Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2017

Le troisième tour sera sanglant

législatives.jpgLe premier tour des présidentielles se joue dimanche. Mais le troisième tour obsède déjà le monde politique, car les législatives de juin seront sanglantes. Logiquement, trois candidats seulement sont certains de constituer un groupe parlementaire : Fillon (LR + UDI), Hamon (PS + EELV) et Le Pen (FN), aucun des trois ne pouvant prétendre à la majorité absolue. Macron, lui, n’aura de quoi constituer un groupe que s’il gagne la présidentielle ! Les autres, c’est-à-dire Mélenchon et Dupont-Aignan, et eux seuls, n’auront que deux ou trois élus (cas d’une personnalité très implantée ou d’une triangulaire hasardeuse) et ne pèseront en rien sur le quinquennat. Il y en a que ça va énerver grave.

18/04/2017

Fillon ou Macron ? Un sacré dilemme !

candidats.jpgA J – 5, je l’avoue, j’hésite encore. Entre Fillon et Macron, bien sûr. Le premier propose le programme le plus cohérent, le second incarne un rajeunissement indispensable. Centriste, libéral et européen depuis toujours, comment puis-je concilier raison politique et cohérence personnelle ? Voter Fillon, ce serait fermer les yeux sur les petits arrangements des politiques avec l’argent… que je dénonce régulièrement dans ce blog depuis dix ans ! Voter Macron, ce serait pactiser aveuglément avec tous les vieux socialos dont il est la roue de secours… alors que je les critique depuis quarante ans ! Et attendez, saperlipopette, imaginez mon dilemme s’ils se qualifient tous les deux pour le second tour !!

16/04/2017

Comment sauver le PS ?

macron rebsamen.jpgLu dans le Bien Public, sous la plume de François Rebsamen, la stratégie des amis de François Hollande pour sauver le PS et rester au pouvoir après la défaite de Benoît Hamon : rallier massivement Emmanuel Macron dans le cadre d’une "coalition de gouvernement" et, aux législatives, d’une "plateforme de gouvernement" liant les candidats uniques, socialistes ou non, qui composeront la future "majorité présidentielle". C’est logique, crédible, cohérent… même si c’est un retour à la IVème République, au régime des partis, aux combinaisons d’appareil et aux micmacs politiciens dont, précisément, la quasi-totalité des Français ne veulent plus !

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : macron, rebsamen, ps, hollande |  Facebook | | Lien permanent

15/04/2017

Le principal enjeu du 23 avril

trump-poutine.jpgPour une fois, me voilà en phase avec François Hollande qui explique, dans Le Point, que la première tâche de son successeur sera "l’Europe, son avenir et même son existence". Faut-il rappeler que les deux plus farouches adversaires de l’Union européenne s’appellent Donald Trump et Vladimir Poutine ? Et que la France seule, prise entre ces deux géants pas franchement bienveillants, ne pèse rien ? Que tous les Mélenchon, Le Pen, Dupont-Aignan, Asselineau et autres démagogues irresponsables prônent la sortie de l'Europe les disqualifie définitivement aux yeux des électeurs qui regardent, de temps en temps, au-delà des frontières de notre tout petit hexagone !

12/04/2017

Qui veut parier sur Fillon ?

fillon,macron,présidentielle,sondagesFillon peut-il encore être élu ? Les sondages le condamnent, et pourtant : 1) Trop de gens, en France, n’ont pas digéré le quinquennat désastreux de Hollande, et n’acceptent pas que la droite classique et républicaine, celle de Pompidou, Giscard, Chirac et Sarkozy, celle qui rassemble gaullistes, libéraux, démocrates-chrétiens et indépendants, soit privée de second tour. 2) Trop de gens ont peur du monde dans lequel nous entrons, et trouvent le jeune Macron brillant, certes, mais un peu léger : tant pis pour les désolantes embrouilles financières du ménage Fillon, ceux-là, dans l’isoloir, voteront pour un président solide, expérimenté et entouré d’une vraie majorité. Qui veut parier, pour le fun ?

