Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2010

A propos des libraires (suite)

Mon blog du 8 février sur les libraires bourguignons m’a valu pas mal de courrier et quelques attaques fielleuses – campagne régionale oblige. J’observe qu’aucun de mes contradicteurs ne conteste ce que je dis sur le préjudice subi par les libraires (je renvoie sur ce point au rapport du CRL publié dans Bourgogne, côté livre d’octobre 2004, page 29). A Rachida Darty (?), je donne raison sur un point : sur le plan électoral, on préférera toujours les voix de quelques dizaines de milliers de parents d’élèves à celles d’une cinquantaine de libraires ! Avant de passer à autre chose, j’ai deux souhaits à formuler : qu’à gauche, on cesse d’assimiler les libraires à des "marchands" ou à des "petits patrons", c’est aussi infâmant que ridicule ; enfin, que les parents d’élèves bourguignons, de gauche comme de droite, fassent l’effort d’entraîner de temps en temps leurs ados dans une librairie, même s’ils n’ont plus de manuels scolaires à y acheter… 

08/02/2010

Bourgogne : le vote des libraires

En Bourgogne, les libraires ne voteront pas pour la liste Patriat. Les socialistes se sont fait élire en 2004 en promettant la gratuité des livres scolaires. Ils ont tenu leur promesse : ce ne sont plus les parents d’élèves, mais les lycées qui achètent directement les manuels. Ils se les procurent auprès de centrales d’achat moins chères que les libraires locaux, comme leur commande la législation sur les marchés publics. Le résultat est doublement catastrophique : d’abord, les libraires bourguignons ont perdu entre 30 et 40 % de leur chiffre d’affaire, quelques-uns ont fermé boutique, beaucoup d’autres sont au bord de la faillite ; ensuite, plus grave, on ne voit quasiment plus aucun adolescent bourguignon, à l’automne, entrer dans une librairie !

16/01/2010

Lisez Foenkinos !

Cov Délicatesse.jpgLisez Foenkinos ! Lisez La Délicatesse, sont huitième roman, paru chez Gallimard. Comme les invités du Club des Ecrivains de Bourgogne, vendredi soir, à Dijon, vous rencontrerez un écrivain, un vrai, qui maîtrise parfaitement les émotions et les sentiments ; un conteur, aussi, qui parle de lui-même avec une drôlerie salutaire ; un séducteur qui adore jouer au gendre idéal ; un provocateur sémantique qui ne recule devant aucune audace ; un amoureux de la vie qui a tout l’avenir devant lui. Foenkinos a raté de peu l’attribution d’un prix littéraire, cette année, ce sera pour la prochaine fois. Il a le temps. Hier, à Dijon, il nous a  fait passer un très, très bon moment. Merci David !

18/12/2009

L'islam à Dijon

M Chebel-09.JPGPassionnants échanges, hier, à Dijon, entre Malek Chebel et les 80 personnes qui avaient bravé la neige à l’invitation du Club des Ecrivains de Bourgogne. L’ami Malek, qui vient de sortir sa propre traduction du Coran chez Fayard, nous a parlé avec passion d’un islam raisonnable, généreux, pacifique et compatible avec la République. Au point de minimiser les dérives anxiogènes de l’islamisme et de ses variantes fondamentalistes, voire terroristes ? Malek Chebel ne nie pas les problèmes, les excès et les peurs. Mais il appelle les politiques à ne pas céder, par démagogie ou faiblesse, devant la pression des ultras. Parce qu’il n’y a pas d’autre choix que d'aider les tenants de "l'islam des Lumières".

17/12/2009

Nostalgie giscardienne

LivreRoger.jpgPour comprendre les ressorts profonds de la politique au jour le jour, les clivages essentiels d’un petit monde quasiment incapable de se réformer, il faut lire le livre de Roger Chinaud : De Giscard à Sarkozy – Dans les coulisses de la Vè (éditions de l’Archipel). D’où vient ce tropisme social-libéral qui taraude souvent, en coulisses, des gens aussi différents que Jean-Pierre Raffarin, Marielle de Sarnez, Alain Madelin, Gérard Longuet, Henri de Raincourt, Dominique Bussereau, Axel Poniatowski, Jean-Pierre Soisson ou, bien qu’il s’en défende, François Bayrou ? L’ami Chinaud raconte très bien ces années 1973-1978 où le giscardisme, c’était, mais oui, la réforme et la modernité ! Souvenirs, souvenirs…

