Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2015

"L'union des Républicains, de l'UDI et du Modem"

Bourg-F-C.jpgLes régionales ne vont pas redonner à nos compatriotes, hélas, le respect de la politique. Ainsi en Bourgogne-Franche-Comté : à peine François Bayrou avait-il diffusé son communiqué du 19 octobre officialisant "l’union des Républicains, de l’UDI et du Modem", qu’un militant du Modem du Territoire de Belfort (désormais marié à la Bourgogne) lançait une liste régionale dissidente, recrutant de quasi-inconnus de gauche et de droite frustrés de n’avoir pas été retenus sur les deux grandes listes en présence. Histoire d’entretenir une confusion déjà désolante, qui va faire monter le taux d’abstention ? Ou de permettre au FN, très présent en milieu rural, d’arriver en tête au premier tour ?

15/05/2014

Europe : une alternative simplissime

Bayrou-strasbourg.jpgL’Europe, on n’y comprend rien. D’autant que le débat est monopolisé par ceux qui sont contre. Et l’ostensible ennui qu’elle suscite chez la plupart des journalistes n’arrange pas les choses. C’est pourquoi j’apprécie l’argument simplissime avancé par l’ami François Bayrou : face à la mondialisation et à la concurrence économique, face aux problèmes d’immigration et de sécurité, face aux risques de guerre à la montée du terrorisme, vaut-il mieux que les Européens soient "divisés" ou "unis" ? Qui peut vraiment prendre au sérieux les politiciens qui répondent "divisés" ?

11:44 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : europe, européennes, bayrou |  Facebook | | Lien permanent

09/11/2013

Bayrou-Borloo, le retour

 Centre.jpgBayrou-Borloo en route vers de nouvelles aventures. Objectif : oublier le passé, panser les plaies et reconstituer la famille centriste. Echéance principale : les européennes, qui risquent d’être une catastrophe absolue, tant les politiciens français, de gauche et de droite, ont rejeté depuis dix ans toutes leurs impérities, leurs erreurs et leurs lâchetés sur "l’Europe", ce pelé, ce galeux. Victimes collatérales de ce regroupement durable : les quelques élus du Modem qui reconduiront – comme à Dijon – leur alliance avec le PS, les Verts et le Front de gauche : accrochés à leur écharpe comme naguère Isadora Duncan sur la promenade des Anglais, ils finiront, tôt ou tard, étranglés par elle.

18/06/2012

Un peu de... changement !

 ségo.jpgLes médias les regrettent déjà : Ségolène Royal, Claude Guéant, François Bayrou, Nadine Morano, Rama Yade, Jack Lang, Michèle Alliot-Marie, Eric Raoult, Renaud Muselier et quelques autres, renvoyés à leurs chères études, ou à une retraite bien tardive, par le suffrage universel. Or le peuple, vous, moi, mon cousin, ma voisine, on s’en fiche un peu : dix, vingt, trente ans qu’on les entend ! La visibilité médiatique n’est pas un acquis, un dû, un privilège ! Place aux autres, aux jeunes, aux nouveaux talents ! Et, surtout, après plus d’un an de matraquage politicien, du matin au soir, sur les écrans et sur les ondes, place aux autres sujets, aux vrais gens, au reste du monde ! De l’air !

04/05/2012

Le suicide de Bayrou

 bayrou-1.jpgPour beaucoup de ses ex-supporters, le choix de Bayrou est incompréhensible. Comment l’ancien épigone de Giscard, en votant pour l’ancien épigone de Mitterrand, peut-il renier 35 ans de combat contre le communisme, le socialisme et l’étatisme incarnés aujourd’hui par le candidat du PS, du Front de gauche et des Verts ? Par quelle aberration a-t-il décidé de se couper définitivement de 2/3 de ses électeurs, ceux qui veulent garder un centre indépendant, ceux qui préfèrent voter blanc, et ceux, nombreux, qui ne voteront jamais socialiste, même pas en rêve ? Il n’obtiendra rien de Hollande. Il sera absent des législatives. Les médias ne l’inviteront plus que pour le brocarder. Et au mieux, il fera 2 % en 2017. Triste fin, vraiment. 


