Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2020

Aucun ministre en Bourgogne ?

parc-eolien-mige - Copie.pngVu dans le Figaro la carte de France montrant où les ministres sont partis ou partiront en vacances cet été. Je note qu’aucun membre du gouvernement n’a choisi la Bourgogne pour se ressourcer quelques jours dans la France profonde ! Pourtant, la région offre de formidables havres de paix et de culture, de Cluny à la Puisaye en passant par le Morvan ! Je n’ose émettre une hypothèse : serait-ce parce nos paysages sont désormais hachés de champs d’éoliennes, du Vézelien au Bec d’Allier, d’Alésia à la Forterre, qui défigurent l’exceptionnel patrimoine bourguignon ? Et qui donnent, quand on est membre de ce gouvernement, comme un léger goût de remords ?

03/02/2020

Une Poyaudine reine de Pologne

Arquien.jpgEmmanuel Macron est à Varsovie : les journaux rappellent à l'envi les liens unissant la Pologne et la France, deux pays qui - un cas unique en Europe - ne se sont jamais fait la guerre ! Or, personne ne rappelle que nous, les Bourguignons, avons donné deux reines à la Pologne : la belle Marie de Gonzague, duchesse de Nevers, qui a épousé Ladislas IV (en 1646) puis son successeur Jean II Casimir (en 1649) ; et la petite Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, une ravissante Poyaudine (portrait ci-joint) qui fut la femme très aimée du maréchal Jan Sobieski, devenu roi après sa victoire sur les Turcs (en 1673). Un peu d’amour dans ce monde de brutes...

18:26 Publié dans Blog | Tags : pologne, bourgogne, nevers | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

31/01/2020

Des élections en dehors des partis ?

municipales,partis,LREM,BourgogneLe ministre Castaner a-t-il eu raison de demander aux préfets d’écarter les villes de moins de 9.000 habitants du bilan "partisan" des prochaines municipales ? Certes, le décompte final serait ainsi, en valeur relative, moins défavorable au parti LREM : dans les 96 % des communes restantes, les listes sont presque toujours des listes "d’union", donc "sans étiquette". Mais il suffit de sortir de Paris pour constater que les municipales, aujourd’hui, en France, sont réellement déconnectées des partis politiques traditionnels. Qu’on le regrette ou non, c’est un fait. Et souvent voyez chez moi, en Bourgogne c’est aussi vrai des villes de plus de 9.000 habitants !

20/09/2019

Bourgogne : la course au centre !

meeting férez photos 087 (74) - Copie.jpg"La France souhaite être gouvernée au centre". Vous vous rappelez Giscard, en 1974, battant et la droite gaulliste, et l’Union de la gauche ? Le PS de Mitterrand était alors l’allié du PC. Puis les socialistes, au fil des ans, ont laissé tomber le prolétariat, la lutte des classes, la rose au poing et tout le toutim. Voyez en Bourgogne : après Patriat (président de la région) et Caullet (maire d’Avallon), c’est au tour de Ferez (maire d’Auxerre) de rallier Macron à la veille des municipales - en attendant Rebsamen (maire de Dijon). Moi, le vieux giscardien, je rigole : comme auraient dit jadis les trotskistes, ON LES GRIGNOTE !!!

22:56 Publié dans Blog | Tags : ps, lrem, municipales, bourgogne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2018

Bourgogne : visitez nos éoliennes !

parc-eolien-auxerrois.jpgSaône-et-Loire, Cote d'Or, Yonne : la Bourgogne est une région de passage. Toute la stratégie de ses responsables publics consiste à donner aux gens qui la traversent l’envie de s’y arrêter le temps d’une balade, d’une visite, d’un déjeuner au soleil, et plus si affinités. Le hic, c’est que les mêmes responsables publics continuent de border systématiquement l’A6, qui traverse la Bourgogne de part en part, d’impressionnants champs d’éoliennes : à la hauteur de l’abbaye de Fontenay, à l’entrée du vignoble de chablis, à la sortie qui mène à Vézelay, sur les hauteurs d’Auxerre, etc. Il n’y aurait pas comme une contradiction, là ?

07/09/2018

Vercingétorix contre les éoliennes

Vercingétorix.jpgVoilà deux ans que se livre à Alésia, en Bourgogne, une bataille terrible. En face du site rendu célèbre par la monumentale statue de Vercingétorix qu’y fit ériger naguère Napoléon III, une entreprise toulousaine a projeté d’implanter 5 éoliennes de 150 mètres de haut. Le préfet, pour une fois, a refusé le permis de construire, dénonçant une pollution visuelle inacceptable, surtout que 19 éoliennes (!) sont déjà implantées non loin de là, à Lucenay-le-Duc et Chaume-lès-Baigneux. Mais le constructeur d'éoliennes insiste, dénonce, conteste, attaque - au nom, bien sûr, de la défense de l’environnement !