02/12/2009

Les jeunes et la lecture

En l’an 2000, l'Union européenne avait promis de réduire d’un cinquième le nombre des jeunes de 15 ans ayant des difficultés à lire. J’imagine l’énorme bureaucratie bruxelloise se mettre en branle, de rapports en projets, sur un tel objectif ! Résultat huit ans plus tard : le taux d’ados de 15 ans ayant du mal à lire est passé, en Europe, de 15,2 % à… 21,7 %. Concrètement, la part des jeunes Européens de 15 ans qui éprouvent de grandes difficultés à lire est passée de 21,3 % en 2000 à plus de 24 % en 2006. C’est une vraie tragédie culturelle, dont personne ne semble s’émouvoir. Il faut dire que le commissaire européen qui a suivi le dossier a tenu à préciser qu’il ne s’agissait pas d’"illettrisme" chez ces adolescents, mais "de difficultés à comprendre ce qu’ils lisent". Ouf ! Il n'y a vraiment pas de quoi s'affoler !

 

 

29/11/2009

La fête du Fig Mag

File0036.jpgGrosse affluence, ce dimanche, à la Fête du livre du Figaro Magazine. Drôle, de croiser Michel Déon et Jean-Louis Debré, Marc Levy et Douglas Kennedy, Philippe Bouvard et Valéry Giscard d’Estaing. Et beaucoup d’amis, moins connus mais non moins talentueux. Quelques Bourguignons aussi : Jean-Luc Barré, Janine Boissard, etc. "A Louise, en très cordial hommage..." Ici s'étripaient naguère des traders surexités. Si la foule est au rendez-vous, c’est que le cadre est somptueux : le Palais Brongniart vaut bien l’Hôtel de Ville ou le Palais Garnier, où j’ai déjà signé des livres sous l’égide du même magazine qui fut – le temps d’une année, dans une autre vie – le mien. Souvenirs, souvenirs…

22/11/2009

La foule de Colmar

Ce dimanche, signatures au Salon du livre de Colmar. Dans cette ravissante petite cité alsacienne, le salon du livre est devenu la promenade obligée des familles, surtout le dimanche. Beaucoup d’enfants et de poussettes au milieu d’une foule complètement hétéroclite et pas forcément littéraire : on y croise le prof retraité, la bibliothécaire timide, la jeune mère de famille, le vieux couple bourgeois, l’éducateur de rue, l’intello préoccupé, le prêtre en civil, le clodo égaré, le groupe de jeunes en maraude, le trio d’étudiants affairés… et aussi, devant mon stand : le papiste confit, le catho dépité, le bouffe-curé grimaçant, le gentil idéaliste, les deux minettes curieuses, le fan de Jean-Paul II. On voit m^me aussi, parfois, un type qui achète un livre…

19/11/2009

Jan Karski, ce héros

Cover Karski.jpgBizarre, l'attribution du prix Interallié à Jan Karski de Yannick Haenel : ce prix récompense un roman écrit par un journaliste, or Haenel n’est pas journaliste, et Jan Karski n’est pas un roman ! Passons. Le livre est une variation, au sens musical, sur l’exceptionnel destin - bien réel - de ce courrier de la Résistance polonaise qui réussit, au péril de sa vie, à révéler l’extermination des Juifs aux Alliés (Eden à Londres en décembre 1942, Roosevelt à Washington en juillet 1943, etc) sans que ceux-ci réagissent. L’histoire de Karski est archi connue, mais elle choque toujours : qu’il semble encore difficile, 60 ans après, d’admettre que les vainqueurs de la guerre n’ont pas levé le petit doigt pour aider les Juifs !

13/11/2009

Marie NDiaye, façon Noah

Marre de toutes ces petites polémiques nullissimes qui font désormais, tous les jours, la une de l’actualité. Que Marie Ndiaye, prix Goncourt, soit partie vivre à Berlin après les élections de 2007 parce que la France de Sarkozy lui était devenue "détestable" et "monstrueuse", c’est la preuve qu’on peut être bon écrivain tout en ayant le jugement politique d’une huître, façon Yannick Noah. Par ailleurs, que le député Eric Raoult veuille faire taire un écrivain montre à quel niveau culturel se situent aujourd’hui la plupart des élus de la République. Enfin, que le ministre de la culture Frédéric Mitterrand leur donne raison à tous les deux (!) montre que la fréquentation assidue de boxeurs thaïlandais de 40 ans ne prédispose pas au courage politique. Bon. Et si on passait à de vrais sujets ?

