Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2014

Amour, gloire et beauté (suite)

Royal.jpgVoici, en exclusivité pour les habitués de notre série, la lettre que Ségolène vient d’adresser au père de ses enfants : "Mon cher François ! J’ai lu le livre de la femme pour qui tu m’as plaquée. J’ai tout compris ! Tu savais bien qu’à aucun moment de ton quinquennat, moi, je n’aurais accepté de m’effacer comme elle l’a fait. Moi, Première dame, ce n’est pas un tweet maladroit que j’aurais émis en deux ans, c’est deux communiqués de presse par jour ! Et tu n’aurais pas aimé cela, bien sûr ! Quant à ta façon de la jeter après tes incartades en moto, non seulement je n’aurais pas accepté une telle goujaterie de ta part, mais… c’est toi qui aurais quitté l’Elysée, fissa !"

10:41 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : ségolène, hollande, amour |  Facebook | | Lien permanent

28/06/2014

Amour, gloire et beauté (nouvelle saison)

Julie-Gayet.jpgLa série, qui avait failli sombrer avec l’épisode minable de François répudiant Valérie, devrait reprendre cet été 2014 avec, paraît-il, le mariage de François avec Julie. Elisabeth Tessier a même prévu la date : le 12 août ! Valérie a décidé de s’en ficher ostensiblement, elle écrit rageusement son livre loin des projecteurs. Ségolène, elle, avait bien espéré que sa place de numéro 3 du gouvernement lui permettrait de se rapprocher de son ex, mais elle doit se rendre à l’évidence : les hommes politiques d’aujourd’hui ne s’intéressent qu’aux actrices. Et pourtant, Ségolène, qu’est-ce qu’elle a fait comme cinéma !

23:40 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : amour, julie, valérie, ségolène |  Facebook | | Lien permanent

19/07/2013

Amour, gloire et beauté (suite)

 Valerie.jpgCela va tanguer, dans le couple Hollande. Car la justice pourrait bien exiger de Valérie qu’elle rembourse tout l’argent public détourné pour ses frais personnels (bureau, personnel, voyages) alors qu’aucun lien politique ou juridique ne la lie à son amoureux. La seule façon d’éviter cette humiliation, c’est l’officialisation d’un "concubinage notoire", éventuellement par un mariage, et hop ! Sauf que ce concubinage devenu "notoire" rendrait caduque et insincère la déclaration de patrimoine que François a faite en 2012, au point... de faire annuler l’élection présidentielle ! Vous entendez Ségolène qui rigole ?

21/02/2013

Amour, gloire et beauté (suite)

 ségo.jpgFrançois a enfin trouvé un job à Ségolène : dircom dans une banque d'Etat, la BPI. Ce n’était pas évident de caser son ex, car Valérie, jalouse, veillait au grain. Et que l’Institut du Monde arabe avait déjà été attribué à l’oncle Jack. Sous la tutelle de Jean-Pierre, leur ami d’enfance que François avait placé à la tête de la BPI, Ségolène n’y fera pas trop de dégâts. Il ne lui reste plus qu'à faire oublier qu’elle s’est toujours battue pour le non cumul des mandats. Un que cette nomination exaspère, c’est Nicolas, qui avait rêvé de placer ainsi son fils Jean à la tête d’une institution comme celle-là, mais François, Ségolène, Jack et les autres avaient alors hurlé au scandale... (à suivre)

10:02 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : amour, ségolène, bpi, copinage |  Facebook | | Lien permanent

13/07/2012

Amour, gloire et beauté (suite)

 Val-Sego.jpgThomas ne décolère pas depuis le clash entre sa mère Ségolène et sa belle-mère Valérie. Alors que ses trois frères et sœurs ont su rester discrets, le jeune homme n’a pas résisté à l’envie de se confier à Charlotte, une journaliste du "Point" : selon lui François, son président de père, a eu bien tort de quitter sa mère, figure politique éminente et irréprochable, pour cette aguicheuse irresponsable qui ne lui attirera que des ennuis ! Dans l’entourage de François, où on commençait à oublier le tweet dévastateur de Valérie, les propos de Thomas ont fait l’effet d’une bombe. Pour désamorcer les rumeurs sur leur séparation, François et Valérie sont allé dîner ostensiblement dans un restaurant chinois… (à suivre)

13/06/2012

Amour, gloire et beauté (suite)

