Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2021

Des élus, pour quoi faire ? (3)

elus....jpgAu soir des élections régionales et départementales du 20 juin, entendez-vous déjà les commentaires convenus des éditorialistes et des hommes politiques, catastrophés par le fort taux d’abstention ? Mais qu’ont fait les dirigeants du pays, depuis vingt ans, pour raviver la démocratie locale, réduire le poids de la technocratie, dialoguer avec les élus ? De Chirac à Macron, ils ont réduit les pouvoirs des départements, fusionné les régions, renforcé le poids des administrations et concentré tous les pouvoirs à Paris ! Si les élus locaux, de plus en plus, obéissent aux ordres des préfets, à quoi sert-il de les élire ?

14/06/2021

Des élus, pour quoi faire ? (1)

ELUS-1.jpgChaque année, depuis mon dernier séjour à Venise, en 2010, on me dit que c’est quasiment réglé, que les 600 gigantesques paquebots qui, à chaque saison touristique, sapent les fondations de Venise au risque de faire disparaître ce joyau de la civilisation, vont être enfin interdits. Et à chaque fois, c’est du pipeau ! A quoi servent donc les élus municipaux, les responsables politiques régionaux, les ministres et les parlementaires italiens, les élus de l’Union européenne, les délégués à l’Unesco ? Question d’actualité : pourquoi voulez-vous que les millions d’amoureux de Venise aillent voter pour tous ces gens irresponsables ? (à suivre)

14/05/2021

L'info en période électorale...

maxresdefault.jpgLes périodes électorales divisent les journalistes en deux catégories. Ceux qui, ultra-majoritaires, font joujou tous les matins avec la guéguerre que se livrent Duchmol et Dubidon quelque part entre Pays minier et Pays niçois - des gens qu’on connaît à peine et qui n’ont aucune importance, aucun pouvoir, aucune vision. Et, beaucoup plus rares (mais il en reste), ceux qui tentent d’imaginer concrètement comment assurer la sécurité des gens, aider les jeunes à mieux se former et lutter contre le scandale des déserts médicaux. La démocratie moderne est ainsi. A chacun de choisir... 

19/01/2021

L'avenir des démocraties...

trumpp.jpgLa parenthèse Trump se referme. Vient le temps d'y réfléchir très sérieusement. Et de répondre à deux questions : 1) Comment un gros beauf sexiste et analphabète peut arriver à la tête d’un pays comme les Etats-Unis ? Relire, pour cela, très attentivement les péripéties de 2016 ! 2) Qu’est-ce qui explique que 74 millions d’Américains aient voté, en novembre, pour ce crétin arrogant, menteur, infantile et dangereux ? Cette réponse-là est urgente, car elle jette une étrange lumière sur l’avenir. J’entends : l’avenir de la démocratie américaine, mais aussi de toutes les démocraties modernes. Y compris la nôtre.

06/01/2021

USA : Il fallait s'y attendre !

donald-trump.jpgVoilà ce qui arrive quand un peuple, au fil des ans, se désintéresse de la démocratie, cesse de lire les journaux, n’ouvre jamais un livre, s’informe par les télés locales et les réseaux sociaux et ignore le reste du monde : ce peuple-là finit par voter, un jour, sans réfléchir, pour un type qui se fiche des règles démocratiques, ne lit pas les journaux, n’ouvre jamais un livre, communique par des tweets et méprise le reste du monde. On l'a vu ce soir : Trump, ce gros beauf vulgaire, sexiste et analphabète, est un vrai danger pour le monde civilisé, y compris pour l’Europe Car, évidemment, il va y faire des émules…

30/12/2020

L'élection, on s'en tamponne !

maire M.jpgLa démission de la maire de Marseille, six mois après sa victoire électorale, traduit bien le mépris porté aux électeurs par une nouvelle génération de petits politiciens locaux. Quand on se présente à une élection, on s’engage auprès d’une population, non ? Eh bien, non, ça, c’était avant ! Chez moi, dans l’Yonne, ce sont les "premiers adjoints" qui se mettent à démissionner au bout de six mois (à Auxerre, Migennes, St-Julien-du-Sault, Charny, etc) en général parce qu’ils ne s’entendent pas, finalement, avec leur ex-tête de liste. Alors, hop, on zappe ! Ils ne pouvaient pas y réfléchir, ces petits êtres fragiles et contrariés, avant de se présenter au suffrage de leurs concitoyens ? 

06/11/2020

And the winner is...

usa.jpgOn connaît le vainqueur de l’élection américaine : il s’appelle Xi Junping, il dirige le Parti communiste chinois. Depuis quelques jours, le président Xi se régale. Que reste-t-il, dans l’effroyable chienlit électorale américaine, du rêve que certains exprimaient après la chute de l’URSS, en 1991, d’une démocratie enfin universelle ? Un président inculte qui piétine les valeurs démocratiques les plus élémentaires, des grands médias qui bafouent la liberté d’expression, des affrontements de rue entre les deux camps opposés, un système de vote totalement injuste et obsolète : il se fend la pêche, il se frotte les mains, Xi ! Et il n’est pas le seul…

08/08/2020

Et si on donnait la parole au peuple ?

