Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2017

La laïcité, c'est ça !

johnny_madeleine_macron.jpgA tous les sectaires, les grincheux et les pinailleurs qui croient encore que la laïcité est un outil de lutte contre la religion, l’hommage populaire rendu à Johnny Halliday, hier, a apporté une réplique magistrale. Dans la foule des fans qui se pressaient autour de la Madeleine, rien ne distinguait ceux qui croient au Ciel et ceux qui n’y croient pas. Garant de la laïcité, le chef de l’Etat a parlé en dehors de l’église, et n’a pas béni le cercueil. Subtil mélange, très français, qui permet une émouvante cérémonie où chacun, selon ses convictions, est libre de prier, de méditer, de frapper dans ses mains au rythme des guitares ou de pleurer, tout simplement, l'ami disparu.

01/12/2017

Mélenchon, on s'en tamponne !

jean-luc-melenchon.jpgIl est désespéré, Mélenchon ! A la télé, on ne l’interroge que sur le naufrage politique du Venezuela (dont il faisait naguère un modèle pour la France) et sur sa collègue Danielle Obono (dont les écarts racistes en ont scandalisé plus d’un). Alors il agonit la presse d’injures : il voudrait tellement que les journalistes le prennent au sérieux ! Sauf que le programme de la France Insoumise, actuellement, tout le monde s’en tamponne le coquillard : c’est Macron qui gouverne, et c’est le programme de Macron qui intéresse les gens ! Qu’importe, aujourd’hui, ce que proposent Mélenchon et son groupuscule anachronique ?

00:46 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : mélenchon, macron, politique |  Facebook | | Lien permanent

01/11/2017

Un changement de génération

vieux.jpgBattus aux élections, ou poussés à la démission, ou repliés sur des fiefs locaux, combien de vieux de la vieille, cette année, ont quitté la scène politique ! A l’exception de quelques rares survivants comme Laurent Fabius (président du Conseil constitutionnel), Gérard Larcher (président du Sénat), Christine Lagarde (patronne du FMI), Jacques Toubon (Défenseur des droits) ou Michel Barnier (négociateur du Brexit), on a changé de génération ! Place aux jeunes ! Voilà un beau sujet d’éditorial pour mes vieux camarades Alain Duhamel, Michèle Cotta, Olivier Mazerolle, Jean-Michel Aphatie, Roland Cayrol, Franz-Olivier Giesbert, Catherine Nay ou Jean-Pierre Elkabbach !

16/10/2017

Macron : le fond et la forme

le-chef-de-l-etat-ce-dimanche-soir-sur-lci-et-tf1-capture-d-ecran-1508092348.jpgQuand j’ai commencé dans le journalisme, une interview du président de la République mobilisait toutes les rédactions, il fallait transcrire et commenter, très vite, ce qu’il avait dit… et, quelquefois, dans un coin, marginalement, ajouter un petit encadré sur la façon dont il avait parlé, les personnes qui l’entouraient, etc. Aujourd’hui, à écouter les commentaires de la prestation d’Emmanuel Macron, on a l’impression que le seul intérêt de l’exercice est sa façon de répondre, la pugnacité des journalistes qui l'interrogent, les gros mots qu’il revendique et les œuvres d’art qu’il a accrochées dans son bureau… et puis, en prime, dans un coin, marginalement, un petit encadré sur ce qu’il a dit !

05/10/2017

Un vieux tabou

pole-emploi.jpg"Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt". Les radios et les journaux, ce matin, sont comme fous après la saillie du président Macron à propos de "ceux qui foutent le bordel au lieu de chercher un emploi". Phrase maladroite, certes, et peu élégante, mais parfaitement comprise en province, dans le pays réel, par tous ceux qui connaissent le beau-frère ou le fils d’un voisin qui ne fait rigoureusement rien depuis des années et qui touche tranquillement ses 730 euros par mois tout en refusant soigneusement toutes les offres d’emploi venues des commerçants locaux ou des mairies du canton ! Si la phrase de Macron est si critiquée, c'est qu'elle brise un vieux tabou...