 Trierweiler.jpgValérie a craqué. Elle n’en pouvait plus de voir François et Ségolène se rapprocher pour des motifs pseudo politiques : un baiser par ci, une accolade par là… En sortant spectaculairement de son statut de chef de l’Etat pour aider son ex, et seulement elle, à se faire élire députée, François a passé les bornes. Pourquoi tient-il tant à ce que Ségolène devienne présidente de l’Assemblée Nationale, c’est-à-dire troisième personnage de l’Etat ? A ce poste, pour des raisons ingénument protocolaires, elle sera toujours fourrée avec lui, y compris dans les voyages officiels, le jour et la nuit, pendant cinq ans ! La manoeuvre était trop grosse : Valérie devait réagir pour sauver son couple… (à suivre)

13/10/2011

Amour, gloire et beauté (suite)

 Hollande+Aubry.jpgSégolène, après avoir séché ses larmes, a résolu son cas de conscience. Allait-elle soutenir Martine, qui lui avait volé son poste à la tête du Parti socialiste ? Ou engager ses partisans à voter pour François, qui l’a trahie naguère pour Valérie ? Ségolène a choisi : avec cran, quitte à aider sa rivale à remplacer un jour Carla à l’Elysée, elle a appelé à voter pour le père de ses enfants. Il ne manque plus à celui-ci, pour être assuré de la victoire, que les voix d’Arnaud. Que va faire celui-ci ? Va-t-il prendre du recul et filer le parfait amour avec Audrey, comme Jean-Louis a choisi de le faire avec Béatrice ? Ou va-t-il peser sur le scrutin pour contribuer au départ de Nicolas ?

01/07/2010

Le boomerang à Ségo

segolene-royal11.jpgSégolène Royal savait, évidemment, qu’en accusant le système Sarkozy d’être "corrompu", elle s’exposait à une riposte générale assassine. Et tous les scandales de l’époque Mitterrand, fonds secrets et écoutes téléphoniques en prime, à l’époque où elle-même était ministre ? La protection de Mazarine, franchement, cela valait bien les cigares de Christian Blanc ! Et toutes les "affaires" Nucci, Emmanuelli, Cambadélis, Harlem Désir, etc, dont elle était, à l’époque, forcément solidaire ? Et Bernard Tapie ? Et Roland Dumas ? Et les tricheries internes au PS ? Et ses propres combines pour financer Désirs d’Avenir ou ses fêtes politiciennes en Poitou-Charente ? Elle veut vraiment que tout ressorte ? Pour éclabousser qui, exactement ?  

05/07/2008

Le couac de Segolène

On ne tire pas sur une ambulance, d’accord, ce n’est pas bien, mais enfin, quand même, le couac de Ségo est époustouflant ! Au moment où, dans ce monde de brutes, une jeune femme politique sortie de l’enfer resplendit de clarté et de dignité sur tous les écrans de télé et dans le cœur de millions de Français, gauche et droite exceptionnellement confondus, voilà qu’une autre madone télévisuelle, candidate à diriger la nation, grogne misérablement dans son coin que son rival de l’an dernier, Sarko, n’est pour rien dans cette affaire, nananère et scrongneugneu. Manque d’élégance, d’abord. Manque de sens politique, ensuite. Manque de grandeur, surtout. Or, pour incarner un pays, une nation, un idéal, une espérance, il faut de la grandeur. Voyez Ingrid.

28/12/2007

Petites perles

En cette période de fêtes, personne ne s’intéresse aux petites phrases prononcées ici ou là par les dirigeants politiques. Sachez, si c'est votre cas, quelles furent les deux plus belles de cette fin d’année :
D’abord, c’est François Bayrou qui, dans Le Figaro, a violemment attaqué le discours du Latran de Sarkozy, l’accusant de ressusciter "l’opium du peuple que dénonçait Karl Marx". Pour un chrétien, bravo, c'est géant.
Ensuite, c’est Ségolène Royal, à qui les journalistes de La Croix parlent de Delanoë comme d’un rival, et qui réplique : "Je n’ai pas de rivaux, c’est moi qui ai été candidate à l’élection présidentielle !" Magnifique, non ?
Perdre une présidentielle, ça laisse des traces...

