Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2012

Carte postale de Saint-Ho

 StHO-Corn-dédic.JPGPetite ville d’eaux nichée au cœur du Morvan, Saint-Honoré-les-Bains tenait, ce dimanche, son salon du livre. J’ai été très honoré de parrainer cette manifestation sympathique et bien organisée, que Simone Rignault, maire de l’endroit, voulait redynamiser. Pari tenu. La fête a réuni plus de trente écrivains, nationaux et locaux, tous ravis de prendre, en plein mois d’août, un "bain de livres à Saint-Ho". Y compris un mémorialiste nomme Raymond Poulidor qui avait déjà traversé Saint-Ho… lors de son dernier Tour de France en 1976 ! Et aussi des éditeurs, un libraire, un journaliste animateur, des bénévoles, des promeneurs, des passionnés d’histoire ou de poésie : amis du livre, salut et bravo !

10:02 Publié dans Blog | Tags : livre, saint-ho, édition, morvan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/08/2012

Agnel, un phénomène !

 agnel.jpgIncroyable, inouï, vous avez vu ? Tous les journaux l’ont souligné : le jeune nageur Yannick Agnel, trois fois médaillé aux Jeux de Londres, est un phénomène : il lit des livres ! Des livres, je vous jure ! A 20 ans, il dévore Dostoïevski, Tolkien, Van Vogt, et il apprend le russe, et il aime la philo : un extraterrestre, on vous dit ! Il a eu une mention au bac, c’est dingue, et, tenez-vous bien, il ne mâche pas de chewing-gum en chantant la Marseillaise ! En voilà un qui n’a aucun avenir dans le foot ! Tiens, à propos, voilà une info originale : à l’Olympique de Marseille, en juin 2012, 14 jeunes footballeurs membres du centre de formation ont passé les épreuves du bac : le taux de réussite a été de 0 %. 

 

22:36 Publié dans Blog | Tags : agnel, livre, lecture, jo, foot | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/08/2012

Sale temps pour le livre

 librairie.jpgEt si les pouvoirs publics accordaient à la librairie le millième de l’intérêt qu’ils portent à l’automobile ? Non loin de Dijon, la grande librairie Camponovo de Besançon est au bord de la fermeture. A Dijon même, on a vu récemment fermer les librairies Damidot, Thibaud, la Librairie du Voyageur, Agora et Grangier. Non loin de la Puisaye où j’habite, à Briare, la librairie Histoire d’en lire (photo) a fermé il y a deux jours. Partout, en province, les points de vente de livres disparaissent, et ceux qui restent voient leurs ventes chuter dramatiquement. Question : comment les livres se vendront-ils quand il n’y aura plus de librairies en dehors des grandes villes ? Un monde s’écroule, dans le silence général…

07/07/2012

Le sud aime les livres

livre,PACA,Bourgogne,CRLL’Agence régionale du livre de la région Provence-Côte d’Azur (PACA) a publié jeudi une étude qu’il ne faudrait pas mettre entre toutes les mains – je pense aux éditeurs, libraires, auteurs et autres défenseurs du livre en Bourgogne. Le rapport révèle que dans cette région ensoleillée, 5,5 millions d’euros d’argent public sont consacrés uniquement au soutien des manifestations organisées autour du livre. Répartition de cette aide : 35 % les départements, 28 % la Région, 27 % les villes et intercommunalités, 10 % l’Etat. Parmi les heureux bénéficiaires de cette aide massive, les Correspondances de Manosque, la Fête du livre d’Aix en Provence, etc. Amis qui militez pour le livre en Bourgogne, ne lisez pas ce texte !

 

08:23 Publié dans Blog | Tags : livre, paca, bourgogne, crl | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2012

Lettre à Aurélie Filippetti

 Filipetti.jpgMadame la Ministre,

    Votre volonté d’être élue aux prochaines législatives dans votre région lorraine est légitime et respectable. Mais j’ai cru comprendre qu’en cas d’échec, vous ne seriez plus ministre de la Culture. Alors, s’il vous plaît, n’y allez pas ! Ne prenez pas le risque. Dans ce monde politique inculte, desséché, consumériste et clientéliste, François Hollande a placé à la tête de ce ministère une femme sachant ce qu’est un éditeur, un écrivain, un libraire, un salon du livre, un droit d’auteur, un poème : si vous saviez l’espérance que cela suscite, partout en France, droite et gauche confondues, chez les amoureux du livre ! N’y allez pas, Madame la Ministre ! S’il vous plaît !

