Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2017

Le panache et la panade

duo.jpgQui peut le nier ? Emmanuel Macron a été très bon, hier soir, face à ce malotrus irresponsable de Donald Trump. Gravité, fermeté, intelligence, humour : devant la terre entière, il a excellemment incarné la France telle qu’on l’aime. Les premiers pas du nouveau président de la République sont à la fois rassurants et encourageants. Dommage pour lui qu’il soit plombé, à son tour, par des "affaires" peu reluisantes qui représentent, cette fois, la France telle qu’on ne l’aime pas. Macron tance publiquement le président des Etats-Unis en anglais, avec panache, et il est incapable de se séparer en douceur d'un ministre breton quasi-inconnu qui l'a mis dans la panade ?

09:54 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : macron, trump, ferrand |  Facebook | | Lien permanent

29/05/2017

Une histoire de trois siècles

8803160-8804156-article-russie-poutine-macron-versailles-jpg_4318750_660x281.jpgQue Poutine vienne se placer dans les pas de Pierre le Grand son idole depuis toujours tout juste 300 ans après la visite de celui-ci à Versailles n’a pas beaucoup fait vibrer mes confrères journalistes, et c’est dommage : ce grand tsar fondateur de Saint-Pétersbourg – ville natale de Poutine – fut le premier à orienter délibérément la Russie vers l’Europe ! Le seul fait de s’inscrire dans cette longue et riche histoire obligeait l’héritier de Pierre le Grand et l’héritier de Louis XIV à dépasser l'actualité épineuse, les bisbilles provisoires et les mésententes ponctuelles pour renouer entre eux un dialogue de fond qui dépasse largement leurs simples personnes !

25/05/2017

Images du monde

2048x1536-fit_rencontre-entre-emmanuel-macron-donald-trump-bruxelles-25-mai-2015.jpgEst-ce parce que les journalistes politiques, épuisés, ont fait le pont ce week-end ? On dirait que la télé s’ouvre soudain sur la planète ! Les images de Donald Trump à Jérusalem, puis à Rome chez le pape, celles de la rencontre Trump-Macron à Bruxelles, en attendant la réception de Poutine à Versailles lundi, sont rafraichissantes ! Ainsi, notre monde ne se limite pas aux révélations du Canard Enchaîné sur le ministre Richard Ferrand ou aux bisbilles entre Marine Le Pen et Florian Philippot ? Il y aurait donc, en dehors de chez nous, des problèmes de terrorisme, de pollution, de migrations, de pauvreté et de violence que des chefs d’Etat s’efforcent de régler par la diplomatie ? Incroyable !

23/05/2017

La barre au centre-droit

EP-FB.jpgLes législatives, c’est compliqué. Les sondeurs étant dans l’incapacité de mesurer les spécificités, les inconnues et les aléas de 577 élections locales, les éditorialistes parisiens tournent en rond. Pour ma part, je n’ai aucune raison de modifier mon pronostic d'il y a un mois : le gouvernement qui sortira des urnes le 19 juin sera, quoi qu’il arrive, orienté au centre droit ; ou bien les députés LREM seront les plus nombreux, et il sera toujours dirigé par Edouard Philippe avec une petite ouverture à droite ; ou bien les députés LR-UDI seront les plus nombreux, et il sera dirigé par François Baroin qui gardera quelques ministres de l’équipe actuelle. Désolé, les gens, il n’y a pas d’autre hypothèse.

22/05/2017

La cata, c'est les quotas !

quotas.jpgRéentendu cent fois, depuis l'affaire Pujadas, le souhait de Delphine Ernotte de réduire le nombre "d’hommes blancs de plus de 50 ans" à la télévision. Le jour de cette éviction, Macron rendait public son gouvernement calculé, au trébuchet, sur des quotas de droite, de gauche, du centre, de la société civile, d'hommes et de femmes, de la diversité, etc. Et si, au lieu de comptabiliser les moins de 50 ans, les noirs, les beurs, les Antillais, les divorcés, les énarques, les hétéros, les gauchers contrariés, les retraités du public et les paysans bretons, on revenait au temps où le critère de compétence l’emportait sur les aprioris identitaires, sexistes, corporatistes et raciaux ?