27/12/2007

Les auditeurs ont la dent dure

Quand les journalistes sont en vacances, les auditeurs prennent le pouvoir. Ségolène Royal et son ex-porte-parole Arnaud Montebourg s’insurgent contre le voyage de Nicolas Sarkozy effectué dans l’avion de l’industriel milliardaire Vincent Bolloré ? C’est une auditrice, sur Europe 1, qui rappelle que les propres bureaux de Ségolène Royal sont payés par l’industriel milliardaire Pierre Bergé ! Les médias dénoncent à l’envi, depuis hier, le côté ostentatoire des vacances égyptiennes du président ? C’est un auditeur, sur RTL, qui fait gentiment remarquer que ce sont les journalistes qui font les journaux, et qu’aucun d’entre eux n’est obligé de mettre Sarkozy à la une tous les jours !
Les auditeurs ont la parole. Ils ne disent pas que des bêtises.

07/12/2007

Ségo, le retour

acf28b9e4e0ed01acc9dbc33c02c8669.jpgSégo est de retour. Elle fait sa rentrée en publiant un livre, comme tous les dirigeants du PS. Un livre, c’est dix jours de promo à la télé, ce qui est inestimable, au prix où est la minute de pub à l’antenne. Le livre de Ségolène, en plus, est original : contrairement à tous les autres, il ne dit aucun mal de Ségolène Royal ! Cette femme est déconcertante. Elle est arrogante, brillante et encombrante. Elle ne doute de rien - et certainement pas d’elle-même. Elle avait fait une petite pause après la victoire de Sarko, bon, et puis elle a repris sa campagne. Je ne voudrais pas être au PS aujourd’hui : c’est sûr, elle est repartie pour cinq ans !

03/12/2007

Changement d'époque

La vie politique change. Les révélations de Ségolène sur son plantage entre les deux tours des présidentielles, portable en main, en bas de l’immeuble de Bayrou, sont à l’aune du pêcheur traitant, de son balcon, le chef de l’Etat d’ "enculé". La seule différence, pour l'anecdote, c’est que le petit Nicolas a rétorqué "Descends !" à son contestataire, alors que Bayrou a lancé "Ne montez pas !" à la candidate du PS.
Mais les deux récits sont sacrément révélateurs d’un changement d’époque : imagine-t-on le général de Gaulle planqué dans sa voiture en espérant que Lecanuet lui ouvre sa porte, ou Valéry Giscard d'Estaing défiant pour une castagne un type l'ayant traité d’enculé ?
O tempora, o mores, bordel !

27/10/2007

Le PS, combien d'adhérents ?

Rappelez-vous l’automne 2006. Ségolène Royal avait le vent en poupe, Chirac taillait des croupières à Sarkozy, la victoire de la gauche aux présidentielles ne faisait pas de doute : le PS avait doublé ses effectifs grâce à une campagne d’adhésions originale lancée sur Internet : cliquez ici et, pour la somme de 20 euros, vous serez du bon côté de l’Histoire ! Ils furent 150.000 à marcher dans la combine. Champagne !
C’était il y a un an. En cet automne 2007, le climat a changé, le temps est au désamour et le montant des cotisations a… plus que doublé. Je suis sûr que les journalistes politiques, toujours à l’affût de bonnes infos, nous diront bientôt combien de ces 150.000 militants internautes auront renouvelé leur adhésion…

06/10/2007

Paroles divines

Mais qu’est-ce qui leur prend ? A la tribune de l’ONU, l’autre jour, Nicolas Sarkozy a lancé le cri de Jean-Paul II en Haïti, il y a vingt ans : "Il faut que les choses changent !" On se rappelle qu’à plusieurs reprises, pendant sa campagne, il avait lancé le fameux "N’ayez pas peur !" du pape polonais. Ségolène Royal, à la même époque, lançait : "Aimez-vous les uns les autres !" et vient de récidiver à propos des critiques à son égard venant du PS : "Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font !"
Il y a une petite différence, subliminale : Sarko rêve de régner sur un milliard de disciples, tandis que Ségo se prend carrément pour le Christ en croix…

19/06/2007

La vengeance d'une brune

A chaque fois, Ségo dit : "Et c’est la dernière fois que je m’exprime là-dessus". Et à chaque fois, elle remet cela. C’est plus fort qu’elle. Dès qu’elle voit un micro, il faut qu’elle redise au monde entier que cet enfoiré de Hollande l’a trompée, humiliée, et avec une vulgaire journaliste en plus ! Et qu’elle, au fond, est une sorte de femme battue, une victime du machisme petit-bourgeois, une Olympe de Gouges montant sur l’échafaud, une Jeanne d’Arc victime d’un gros Cauchon ! A chaque fois, on comprend que toute cette campagne présidentielle, dans le PS puis hors du PS, ne fut qu’une succession de mensonges (l’annonce du mariage, le bisou en public, etc) composant un long hurlement de douleur, un cri de vengeance dont l’Elysée ne fut que le prétexte occasionnel, romanesque et... pathétique !