09:59 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : chômage, emploi, macron |  Facebook | | Lien permanent

01/10/2017

Le "président des riches"

Mélenchon.jpgLa formule est assassine : Macron serait le "président des riches". Autant dire un salaud, un profiteur, un exploiteur, un valet du grand capital, un monstre d’égoïsme. Par cette condamnation morale, le PCF, Mélenchon et le FN bloquent toute discussion politique ou économique - comme Georges Marchais, naguère, prétendait tout résoudre en "faisant payer les riches". Mais au fait, qu’est-ce qu’un riche ? Dans notre pays égalitariste et jaloux, oubliez les salaires à cinq chiffres, les chevaux fiscaux, les piscines, les comptes off shore ! Pour le Français lambda, c'est simple : un riche, c’est quelqu’un qui gagne plus que lui. Tout le reste est littérature.

26/09/2017

Ou bien l'Europe, ou bien les nationalismes

Macron Europe.jpgSavez-vous pourquoi j’applaudis le discours de Macron sur l’Europe ? Parce que j’ai effectué mes premiers pas de citoyen à une époque où ce discours aurait été applaudi, à quelques nuances près, par les deux derniers dirigeants français à avoir fait la guerre : Valéry Giscard d’Estaing (à droite) et François Mitterrand (à gauche). Que l’union des peuples européens soit la seule antidote aux nationalismes et aux populismes était pour eux une évidence. Aujourd’hui, les nationalismes et les populismes gagnent du terrain, le monde redevient dangereux, et je frissonne en entendant les Le Pen et les Mélenchon s’escrimer, à coup d’arguments simplistes, à faire bégayer l’Histoire.

22/09/2017

La presse dans le collimateur

jean-luc-melenchon-et-emmanuel-macron.jpgA la télé, les propos insultants tenus par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur les journalistes sont présentés comme des provocations désolantes. Or, sachez-le, depuis une vingtaine d’années, la quasi-totalité des dirigeants politiques éprouve un mépris abyssal pour le petit monde journalistique – tout en affichant force sourires et connivence de rigueur. Ce qui est nouveau, c’est que le chef de la majorité et le principal ténor de l’opposition ne se gênent plus pour exprimer publiquement ce mépris. Oubliant que la presse, pour agaçante et imparfaite qu’elle soit, est un pilier de la démocratie. C'est ainsi : vouloir la faire taire, y compris par des insultes, est toujours une faute politique. A bon entendeur...

12/09/2017

Ce qu'il a vraiment voulu dire...

macron-faineant.jpgGrandeur et décadence du journalisme politique. Emmanuel Macron, en visite officielle à Athènes, a fait une déclaration à propos de sa volonté de réformer la France : "Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes". Pendant trois jours, tous les éditorialistes du PAF expliquent doctement ce qu’il a vraiment voulu dire : éléments de langage subversifs, propos à trois bandes, allusion à ses prédécesseurs, grosse erreur de communication ou ruse sémantique suprême, etc, etc. Personne, apparemment, ne se risque à dire que le président Macron, assez clairement, au fond, entend "ne rien céder, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes" !

 

29/08/2017

Politique et médias : la confusion s'étend...

Elysée,Sérillon,Roger-Petit,Macron,informationEmmanuel Macron vient de commettre la même erreur que son prédécesseur : nommer un journaliste engagé (Bruno Roger-Petit) comme porte-parole de l'Elysée. On a bien vu avec Claude Sérillon, après l'élection de François Hollande, qu’un polémiste habitué à dézinguer à la fois les hommes politiques de droite et les journalistes qui pensent autrement que lui, n’aura jamais aucun crédit auprès des relais d’opinion (rédacteurs en chef, éditorialistes, polémistes, humoristes, etc). Mais, bon sang, pourquoi ne pas avoir nommé à ce poste politique un… politique ? Déjà que les politiques trustent dorénavant les postes de chroniqueurs dans les médias ! Quelle confusion !

