Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2019

Réduire le nombre des députés ?

echarpe-tricolore.jpgLa réduction du nombre de députés à l’Assemblée nationale est une proposition parfaitement démagogique qui va finir… par aboutir ! Outre que Macron l’avait inscrite à son programme en 2017, les "gilets jaunes" en ont fait une revendication partagée, et les organisateurs du "Grand débat" y trouveront un sujet de quasi consensus. Certes, son impact budgétaire est infime, mais elle est tellement dans l’air du temps ! Évidemment, il y a un os : cette diminution va exactement à l’encontre de la principale demande exprimée justement par les "gilets jaunes" : être davantage écoutés par les représentants du pouvoir ! On ne peut pas tout avoir…

06/02/2019

Fatigant, la politique !

girouette.JPGC’est fatigant, la politique. Les mêmes qui accusaient Macron de rester silencieux au plus fort de la contestation des "gilets jaunes" l’accusent aujourd’hui de trop parler en public. Le même qui a tout fait depuis son élection pour marginaliser les élus locaux s’appuie délibérément sur eux pour sortir de la crise. Les mêmes qui veulent davantage de services publics exigent de payer moins d’impôts. La même qui voulait que notre pays quitte carrément l’Europe ne veut même plus, aujourd’hui, sortir de la zone euro. Les mêmes qui applaudissaient au mot d’ordre de référendum brandi par les "gilets jaunes" sont massivement hostiles à l‘idée que Macron propose un référendum. Fatigant, je vous dis !

04/02/2019

De catastrophe en catastrophe...

referendum_2.jpgQuand on parle du référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui semble avoir désormais la faveur de Macron, on ne peut s’empêcher d’évoquer les deux derniers référendums de l’histoire de la Vè République qui ont été, l’un et l’autre, des catastrophes : le premier, en 2000, a transformé le septennat en quinquennat (73 % de oui), déséquilibrant fâcheusement le régime semi-présidentiel établi par le général de Gaulle ; le second, en 2005, rejeta la constitution européenne pour de mauvaises raisons de politique intérieure (55 % de non), poussant le pouvoir à ignorer son résultat ! On a hâte, franchement, de savoir sur quoi portera la prochaine consultation…

22/01/2019

Un peu de cohérence, svp !

macron-4046637.jpgLa République, par définition, ce sont les élus du peuple. Toutes opinions confondues, ils représentent leurs concitoyens. Les 350.000 élus locaux, en France, peuvent remercier les "gilets jaunes" : grâce à la crise que ceux-ci ont déclenchée, le chef de l’Etat a heureusement renoué le contact avec les élus de la nation. C’est un vrai tournant dans le quinquennat, et il faut s'en réjouir. Or, vous l’aurez remarqué, ce sont exactement les mêmes – politiciens, commentateurs, "gilets jaunes" – qui s’indignaient du mépris avec lequel Macron considérait les élus locaux, qui s’époumonent aujourd’hui en critiquant les réunions où il rencontre, dans les régions, un maximum d’élus !

10/01/2019

La faillite des instituts de sondage

2224822_gilets-jaunes.jpgLe gouvernement et les médias ne sont pas les seuls à avoir été dépassés par le phénomène "gilets jaunes" : les instituts de sondage ont totalement failli pendant ces deux mois. De quelques rares sondages à échantillons réduits, en neuf semaines, le public a retenu trois chiffres : 80 % des Français soutenaient les "gilets jaunes" fin novembre, puis 55 % à Noël, et ils feraient 12 % aux européennes. Rien sur la taxe carbone, les violences, le SMIC, l’ISF, les 10 milliards lâchés par Marignon, la République attaquée, le RIC, la chasse aux journalistes ! Allez expliquer, après une telle indigence, pourquoi Macron remonte de 5 points, aujourd’hui, dans les sondages !

09/01/2019

Macron "mal élu" en 2017 ?

macron.jpegDans la longue série de bêtises, d’inexactitudes, de provocations et de fake news qui nous submergent depuis deux mois, il faut tordre le coup à cette idée que Macron aurait été "mal élu" en 2017, ce qui altérerait sa légitimité démocratique. Les chiffres sont clairs. En 2017, Macron a obtenu 20,7 millions de voix, soit sensiblement plus que Sarkozy en 2007 (18,9 millions) ou Hollande en 2012 (18 millions). Ont voté pour Macron 43 % des électeurs inscrits, ce qui est exactement le même chiffre que  Sarkozy en 2007 ou Mitterrand en 1981, et sensiblement plus que Hollande en 2012 ! Amis factieux, par pitié, trouvez autre chose…

06/01/2019

La France, risée du monde

trumprire.jpgJe suis frappé par l’unanimité de mes amis et connaissances résidant à l’étranger, tous sidérés par l’action préjudiciable et destructrice des "gilets jaunes". D’abord, bien sûr, à cause de l’image de la France qui se dégrade chaque samedi sur les écrans du reste du monde. Mais surtout, de Bruxelles, Prague, Moscou ou Rome, on observe avec effarement la déstabilisation méthodique du président de la République au moment où la France aurait impérativement besoin d’unité face à tous les Trump, Erdogan, Poutine, Orban et autres Salvini qui veulent l’affaiblir… et qui se marrent, qui se marrent, qui se marrent !