12:51 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : quotas, sexisme, races, macron, pujadas |  Facebook | | Lien permanent

20/05/2017

Sélectionner les journalistes ?

presse.jpgLe jeune Emmanuel Macron découvrirait-il la presse ? Il s’énerve – à juste titre – de voir qu’un président français visitant un pays étranger soit traqué pendant toute sa visite pour ses éventuelles "petites phrases" politiciennes par une armée d'envoyés spéciaux qui se fichent complètement du pays qui les accueille. Alors, ne doutant de rien, il a décidé... de choisir lui-même les journalistes qui l’accompagnent ! Ah ben non, monsieur le Président, ça, j’ai peur que ce ne soit pas possible. C’est basique, un chef d’Etat qui sélectionne les bons et les mauvais journalistes, cela s’appelle un dictateur. C’est bien embêtant, je sais, la démocratie est imparfaite, mais c’est ainsi !

11/05/2017

Le problème n° 1 de Macron

AN.jpgDerrière l’affaire Manuel Valls, un sacré défi se pose à Emmanuel Macron. Pour faire court : comment éviter que, parmi les innombrables candidats à l’investiture "En Marche" aux législatives de juin, ne se glissent des dizaines de candidats marginaux, revanchards ou ringards, vieilles badernes de gauche ayant échoué dix fois aux élections locales, éternels candidats de droite n’ayant jamais obtenu l’investiture de leurs responsables régionaux et autres seconds couteaux frustrés qui voient soudain, là, leur dernière chance d’assouvir quelque vieille ambition personnelle ? Adouber ces gens-là ne serait pas le meilleur moyen de "changer la politique", bien au contraire !

13:34 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : macron, législtives, en marche, ps, lr |  Facebook | | Lien permanent

10/05/2017

Ni gauche, ni droite ? Pas si simple !

EnMarche.jpgVoulez-vous l’avis d’un vieux giscardien, centriste depuis toujours, proche de l’UDI et du Modem, qui a voté Macron sans aucune réserve, et qui suit la politique de près ? En France, un rassemblement des républicains et des progressistes de gauche et de droite, avec toute la bonne volonté du monde, a peu de chance de tenir la route. Le système majoritaire à deux tours, même si on y instille un chouïa de proportionnelle, génère forcément des affrontements binaires entre candidats "plutôt à gauche" ou "plutôt à droite", le seul clivage qui tienne depuis deux siècles. Surtout au niveau des circonscriptions législatives, où les protagonistes sont les héritiers de plusieurs décennies de bagarres locales…

09/05/2017

Qui va gouverner la France ?

macron.jpgQui gouvernera la France après le 18 juin ? Pas la gauche, en tout cas, qui sera réduite à un groupe PS d’une cinquantaine de députés et à une poignée de mélenchonistes. Pas le FN, dont le groupe restera dans l’opposition. La vraie question : les députés "En Marche" seront-ils plus ou moins nombreux que ceux de la droite LR-UDI ? Plus : Macron composera un gouvernement de fidèles élargi à quelques sociaux-démocrates et à la droite modérée. Moins : il invitera Baroin à composer un gouvernement LR-UDI ouvert à quelques "En marche". Dans les deux hypothèses, on pourra enfin souffler, avec un cabinet de centre droit rajeuni, européen, avec des têtes nouvelles. Enfin… si tout va bien !

06/05/2017

Macron-Le Pen, pendant cinq ans ?

face-a-face.jpgIl est une conclusion à tirer du triste débat de mercredi soir, que je ne vois pas beaucoup évoquer par les commentateurs parisiens : c’est la perspective terrifiante d’avoir demain une majorité "macroniste" élargie à la gauche modérée et à la droite raisonnable, et en face, en guise d’opposition, Marine Le Pen et le FN éventuellement élargi à Nicolas Dupont-Aignan et Christine Boutin ! Bon, je sais, ce n’est pas politiquement correct, mais serai-je le seul, moi qui souhaite le succès d’Emmanuel Macron, à espérer que la droite classique et républicaine se refasse une santé, en juin, pour éviter que le face-à-face mortifère de mercredi ne se prolonge pendant cinq ans ?  