23/08/2017

Retour aux choses sérieuses !

macron.jpgComme chaque année, fin août, les rédacteurs en chef et les principaux animateurs TV rentrent de vacances. D’un coup, c’est comme si l’actualité redevenait importante, dense, incontournable. On se demande même de quoi ont pu parler, pendant ces quelques semaines estivales, leurs remplaçants, doublures et autres jokers ? De choses futiles, forcément : incendies dans le sud, scandale écologique, risques alimentaires, menace de guerre nucléaire, etc. Des broutilles. Heureusement, maintenant que les chefs sont rentrés, fini la rigolade ! On revient à l’essentiel : Macron, Macron, Hollande, Macron, Macron, Wauquiez, Macron, Macron, Macron, Macron !

20/08/2017

Macron et la politique spectacle

Macron,presse,information,communicationEn démocratie, le pouvoir vient du peuple. Pour tout dirigeant élu, la tentation est d’entretenir par tous les moyens la bienveillance du peuple. Pour cela, il y a la communication et tous ses artifices que Macron maîtrise parfaitement : photos dans Match, séquence people à la TV, tweet compassionnel, etc. Le danger est de vouloir maintenir aussi l’information (la vraie, celle qui relate, qui enquête, qui critique, qui instruit) derrière le grand rideau de fumée de la politique spectacle. Maîtriser la com’ et contrôler l’info, ce n’est pas la même chose. La presse est faillible, agaçante, excessive, certes, mais elle empêche le pouvoir de se croire tout-puissant. A bon entendeur…

21/07/2017

L'armée est-elle sacrée ?

macron villiers.jpgJe hurle de rire en entendant tous ces responsables socialistes, écolos et insoumis, enfants de mai 68, défendre avec gravité l’armée, les militaires, la Marseillaise et le drapeau tricolore ! La démission du général de Villiers, homme de grande qualité, n’est pourtant pas une affaire d’Etat : le président de la République, chef des armées, fait un difficile choix budgétaire ; le chef d’état-major des armées désapprouve ce choix, il est remplacé et basta. La gestion d’une des cinq puissances militaires du monde n’est pas une affaire de bisounours. Et débiner le président sur les réseaux sociaux, du matin au soir, souvent grossièrement, n’est pas le meilleur moyen de servir l’intérêt du pays…

00:21 Publié dans Blog | Commentaires (5) | Tags : armée, de villiers, macron |  Facebook | | Lien permanent

14/07/2017

Poutine, Trump et l'histoire

Trump-Macron.jpgIl faut le dire : Emmanuel Macron a été excellent, jusqu’à présent, dans sa gestion des rapports avec Poutine et Trump. A l’un et à l’autre, il a fait admettre que les relations franco-russes ou franco-américaines s’inscrivaient dans une longue histoire (l’expo Pierre le Grand à Versailles, les GI’s de 1917 sur les Champs Elysées) et qu’elles dépassaient les chefs d’Etats eux-mêmes, engoncés dans un présent forcément fugitif. De Gaulle avait fait de même (notamment avec Staline et Adenauer). Sous Chirac, Sarkozy et surtout Hollande, on avait fini par oublier que sans la référence à l’histoire, les mots patrie, nation, alliance, grandeur, diplomatie ou frontière n’ont aucun sens !

12/07/2017

Quels pouvoirs intermédaires ?

Mao-Macron.jpgA la veille des vacances d’été, on commence à mesurer le nouveau risque qui pèse sur notre démocratie : un président tout puissant, un Parlement aux ordres, des partis d’opposition en déconfiture, une presse décrédibilisée, ce n’est pas bon pour le pays. Certes, si le président reste lucide et si le taux du crédit reste faible, on continuera à se rassurer en enfilant des polémiques insignifiantes. Mais si le président ne se sent plus (hypothèse évidemment théorique), ou si une vraie crise financière éclate (hypothèse beaucoup plus réaliste), nul ne sait comment fonctionneront les pouvoirs intermédiaires, seuls capables d’éviter la dictature ou l’anarchie…