04/01/2019

Drouet, Nicolle, quel projet politique ?

gilets jaunes,mélenchon,le pen,démagogie,macronIl serait temps que les Philippot, Mélenchon, Le Pen et autres Dupont-Aignan cessent leur insupportable démagogie à l’égard de l’étrange Eric Drouet qui appelle à "marcher sur l’Elysée" et de l’inquiétant Maxime Nicolle qui rêve d’un "soulèvement national". La colère des gilets jaunes, au départ, était légitime et respectable, mais il faut bien admettre que le mouvement n’a pas su se doter de porte-parole crédibles, ni amorcer le moindre dialogue avec le pouvoir, ni bâtir l'esquisse d'un projet politique. "On ne nous écoute pas", "Macron démission", "Faut choquer l'opinion" et "On ne lâche rien", au bout de deux mois, cela commence à bien faire !

01/01/2019

Un conseil d'ami...

Voeux-d-Emmanuel-Macron.jpgAmis, ne faites pas ce que je viens de faire. Par curiosité, en ce jour de l’An, j’ai surfé sur Facebook, un peu au hasard, pour respirer le vent de la nouvelle année. J’ai vite arrêté, tellement c’est pestilentiel. C’est fou le nombre d'internautes qui expliquent, dans un feu d’artifice d'insanités et de fautes d’orthographe, que Macron (vous savez, le président que les Français ont élu à leur tête il y a dix-huit mois) est un nul, un menteur, un enculé, un con, un connard, un imposteur, un sale type, un fasciste, une merde, un enfumeur, etc, etc, etc. Tant d’insultes, de bêtises, de grossièreté, d’inculture et de haine gratuite me font penser que 2019 sera une année difficile.

31/12/2018

Vive les riches et les exilés fiscaux !

préférés.pngSi Macron veut remonter sa cote de popularité, qu’il regarde de près, dans le JDD, le classement des 50 personnalités préférées des Français. Il y constatera, à son détriment, que le peuple français porte au pinacle 1) les saltimbanques 2) multimillionnaires 3) qui ne paient pas leurs impôts en France ! La liste comporte aussi quelques sportifs, mais aucun intellectuel, aucun grand médecin, aucun chef d’entreprise, aucun écrivain, aucun président d’ONG, aucun chercheur, aucun inventeur, ni bien sûr aucun ministre, aucun maire de grande ville, aucun responsable politique. S’engager pour le bien commun, en France, c’est décidément très mal vu !

10:55 Publié dans Blog | Tags : macron, jdd, exilés fiscaux | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/12/2018

Macron, démission ?

Trump.jpgLe monde, en cette fin 2018, devient bigrement dangereux. Petit tour d’horizon, comme ça, mine de rien : le Brésil est désormais dirigé par un provocateur incontrôlable ; les États-Unis ont à leur tête un gougnafier immature ; un communiste impitoyable dirige la Chine ; un vieil ado paranoïaque règne sur la Corée du Nord ; la Russie est gouvernée par un nationaliste atrabilaire ; la Hongrie, par un mégalo autoritaire ; l’Italie, par un provocateur fascisant… Je ne sais pas pour vous, mais, excusez-moi, j’ai du mal à suivre les "gilets jaunes" : quand ils exigent la démission de Macron, c'est pour le remplacer par qui, exactement ?

00:06 Publié dans Blog | Tags : macron, gilets jaunes, trump | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/12/2018

Priscillia, Leonarda, même combat !

priscillia.jpgEmmanuel Macron a commis une nouvelle erreur en répondant directement aux "gilets jaunes" par un tweet complaisant sur la hausse du prix du diesel. Il fallait s’y attendre : un des nombreux porte-parole autoproclamés du mouvement, Priscillia Ludosky, lui a aussitôt répondu, dans les médias, qu’il pouvait aller se brosser ! C’est exactement la faute politique que François Hollande avait commise en 2013 en répondant directement à la télévision à Leonarda, la jeune Rom expulsée au Kosovo, vous vous rappelez ? Combien de fois faudra-t-il rappeler que la démocratie directe, c’est la fin de l’Etat républicain !

22/12/2018

Les fonctionnaires contre l'Etat ?

fonctionnaires.jpegTout le monde a compris que Macron et son gouvernement devaient répondre en urgence à une révolte aussi subite et dangereuse que celle des "gilets jaunes". Tout le monde a admis que les forces de l’ordre, après une telle épreuve, avaient bien mérité un bonus. Coût pour l’Etat (c’est-à-dire pour nous tous) : 10 à 15 milliards d’euros, au bas mot, ce qui est catastrophique pour le pays. Mais que les syndicats de fonctionnaires se réveillent après la bataille et exigent que l’Etat (qu’ils sont censés servir) creuse encore le déficit de 5 milliards à leur seul profit, comme ça, hop, sans raison, cela risque fort... de n’être pas compris par grand monde !