 

05/05/2017

Un nouveau jeu télévisé

macron name dr.jpgLes médias sont incorrigibles. Le second tour n’est pas encore passé que toutes les rédactions se préparent fébrilement à relancer le jeu de petits chevaux qui tient lieu, chez nous, de vie politique : audimat oblige ! Attendez-vous à voir fleurir partout les noms des premier-ministrables, puis celui des ministres qui composeront le futur gouvernement : et Borloo ceci, et Le Drian cela, et Collomb, et Bayrou, et Ferrand, et Goulard, et patati, et patata, accrochez-vous, cela va jaillir de tous les côtés ! Il faut dire que ce jeu du name dropping, entièrement gratuit, est plus rigolo que de se pencher sérieusement sur les problèmes à résoudre, les crises à venir, les solutions à y apporter…

02/05/2017

Quels nouveaux clivages ?

duel.jpgLes nouveaux clivages de la politique française donnent un peu le tournis. Les riches pour Macron, les pauvres pour Le Pen ? Les banquiers pour Macron, les ouvriers pour Le Pen ? Les habitants des villes pour Macron, les ruraux pour Le Pen ? Les pro-européens pour Macron, les franchouillards pour Le Pen ? S’y ajoute un clivage de génération, visible depuis une semaine : les plus de 45 ans prêts à se faire violence en votant contre Marine Le Pen, les moins de 45 ans considérant qu’elle n’est pas plus dangereuse qu’un autre ! Il va falloir un bout de temps – et des législatives compliquées – pour digérer tout cela. Et y introduire un critère un peu oublié ces temps-ci : la nuance.

01/05/2017

Et si on essayait la bienveillance ?

France.jpgEt si on essayait la bienveillance ? Et si on admettait que le jeune Emmanuel Macron a un talent remarquable, qu’il a réussi ce que tant d’autres ont essayé avant lui, et qu’il a incontestablement le QI nécessaire pour présider un pays aussi compliqué que le nôtre ? Et si on admettait que les électeurs de Marine Le Pen, dans leur immense majorité, ne sont ni des racistes ni des fascistes, mais de braves gens en colère contre tous les responsables qui, de droite ou de gauche, ne se sont pas occupé d’eux depuis trente ans ? Et si on partait de l’idée que la France est malade de ses divisions, qu’elle traverse une épreuve délicate, mais qu’elle en a vu d’autres dans sa longue et riche histoire ?

29/04/2017

Retour à la IVe République...

législatives.jpgNe croyez pas les innombrables commentateurs apparus à la télé depuis deux mois – je ne parle pas des vrais journalistes politiques, une espèce en voie d’extinction – quand ils vous répètent à l’envi, depuis le VIIIè arrondissement de Paris, que Macron a fait disparaître les deux grands partis traditionnels : ce n’est pas exact. La droite classique (un peu plus que le vote Fillon + la moitié de Dupont-Aignan) reste le premier parti de France, et même si l’alliance LR-UDI a peu de chances d’atteindre la majorité absolue, elle constituera, fin juin, le premier groupe à l’Assemblée – devant le groupe Macron, le groupe FN et le groupe PS-EELV. Bonjour la modernité ! Le retour à la Quatrième République est fixé au matin du 19 juin…  

25/04/2017

Quelle stratégie pour Macron ?

Macron.jpgEt maintenant, que va faire Macron ? La seule stratégie valable, pour le prochain président, est de profiter du large consensus qui se fera sur son nom au soir du second tour pour tenter de fédérer tous ces gens-là en vue des législatives, dans un grand mouvement modéré qui sera le socle de sa future "majorité présidentielle". Mais comment imaginer qu’à droite, les futurs députés LR et UDI se rallient à Macron alors que c’est en constituant un groupe parlementaire puissant et autonome que les vaincus du 23 avril, justement, auront une chance de reprendre le pouvoir ? Le troisième tour, en juin, sera compliqué ! Mais crucial...