08/07/2017

Macron et les francs-maçons

macron,francs-maçons,loges,collombComme à chaque élection importante, plusieurs médias consacrent un dossier sur le rôle des francs-maçons dans la "révolution Macron" : Ferrand, Collomb, Le Drian, Delevoye, Mézard, Castaner, Schiappa… Or, à part quelques journalistes sérieux (François Koch, Vincent Nouzille), les rédacteurs qu’on a chargés de ce marronnier oscillent, comme d'hab, entre les vieux fantasmes recuits et les hypothèses classiques qui ne mangent pas de pain. Et si la vérité était toute simple ? Et si les "frères" avaient été complètement dépassés par la vitesse à laquelle la classe politique a été dégagée et renouvelée, comme tout le monde ?

05/07/2017

La France a mérité des vacances

macron.jpgBon, je résume. En six mois, on n'a pas arrêté. On a poussé Hollande vers la sortie. On s’est débarrassé de Sarkozy, Juppé et Fillon. On a élu à l’Elysée un quasi inconnu de 39 ans. On a fait disparaître le Part socialiste. On a renouvelé de fond en comble le Parlement. On a déjà oublié Ayraud, Vallaud-Belkacem, Taubira et consort. On a réduit la droite à pas grand-chose. On a un nouveau cosmonaute français. On va augmenter les impôts et réformer le code du travail. On a rendu hommage à Helmut Kohl. On a enterré dignement Simone Veil. Voilà. Et maintenant, chers compatriotes, si on prenait quelques vacances ? Non ?

22:51 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : actualité, macron, 2017, france |  Facebook | | Lien permanent

04/07/2017

Le premier recul de Macron

CESE.jpgEn écoutant le discours de Macron, on comprend sans peine qu’il avait bien en tête de supprimer le Conseil économique, social et environnemental (CESE), mais qu’il en a été finalement dissuadé : le CESE sera donc réformé, réduit, redessiné, transformé "de fond en comble" (sic) , adapté, malaxé, reconfiguré… mais pas supprimé ! Or, chacun sait que ce machin coûteux est devenu rigoureusement inutile, et qu’il sert exclusivement à recaser quelques copains battus aux élections, ex-syndicalistes, francs-maçons marginalisés et vieux militants dans le besoin. Saura-t-on jamais qui a fait reculer Macron, et avec quels arguments ?

09:52 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : cese, macron, institutions |  Facebook | | Lien permanent

03/07/2017

Le peuple français est incorrigible

Louis-XVI-Guillotine.jpgEmmanuel Macron s’est-il trop vite glissé dans la peau d’un jeune monarque républicain ? La réaction du peuple français, qui brandit aujourd’hui ses fourches et ses piques sur les réseaux sociaux, n’a pas traîné : il se prend pour un roi, coupons-lui la tête ! A-t-il proféré quelque bévue ? Qu’on le juge ! Choisit-il Versailles pour son premier discours ? Aux Tuileries, le prétentieux ! Publie-t-il une photo officielle en majesté ? A la lanterne, on vous dit ! A-t-il, sacrilège suprême, snobé les journalistes ? Dressez la guillotine ! Tout cela serait risible si Macron n’avait pas à résoudre, au passage, quelques problèmes autrement sérieux. Mais le peuple français est incorrigible !

20/06/2017

Un bon coup de jeune...

bébés.jpgRoulez jeunesse ! L’heure est au renouvellement. On célèbre les novices, on loue les inconnus, on s’esbaudit devant tous ces jeunes élus qui découvrent leur écharpe de député. Et on a raison. Un bon coup de jeune, façon Macron, c’est ce qu’il fallait à la scène politico-médiatique. A la condition, bien sûr, de ne pas préférer bêtement la nouveauté à la compétence. A condition de ne pas considérer l’expérience et le talent comme des défauts. Tous les représentants du "vieux monde" qui viennent d'être "dégagés" ne sont pas des nuls – demandez à David Pujadas, Natacha Polony, William Leymergie, Georges Pernoux, Thomas Sotto ou Philippe Meyer…