Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2016

Rien appris, rien compris ?

Lsession-conseil-regional.jpga première décision du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, jeudi, a été d’augmenter sensiblement les indemnités des élus : 2.280 euros pour un conseiller de base, au lieu de 1.900 avant la fusion des deux régions (cf mon blog du 4 avril 2015). Emotion dans les médias locaux ! Certes, cette hausse est légale, la nouvelle région étant plus grande. Mais chacun sait qu’une bonne moitié des conseillers de base ne travaillera pas plus qu’avant ! Or, demandez aux centaines d’habitants de mon chef-lieu qui vivent du RSA : qu’on puisse toucher 2.280 euros pour assister à une ou deux réunions par mois, cela ne passe plus du tout ! Ils n’ont pas compris cela, les élus "locaux" ?

 

07/01/2016

Petites affaires régionales

Dufay.jpgIl est, en province, des petits arrangements politiciens qu’on ne voit pas de Paris. Lundi, à Dijon, Marie-Guite Dufay, présidente socialiste de la région Bourgogne-Franche-Comté, a fait l’objet d’un désolant chantage : pour être élue à la majorité absolue (51 sièges sur 100) et non relative, elle a dû créer in extremis pour Patrick Molinoz, son encombrant allié radical de gauche, un poste de vice-président. Et lui confier à sa demande plusieurs grands dossiers régionaux, dont… la "laïcité" et la "lutte contre les discriminations". Deux préoccupations qui, il faut le savoir, n’entrent en aucune façon dans les compétences d’un conseil régional ! Mais qui s’en soucie ?

26/06/2015

Une délibération... capitale !

Dijon-Besançon.jpgDans la grande bagarre qui agite les régions Bourgogne et Franche-Comté avant leurs élections communes de décembre, il est des nouvelles rafraichissantes. Tenez, par exemple, le Conseil économique social et environnemental (Ceser) de Bourgogne – vous savez, cette institution régionale totalement inutile que Gaston Defferre n’a pas osé supprimer en 1981 de peur de priver les syndicats locaux d’un placard doré pour recaser leurs caciques – a rendu un avis solennel sur le choix de la future capitale de la région Bourgogne-Franche Comté. Tenez-vous bien, il a préconisé Dijon ! Si ! J’en entends qui rigolent, ce n’est pas très gentil…

29/10/2013

Des femmes, à tout prix !

 parité.jpgPanique à la préfecture ! Le gouvernement ayant insisté pour que les Conseils économiques, sociaux et environnementaux (Ceser) des vingt-deux régions françaises soit composés de façon "paritaire", le préfet de la région Bourgogne a remué ciel et terre, à l’approche du renouvellement de ce conseil, pour trouver des candidatures féminines. Des femmes, vite, à tout prix ! On aura le résultat de cet étonnant branle-bas régional dans quelques jours. Etrange détournement de la démocratie : le critère principal d’élection, dans ce type d’instance, n’est plus la compétence, ni la représentativité, ni le talent, ni l’expérience, mais… le sexe. Le progrès fait rage.

18:24 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : bourgogne, parité, ceser, région |  Facebook | | Lien permanent

08/04/2013

Alsace : un référendum catastrophique

 Alsace.jpgL’Alsace continuera donc d’être gérée de façon absurde par trois assemblées : un conseil régional et deux conseils généraux. Alors que tout le monde sait qu’il faut simplifier le "mille feuilles" des collectivités locales qui coûte si cher en impôts et en bureaucratie ! Pour une fois que les dirigeants d’une région avaient fait passer l’intérêt général au-dessus de leurs petits privilèges locaux ! C’était compter sans les populistes de tout poil, de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, qui ont brandi le spectre de l’Allemagne voisine, sans vergogne, pour faire capoter le projet. Voilà un gâchis historique, qui signifie aussi que la France devient ingouvernable. Il n'y a pas de quoi rire...

