Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2017

Un nouveau jeu télévisé

macron name dr.jpgLes médias sont incorrigibles. Le second tour n’est pas encore passé que toutes les rédactions se préparent fébrilement à relancer le jeu de petits chevaux qui tient lieu, chez nous, de vie politique : audimat oblige ! Attendez-vous à voir fleurir partout les noms des premier-ministrables, puis celui des ministres qui composeront le futur gouvernement : et Borloo ceci, et Le Drian cela, et Collomb, et Bayrou, et Ferrand, et Goulard, et patati, et patata, accrochez-vous, cela va jaillir de tous les côtés ! Il faut dire que ce jeu du name dropping, entièrement gratuit, est plus rigolo que de se pencher sérieusement sur les problèmes à résoudre, les crises à venir, les solutions à y apporter…

03/02/2017

J'hésite entre Raffarin et Borloo...

Raff-Borloo.jpgSuite de mon blog d’hier, où, à la réflexion, je ne voyais que deux personnages capables de s’improviser, en pleine crise, candidat fédérateur de la droite et du centre : Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo. Le premier, fils spirituel de Giscard et ancien chef du gouvernement sous Chirac, saura apaiser la vie politique française, qui en a bien besoin. Le second, homme de dialogue et d’ouverture, saura faire preuve d’imagination pour sortir de l’impasse où s’enfonce le pays. Qui d’autre saura incarner, au pied levé, cette large union de la droite et du centre qui, seule, en mai, sera capable de faire efficacement barrage aux ambitions de Marine Le Pen ?

02/02/2017

Un plan B ? Mais avec qui ?

Jean-Louis-Borloo-Jean-Pierre-Raffarin.jpgUn plan B ? Mais concocté par qui ? Le conseil national des Républicains élargi à l'UDI ? Ce serait un retour à la IVe République ! Et pour désigner qui ? Déjà, pas un battu aux primaires : Juppé, NKM,Le Maire, exclus ! Bertrand ? Trop régional. Baroin ? Trop laïcard. Bayrou ? Carbonisé depuis 2012. Pécresse ? Un peu jeunette. Wauquiez ? Trop sulfureux. Chatel ? Un peu court. Et pourquoi pas le député Jean Lassalle, le berger mystique qu’on a vu récemment chez Ruquier ? Non, je déconne ! Dans le rôle du candidat de dernière minute qui puisse fédérer la droite et le centre, en fait, je ne vois que deux noms : Raffarin et Borloo. Je dis ça, je dis rien…

20/04/2015

Les politiques face au drame des réfugiés

bateau-refugies.jpgIls sont incorrigibles : depuis hier, le drame des réfugiés est instrumentalisé par les politiques, soit pour critiquer le PS qui a longtemps nié le problème, blablabla, soit pour critiquer le FN qui en fait un épouvantail à électeurs, blablabla. Or, la question est : qu’est-ce qu’on fait, concrètement, au lieu de parler pour ne rien dire ? J’en connais deux qui s’y sont mis : Alain Madelin en contribuant à informatiser les Africains, Jean-Louis Borloo en leur apportant l’électricité. Le problème, c’est que l’un et l’autre, justement, ont quitté la vie politique !

09/11/2013

Bayrou-Borloo, le retour

 Centre.jpgBayrou-Borloo en route vers de nouvelles aventures. Objectif : oublier le passé, panser les plaies et reconstituer la famille centriste. Echéance principale : les européennes, qui risquent d’être une catastrophe absolue, tant les politiciens français, de gauche et de droite, ont rejeté depuis dix ans toutes leurs impérities, leurs erreurs et leurs lâchetés sur "l’Europe", ce pelé, ce galeux. Victimes collatérales de ce regroupement durable : les quelques élus du Modem qui reconduiront – comme à Dijon – leur alliance avec le PS, les Verts et le Front de gauche : accrochés à leur écharpe comme naguère Isadora Duncan sur la promenade des Anglais, ils finiront, tôt ou tard, étranglés par elle.