00:18 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : bayrou, centre, modem, hollande |  Facebook | | Lien permanent

21/04/2012

Moi, demain, je voterai pour...

candidats.jpgCompliquons pas les choses. Je ne suis pas socialiste, donc je ne voterai pas Hollande. Je ne suis pas communiste, donc je ne voterai pas Mélenchon. Je ne suis pas gauchiste, donc je ne voterai pas Joly. Je ne suis pas trotskiste, donc je ne voterai ni Poutou ni Arthaud. Je ne suis pas d’extrême-droite, donc je ne voterai pas Le Pen. Je ne suis pas sarkozyste, donc je ne voterai pas Sarkozy. Je ne suis pas souverainiste, donc je ne voterai pas Dupont-Aignan. Je ne suis pas martien donc je ne voterai pas Cheminade. Reste Bayrou. Cela tombe bien : j’ai toujours été "libéral, centriste et européen". Donc je voterai Bayrou. D’autres questions ?


20/04/2012

Le blues de l'électeur

MeetingBayrou.JPGCe que j’aime en Bayrou, c’est son discours réaliste. Ce que j’aime en Sarkozy, c’est sa maîtrise des sujets internationaux. Ce que j’aime en Hollande, c’est le principe de l’alternance. Ce que j’aime en Dupont-Aignan, c’est sa ténacité méritoire. Ce que j’aime en Marine Le Pen, c’est son humour décalé. Ce que j’aime en Mélenchon, c’est sa faconde jubilatoire. Ce que j’aime en Poutou, c’est sa désarmante spontanéité. Ce que j’aime en Nathalie Arthaud, c’est sa nouvelle coiffure. Ce que j’aime en Eva Joly, c’est son accent scandinave. Et alors je fais quoi, moi, dimanche, dans l’isoloir ? Je vous le dirai demain...

03/04/2012

Le débat du premier tour

débat-primaires-socialistes.jpgFrançois Bayrou a été ovationné hier soir à Dijon – j’y étais – quand il a révélé que France 2 ne voulait pas organiser de "grand débat" en prime time pour le premier tour des présidentielles. Techniquement, ce n’est pas difficile : 2 plateaux de 5 candidats par tirage au sort, façon primaires du PS, et basta. Mais voilà : Sarkozy et Hollande n’en veulent pas (on comprend pourquoi) et font pression sur France Télévisions et le CSA, qui n'ont rien à refuser à ces deux-là (on comprend pourquoi). Et le peuple ? Quel peuple ? Il n’est pas compétent, le peuple ! Sauf que sur ce sujet, hier, à Dijon, il a ovationné Bayrou…   


17/03/2012

Le point faible de François Bayrou

Bayrou.jpgFrançois Bayrou, d’après Ipsos-Le Point, est le candidat préféré des Français - ce qui ne veut pas dire qu’ils voteront pour lui. C’est aussi le mien. Sa maturité et son bon sens en font le candidat idéal pour tous ceux qui veulent montrer qu’ils ne se reconnaissent ni dans le socialisme ni dans le sarkozysme. Pourtant, Bayrou traîne comme une casserole une erreur politique, une seule : n’avoir pas préféré Sarkozy à Royal au second tour de 2007, même du bout des lèvres, même en faisant la grimace. Cinq ans plus tard, il va probablement lui manquer entre un et deux millions d’électeurs de centre-droit qui ne veulent à aucun prix du PS, et qui ont très peur qu’il ne recommence !

08:30 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : bayrou, présidentielles |  Facebook | | Lien permanent

16/02/2012

Taisez-vous, Elkabbach !

Bayrou.jpgCe fut le silence le plus long de la radio moderne. Lundi, sur Europe 1, excédé de ne pouvoir formuler une idée sans être interrompu trois fois par Jean-Pierre Elkabbach, François Bayrou s’est tu. De longues, longues secondes. Façon de protester contre cette insupportable tendance, aujourd’hui généralisée, de couper brutalement la parole à tout invité qui commence à dire quelque chose d’intéressant. Mais Bayrou croit-il vraiment qu’il est invité dans les médias, comme tous ses collègues, entre deux humoristes et trois publicités, pour exprimer des idées, des pensées ou des propositions ? Naïf, va !  

