d’une formidable "Fête du livre jeunesse" de quinze jours, fin juillet, en grand tralala et à coup de centaines de milliers d’euros. Sans se préoccuper le moins du monde de tous ces petits et moyens salons régionaux condamnés par la crise qui faisaient déjà la part belle au livre jeunesse ! Combien de ces manifestations locales la ministre de la Culture pourrait-elle sauver si elle leur consacrait… allez, quoi, au total, le tiers de tout cet argent public ! 

25/03/2015

Défendre le livre ou l'écrit ?

Sapin-livres.jpgJe peux me tromper, mais je trouve suspect le combat des pseudo défenseurs du livre qui protestent contre le taux de TVA normal attribué par la réglementation européenne aux œuvres numériques. Ce n’est pas la tablette, l’i-phone ou l’e-book qu’il faut absolument aider, mais le livre physique, objet spécifique écrit par un auteur, fabriqué par un éditeur et vendu par un libraire. Est-ce parce que les pouvoirs publics sont impuissants à défendre ces métiers-là qu’ils se donnent bonne conscience en défendant le numérique ? Désolé, messieurs dames, mais pour ma part, je fais des livres, pas des textes !

00:04 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : livre, écrit, numérique, e-book |  Facebook | | Lien permanent

22/03/2015

Pas fier d'être Bourguignon

Normandie.jpgRetour du salon du livre de Paris avec un pincement au cœur : qu’il paraît loin, le temps où les cinq présidents des conseils régionaux du Grand Est (Zeller, Longuet, Soisson, etc) venaient célébrer en grande pompe, sur un stand superbe, un chablis à la main, les auteurs et les éditeurs de nos cinq régions ! Aujourd’hui, la Bourgogne a totalement disparu de la grande foire aux livres de la porte de Versailles où, pourtant, quelques régions affichent fièrement leurs réalisations éditoriales et littéraires. Il y a des jours où l’on n’est pas "fier d’être bourguignon" !

00:33 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : bourgogne, livre, édition |  Facebook | | Lien permanent

21/03/2015

Un académicien à Dijon

Vitoux-sign.jpgA la veille du Salon du Livre de Paris, Frédéric Vitoux est venu animer la 58ème soirée littéraire de Dijon, au Grand Hôtel La Cloche. Avec talent, humour et simplicité, cet académicien fan de calembours raconte avec autant de verve sa passion pour Céline, dont il fut le premier biographe, que son amour des chats, qu’il a développé dans un Dictionnaire amoureux qui fit date. Son dernier roman, Les Désengagés, nous entraîne dans le Paris littéraire de 1968, juste avant les événements de mai. Un milieu et une période qui nous paraissent soudain très, très lointains. Merci, Frédéric !

18/03/2015

En 4 ans, 613 éditeurs en moins !

pile-de-livres.jpgLe Syndicat national de l’Edition (SNE) vient de publier un chiffre désolant, celui des maisons d’édition qui ferment, en France, les unes après les autres – notamment les petites maisons régionales – dans l’indifférence générale des pouvoirs publics et des médias. En quatre ans, près de 20 % des éditeurs français ont disparu, soit 613 structures (sarl, assoc, etc), ce qui est beaucoup. Raison principale : la disparition accélérée des points de vente (un exemple : rien qu’à Dijon, 7 libraires ont fermé en 7 ans). Précision utile : cette baisse vertigineuse n’est en rien compensée par l’édition numérique...

10:25 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : édition, sne, livre, dijon, libraires |  Facebook | | Lien permanent

17/12/2014

L'écriture, à quoi bon ?

cursive.jpgC’est peut-être l’information la plus importante de l’année : en Finlande, on va cesser d’apprendre aux gamins l’écriture cursive. Motif : ce type d’écriture n’est plus utile aujourd’hui, à quoi bon polluer nos chères têtes blondes avec les pleins et les déliés ? Les lettres bâtons, au moins, cela préfigure l’écriture sur un clavier, une tablette, un i-phone ! Fini, donc, l’écriture cursive, celle qui me sert – pour ce qui me concerne – à annoter rapidement, au crayon, telle ou telle formule lue dans un livre. Dans un quoi, j’ai dit ? Un vieux truc avec des pages, qui sera bientôt introuvable en Finlande...

24/09/2014

Le livre est une fête

Aff-demi-2014.jpgOrganiser un salon du livre comme "Livres en vignes" permet de prendre le pouls d'une société. D'un côté, vous avez une majorité d'écrivains et d'éditeurs heureux de se retrouver dans un bel endroit pour faire la fête, vendre des livres et rencontrer des lecteurs. De l’autre, quelques auteurs qui se la pètent et des éditeurs arrogants, qui, par exemple, annulent leur participation au dernier moment en se contrefichant des efforts qu’ont fait les organisateurs, les libraires et les bénévoles pour les recevoir : chacun pour soi, les autres on s’en fout ! J’ai les noms. Un jour, j’en ferai un livre.