Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2018

L'Afrique, l'Europe et la démographie

smith-livre.jpgCe livre-là va faire du schproum : "La ruée vers l’Europe", du journaliste Stephen Smith, vieux routier de l’Afrique, qui explique tranquillement : 1) Que rien ne pourra empêcher les Africains de migrer par dizaines de millions vers l’Europe dans les prochaines décennies, pour de strictes raisons démographiques. 2) Que l’aide au développement (à ne pas confondre avec l’aide humanitaire) est une prime à l'émigration de la minorité locale qui en profite ! 3) Que l’avenir n’est ni à une fusion eurafricaine désordonnée, ni à une "Europe forteresse" tout-à-fait vaine, mais à la gestion raisonnable de cette irrépressible "ruée" qui ne sera pas un drame si elle est bien gérée. Du schproum, je vous dis !

 

13/06/2009

Le cas Bongo (suite)

Je reviens sur le cas Bongo. Si personne, en France, ne souhaite examiner les liens peu avouables que le président Bongo - Dieu ait son âme - entretenait avec la classe politico-médiatique française, c'est qu'en trois décennies, beaucoup d'hommes politiques, d'experts économiques, de conseillers en communication et de journalistes connus ont profité des "largesses" de l'ami Omar. Je ne dis pas cela en l'air. Je me rappelle très bien avoir été approché, moi aussi, par un intermédiaire pour écrire un livre à la gloire d'Omar Bongo. A prix d'or. Et, attention : en toute liberté, bien sûr ! C'était il y a une petite vingtaine d'années. J'ai refusé. Un autre, forcément, a touché le pactole. Beaucoup de journalistes, en France, croulent sous le poids de leurs pensions alimentaires. Pourquoi celui-là, comme tant d'autres, briserait-il aujourd'hui l'omerta générale de notre sympathique république bananière ?

 

12/06/2009

Que faire sans Bongo ?

Bongo.JPGComment Sarko va-t-il composer son gouvernement, maintenant que Bongo est mort ? C’est ce vieil Omar, au fond, qui nommait le responsable de la diplomatie française en Afrique. Lorsque Mitterrand nomma Jean-Pierre Cot à la coopération, en 1982, Bongo n’en voulut point : Cot fut viré. Lorsque Sarko nomma Jean-Marie Bockel au même poste, en 2007, il déplut à Bongo : Bockel fut viré. Problème : qui, désormais, va nommer le ministre de la coopération ? Franchement, que les intrusions, les abus, les prébendes, les enveloppes, les châteaux et les comptes en banque d’Omar Bongo en France ne fassent pas l’objet, aujourd’hui, d’une commission parlementaire, c’est stupéfiant : le Gabonais n’avait quand même pas acheté TOUS les députés français ? Si ?

 

18/03/2009

Le préservatif, évidemment !

C’était écrit ! Le voyage de Benoît XVI en Afrique n’avait pas commencé que dans l’avion, les journalistes réussissaient à piéger le pape à propos du seul sujet qui intéresse les médias : le préservatif (on ne va quand même pas s’occuper de la misère et des génocides, non ?). La réponse du pape, comme il fallait s’y attendre, fut aussi maladroite que désolante. Et les médias, depuis hier, de repasser en boucle la conviction de Benoît XVI que l’autorisation du préservatif "risquerait d'aggraver la lutte contre le sida" (en augmentant la permissivité générale, on l’aura compris). Cerise sur la gâteau : deux ministres de l’UMP (Mmes Bachelot et Boutin) s’invectivent sur le sujet ! En voilà une info qu'elle est croustillante ! L'Afrique, on en parlera une autre fois…

01/02/2009

La fin de Kouchner ?

506499IGF003D87.jpgLe nouveau livre de Pierre Péan, Le monde selon K, devrait mettre fin à la carrière de Bernard Kouchner et, peut-être, à celle de Christine Ockrent. Le scandale et la bagarre à venir promettent d’être sanglants. Le Monde avait récemment entrouvert le dossier Kouchner en révélant que le ministre et ses proches avaient réclamé au président Omar Bongo, à titre privé mais par des truchements officiels, un impayé de 817.000 euros pour des "conseils" concernant la réforme de la santé au Gabon, sur une facture totale supérieure à 2 millions d'euros. Au-delà des révélations atterrantes du livre de Pierre Péan, je me demande, moi, quels "conseils" donnés à un pays africain sont à ce point géniaux, décisifs, cruciaux, qu’ils soient facturés 2 millions d'euros !

02/02/2008

Saga Africa

Ahurissant, le dossier du Monde d’hier sur les châteaux, hôtels, villas et voitures de luxe des dirigeants africains en France. Passionnant, l’encadré racontant comment l’enquête sur ces "biens mal acquis" ouverte par le parquet de Paris en juin 2007, a été... classée sans suite en novembre. A l’évidence, les pressions et menaces des Bongo, Nguesso et autres Campaoré ont fait reculer l’Elysée. Circulez, y a trop d'intérêts en jeu ! Inutile d'en parler aux Sorciers blancs épinglés en mai 2007 chez Fayard par le journaliste Vincent Hugeux (les Jacques Séguéla, Jacques Attali, Thierry Saussez, Jean-Luc Mano, Claude Marti, Charles Debbasch, Jean-Christophe Mitterrand, Bernard Debré, Jacques Vergès, Roland Dumas et autres grands amis de ces chefs d'Etat peu fréquentables) : ils ne sont au courant de rien.

22/05/2007

Affaires africaines

Marre des élections françaises ? Envie d’un peu d’exotisme ? Lisez l’excellent livre de Vincent Hugeux sur Les Sorciers blancs (Enquête sur les faux amis français de l’Afrique), paru chez Fayard, sur ces discrètes cohortes d’ "experts" en politique, en droit, en journalisme, qui se font des valises d’argent en "conseillant" les richissimes dictateurs du continent pauvre. Vous y verrez comment Jacques Séguéla, Jacques Attali, Thierry Saussez, Jean-Luc Mano, Claude Marti, Charles Debbasch, Jean-Christophe Mitterrand, Bernard Kouchner, Bernard Debré, Jacques Vergès et autres Roland Dumas ont dûment contribué, pour des sommes ahurissantes, à la gloire médiatique ou à la durée de vie politique des Eyadema, Bongo, Khadafi, Kagamé et autres célèbres parangons de démocratie. Tous vous diront qu’ils font cela parce qu’ils aiment éperdument l’Afrique ! Et, c’est bien connu : quand on aime, on ne compte pas...