 

21/03/2012

Trop de livres tue le livre

plume.jpgRentré du Salon du Livre de Paris avec les boules. Il y a actuellement, sur les rayons des libraires, tenez-vous bien... 166 livres consacrés aux présidentielles ! Les deux tiers sont vite faits mal faits, ne dépasseront pas quelques centaines d’exemplaires et partiront au pilon sitôt l’élection passée. Mais comme les auteurs sont majoritairement des journalistes politiques, ils se critiquent mutuellement, s’auto célèbrent et se co-invitent du matin au soir, monopolisant les plateaux, les micros, les émissions, les colonnes des journaux, les débats et les vitrines… au détriment du reste de la production, évidemment. C’est agaçant.


04/03/2012

Clin d'oeil de Bruxelles

BL-Foenkinos.JPGClin d’œil de la Foire du livre de Bruxelles, ce week-end. A quoi servent les salons du livre ? Essentiellement à rencontrer d’autres passionnés d’écriture qu’en dehors de cela, parfois, tout oppose. Dîné Chez Vincent, hier soir, dans le "cœur" de Bruxelles, avec Isabelle Alonso, Frigide Barjot, Diane Ducret, Antoine de Caunes et quelques autres, tous invités par notre éditeur commun (Plon-Perrin). Pas sûr que tous ces gens-là partiraient en vacances ensemble. Mais, loin des egos médiatiques et des élections françaises, c’est un vrai bonheur de partager une bonne bouffe !


19:07 Publié dans Blog | Tags : livre, bruxelles, alonso, barjot | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2012

Les derniers secrets du Vatican

DSV-Couv.JPGC’est aujourd’hui que sortent en librairie Les derniers secrets du Vatican (éd. Perrin). Pour un écrivain, la sortie d’un nouveau livre est comme une naissance, joie et angoisse mêlées. Bonheur d’être allé au bout de deux ans d’enquête et d’écriture. Inquiétude de savoir si le livre va trouver son public. Les secrets du Vatican, paru en 2009, avaient intéressé (55.000 ex + 10 traductions étrangères + une édition de poche). Puisse son petit frère l’imiter, grandir et faire son chemin. Allez-y, plongez dans ces nouvelles histoires peu connues, parfois stupéfiantes ! Sinon à quoi ça sert que Lecomte, il se décarcasse ?

10:04 Publié dans Blog | Tags : vatican, livre, secrets, édition | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/09/2011

On se retrouve à "Livres en Vignes" !

Chateau vignes.JPGCe soir, inauguration de la quatrième édition du salon "Livres en Vignes" qui se tient ce week-end au château du Clos de Vougeot (Côte d’Or), au cœur du vignoble bourguignon. Samedi et dimanche, venez rencontrer Patrick de Carolis, Noëlle Chatelet, Françoise Laborde, Denis Tillinac, René Guitton, Jean-François Pitte et 80 autres écrivains nationaux et régionaux. La Bourgogne, terre de Lamartine, Colette, Romain Rolland, Marie Noël, Jacques Lacarrière et Henri Vincenot, va montrer, une fois de plus, qu’elle sait recevoir les amoureux du livre et du vin !

16/09/2011

Des livres très... primaires !

Livre-Sego.jpgIl y a quelque chose de malsain dans la prolifération de livres politiques qui, en cette rentrée préélectorale, pollue et parasite toutes les librairies du pays : c’est leur prix, entre 2 et 8 euros, qui fait apparaître tous les autres livres, les vrais, comme étonnamment chers. Evidemment, le futur candidat qui signe l'ouvrage ne perçoit pas d’à-valoir et peu de droits d’auteur, puisqu’il devra faire entrer le coût du livre dans ses comptes de campagne ! Et comme son bouquin ne sert qu’à justifier ses passages télé et radio, il se fiche totalement du montant des ventes et du revenu qu’elles vont générer. Malsain, je vous dis !