27/02/2018

A chacun ses petits soucis

Eric-Woerth.jpgCe matin, sur Europe 1, deux journalistes harcèlent Eric Woerth, président de la commission des finances de l’Assemblée, sur les bêtises proférées il y a dix jours par Laurent Wauquiez : "Pourquoi a-t-il dit ça ?", "Comment l’avez-vous vécu ?" etc, etc. J'attendais, moi, une question sur la manif de Tonnerre, la veille, contre la suppression des urgences de nuit, après une pétition de 18.000 signatures. Ou sur la spectaculaire démission des 70 maires et maires-adjoints de la région de Clamecy scandalisés par la même suppression dans leur coin. La désertification médicale en Bourgogne, qui panique des populations entières, c’est tellement moins intéressant que les piapias médiatiques de Laurent Wauquiez !

23/12/2017

Les urgences, à quoi bon ?

province,ruralité,hopitaux,BourgogneCe type d’info atteint rarement les grands médias parisiens. Dans mon coin de Bourgogne, l’angoisse gagne des dizaines de milliers de braves gens, qu’ils soient âgés, malades ou parents : il semble que l’Etat s’apprête à fermer les urgences de nuit dans les Centres hospitaliers de Tonnerre et de Clamecy comme cela a déjà été fait à Montbard. C’est la panique dans nos campagnes. Ils marchent sur la tête, là-bas, à Paris ! Quel technocrate peut prétendre, sans rire, que ces fermetures sont un progrès ? Or, c’est à ces décisions-là que se jauge l’avenir de nos provinces… et, au passage, le score qu’y réalisera demain le Front national !

15/12/2017

La Bourgogne change de visage(s)

larrivé-lemoyne.jpgSpectaculaire rajeunissement du côté du parti LR. Il confirme, sur le terrain, le changement de génération qui a suivi l’élection de Macron. Ainsi en Bourgogne, alors que s’estompent doucement les silhouettes de Jean-Pierre Soisson (89), François Rebsamen (21) ou Arnaud Montebourg (71), il faut désormais compter, du côté de Macron, avec Jean-Baptiste Lemoyne (89) et Benjamin Griveaux (71) et, du côté de LR, avec Guillaume Larrivé (89) et Gilles Platret (71), sans oublier le député européen Arnaud Danjean (71) et quelques autres jeunes pousses en devenir. Voilà qui ne nous rajeunit pas.

30/11/2016

Et l'histoire ? Et la géographie ?

Bourgogne-Franche-Comte.jpgEncore un mot sur le nouveau logo bourguignon et franc-comtois (mon blog d’hier) fait de lettres banales et de tirets tristounets. Il s’inscrit dans une époque désincarnée où, mondialisation oblige, on prive peu à peu les territoires de leur histoire et leur géographie, ce qui est une régression dangereuse. Le XXe siècle avait inauguré cette tendance en inventant, au nom d’un avenir radieux virtuel, le premier nom de pays sans aucune référence géorgraphique, Union des Républiques Socialistes Soviétiques : on a vu, il y a vingt-cinq ans, comment la Russie s’est vengée ! Un logo, un nom, un sigle, c’est aussi l’affirmation d’une culture qui vous distingue, justement, du reste du monde !

29/11/2016

Un nouveau logo pour la Bourgogne

logo région.jpgVoici, ci-contre, le nouveau logo de la région Bourgogne Franche-Comté. Comme on voit, il n’a aucun sens ! Disparu, le lion comtois, qui avait jadis supplanté l’aigle germanique et qu’Edgar Faure, en son temps, avait ressuscité. Disparus, les armoiries des ducs de Bourgogne, avant et après leur réunion au royaume de France, et le "B" de saint Bernard. Restent des lettres noires séparées par des traits jaunes couleur de la moutarde et du comté, ironise un confrère de l’Est Républicain, qui précise aussi que ce logo sans âme a coûté 18.000 euros. Combien eût-il coûté s’il avait voulu dire quelque chose ?

12/11/2016

Les éoliennes, le peuple et les élites

non_aux_eoliennes.jpgLa cour d’appel du tribunal administratif de Lyon a annulé le Schéma régional éolien adopté par le Conseil régional de Bourgogne et validé par le Préfet en 2012. En apparence, c’est une victoire des nombreuses associations qui défendent les paysages du Morvan, de l’Auxois, de la Bresse, de la Puisaye et de tout ce qui fait la richesse touristique de ma région. Réaction immédiate des autorités (Etat et Région) : "Tant pis, on se passera du Schéma, on continue !" Réaction des multinationales qui fabriquent les éoliennes : "Si le Schéma est annulé, ses restrictions concernant l’environnement le sont aussi, alors on va en mettre partout !" Et vous vous étonnez que le peuple enrage contre ses élites ?

