Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2017

Un nouveau jeu télévisé

macron name dr.jpgLes médias sont incorrigibles. Le second tour n’est pas encore passé que toutes les rédactions se préparent fébrilement à relancer le jeu de petits chevaux qui tient lieu, chez nous, de vie politique : audimat oblige ! Attendez-vous à voir fleurir partout les noms des premier-ministrables, puis celui des ministres qui composeront le futur gouvernement : et Borloo ceci, et Le Drian cela, et Collomb, et Bayrou, et Ferrand, et Goulard, et patati, et patata, accrochez-vous, cela va jaillir de tous les côtés ! Il faut dire que ce jeu du name dropping, entièrement gratuit, est plus rigolo que de se pencher sérieusement sur les problèmes à résoudre, les crises à venir, les solutions à y apporter…

15/03/2017

Un problème avec l'argent ?

argent.jpgLes déboires de François Fillon révèlent un phénomène peu connu : beaucoup de dirigeants politiques, en France, ont un problème avec l’argent. Après trente ans de vie parlementaire et ministérielle, ils se disent qu’ils gagneraient dix fois plus d’argent dans le secteur privé, ce qui est vrai, et qu’ils ont peut-être raté leur vie. L’an dernier, Roselyne Bachelot a expliqué qu’elle gagnait bien plus comme chroniqueuse dans les médias que naguère comme ministre ! L’autre jour, sur un plateau télé, Mélenchon était entouré de journalistes vedettes qui, tous, gagnaient plus que lui ! D’où la tentation de partir dans le privé, ou, plus souvent, de profiter de tous les avantages et privilèges attachés aux mandats électifs. Des Fillon, il y en a des centaines.

10:37 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : argent, banque, fillon, ministres |  Facebook | | Lien permanent

04/03/2017

L'Etat, quelle importance ?

ministres.jpgL’info a fait trois-quatre lignes, ici ou là, pas plus : Axelle Lemaire a quitté le gouvernement pour aller faire campagne, elle a été remplacée par Christophe Sirugue. Christophe qui ? Pour aller faire quoi ? Aucun intérêt. Quelle importance, aujourd’hui, un poste de ministre de la République ? Qui s’intéresse aux titulaires quasi inconnus de ministères dont l’impuissance est notoire ? Sur les grands sujets, un ministre n’a souvent aucune prise, il se console en laissant son administration (qu’il contrôle plus ou moins) pondre de nouvelles normes (dictées ou non par l’Europe) dans son secteur, qui seront d’ailleurs rarement appliquées. La déliquescence de l’Etat, ce n’est pas un problème ?

17/06/2015

L'insignifiance, c'est maintenant !

valter-2.jpgElles s’appellent Clotilde Valter (photo) et Martine Pinville. Personne ne connaît ces deux dames (par ailleurs éminemment respectables) qui viennent de rejoindre le gouvernement où siègent déjà des tas d’inconnus dont on ne connaît ni les noms ni les mérites. Elles incarnent le temps de la présidence "normale", c’est-à-dire incolore, inodore et sans saveur. Est-il si lointain, à gauche, le temps où les ministres de la République s’appelaient Robert Badinter, Jack Lang, Gaston Defferre, Max Gallo, Roland Dumas, etc ? Admirés ou détestés, ces personnages existaient et donnaient une certaine image de la France. Cette époque semble révolue. L’insignifiance, c’est maintenant !

17/05/2012

Appel solennel aux médias

 duflot.jpgAprès des mois d’absurde matraquage médiatique électoral, on peut dire que ce changement de majorité se passe plutôt bien. Alors, tiens, j’ai envie de lancer un appel à tous les journalistes : ET SI, DORENAVANT, ON NE PARLAIT PLUS DE TOUS CES GENS-LA QUE LORSQU’ILS FERONT QUELQUE CHOSE ? Je vous jure que ce n’est pas un mauvais critère : au lieu de les faire défiler du matin au soir devant les caméras pour leur demander de réagir aux petites phrases inutiles, aux dérapages verbaux et aux attaques débiles des uns contre les autres, hein ? Ce serait un progrès inouï, avouez : QUE LORSQU’ILS FERONT QUELQUE CHOSE ! Allez, chiche !

02/09/2010

Devenir Eric Woerth ou rien

eric_woerth.jpgQu’est-ce qui pousse les hommes politiques à vouloir, à tout prix, être ministre ? Pour beaucoup, c’est l’aboutissement de vingt ou trente années d’efforts. Certains seraient prêts à tuer père et mère pour figurer dans la promotion d’octobre 2010. Alors que le métier de ministre, demandez à Eric Woerth, est devenu terrifiant : n’avoir quasiment aucun pouvoir réel, rogner sur toutes ses dépenses, être disponible jour et nuit pour des broutilles, défendre des tas de  mesures qu’on désapprouve, avaler des couleuvres du matin au soir, se faire insulter quotidiennement sur les plateaux de télé, trembler à l’idée de gicler au remaniement suivant, et, surtout, voir toute sa vie épluchée par quelques médias teigneux qui n’auront de cesse de vous envoyer en taule !

 

05/07/2010

Une république "irréprochable"

cigares.jpgNicolas Sarkozy a décidé que la République serait "irréprochable". Il a fait deux exemples ce week-end : Alain Joyandet et Christian Blanc. Bon, personne ne connaissait ces deux sous-ministres, personne ne savait à quoi servaient leurs portefeuilles, ce n’est pas très grave. Mais, excusez-moi, une république "irréprochable" ne devrait-elle pas reposer sur une justice équitable et sur la présomption d’innocence, y compris pour les ministres ? Rassurez-moi : on a bien enquêté, de façon contradictoire, sur le permis de construire de l’un et les cigares de l’autre ? On ne s’est quand même pas contenté des articles du Canard Enchaîné et du buzz médiatique ? Pas dans une république "irréprochable", tout de même !

 

05/06/2008

Le clan des Sept

Bertrand, Hortefeux, Darcos, Chatel, Morano, Wauquiez, Woerth. La bande à Sarko, c’est le clan des Sept. La question est : pourquoi sept ? Parce que c’est un chiffre magique : les péchés capitaux, les boules de cristal, les paroles du Christ en croix, les couleurs de l’arc-en-ciel, les collines de Rome et les jours de la semaine sont sept. La plus grande émission politique à la télé s’appelait 7 sur 7. Ces sept mercenaires, qui se prennent pour les sept samouraïs, seraient-ils, aux yeux de Sarko, les sept merveilles du monde ? Voilà qu’ils sont traités de "sept nains" par ceux qui n’en sont pas, et qui leur promettent sept ans de malheur ! La gauche , elle se régale : si les derniers fidèles de Sarko ne sont que sept, les carottes sont qu'huit !