Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2017

Baroin, quoi qu'il arrive ?

francois-baroin.jpgFrançois Baroin sera donc notre prochain premier ministre. D'abord, si François Fillon gagne l’élection présidentielle, c'est quasiment acquis. Mais je vous vois sourire : à trois semaines du premier tour, ce n'est pas l'hypothèse ! C’est plutôt Emmanuel Macron, le favori ! Et alors ? Vu que le jeune et sémillant président Macron ne parviendra pas à constituer une majorité parlementaire lors des législatives de juin, attendu que celles-ci seront très probablement remportées par Les Républicains alliés à l’UDI, je conclus qu'il y aura forcément cohabitation, comme c'est arrivé en 1993 et 1997. Et puisque Fillon, battu, se sera retiré de la vie politique, coucou, c’est Baroin qui sortira du chapeau et dirigera le gouvernement ! Cqfd !

29/08/2014

Quelle cohabitation en 2015 ?

cohab.jpgPrivé de majorité, Hollande échappera difficilement à la dissolution en 2015. Laquelle entraînera un désastre électoral à gauche, donc une victoire de la droite. Donc une cohabitation, façon Balladur-1993. Mais voilà, il y a un hic : à droite, qui voudra cohabiter avec Hollande ? Qui serait assez fou pour endosser ainsi, juste avant une présidentielle, le poids de la débâcle économique ? Un second couteau sarkozyste, pour tailler la route au chef avant 2017 ? Pas exclu. Sauf si tous les leaders de la droite s'entendent pour bloquer le processus et, réellement, exiger la démission de Hollande. Et ça, ce serait nouveau…

10:47 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : hollande, cohabitation, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

31/03/2014

Après Valls, la dissolution ?

valls.jpgLes lecteurs de ce blog n’ont pas été surpris par le choix de Manuel Valls, qui était facile à prévoir. Ils ne seront pas étonnés non plus de voir Valls pratiquer la même politique qu’Ayrault, à un chouïa près, tout en rejetant la faute de ses insuccès économiques programmés sur l’héritage Sarkozy, les fachos, les homophobes et autres extrémistes antirépublicains, comme d’hab. En 2015, la crise se sera aggravée, Valls n’aura plus de majorité à gauche, et les élections régionales seront un nouveau désastre pour Hollande. Qui n’aura plus qu’un choix constitutionnel : la dissolution. Donc la cohabitation. Allez, qui veut parier ?

22/12/2011

Copé à Matignon en juin ?

cohabitation,2012,copéMon blog du 20 novembre annonçant la réélection de Sarkozy en 2012 et la victoire de la gauche aux législatives de juin a commencé à faire des petits : l’idée que Martine Aubry devienne, pour cinq ans, premier ministre de Sarko, fait des remous au PS ! Autre scénario, tout aussi crédible : Hollande passe de justesse en avril 2012 et la droite, en juin, conserve un ou deux sièges d’avance à l’Assemblée : par qui le gouvernement du président Hollande sera-t-il présidé ? Sarko hors course, Fillon lessivé, Villepin explosé, Bayrou retoqué, Raffarin marginalisé, il n’y a, en fait, qu’une hypothèse sérieuse : Jean-François Copé. Elle est pas belle, la vie politique ?

 

20/11/2011

Martine Aubry à Matignon ?

aubry.jpgL’hypothèse faisait rire Guy Carlier, tout à l’heure, sur Europe 1, mais je conseillerais à nos commentateurs de la prendre très au sérieux : 1. Si Hollande continue d’apparaître comme trop léger et trop indécis pour diriger la France dans la tempête, les Français pourraient bien réélire en 2012, même en faisant la grimace, le président sortant. 2. L’inévitable frustration qui accompagnera le retour aux affaires des ministres actuels provoquera, à coup sûr, une victoire de la gauche aux législatives qui suivront. 3. Le premier ministre qui sortira de cette élection, cohabitation oblige, sera forcément le premier secrétaire du PS. Cqfd : Martine Aubry à Matignon, c’est le 18 juin prochain !

30/05/2007

Ségolène à Matignon ?

Je reviens sur l’hypothèse d’une victoire in extremis de la gauche le 17 juin – improbable, certes, mais pas totalement inimaginable. Le président Sarkozy serait logiquement obligé de nommer à Matignon le n° 1 du PS, François Hollande, pour cinq ans de cohabitation difficile et bigrement conflictuelle. A moins que… A moins que Ségolène Royal ne prétende à la fonction ! Ce matin, sur LCI, face à Christophe Barbier, elle a bien répondu : "Il faudrait toujours assumer".
Sacrée Ségolène ! "Je ne m’interdis rien", avait-elle déjà dit lundi sur France 2. Est-elle ou non le n° 1 du PS, a demandé Barbier ? Réponse : "Pour l’instant, c’est François Hollande". Tout est dans ce délicieux "Pour l’instant".
Ségo, premier ministre de Sarko : imaginez la tête de Bernard Kouchner !