 

25/03/2013

Le blues des éditeurs bourguignons

 bourgogne,livre,éditeurs,régionPlaisir de retrouver nombre d’éditeurs bourguignons, ce week-end, sur le stand "Bourgogne" du Salon du livre de Paris. Désolation de les entendre célébrer tristement leur dernière prestation en dehors de leur région : désormais, on ne pourra plus découvrir les productions littéraires bourguignonnes à Paris, Colmar ou Bruxelles, le Conseil régional de Bourgogne ayant décidé de supprimer l’aide avec laquelle le Comité régional du livre (CRL) assurait cette présence. Il ne reste plus qu’aller éditer en Aquitaine, PACA, Lorraine, Alsace, Normandie, Pays de Loire ou Bretagne, ces régions qui défendent encore leurs éditeurs…

 

07/01/2013

La Bourgogne n'a plus de sous

 Chateau (retouché).JPGL’année commence mal en Bourgogne. Le Comité régional du tourisme (CRT) vient d’annoncer aux organisateurs du salon Livres en Vignes (dont la 6ème édition aura lieu les 28-29 septembre 2013) qu’il cessait de l’aider à faire venir des journalistes sur place, à Vougeot. C’est pourtant grâce à cette enveloppe de 3.000 euros que TF1, France 3, LCI, France24, LCP, BFM-TV, RTL et de nombreux médias spécialisés ont publié des reportages géniaux sur cet événement qui montre à quel point la Bourgogne est belle. Amis journalistes, en 2013, vous irez donc filmer ailleurs : la Bourgogne est toujours aussi belle, mais elle n’a plus les moyens de vous loger !

19/12/2012

Des territoires plus égaux que d'autres

 Vallaud-Belkacem.jpgDédié à la ministre de "l’égalité des territoires" : le tout récent rapport de l’Insee sur les "bassins de vie" révèle qu’au sud de Paris, en termes d’équipements, la première zone défavorisée, en jaune clair sur la carte, dans le nord e la Bourgogne, est… ma région, la Puisaye-Forterre. On comprend que les habitants de cette zone, déjà frappée par la désertifiation médicale, enragent de voir leurs impôts régionaux contribuer à la piscine olympique ou au tramway de Dijon, à 200 km de chez eux. Tiens, à ce propos, j'ai une bonne nouvelle : les habitants de la région d’Héry, dans l’Yonne, ont l’ADSL depuis la semaine dernière. Le progrès fait rage !

20/10/2012

Quelle "égalité des territoires" ?

duflot.jpgQui sait que Cécile Duflot, ministre du logement, est aussi ministre de "l’égalité des territoires" ? Qui peut dire à quoi sert un tel bidule ministériel ? En quoi Mme Duflot peut-elle influer, même à la marge, sur l’inégalité des territoires en France ? Tiens, un seul exemple, dans ma partie : en région PACA, le total de l’aide publique aux manifestations littéraires (salons du livre, etc) se monte à 5,4 millions d’euros par an, tandis qu’il est exactement cent fois moindre dans la région Bourgogne. Pas dix fois : cent fois ! Expliquez-moi, sans rire, en quoi Mme la Ministre peut corriger, hop, allez, chiche, cette profonde inégalité territoriale ?

 

04/11/2010

Les petits frères du Cese

Cesr.jpgOui, oui, je sais ! Il n'y a pas que le Conseil Economique et social (Cese) qui ne sert à rien ! Il y a aussi ses trente petits frères régionaux, les Conseils économiques et sociaux régionaux (Cesr) que le président Pompidou avait inventés en 1972 pour donner la parole aux "forces vives" des régions. Quand Mitterrand a créé en 1982 les Conseils régionaux (élus, eux, au suffrage universel), on a "oublié" de supprimer ces anciennes instances devenues superfétatoires, mais qui fournissent un complément de retraite à quelques amis d’amis (dont une petite moitié de syndicalistes, allez savoir pourquoi). Certains d'entre eux - je tairai les noms, mais croyez-moi sur parole - se demandent souvent eux-mêmes, ingénument, à quoi ils servent !

 

22/09/2010

Gonflés, les cheminots !

train.jpg"Si on commence à utiliser la fiscalité pour payer les retraites…" Jean-Louis Borloo, l’autre jour, a rappelé que ce serait la fin des haricots. Et pourtant, c’est bien ce qui se passe : comme toutes les assemblées régionales, le conseil régional de Bourgogne a réservé 5 millions d’euros dans son budget 2011 – sur mes impôts, donc – pour financer les régimes spéciaux des cheminots bourguignons, au titre des TER dont il a la compétence. C’est anormal, scandaleux, injuste, et cela justifie la colère des braves gens quand les bénéficiaires de cet étonnant système bloquent les TER en Bourgogne pour… s’opposer à la réforme des retraites ! Gonflés, les cheminots !