27/06/2011

Des Bourguignons dans le sac de plage

Cover-Bussy-R.JPGCover-RdesPapes.JPGCover-Pays-DC.jpgLe Club des Ecrivains de Bourgogne vous donne un conseil d’ami : ne partez pas en vacances sans glisser dans votre sac de plage les livres publiés, en ce printemps 2011, par trois de ses membres : Bussy Rabutin, le libertin puni, par Daniel-Henri Vincent (Ed. Perrin) ; Le Roman des Papes, par Bernard Lecomte (Ed. du Rocher) ; Le pays d’où je viens, par Didier Cornaille (Ed. Albin Michel). Le Club boucle cet été sa quatrième saison, jalonnée de rencontres et de publications. Comme chaque année, il sera partenaire du salon "Livres en Vignes" les 24 et 25 septembre. D’ici là, bon été ! Et bonnes lectures !

23/06/2011

Le livre perd du terrain

Salon Lyon-0.JPGDans l’indifférence des responsables politiques de tous bords, le monde de l’édition se rétrécit comme peau de chagrin. Dernière mauvaise nouvelle : le salon "Place aux livres", qui réunissait à Lyon chaque automne des dizaines d’éditeurs régionaux, a rendu l’âme, lui aussi. Pour les Editions de Bourgogne, par exemple, c’était un rendez-vous professionnel majeur. Mais qui s’en soucie ? Il ne faut pas être bien malin pour observer qu'en région, le livre, la littérature, l’édition, tout ça, cela rapporte tellement, tellement moins de voix que le cinéma ou le sport !


20/06/2011

Le succès de Jean Teulé

Teulé-Vannes.JPGRetrouvé ce week-end au Salon du livre de Vannes l'ami Jean Teulé, qui nous avait fait passer une si bonne soirée à Dijon (mon blog du 21 avril). Son public croît d'année en année. Son stand est pris d'assaut par une armée de lecteurs (surtout des lectrices, d'ailleurs) qui lui font dédicacer son Montespan ou sur Charly 9. A vue d'oeil, en deux jours, il a dû en signer entre 400 et 500 ! Magnifique succès. On sent bien que le jour est proche où, entrant dans un restaurant, Jean Teulé et sa compagne Miou-Miou entendront chuchoter : "Qui c'est la femme à côté de Jean Teulé ?"

28/05/2011

TV : la mort du livre

télé.jpgJe m’étonne que les éditeurs ne soient pas déjà dans la rue ! Au jour d’aujourd’hui, le nouveau pdg de France Télévision a donc décidé de virer en septembre 2011 : Frédéric Taddéï (Ce soir ou jamais), Franz-Olivier Giesbert (Semaine critique), Guillaume Durand (Face aux Français), Daniel Picouly (Café Picouly), et, on l’a appris hier, Zemmour et Naulleau (On n’est pas couchés). C’est-à-dire LES SIX DERNIERS ANIMATEURS DU SERVICE PUBLIC QUI DONNAIENT ENVIE DE LIRE DES LIVRES ! On a dû expliquer à René Pflimlin que les livres, ça faisait baisser l’audimat, et qu'il fallait en revenir aux valeurs sures : les jeux débiles, la télé réalité, Derrick et Columbo ! Carolis, reviens, ils sont devenus fous ! 

11/04/2011

Carte postale de Montaigu

 

Logo 2010.JPGCarte postale du "Printemps du Livre" de Montaigu (Vendée). Tout salon du livre, fût-il aussi sympathique que celui-ci, est une étrange épreuve pour un écrivain. Celui-ci se retrouve soudain dans la position d’un aguicheur, un alpagueur, un séducteur, un baratineur, un bonimenteur, un vendeur. Quand il est invité par les médias locaux, l'affaire se corse : voilà notre écrivain qui résume, réduit, enjolive, simplifie, répète, se répète et répète encore jusqu'à devenir un perroquet – stade volatile et mercantile auquel il est vivement conseillé à l'écrivain baladeur de s'en retourner dare-dare à ce qu'il sait faire de mieux, en principe : l’écriture...