08/04/2017

Qu'est-ce que le "vote caché" ?

vote-caché.jpgLe "vote caché" est un nouveau concept politique qui traduit la volonté, pour un électeur, de ne pas dire pour qui il va voter. Un exemple ? Ségolène Royal, qui va évidemment rallier Emmanuel Macron (sinon, elle dirait qu’elle va voter Hamon) refuse de le dire, à quinze jours du scrutin, pour ne pas s’en prendre une de la part de son ancien collègue du gouvernement à qui tous ces ralliements d’éléphants du PS vont finir par faire perdre des voix ! Le "vote caché", c’est aussi ces 4 à 5 % d’électeurs qui n’osent pas dire qu’ils vont voter Fillon pour ne pas se faire insulter par leurs potes séduits par Macron. Et si c’était, surtout, la marge d’erreur dont se réclameront les sondeurs au lendemain du 23 avril ?

03/04/2017

Les giscardiens, 43 ans plus tard...

BB - Copie.jpgDepuis qu’elle s’est soudée un certain printemps de 1974, la famille giscardienne est restée, sinon unie (n'oublions pas le choc Chirac-Balladur ou la dérive du Modem), du moins globalement en phase : 95% de ses membres se disent toujours de centre droit, libéraux de cœur et pro-européens. C’est la première fois, en quarante ans, que je vois tous mes vieux camarades se diviser en deux parties à peu près égales, les uns ralliant Macron (A Madelin, M de Sarnez, X Chinaud, R Dutreil, etc), les autres soutenant Fillon (JP Raffarin, A Méaux, JJ et M Descamps, A. Poniatowski, G Longuet, etc) d’autres, nombreux, hésitant encore entre les deux. J’en tire une conclusion qui va énerver tout le monde : Macron et Fillon, sur le fond, ne sont pas si éloignés que cela !

31/03/2017

Et vous, vous votez pour qui ?

loft-story.jpgJamais, à trois semaines d’un scrutin présidentiel, je n’ai rencontré autant d’amis, de parents, de connaissances ou de voisins qui ne savent pas encore pour qui ils vont voter ! Jamais ! C’est le signe que la vie politique est devenue dangereusement instable. Parce que sans références historiques, sans personnalité dominante, sans confrontation culturelle, sans perspective européenne, sans vision à long terme. La faute à qui ? D’abord à la génération sortante, qui n’a pas su empêcher les médias de réduire la politique, la vraie, l’utile, la noble, en une interminable et désolante émission de télé-réalité. Alors, en effet, voter pour Steevy ou pour Loana, franchement, on hésite…

30/03/2017

Baroin, quoi qu'il arrive ?

francois-baroin.jpgFrançois Baroin sera donc notre prochain premier ministre. D'abord, si François Fillon gagne l’élection présidentielle, c'est quasiment acquis. Mais je vous vois sourire : à trois semaines du premier tour, ce n'est pas l'hypothèse ! C’est plutôt Emmanuel Macron, le favori ! Et alors ? Vu que le jeune et sémillant président Macron ne parviendra pas à constituer une majorité parlementaire lors des législatives de juin, attendu que celles-ci seront très probablement remportées par Les Républicains alliés à l’UDI, je conclus qu'il y aura probablement cohabitation relative ou absolue (comme en 1993 et 1997). Et puisque Fillon, battu, se sera retiré de la vie politique, coucou, c’est Baroin qui sortira du chapeau et dirigera le gouvernement ! Cqfd !

28/03/2017

Les femmes et les éléphants d'abord !

Hollande-Macron.jpgSi tant de centristes hésitent à rallier Emmanuel Macron, c’est qu’ils ont peur d’y retrouver tous les ministres, conseillers et fidèles de François Hollande qui entourent déjà le seul candidat capable de les sauver de la noyade : Jean-Yves Le Drian, Barbara Pompili, Patrick Kanner, Thierry Braillard, Bernard Poignant, Jean-Pierre Mignard, François de Rugy, en attendant Ségolène Royal, Stéphane Le Foll, Harlem Désir et Jean-Vincent Placé, tous les responsables de ce quinquennat catastrophique montent, un par un, dans cet esquif improbable où rament déjà les Delanoë, Kouchner, Castro, Bergé, Minc, Hue et autres Attali. Ce n‘est ni un radeau de la Méduse ni une arche de Noé : c’est un canot de sauvetage accroché au flanc du Titanic !

13:42 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : macron, hollande, centre, hue, bergé |  Facebook | | Lien permanent

14/03/2017

Macron, comme Giscard...