12/11/2009

"Le pape, c'est religieux !"

fnac-logo.jpgA la FNAC de Bordeaux, hier soir. Etage librairie. Coup d'oeil au rayon "Biographies", très riche : pas de Jean Paul II. Je trouve mon livre au rayon "Religion", tout en bas, bien planqué. La responsable est gênée quand je lui demande pourquoi Jean-Paul II n’a pas droit au rayon "Biographies", au même titre que De Gaulle ou Castro. "Ah ben euh…" La jeune femme explique que "le pape, c’est religieux". Mais alors, pourquoi la bio de Jeanne d’Arc est en "Biographies" ? Fuite de la vendeuse excédée. Dommage : je voulais vérifier avec elle que Pourquoi le pape a mauvaise presse était bien, comme il se doit, au rayon "Médias et Communication" !

08/11/2009

Brive : la Halde au secours !

Il y a quand même des choses bizarres. A la Foire du livre de Brive, un GIE de 5 libraires locaux se partage les 400 écrivains venus dédicacer leurs livres. L’un des cinq a le malheur de s’appeler "Librairie chrétienne". Alors il n’est pas avec les autres, dans l’immense hall bourdonnant de visiteurs (photo 1), mais dans un coin reculé, loin du passage (photo 2), comme s’il était puni, ou pestiféré, lui et ses invités - dont j’étais ainsi que des auteurs aussi respectables que Christophe Henning ou Joël Schmidt. Est-ce parce que la mairie de Brive est tenue par des bouffe-curés ? Faudra-t-il bientôt que les libraires et les éditeurs chrétiens saisissent la Halde pour qu’on ne les range pas derrière un rideau ou à côté des toilettes ?Brive-géné.JPGBrive-désert.JPG

07/11/2009

Chirac à Brive

Brive-folie.JPGChirac à Brive : de la folie ! La bousculade des grands jours, dans un des plus grands "salons du livre" de France. Pour les usagers et les riverains : des embouteillages et une file d’attente rédhibitoire, on reviendra demain ! Pour les écrivains dédicaçant leurs livres dans un rayon de moins de trente mètres : blocage total, autant aller prendre un verre ailleurs ! A quoi tient donc la popularité de l’ancien président ? A ce qu’il n’est plus président. Qu’il se déclare tenté par un come back, et sa cote incroyable dans les sondages dégringolerait en vingt-quatre heures. Les Français sont vélléitaires et toujours régicides. Ils sont d’autant plus favorables à la démocratie que celle-ci leur épargne le désagrément de la guillotine.

 

06/11/2009

Rendez-vous à Brive

Brive.jpgEn route, ce matin, pour le "train du livre", qui emmène une ribambelle d'écrivains de Paris pour Brive à 9h57. Je dédicacerai à la Foire du Livre de Brive les 6, 7 et 8 novembre. Attention ! Avis aux amateurs de débats, aux bibliophiles corréziens, aux journalistes honnêtes, aux catholiques pratiquants, à mes amis, à ma famille et aux rugbymen brivistes désoeuvrés ce soir-là : ce vendredi 6 au soir, invité par la Librairie chrétienne, je ferai une conférence à l’ensemble scolaire Edmond Michelet (rue Bossuet, espace Père Ceyrac) sur le thème de mon tout dernier livre : "Pourquoi le pape a mauvaise presse" (à 20h30).

03/11/2009

Le malaise des cathos

Pap-pr-Cover.JPGLa sortie d’un livre réserve toujours des surprises. Mon tout dernier bébé, Pourquoi le pape a mauvaise presse, commence sa carrière par la province : la réaction rapide de la Voix du Midi, de Ouest-France, du Bien Public, de la Voix du Jura, de France Bleu Auxerre, de plusieurs radios du groupe RCF ou du quotidien suisse Le Matin laisse penser que le malaise des cathos, sur le terrain, n’est toujours pas dissipé depuis les "bourdes" du pape Benoît XVI au début de cette année. Les médias parisiens réagiront plus tard. L’ont déjà fait Le Point, La Croix ou Témoignage chrétien. Incertain, inattendu, l’impact d’un livre ! Tiens, que le pape dise une bêtise, une seule, et le PAF tout entier se jettera sur mon opus, comme un seul homme !