07/04/2011

Benoît XVI en librairie

 

Cover-B16-2011.JPGCe jeudi 7 avril sort en librairie la nouvelle édition, corrigée et augmentée de deux chapitres, de mon Benoît XVI, toujours chez Perrin. La première édition de cette petite bio était parue en 2006, un an après l’élection du cardinal Ratzinger par le conclave. Elle était sous-titrée "Le dernier pape européen". Le sous-titre a disparu, mais la conclusion reprend ce thème : le prochain pape, même s’il est italien ou français, sera forcément moins "européocentriste" que le Bavarois. La couverture, toute neuve, est magnifique : on a rarement représenté Benoît XVI ainsi, de trois-quarts dos et vêtu de sa cape rouge. Le prix n’a pas changé : 13 euros. Il paraît que ça se bouscule déjà devant les librairies…

21/02/2011

C'est plus cher, une fois !

belgique.jpgRetour de Bruxelles. Il manque au moins deux choses à la Belgique. Un gouvernement, on le sait, et un prix unique du livre. Dans Le Soir de ce matin, un libraire de Waterloo explique que les hommes politiques belges, en vingt ans, n’ont jamais réussi  à se mettre d’accord sur le sujet – alors que 80 % des livres, en Belgique, viennent de France, et que leur prix augmente de 2, 3 ou 4 euros en franchissant la frontière ! Pas facile à gouverner, ce pays ! Le libraire de Waterloo veut gagner la bataille du livre, il prépare le terrain, il voit un diffuseur arriver, il croit que c’est Grouchy, mais non, mauvaise surprise : c’est plus cher !

21/01/2011

Biographe officiel, mazette !

Cover (moy).jpgDans la masse des papiers sur la béatification de Jean-Paul II, je découvre que je suis qualifié ici ou là (dans Sud-Ouest et sur le site d’Europe 1) de biographe "officiel" d'icelui. Mazette ! C’est trop d’honneur, mes chers confrères ! Ni Le pape qui fit chuter Lénine (CLD), ni mon Jean-Paul II (Gallimard), ni mes 100 photos pour comprendre Jean-Paul II (L’Editeur), je vous le jure, n’ont été commandés par la secrétairerie d’Etat ! D’ailleurs, entre nous, vous allez voir paraître suffisamment de livres hagiographiques sur Jean-Paul II, ces prochains mois, pour que celui-ci n’ait pas besoin de biographe officiel !

08/01/2011

Edistat c'est du pipeau

Cover BD.jpgA combien un livre s’est-il vendu ? Un nouveau site appelé Edistat propose désormais, pour pas cher, cette information. En un clic. Facile. Sauf que les chiffres d’Edistat sont ineptes car ils reposent, à la façon des sondages par téléphone, sur un "panel représentatif" de caisses prises chez un millier de libraires auxquels on attribue un coefficient. Or, les techniques valables pour la Badoit ou le Nutella ne le sont pas pour les livres ! Croyez-en l'éditeur : si la BD bourguignonne La Bourgogne, quelle histoire ! s’était vraiment vendue "à 1.443 exemplaires" (en réalité, largement plus de 20.000), il y a belle lurette que les Editions de Bourgogne auraient fermé leurs portes !


18/12/2010

Le martien du TGV

ordinateur-portable.jpgRetour de Nantes. Au départ du TGV, chaque voyageur sort un ordinateur d’une sacoche, y branche des boîtiers, des clés USB, des souris, des fils divers, etc. Comme moi quand j’étais grand reporter à l’Express, au début des années 1990, et que j’ouvrais mon Toshiba pour écrire mes articles dans le train. Sauf qu’à l’époque, je passais pour un martien. Vingt ans après, je continue de passer pour un martien : je fus le seul, dans ce wagon, à ouvrir lentement un livre, un vieux bouquin avec des pages cornées, des gribouillis au crayon sur certaines pages, une tranche cassée et une couverture plus très neuve. Les regards qu’ils m’ont lancés, tous, je vous dis pas !