08:10 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : bayrou, elkabbach, europe 1 |  Facebook | | Lien permanent

15/12/2011

Présidentielles : en voiture !

ds1.jpgDécidément, les politiques n’ont pas de chance avec leurs bagnoles. C’est Bayrou qui s’engouffre dans une Audi en sortant d’une émission où il dénonce les pubs pour les voitures allemandes. C’est Strauss-Kahn qui se prépare à représenter la gauche aux présidentielle et roule en Porsche dans Paris. C’est Mamère qui explique sur Canal + qu’il est venu à vélo alors qu’on vient de le filmer sortant d’une grosse berline avec chauffeur. C’est Fabius, tout juste nommé premier ministre, qui tente de faire croire que sa femme roule en 2 CV. Etc. L'alternative, pour un dirigeant politique, est un choix terrible : ou bien il renonce au mensonge, ou bien il marche à pied. Dur, dur !

06/11/2011

Le Centre, c'est pas sorcier...

centre.jpgC’est pourtant simple. L’Alliance centriste, présidée par Jean Arthuis, membre de l’Union centriste et républicaine au Sénat, propose de créer une "maison commune du Centre". Il y invite l’Alliance républicaine écologique et sociale, ex-Confédération des centres, qui réunit déjà le Nouveau centre (Morin), le Parti radical (Borloo), la Gauche moderne (Bockel) et la Convention démocrate, héritière du Parti populaire pour la démocratie française (Charrette). Il entend y rallier le Modem (Bayrou), c’est-à-dire les anciens de l’UDF sauf ceux qui forment le courant centriste de l’UMP (Raffarin), parmi lesquels les anciens de Démocrate libérale transformés en Réformateurs (Novelli). Cette fois, c’est clair ?

17/09/2011

Dans ma boule de cristal

Marianne.jpgDepuis cette semaine, on y voit un peu plus clair. On se dirige donc en 2012 vers un duel Sarkozy-Hollande, arbitré par un centre multiforme – Bayrou, Borloo, Boutin – qui aura bien du mal à trouver un peu d’espace entre le président sortant, forcément fédérateur, et une gauche assez large et plutôt rassurante. Les centristes, en traînant les pieds, rallieront Sarko au second tour. Mélenchon et les Verts, en grognant, rallieront Hollande. Ce qui fera, à la fin de la course, un petit 53-47 bien traditionnel, sans qu’on sache encore, raisonnablement, qui terminera à 53 % et qui terminera à 47 %. D’autres questions ?

20/12/2010

Dur, dur, la langue de bois !

Langue_de_bois.JPGWikiLeaks pose une question dépassée : la transparence est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Le vrai sujet, c’est : comment gérer la transparence, critère obligé de la démocratie moderne ? L’autre jour, sur Canal +, Bayrou nie avoir tenu certains propos désolants ? Le lendemain, on lui passe l’enregistrement de son discours : mortel ! Sur M6, hier, Anne-Sophie Lapix interroge Martin Hirsch, grand ami de Kouchner : dans son livre sur les conflits d’intérêt, pourquoi a-t-il balancé Gérard Longuet, qui touchait des timbres-poste quand il était ministre, et occulté le cas de Christine Ockrent, nommée par son ministre de mari ? Dur, dur ! Pas besoin de WikiLeaks pour combattre la langue de bois...

09/06/2009

Bayrou groggy

   Il va lui falloir du temps, à Bayrou, pour retrouver son équilibre. Ce matin, chez Elkabbach, le Béarnais mal réveillé a campé sur ses positions : il n’a "pas réussi à convaincre les électeurs" qui, on le comprend, ont eu tort ; il "ne se souvient pas d’avoir parlé de lui" pendant la campagne ; il a été victime du "succès" de son livre, un succès "si fort" qu'il en a brouillé ses autres messages ; il est le "Zidane" de la politique (celui du coup de boule) ; il ne regrette pas, sur le fond, d’avoir traité Cohn-Bendit de quasi pédophile ; etc. Pas un mot de repentance. Pas une once d’humilité. Pas l’ombre d’un doute. Il faudra bien, pourtant, que l'ami François en vienne un jour à se dire qu’on peut rendre service à son pays sans être forcément président de la République !