Macron-VGE.jpgIl y a tout juste deux mois, c'est-à-dire avant l’affaire Fillon, j’écrivais ceci : "Comparaison n'est pas raison, certes, mais quand même. Emmanuel Macron est en train de ringardiser le PS (à gauche) exactement comme Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, avait ringardisé l’UDR (à droite). VGE avait connu, lui aussi, ces ralliements successifs de parlementaires inquiets de leur réélection à venir, donnant l’impression d’une dynamique irrépressible. Macron manque de structures partisanes, comme le jeune Giscard en son temps, mais il incarne, comme lui, quelque chose de neuf. Il est aussi isolé par rapport au Parti socialiste que VGE l’était par rapport aux bataillons gaullistes, mais il est en train de provoquer le même effet de bascule." Quelque chose à changer ?

13/03/2017

Les marchepieds du FN ?

hamon-fillon-macron.jpgMarre d’entendre Benoît Hamon expliquer qu’il est là pour "faire barrage à Marine Le Pen", que Macron et Fillon sont les "marchepieds" du FN, etc. Un enfant de dix ans est capable de comprendre que sur l’échiquier politique, Macron et Fillon (et Dupont-Aignan dans une moindre mesure) sont les plus à même de faire réellement baisser le score du FN, évidemment ! Si les socialistes passent leur temps à mettre les libéraux, les conservateurs et l’extrême-droite dans le même sac, c'est qu’ils rêvent de voir s’effondrer la digue que la droite classique a érigée et confortée, depuis trente ans, entre les électeurs FN et les siens. Vieux théorème mitterrandien : plus le FN monte, plus la gauche a des chances de sauver ses sièges…

20:09 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : hamon, fillon, macron, le pen, fn |  Facebook | | Lien permanent

23/02/2017

Fillon...Macron... Fillon... Macron...

macron-fillon.jpgComme je l’avais écrit ici même le 10 février, Bayrou ne pouvait se présenter aux présidentielles sans que sa seule présence n’ôte suffisamment de voix à Macron pour faire qualifier Fillon au second tour. Il a donc choisi de rallier ledit Macron, au risque que sa présence cette fois, dissuade quelques caciques du PS, inquiets pour leur réélection, de rejoindre l’ancien ministre de François Hollande. Bien malin qui peut prévoir, désormais, comment va évoluer le rapport de force entre Fillon et Macron. L’essentiel étant, pour ma part, que celui qui passera devant l’autre ratatine bien Marine Le Pen au second tour. Pour le reste, on s’arrangera.

10/02/2017

Fillon élu grâce à Bayrou ?

Francois-Bayrou.jpgJe ne comprends pas pourquoi les dirigeants de la droite républicaine sont si énervés contre François Bayrou. Si le président du Modem se présente aux présidentielles, les sondages le créditeront d’environ 5 % des voix. Or, si ce chiffre se confirme, à qui va-t-il prendre ces 5 % des suffrages ? A Macron, évidemment ! Venez discuter, chez moi, dans l’Yonne, avec les électeurs traditionnels du Modem, vous verrez ! Pensez-vous, en revanche, qu’un seul électeur de Fillon se détournera de celui-ci pour voter Bayrou ? Aucun ! Conclusion : la candidature de Bayrou aura pour conséquence d’assurer, quasiment à coup sûr, la qualification de François Fillon au second tour de l’élection…

01/02/2017

Tous derrière Hamon et Fillon !

titanic.jpgLe gros de la troupe de nos dirigeants politiques – les élus du PS et les Républicains – vivent un véritable cauchemar. Les premiers, regroupés derrière Hamon, constatent avec horreur que c'est un autre candidat de gauche, Macron, qui peut prétendre à figurer au second tour ! Les seconds, tous unis derrière Fillon, comprennent que leur candidat a perdu quasiment toutes ses chances de remporter la bataille ! Que vont-ils devenir, les uns et les autres, si leurs champions sont battus ? Comment, avec quelle étiquette, avec quels soutiens vont-ils aborder les législatives de juin ? La classe politique française, aujourd’hui, c’est le Titanic...

09:30 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : hamon, fillon, 2017, macron, ps, lr |  Facebook | | Lien permanent

14/01/2017

Comme Giscard en 1974...