30/05/2007

Ségolène à Matignon ?

Je reviens sur l’hypothèse d’une victoire in extremis de la gauche le 17 juin – improbable, certes, mais pas totalement inimaginable. Le président Sarkozy serait logiquement obligé de nommer à Matignon le n° 1 du PS, François Hollande, pour cinq ans de cohabitation difficile et bigrement conflictuelle. A moins que… A moins que Ségolène Royal ne prétende à la fonction ! Ce matin, sur LCI, face à Christophe Barbier, elle a bien répondu : "Il faudrait toujours assumer".
Sacrée Ségolène ! "Je ne m’interdis rien", avait-elle déjà dit lundi sur France 2. Est-elle ou non le n° 1 du PS, a demandé Barbier ? Réponse : "Pour l’instant, c’est François Hollande". Tout est dans ce délicieux "Pour l’instant".
Ségo, premier ministre de Sarko : imaginez la tête de Bernard Kouchner !

08/05/2007

Salauds de riches

medium_paloma.jpgSarko parti se reposer deux jours, c’est la panique dans les télés et les radios : comment tenir en haleine la ménagère de 50 ans, soudain en état de manque ? Facile : en exploitant comme des fous le filon "pognon", "paillettes" et "jalousie" : combien, la nuit de Sarko au Fouquet’s avec femme et enfant ? Combien, le voyage à Malte en Falcon 900 "privé" ? Combien l’escapade dans un "yacht de 60 mètres" prêté par un "grand patron" et disposant, tenez-vous bien, "d’un jacuzzi sur le pont supérieur" ? On vous l’avait bien dit que la droite était du côté des riches !
Si Ségolène était passée, il est sûr qu’elle serait allée se reposer avec François Hollande en side-car dans un VVF du Limousin, avec pique-nique sur le plateau de Millevaches et soirée familiale dans un MacDo de la banlieue de Limoges…

06/05/2007

Pulvériser Ségo ?

Le résultat du second tour appelle nombre de questions concernant le futur gouvernement, les législatives, etc, mais il y en a une qui domine les autres, et qui concerne le sort de Ségolène : vont-ils la déchiqueter ? La pulvériser ? L'écrabouiller ? La badigeonner de cirage ? La pousser dans l'escalier ? La couler dans le ciment ?
A peine connu le résultat du vote, Strauss-Kahn et Fabius, en ordre dispersé, n’ont pas mis dix minutes à expliquer qu’il fallait passer à autre chose, c’est-à-dire renvoyer la Ségo à ses chères études, et revenir aux affaires sérieuses.
Sacrés éléphants ! S’ils n’avaient pas passé plusieurs mois, l’an dernier, à la débiner, à l'affaiblir, à la dénigrer, à la tacler, à la traiter d’incapable et à se demander "qui va garder les enfants", peut-être serait-elle aujourd’hui présidente de la République !

03/05/2007

Une Thatcher de gauche

Quelle teigne ! Quel bulldozer ! A la fois maîtresse d’école, mère supérieure et caporale-chef, cette femme n’a peur de rien : ni des objections, ni des contradictions, ni de la mauvaise foi. Personne ne peut arrêter un tel rouleau compresseur ! A toute vapeur à travers la boue ! On comprend mieux comment elle est arrivée jusque-là : comment elle a écrasé les éléphants, doublé tous ses concurrents, réduit le PS au silence, écarté son propre compagnon ! Autoritaire, entêtée, pugnace, elle assène, elle répète, elle répète encore et encore, mot pour mot, sans dévier de son propos : "Je veux… Je veux… Je n’ai pas dit cela !... Je ne me calmerai pas !... Soyez sérieux !... Ce que vous dites est immoral !... C’est scandaleux !... "
Veux voir qu’une tête. Jugulaire, jugulaire. Fini de rigoler. Si elle est élue, elle sera une Thatcher de gauche. Thatcher et de gauche : voilà au moins deux raisons de ne pas voter pour elle…