Gilets-jaunes-Referendum-RIC.jpgVous vous rappelez, l’an dernier, quand toutes les voix populistes, à la remorque des Gilets jaunes, plaidaient pour la généralisation du RIC, le fameux "référendum d’initiative citoyenne" ? Eh bien, plus personne n’en parle ! Fini, enterré, le RIC ! Alors qu’il y aurait tant de sujets, dans l’actualité, qu’on pourrait proposer au vote de nos concitoyens ! Tiens, l’institutionnalisation des enfants sans père, par exemple. Ou la réduction à 30 % de la vitesse en ville. Ou le triplement des éoliennes dans nos provinces. Ou l’introduction obligatoire de l’écriture inclusive à l’école. Ou, tiens, la dernière en date, le refus de Rennes d’accueillir le Tour de France…

03/08/2020

L'info, c'est la presse écrite !

presse ecr.jpgQuand j’étais jeune, il y avait la presse de gauche et la presse de droite. Aujourd’hui, le fossé est entre la télé et la radio d’un côté, la presse écrite de l’autre. Ces derniers temps, seuls les lecteurs du Monde, du Figaro, du Point ou de Libération ont compris de quoi Adama Traoré était coupable (et non victime), pourquoi les juges ont clairement innocenté Darmanin (à deux reprises), en quoi Jacqueline Sauvage était une vraie meurtrière (et non une icône féministe), etc. Ce qu'on trouve dans la presse écrite n’a rien à voir – c’en est parfois vertigineux – avec les raccourcis émotionnels, militants ou simplistes qui tournent en boucle sur les chaînes d’info !

31/07/2020

Bioéthique : allez, on vote !

bioeth.jpgAllez, vite, vite, on passe au vote ! Le passé, on oublie ! Qui rappelle que la grande consultation citoyenne organisée par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) au printemps 2018, avait vu rejeter la PMA par une très grosse majorité des participants (77 % sur plus de 300.000 personnes) ? Qui rappelle que 72 % des Français (source : Opinion Way) ont plusieurs fois exprimé le souhait que tout enfant ait droit à "un père et une mère" ? On voit bien que ce pseudo-débat n’est pas rationnel, que personne n’y comprend plus rien et, surtout, que Macron veut se débarrasser fissa de ce dossier inextricable, à tout prix, et qu'on n'en parle plus d'ici 2022 !

29/07/2020

La bioéthique, quelle importance ?

panneau.jpgLe gouvernement part en vacances, 95 % des députés aussi, les journalistes de permanence lisent tous la même dépêche de l’AFP : la PMA sera donc votée en lousdé, sans que personne ne réponde aux trois questions-clés. 1) Comment justifier qu’on crée un "droit à l’enfant" supérieur au "droit de l’enfant" …à avoir un père, par exemple ? 2) La société devra-t-elle désormais remédier aux inégalités dues à la naissance et à l’état de vie (grand/petit, moche/jolie, homo/hétéro) ? 3) Les médecins, dont le métier est de soigner des malades, devront-ils aussi combler les désirs particuliers de personnes bien portantes ? Silence général… Allez, hop, tous à la plage !

27/07/2020

Les intercommunalités en question

Dechets 1.jpgL'actuel débat sur les intercommunalités, vital pour la démocratie, échappe complètement aux médias parisiens. Dommage ! Chez moi, à Charny (septième ville de l'Yonne), quand on demande pourquoi la piscine est fermée, la mairie répond (à juste titre) que c'est la Communauté de communes (comcom), à 30 km de là, qui décide ; quand on se plaint que les conteneurs poubelles débordent, la mairie répond (à juste titre) qu'il faut aller se plaindre à la comcom ; et quand on va augmenter sensiblement les impôts, l’an prochain, la mairie répondra (à juste titre) que c'est la comcom qui a besoin d'argent ! Allez convaincre les habitants de Charny qu'il est essentiel de voter aux municipales !

18/07/2020

Le triomphe des minorités actives (suite)

image.jpgSuite de mon blog d'hier. Ce qui accentue la désespérante dépolitisation des Français, c'est la désolante dérive de notre système médiatique : les chaînes d’info, pour faire de l’audience, bannissent désormais de leurs plateaux tout individu nuancé, pondéré, moyen, modeste, équilibré ou raisonnable… et privilégient jusqu’à s’en étourdir tous les extrêmes, marginaux, originaux, minoritaires, décalés, snipers, grandes gueules et autres "bons clients" qui détonnent et font le buzz. Depuis un ou deux ans, c’est devenu flagrant : la raison, la réflexion, le bon sens, quel ennui ! La normalité, voilà l’ennemi !