18/05/2009

Bayrou en embuscade

4-francois-bayrou.jpgRencontré François Bayrou sur le plateau d'I-Télé. Lu son livre, par curiosité. Bonne surprise : c'est très correctement écrit, c'est humain, c'est presque sincère. Sur le fond, c'est... centriste, rassurant et pas mal nostalgique. Bayrou, c'est un positionnement alternatif, un projet au cas où, une solution d'attente, une embuscade sur pattes. C'est simple et solide comme un vieux tracteur : en 2012, si le PS se racornit, il peut arriver au 2ème tour ; et si Sarko déconne, coiffer le sortant sur le fil. Et hop. Fastoche, comme stratégie !

 

29/03/2008

Des animaux encore inconnus

Le Monde du week-end présente, en page 14, la nouvelle attraction du Futuroscope de Poitiers, qui met en scène, dans 200 millions d’années, sur une terre devenue sans hommes, des animaux sauvages encore inconnus tels que les scientifiques peuvent les imaginer : l’oisson, la pieuvre-singe, le tortunosaure, le caracoureur, etc. C’est drôle, c’est instructif. Mais c’est incomplet : il faudrait y rajouter au moins trois animaux à la fois mutants et indestructibles : le sarkophibe, sorte de vertébré marin véloce et résistant à tout, le requin royal, un prédateur carnassier de sexe féminin et au sourire impassible, le mérou-bayrou des grands fonds, un poisson gonflé qui ne voit jamais la lumière du jour…

17/03/2008

Les deux surprises de Bayrou

Gonflé, le battu de Pau : il accuse solennellement l'UMP d'avoir fomenté à son endroit exactement les mêmes magouilles dont le Modem s'est rendu coupable aux quatre coins de France - comme à Paris, où la réélection de Tibéri est entièrement due au maintien du journaliste Philippe Meyer, qu'on a connu mieux inspiré ! Le Janus du Béarn vérifie l'adage selon lequel "on ne sort de l'ambiguité qu'à son détriment". François Bayrou a eu une première mauvaise suprise, dimanche : il a été éliminé durablement de la scène politique. Il va en avoir une seconde, bientôt : en 2012, le Modem enverra bien son candidat à l'assaut des forteresses Ségo et Sarko... mais ce candidat sera une femme, on parie ? Et elle s'appellera, mais oui, Marielle de Sarnez !

11/03/2008

Le Modem et les extrêmes

Le Modem va exploser à force d’incohérence politicienne. Exemple à Dijon, où l’on frise l’absurde. A Chenôve (banlieue dijonnaise), la tête de liste du Modem, Christophe Guion, s’est fait violemment retirer le label "Modem" par Bayrou au prétexte qu’il y avait sur la liste une ancienne sympathisante du MNR (le petit machin ultra-réac de Maigret que tout le monde à oublié). Motif, tenez-vous bien : "...la défense du combat intransigeant que nous menons contre les extrêmes". Bon, admettons. Prenons la pose. La main sur le coeur. Sauf qu’à quelques centaines de mètres, à Dijon même, le candidat du Modem, François Deseille, s’est allié tranquillement, sciemment, dès le premier tour, avec les communistes purs et durs figurant dans l'équipe de François Rebsamen ! Ho ! Il y a des limites au n'importe quoi !

10/01/2008

Qui donne le tournis ?

29e7337eb0d885cb41ad90ff4ea9136c.jpgFrançois Bayrou reprochant à Sarko de "donner le tournis", c’est la plus belle de ce début d’année. A deux mois des municipales, qui donne le tournis à qui ? L’ami François place, à Marseille, son nouveau camarade "vert" Jean-Luc Bennahmias contre ses anciens amis politiques ; en Aquitaine, il soutient le célèbre révolutionnaire bordelais Alain Juppé, figure emblématique du chiraquisme (tout rapport avec sa propre campagne à Pau serait purement fortuit, bien entendu) ; à Dijon, il pousse ses derniers fidèles à faire équipe avec François Rebsamen, n° 2 du PS et bras droit de Ségolène Royal, allié aux vieux staliniens locaux Pinon et Gervais ; à Paris, il lance la centriste Corinne Lepage contre le centriste Jean-Marie Cavada (honte à ceux qui pensent à un règlement de compte personnel !) ; à Lyon... à Tours... etc...