29/03/2010

La Bourgogne en plaque

Plaque min.JPGIl y a huit ans, j’étais directeur de l’information du Conseil régional de Bourgogne et je retrouvais régulièrement les "dircoms" des 22 Régions dans un forum appelé Observatoire interrégional du politique, animé à Sciences Po par Alain Lancelot et Dominique Reynié. C’est là, si ma mémoire est bonne, que j’avais lancé l’idée de faire figurer le logo de la région, à l'américaine, sur la plaque minéralogique des autos. Et voilà qu’en achetant ma nouvelle voiture, cette semaine, je découvre le logo de la Bourgogne sur ma plaque ! Un hasard ? Surement. Ou, peut-être, le long cheminement bureaucratique d’une note dans les imprévisibles dédales de la haute administration ?

09/09/2009

Petite cuisine politique

   L’une des faiblesses de l’institution régionale, en France, c’est que l’élection du président et la constitution des groupes politiques se font pour six ans, alors qu’il peut s’en passer, des trucs, en six ans ! Prenez le conseil régional de Bourgogne. Passe encore que les Verts aient quitté la majorité PS-PC avant de la réintégrer sans que personne n’y comprenne que pouic. Passe encore que, par un coup de baguette magique, les deux groupes UMP n'en fassent plus qu'un. Mais qui peut comprendre que sur les 6 élus du FN, 3 aient démissionné du groupe, l’an dernier, pour se démarquer de leur chef et l’exclure du parti, qu'ils se retrouvent donc "non apparentés" alors qu’ils sont toujours FN, alors que leur ex-chef préside toujours le groupe FN alors qu’il n’en fait plus partie ! Comment voulez-vous que les malheureux électeurs s'y retrouvent ?

 

03/08/2009

Elus locaux : l'orage menace

Le bras de fer s’annonce tendu. C’est le 16 septembre, paraît-il, que le gouvernement va lancer la réforme des collectivités locales. A la hussarde. C’est-à-dire à la barbe des élus locaux. Croyez-moi, pour que le président de l’Assemblée des Départements de France monte au créneau en plein mois d’août, il faut que la menace soit sérieuse ! On devrait bientôt entendre le Sénat sortir de sa torpeur estivale. Car les élus n’ont aucune envie, mais vraiment aucune, qu’on touche à leurs statuts, à leurs pouvoirs, à leurs habitudes, à leurs privilèges. Aucune envie de devoir réduire leurs compétences floues, leurs discrets trésors de guerre, leurs subventions discrétionnaires, leurs investissements contestables, leurs dépenses inutiles. Plus conservateur qu’un élu local, tu meurs ! La bagarre va être terrible...

23/02/2009

La réforme impossible

La bombe à retardement va bientôt exploser. Le comité Balladur, chargé de préparer la réforme des collectivités territoriales, va rendre son rapport. Or ce document va faire la preuve spectaculaire que les éléments les plus conservateurs de notre vieille société sclérosée de partout, ce sont ses élus ! Je les entends déjà : "On ne touche pas à la commune, c’est sacré !", "Ne touchez pas au département, c’est le pilier de nos institutions !", "Toucher aux régions, ce serait déclarer la guerre à la gauche qui les préside presque toutes !", "Ne touchez pas à la région parisienne, vous risquez d’en faire une usine à gaz !" Attendez-vous aussi à l’argument massue : "On ne touche à rien, ce n’est pas le moment, il vaut mieux se concentrer sur la crise économique, reportons à plus tard !" On parie ?

02/10/2008

Régionales : rendez-vous en 2016 !

Sarkozy a-t-il vraiment l’intention de réformer le "mille-feuilles", cet énorme mammouth territorial ingérable (départements et régions) perclus de conservatisme et de discrets privilèges ? Tenez, prenez les régionales de 2010. Chez moi, deux ans à l’avance, elles sont jouées ! La gauche ayant toutes les chances de conserver la majorité en région Bourgogne, on sait déjà qu'à droite, entre 2010 et 2016, l’Yonne sera représentée à Dijon par trois élus : un parlementaire UMP pour tirer la liste ; puis une femme pour respecter la parité ; puis un membre du "Nouveau centre" pour respecter les alliances à droite… et c’est tout, basta, on ferme, fin du coup ! Comment insuffler le moindre dynamisme, le moindre rajeunissement, la moindre innovation dans un système aussi verrouillé ?