23/04/2017

Macron-Le Pen, quel enjeu ?

Macron-LePen.jpgLe second tour verra donc s’opposer la fille de Jean-Marie Le Pen (un passé bien lourd) et un jeune inconnu jamais élu par personne (un avenir bien léger). Un européen convaincu et plutôt libéral contre une souverainiste d’extrême-droite, il n’y a pas photo : bien entendu, je n’hésiterai pas une seconde, le 7 mai, et je voterai Macron ! En espérant que le jeune et sémillant président que Hollande a donné à la France – un peu malgré lui, certes – ne sera pas l’otage de tous les carriéristes, cumulards, opportunistes et magouilleurs qui voudront s’exonérer, grâce à lui, de ce quinquennat désastreux et conserver leurs postes comme si de rien n’était. Ouverture sur l’avenir ou recyclage des battus, c’est désormais l’enjeu de cette élection !

21/04/2017

Le troisième tour sera sanglant

législatives.jpgLe premier tour des présidentielles se joue dimanche. Mais le troisième tour obsède déjà le monde politique, car les législatives de juin seront sanglantes. Logiquement, trois candidats seulement sont certains de constituer un groupe parlementaire : Fillon (LR + UDI), Hamon (PS + EELV) et Le Pen (FN), aucun des trois ne pouvant prétendre à la majorité absolue. Macron, lui, n’aura de quoi constituer un groupe que s’il gagne la présidentielle ! Les autres, c’est-à-dire Mélenchon et Dupont-Aignan, et eux seuls, n’auront que deux ou trois élus (cas d’une personnalité très implantée ou d’une triangulaire hasardeuse) et ne pèseront en rien sur le quinquennat. Il y en a que ça va énerver grave.

18/04/2017

Fillon ou Macron ? Un sacré dilemme !

candidats.jpgA J – 5, je l’avoue, j’hésite encore. Entre Fillon et Macron, bien sûr. Le premier propose le programme le plus cohérent, le second incarne un rajeunissement indispensable. Centriste, libéral et européen depuis toujours, comment puis-je concilier raison politique et cohérence personnelle ? Voter Fillon, ce serait fermer les yeux sur les petits arrangements des politiques avec l’argent… que je dénonce régulièrement dans ce blog depuis dix ans ! Voter Macron, ce serait pactiser aveuglément avec tous les vieux socialos dont il est la roue de secours… alors que je les critique depuis quarante ans ! Et attendez, saperlipopette, imaginez mon dilemme s’ils se qualifient tous les deux pour le second tour !!

16/04/2017

Comment sauver le PS ?

macron rebsamen.jpgLu dans le Bien Public, sous la plume de François Rebsamen, la stratégie des amis de François Hollande pour sauver le PS et rester au pouvoir après la défaite de Benoît Hamon : rallier massivement Emmanuel Macron dans le cadre d’une "coalition de gouvernement" et, aux législatives, d’une "plateforme de gouvernement" liant les candidats uniques, socialistes ou non, qui composeront la future "majorité présidentielle". C’est logique, crédible, cohérent… même si c’est un retour à la IVème République, au régime des partis, aux combinaisons d’appareil et aux micmacs politiciens dont, précisément, la quasi-totalité des Français ne veulent plus !

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : macron, rebsamen, ps, hollande |  Facebook | | Lien permanent

15/04/2017

Le principal enjeu du 23 avril

trump-poutine.jpgPour une fois, me voilà en phase avec François Hollande qui explique, dans Le Point, que la première tâche de son successeur sera "l’Europe, son avenir et même son existence". Faut-il rappeler que les deux plus farouches adversaires de l’Union européenne s’appellent Donald Trump et Vladimir Poutine ? Et que la France seule, prise entre ces deux géants pas franchement bienveillants, ne pèse rien ? Que tous les Mélenchon, Le Pen, Dupont-Aignan, Asselineau et autres démagogues irresponsables prônent la sortie de l'Europe les disqualifie définitivement aux yeux des électeurs qui regardent, de temps en temps, au-delà des frontières de notre tout petit hexagone !