Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2018

La politique, c'est simple...

M-LP.jpgChaque jour le confirme. En politique, il n’y a que deux options fondamentales, existentielles, civilisationnelles : ou bien vous respectez celui qui ne partage pas vos idées, et vous cherchez le compromis avec lui ; ou bien vous faites tout pour le faire taire et, si vous parvenez au pouvoir, vous l’éliminez fissa. C’est le seul critère qui permette de nuancer, d’orienter ou de corriger les choix partisans dus à la culture familiale, l’intérêt personnel, la posture médiatique, etc. C’est la seule façon de distinguer un démocrate d’un dictateur en puissance qu’il soit facho, bolcho, populo ou mégalo. Vous voulez des noms ?

28/09/2018

La dictature à pas feutrés

dicateurs.jpgLa France en marche vers la dictature ? Vous plaisantez ? Pas quand on entend une ancienne ministre socialiste proposer, sans rire, d’interdire la clause de conscience pour les médecins (pour forcer tout le corps médical, sans exception, à pratiquer des avortements). Par quand une ancienne journaliste, sérieusement, exige d’interdire à la télé et à la radio un autre journaliste… dont les idées ne lui plaisent pas ! Pas quand certaines féministes voulaient, il y a quelques mois, priver de présomption d’innocence des personnalités accusées de harcèlement sexuel. Et on condamne la Hongrie de Orban ! Et on critique la Russie de Poutine !

24/10/2011

La dictature, et après ?

libye.jpgSortir d’une dictature, soit, mais pour aller où ? Sur quels critères philosophiques, culturels, spirituels ? Les pays de l’Est ont connu cela dans les années 1990 et certains (Russie, Biélorussie) n’ont pas encore tranché. Le printemps arabe, c’est pareil. Voyez la première décision des dirigeants de la Libye "libérée" : "En tant que nation musulmane, nous avons adopté la charia islamique comme source du droit. Donc n'importe quelle loi contredisant les principes de l'islam est légalement nulle". Les Libyens, on le voit, ne sont pas tirés d’affaire. Et on attend avec appréhension le résultat des élections tunisiennes…