17/07/2020

Le triomphe des minorités actives

En-immersion.jpgCe qui fait peur, dans l’Enquête sur une société confinée de Jérôme Fourquet et Marie Gariazzo (En immersion, au Seuil), c’est l’irrépressible dépolitisation des Français. On en connaît les causes : individualisme marchand, méfiance tous azimuts, inculture historique, repli sur soi hédoniste, etc. Mais que restera-t-il de la démocratie si le peuple, le vrai, déserte aujourd’hui les urnes et abandonne la scène publique aux minorités actives – écolos extrémistes, ultra-féministes, black blocs, insoumis, militants Lgbt, groupes racialsés, anticapitalistes, islamistes, antispécistes, identitaires et intégristes de tout poil ?

15/07/2020

A l'écoute des "territoires"

j-aime-prades.jpgAinsi, le nouveau gouvernement sera à l’écoute des "territoires". Louable intention ! Encore faudra-t-il que les médias fassent, eux aussi, leur mue ! Un exemple : hier, face au président Macron, en une heure et demie, Léa Salamé et Gilles Bouleau n’ont pas posé la moindre question sur l’Etat, la république et les territoires, la sécurité et l’ordre public, la démocratie locale, la dégradation de la citoyenneté en dehors des grandes villes, etc. Si le pouvoir politique, désormais appuyé sur les élus locaux, veut réconcilier la France d’en haut et la France d’en bas, il va d’abord lui falloir convaincre les éditorialistes et chroniqueurs parisiens de traverser de temps en temps le périphérique !

05/07/2020

Menacé, le suffrage universel ?

Urne.jpgLe taux d’abstention enregistré lors du second tour des municipales a relancé le débat sur l’avenir de nos démocraties. Prenez, dans ma région, l'exemple de Dijon, où 66,6 % des électeurs sont restés chez eux : le maire de cette ville de 159.000 habitants a été élu par 11.600 voix, soit 7 % de la population ! Soyons clair : aujourd'hui, sa légitimité est pleine et entière, et il n’est pas question de déroger à ce principe. Mais il va bien falloir, tôt ou tard, relancer l’idée du vote obligatoire (l’abstention passible d’une amende symbolique), ou celle du seuil de validité à 50 % de participation (en dessous duquel il faudrait refaire l’élection). Sauf à voir le suffrage universel confisqué par des minorités plus motivées que la moyenne…

29/06/2020

Qui a gagné, qui a perdu ?

ecolo.jpg"On a gagné !" crient les écolos qui ont conquis Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Besançon, etc. "On a gagné !" crie le parti LR à Auxerre, Metz, Toulouse, Limoges, Angers, Saint-Etienne, Sens, etc. "On a gagné !" crie le RN qui a triomphé à Perpignan. "On a gagné !" crie-t-on au PS en voyant les résultats de Paris, Lille, Dijon, Nancy, Le Mans, etc. "On a gagné !" crie le pouvoir en citant Tourcoing, Pau, Le Havre, Arles… Sauf que tous ces vainqueurs-là ont été élus par de petites minorités d’électeurs, parfois désolantes, et qu’au total, la démocratie vient de remporter, toutes étiquettes confondues, une sacrée… défaite !

27/06/2020

Un "non" franc et massif

110 (2).jpgIl fallait s’y attendre. La proposition de la "Convention citoyenne pour le climat" visant à réduire à 110 km/h la vitesse sur autoroute est rejetée, selon les sondages, par 74 % (France Info) à 90 % (La Voix du Nord) des Français. Un non "franc et massif", aurait dit le Général. L’affaire est donc enterrée ? Pas du tout ! Car la petite minorité de militants écolos prêchant la "décroissance", la même qui passe son temps à exiger des référendums "citoyens" et à se réclamer du "peuple", se fiche complètement, quand cela ne va pas dans son sens, de ce que souhaite la population ! Cette élite-là sait mieux que le peuple ce qui est bon pour lui. Cela ne vous rappelle rien ?

24/06/2020

Climat : les élus, au rancart !

convention_citoyenne.jpgLa crise des Gilets jaunes avait montré au jeune Macron qu’un président de la République ne pouvait longtemps contourner les élus du peuple, détenteurs, comme lui, du pouvoir souverain. C’est pourtant ce qu’il recommence à faire avec cette "convention pour le climat" où 150 "citoyens" qui ne représentent qu’eux-mêmes (ils sont tirés au sort) sont invités à décider comme cela, hop, de sujets absolument majeurs… qui sont du ressort, justement, des élus de la République, lesquels incarnent, seuls, la volonté populaire ! Est-il bien conscient, le président, qu’il va se mettre à nouveau les élus à dos –  et, cette fois, définitivement ?

19/06/2020

Statues : et les élus du peuple ?

conseil_municipal.jpgDans le monde d’avant, la décision d’ériger (ou de remiser) une statue, ou de donner (ou de retirer) le nom d’une personnalité à une rue de la ville, était discutée et adoptée (ou non) par les "représentants du peuple" réunis dans ce qu’on appelle un "conseil municipal". Aujourd’hui, deux ou trois militants politiques vont bâcher la tête d’une statue devant une caméra, et les chaînes d’info diffusent leur exploit pendant des heures et des heures, en se fichant complètement des lois de la République ! Il n’y aurait pas comme un problème démocratique, là ? A quoi va-t-il servir de voter aux municipales du 28 juin si c’est la rue, désormais, qui décide ?