21/02/2012

Et Veolia le travail !

borloo.jpgLes bisbilles entre l’ex-patron et le patron de l’entreprise Veolia ont fait exploser la campagne électorale, ce lundi : selon une rumeur, le premier (Proglio) aurait voulu pousser l'ex-ministre Jean-Louis Borloo à remplacer son successeur (Frérot). Comme un seul homme, éditorialistes, candidats et porte-flingues de l’opposition ont hurlé… contre Sarkozy ! Sarkozy, assassin de la République ! Sarkozy, accusé de recaser ses copains dans le privé, un scandale ! (Soit dit en passant, Louis Schweitzer et Anne Lauvergeon ont dû bien rigoler). Puis ledit Borloo a démenti, et on est passé à autre chose. Et hop, encore une journée où on n’a pas parlé de la dette…

22:29 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : veolia, borloo, dette, proglio |  Facebook | | Lien permanent

06/11/2011

Le Centre, c'est pas sorcier...

centre.jpgC’est pourtant simple. L’Alliance centriste, présidée par Jean Arthuis, membre de l’Union centriste et républicaine au Sénat, propose de créer une "maison commune du Centre". Il y invite l’Alliance républicaine écologique et sociale, ex-Confédération des centres, qui réunit déjà le Nouveau centre (Morin), le Parti radical (Borloo), la Gauche moderne (Bockel) et la Convention démocrate, héritière du Parti populaire pour la démocratie française (Charrette). Il entend y rallier le Modem (Bayrou), c’est-à-dire les anciens de l’UDF sauf ceux qui forment le courant centriste de l’UMP (Raffarin), parmi lesquels les anciens de Démocrate libérale transformés en Réformateurs (Novelli). Cette fois, c’est clair ?

03/10/2011

Borloo la sagesse

Borloo.jpgFrustrés, dépités, furibards, les commentateurs politiques ! L’une de leurs marrionnettes les plus rigolotes a quitté le petit théâtre qu’ils commentent avec gourmandise, matin et soir, en faisant croire qu’elle est l’actualité. Or, on l’a dit et répété ici même : en 2012, le futur duel entre Hollande, social-démocrate bon teint, et Sarkozy, président sortant donc fédérateur, ne laissera qu’un petit espace au "centre". Au mieux, Bayrou et Borloo auraient fait chacun 8 %, et Boutin 2 %. Ouvrant, en plus, un dangereux boulevard pour Marine Le Pen. Le jeu n’en valait pas la chandelle. Borloo a fait preuve de sagesse. En politique, c’est tellement rare ! 

01/11/2010

La balle au centre

borloo.jpgPourquoi Borloo est-il donné favori pour Matignon ? Parce qu’il incarne le centre droit, et que toutes les élections, en France, se gagnent "au centre". Or, la place est libre. Bayrou ? Carbonisé depuis l’entre-deux-tours de 2007. Boutin, Villepin, Dupont-Aignan ? Trop à droite. Morin, Arthuis, Bourlanges ? Pas au niveau. Raffarin ? Pas assez motivé. Et pourtant ils existent, ces 12 à 15 % d’électeurs constituant le courant "libéral, centriste et européen" qui fit gagner Giscard en 1974. Le problème, c’est qu’en 1974, le FN faisait 0,75 % des voix ! Et que Borloo, si c’est lui, devra se coltiner deux ou trois poids lourds "sécuritaires" qui lui rappelleront tous les matins que dans centre-droit, il y a droit.

01/07/2008

Petites phrases

Il y a vingt ans, Raymond Barre se voyait décerner le prix de l’humour politique avec cette phrase historique : "Quand le moment est venu, l’heure est arrivée". Il y a dix ans, Bernard Kouchner, ministre de la santé, était primé pour cette sentence définitive : "La contraception doit avoir ses règles". Cette année, c’est Borloo qui a reçu le prix pour avoir dit : "Sarkozy est le seul qui a été obligé de passer par l’Elysée pour faire premier ministre". Moi j’aurais hésité entre la déclaration de Bayrou au soir de sa défaite aux municipales : "Je vous le promets, nous aurons d’autres victoires !" (mais il est vrai qu’il plagiait involontairement la phrase de Ségolène au soir des présidentielles de 2007), et celle de Bernard Laporte, superbe, irréprochable : "Je voulais voir les Antilles de vive voix !"