14/10/2009

En librairie cette semaine

Pape-Pr-cover.JPGCette semaine paraît en librairie mon nouveau livre, intitulé Pourquoi le pape a mauvaise presse, aux éditions Desclée de Brouwer. A la suite du pataquès Williamson, du scandale de Recife et de la "petite phrase" de Benoît XVI sur le préservatif, ce livre (où je suis interrogé par l’éditeur Marc Leboucher) développe deux réflexions complémentaires :

  1. L’évolution des médias (immédiateté, simplisme, individualisme, conformisme, etc) les conduit à expulser le pape et la religion du champ de l’information.

2. Le pape Benoît XVI et son entourage romain, sauf rares exceptions, n’ont toujours pas intégré la réalité médiatique dans leur rapport au monde moderne.

Des propos qui n'épargnent ni les médias ni l’Eglise. Bonne lecture !

12/10/2009

Le livre à Migennes

Ce dimanche, salon du livre à Migennes, petite ville icaunaise au pouvoir d’achat en berne. On le voit à tous ceux qui regardent discrètement le prix au dos des livres avant de les reposer avec un soupir. La population, la vraie, des pauvres gens et quelques bourgeois, des intellos et des jeunes, est venue à la Salle des Sports pour voir Raymond Poulidor signer ses mémoires, feuilleter les mangas et, quelque fois, acheter un livre pour le petit, ou un roman pour le dimanche. Libraires et éditeurs vendent peu, mais qui pense, ici, à gagner de l'argent ? Certains gamins, ici, ne voient jamais de livres. Entendu, parmi d’autres, devant quelques livres de poche, cette remarque d’anthologie : "Regarde ! Le Petit Nicolas ! Ils en ont déjà fait un livre !"

28/09/2009

La fête fut magnifique

LV-Pivot signant.JPGUn week-end exceptionnel : voilà ce que garderont en mémoire les 80 écrivains venus à "Livres en Vignes" dédicacer leurs livres et déguster quelques bons crus au château du Clos de Vougeot, au cœur du vignoble bourguignon. Merci à Bernard Pivot, qui présida la fête, à Jean-Robert Pitte qui l’assista, à Nicola Lattès qui présida le dîner de gala. Merci à Luc Ferry, Philippe Meyer, Denis Tillinac, Annie Lemoine, Philippe Alexandre, David Foenkinos, à tous ceux, connus ou inconnus, qui ont fait de cette manifestation – pardon pour l’emphase – un grand moment de culture et d’amitié. Les auteurs, éditeurs et libraires bourguignons ont fait de gros efforts pour les accueillir, cela en valait la peine : franchement, la fête fut magnifique !

25/09/2009

Livres en Vignes, J - 1

Chateau vignes.JPGC’est ce vendredi soir que commenceront les préliminaires de la deuxième édition de la fête "Livres en Vignes" au Clos de Vougeot. Nombre des écrivains invités, emmenés par Bernard Pivot, Luc Ferry, Didier Van Cauwelaert, Jean-Robert Pitte, etc, visiteront les caves de la maison Bouchard Père et Fils, à Beaune – un endroit secret et absolument fascinant. "Des bouteilles de 1847, Baudelaire aurait pu s’enivrer avec !", disait Michel Quint, l’an dernier, dans un reportage télé. Au cours du dîner qui leur sera offert sur place, gageons qu’ils ne dégusteront pas que de l’eau. Tous se retrouveront le lendemain au château du Clos de Vougeot pour deux journées de rencontres, de dédicaces et de débats. Je vous raconterai...

24/09/2009

Des pressions sur les journalistes ?

Hold-ups....jpgLe livre Hold-ups, arnaques et trahisons, d’Antonin André et Karim Rissouli (Ed. du Moment), fait un tabac en librairie. Normal : les tricheries internes au PS, qui accablent les dirigeants de ce parti, stupéfient nombre de citoyens écoeurés, surtout à gauche. Mais le livre ne se limite pas à ce sujet désolant. Il faut lire le chapitre sur les incroyables pressions que les mêmes dirigeants socialistes exercent sur les journalistes politiques. Le passage sur Martine Aubry et le journal Le Monde est croustillant. Ce sont bien les mêmes, rappelez-moi, qui dénoncent à longueur de meetings les inqualifiables pressions que Nicolas Sarkozy exerce sur les médias ?