VGE-74.jpgComparaison n'est pas raison, certes, mais quand même. Emmanuel Macron est en train de ringardiser le PS (à gauche) exactement comme Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, avait ringardisé l’UDR (à droite). VGE avait connu, lui aussi, ces ralliements successifs de parlementaires inquiets de leur réélection à venir, donnant l’impression d’une dynamique irrépressible. Macron manque de structures partisanes, comme le jeune Giscard en son temps, mais il incarne, comme lui, quelque chose de neuf. Il est aussi isolé par rapport au Parti socialiste que VGE l’était par rapport aux bataillons gaullistes, mais il est en train de provoquer le même effet de bascule. Je n’aimerais pas être le vainqueur de la primaire du PS le jour où, façon Chaban en 1974, il ralliera Macron au second tour !

12/01/2017

Le journalisme mène à tout...

laurence-haim.jpg...à condition d'en sortir, disait naguère l'écrivain Jules Janin. Ma consœur Laurence Haïm, ex- correspondante de Canal + et de I-Télé aux USA, devient donc porte-parole d’Emmanuel Macron. Je rigole en entendant s’étrangler d'indignation Jean-Michel Apathie ou Guy Carlier (qui sont devenus des amuseurs publics, à égalité avec Roselyne Bachelot qui a fait le trajet inverse) ou Robert Ménard (qui a oublié qu’il fut journaliste). Faudrait-il condamner tous les Sérillon, Baroin, Lucbert, Baudis, Gerbaud, Cavada, Mamère et tant d’autres ex-confrères qui ont choisi la politique ? Eux, au moins, se sont coltinés à la vraie vie avant de prétendre améliorer celle de leurs concitoyens !

12/12/2016

Pas besoin de sondages...

macron.jpgInutile d’éplucher les sondages pour constater qu’après cinq ans passés aux manettes de la République, la gauche est en pleine déconfiture. Que Manuel Valls, premier ministre sortant, n’a aucune chance de rassembler le PS, à plus forte raison la gauche. Que le nombre d’anciens ministres fulminant contre le président auquel ils doivent leur carrière souligne l’échec de ce quinquennat. Que seul Emmanuel Macron semble avoir créé une dynamique dans la population, mais que ses anciens camarades l’empêcheront, en avril, de franchir la barre du premier tour. Et que 90 % des élus de gauche, loin du pia-pia superfétatoire qui sature les plateaux télé, ne pensent plus, déjà, qu’à sauver leur peau aux législatives de juin…

12:20 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : gauche, ps, macron, valls, primaires, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

17/11/2016

L'expérience, en politique...

macron.jpgEmmanuel Macron n’est pas mon candidat, mais je dois le défendre sur un plan : tous les hauts dirigeants socialistes qui pointent depuis hier son "manque d’expérience" seraient plus crédibles s’ils avaient eux-mêmes réussi, en cinq ans, à créer un maximum d’emplois, à résorber la dette publique, à sauver ce qui reste de notre industrie, à baisser le coût de l’énergie, à diminuer les impôts, à juguler la désertification rurale, à augmenter les petites retraites, à restaurer le dialogue social, à réformer l’Education nationale, à permettre aux paysans de gagner normalement leur vie, etc, etc. Si ce n’est pas cela, "l’expérience", en politique, alors expliquez-moi en quoi elle est si indispensable ?

00:37 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : macron, ps, quinquennat, politique |  Facebook | | Lien permanent

02/09/2016

Macron, premier bilan

macron.jpgEmmanuel Macron a définitivement plombé Hollande, durablement évincé Valls et ringardisé la plupart des dirigeants de la gauche d’aujourd’hui – sauf, peut-être, Montebourg. Il a aussi bousculé la droite : il est plus moderne que Juppé, plus modéré que Sarko, plus centriste que Bayrou, plus dynamique que Fillon. Seuls Le Maire et, dans une moindre mesure, NKM n’ont rien à lui envier. Enfin, bien sûr, il est plus fréquentable que Marine Le Pen. Tout cela ne suffit pas à faire un président de la République, certes ! Mais cela me rappelle, dans ma prime jeunesse, un fringant ministre des Finances nommé Valéry Giscard d’Estaing…

00:20 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : macron, gauche, montebourg, gscard |  Facebook | | Lien permanent