21/12/2018

Le "dégagisme", voilà l'ennemi ?

politique,gilets jaunes,macronMais où sont nos hommes politiques ? Je veux dire : les vrais, ceux qui viennent du peuple, ont gardé le contact avec le pays profond, ont une vision pour le pays, connaissent l’histoire de France, savent s’imposer auprès de l’administration ? Ce n’est pas avec des technocrates sans convictions, des débutants sans culture politique et des amateurs sans attache locale qu’on dirige un peuple ! Il est stupéfiant qu’après le choc des "gilets jaunes", les deux tiers des ministres soient toujours inconnus du grand public. Où sont les poids lourds de Giscard (Ponia, Barre, Monory), de Mitterrand (Defferre, Dumas, Mauroy), de Chirac (Pasqua, Debré, Balladur) ? Tous partis dans le privé ?

10/12/2018

A Versailles ! A Versailles !

Louis-XVI-Guillotin.jpgLes "gilets jaunes" exigent, depuis le début, que Macron les reçoivent, que Macron augmente leur pouvoir d’achat, ou, plus radicalement, que Macron démissionne. Ils brandissent, ici ou là, de petites guillotines. Faut-il rappeler ici que la France n’est plus une monarchie depuis deux siècles ? Que les citoyens français, tous égaux en droit, élisent désormais leurs représentants, parmi lesquels un président qui doit, lui aussi, respecter la loi de la République ? Quelqu’un pourrait-il expliquer, un jour, à la télé, que Macron n’est pas un monarque de droit divin, et, au passage, qu’il ne guérit pas les écrouelles ?

10:13 Publié dans Blog | Tags : macron, président, roi, monarchie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/12/2018

Et maintenant ?

émeutes.jpgEt maintenant ? Maintenant que la France a perdu son crédit aux yeux du monde, que Macron n’a plus aucune chance de réformer l’Europe, que l'image de Paris est durablement abîmée, que la fin de l’année touristique est gravement plombée, que le commerce a dégringolé un peu partout en France, que le budget 2019 est d’ores et déjà compromis, que le retour de la croissance est remis aux calendes et que les mesures annoncées par le gouvernement vont encore creuser la dette, quelqu’un sait-il comment arrêter cet immense gâchis ? Marine ? Jean-Luc ? Des idées ?

04/12/2018

Une vieille tradition gauloise

tete.jpgDes chercheurs français de Montpellier et d’Avignon viennent de révéler, après d’amples fouilles archéologiques, que les Gaulois étaient d’irréductibles coupeurs de têtes. Voilà qui explique bien des épisodes de notre histoire politique. Notamment sous la Révolution : en 1793, la décapitation du roi et la guillotine, au fond, renouaient avec nos traditions ancestrales ! Mais surtout cette irrépressible manie qu’ont les Français de réclamer la tête de leur chef, quel qu’il soit, quelques mois après l’avoir élu ! La situation politique s’aggrave, à l’intérieur comme à l’extérieur ? Allez, fiers Gaulois, tous ensemble, tous ensemble : "Ma-cron dé-mission !"

03/12/2018

Edouard Philippe en sursis

E Philippe.jpgQue devra faire Macron si la révolte des "gilets jaunes" se durcit ? Des mesurettes sur la fiscalité, un moratoire sur le prix du gasoil ? Cela ne calmera pas les manifestants. Dissoudre l’Assemblée ? Ce serait faire le lit électoral de Marine Le Pen. Un référendum ? Le président le perdrait à coup sûr, quelle que soit la question. Il ne lui restera qu’une option : remplacer spectaculairement le premier ministre, trop droit dans ses bottes, par un homme d’expérience et de conciliation, avec un cahier des charges tout neuf. Allez, les paris sont ouverts : Blanquer, Blanquer ou Blanquer ?

01/12/2018

Pays cherche adultes désespérément

661_magic.jpgSuis avec tristesse les événements, ce samedi. Suis frappé par l’immaturité des "gilets jaunes" toujours incapables de s’organiser entre eux. Par l’immaturité de ces manifestants si vite débordés par la violence. Par l’immaturité des ministres totalement désemparés par les événements, à commencer par le ministre de l'Intérieur. Par l’immaturité des députés LREM incapables de réagir. Par l’immaturité des jeunes journalistes envoyés sur les ronds-points occupés par les gilets jaunes. Faut-il parler de l’immaturité du président lui-même et de ses conseillers ? Le "dégagisme", c’est très bien, mais visiblement, à tous les niveaux de responsabilité, le pays a besoin… d’adultes !

29/11/2018

Incorrigibles Gaulois !

7795724303_emmanuel-macron.jpgDonald Trump nous a déclaré la guerre économique, la Chine rêve de nous croquer menu, la Russie et l’Ukraine sont au bord de déclencher une guerre à nos portes, les dirigeants italiens nous humilient tous les jours, l’Union européenne tremble sur ses bases, l’islamisme progresse dans nos banlieues, et nous, que faisons-nous ? Nous passons tout notre temps, du matin au soir, à taper sur notre président, à dézinguer tout ce qu’il fait, à paralyser ses actions, à rogner son autorité, à détériorer son image, à exiger sa démission ! A l’étranger, on se gausse : ces Gaulois sont décidément incorrigibles…