01/11/2016

La Bourgogne dans vingt ans ?

éoliennes.jpgRetour de Reims, hier, avec une suggestion : j’invite solennellement tous les Bourguignons insensibles à la prolifération d’éoliennes sur leur territoire à aller faire un saut en voiture sur l’A26 entre Troyes et Reims : cette région est aujourd’hui un invraisemblable champ d’éoliennes de 60 km de long où des centaines de mâts de 142 mètres de haut, par séries de vingt ou trente, transforment le paysage champenois en un interminable aéroport virtuel, où personne n’aurait l’idée d’aller se promener, visiter des maisons à vendre, ou même pique-niquer, ou ramasser des champignons ! Quand la Bourgogne, dans dix ou vingt ans, sera ainsi complètement saccagée, il sera trop tard pour pleurer…

 

16/06/2016

Bourgogne : suivez les éoliennes !

eoliennes.jpgC’est pratique : désormais, quand vous prenez l’autoroute du Sud, l’entrée en Bourgogne est marquée par un énorme bouquet d’une trentaine d’éoliennes dominant Auxerre : le vignoble du chablisien, c’est juste là, à l’est. Un peu plus bas, vous savez que vous approchez de Vézelay grâce à un autre bouquet d’engins en construction autour de Nitry. Vous en aurez bientôt d’autres, plus au sud, du côté de la Butte de Thil, qui seront visibles depuis le mont Beuvray, au cœur du Morvan. Le plan, en Bourgogne, c’est 600 éoliennes ! Et tant pis pour les vignobles, les châteaux, les paysages, les églises romanes, les sites préservés et tout ce qui faisait de cette région une destination touristique exceptionnelle !

04/05/2016

Bercy pour ce moment

Bercy.jpgLa bataille politique fait rage. Le premier à avoir dégainé est Laurent Wauquier, qui veut rebaptiser la gare de Paris-Bercy "Gare du Pays d’Auvergne", vu que c’est là qu’arrive le train de Clermont-Ferrand. Aussi sec, le Bourguignon François Sauvadet a proposé de la rebaptiser "Gare de Bourgogne", vu qu’elle accueille tous les TER pour Sens, Auxerre ou Nevers – ce qui vaut déjà à cette gare sinistre une partie de sa déco. La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, femme de synthèse, suggère "Gare de Bourgogne et d’Auvergne". Moi, j’ai une idée : on ne touche à rien, on garde "Paris-Bercy" et on va s’occuper des vrais problèmes dans les deux régions concernées, OK ? Sinon, gare !

28/03/2016

Pourquoi le FN progresse

medecin-de-campagne.jpgMieux vaut tard que jamais. Je me tue depuis des années à expliquer que la progression du Front National, dans les territoires ruraux comme celui où j’habite en Bourgogne, n’a rien à voir avec je ne sais quelle montée du racisme, mais qu’elle est juste proportionnelle à la disparition des services publics et des médecins généralistes dans nos villages ! C’est exactement ce que démontre la route récente étude de l’IFOP commentée cette semaine dans le Figaro, Slate et quelques autres médias. Si seulement les dirigeants et journalistes politiques nationaux pouvaient enfin s’en convaincre et corriger, d'urgence, leurs a priori sur l’aménagement du territoire !

29/02/2016

Réforme territoriale : 1 + 1 = 2

bourgogne-franche-comte.jpgA lire les journaux locaux, l’affaire paraît pliée : la Bourgogne-Franche-Comté s’appellera Bourgogne-Franche-Comté. L’inconvénient d’un triple nom imprononçable et incompréhensible pour le reste du monde n’émeut personne. Le tourisme mondial, clef du développement de demain, quelle importance ? En revanche, le maintien des deux appellations antérieures, juste accolées, soulignera la virtualité de cette fusion dont on a compris qu’elle ne ferait faire, finalement, aucune économie. Tout bien pesé, à part dans l’administration, les deux régions garderont leur nom, la Bourgogne restera la Bourgogne, et c’est tant mieux pour le tourisme, pour le vin, pour l’histoire et pour la culture !

13/01/2016

Quel nom pour ma région ?

blason-pour-la-region-bourgogne-franche-comte.jpgLes élus des nouvelles régions ont jusqu’au 1er juillet pour adopter le nom définitif de celles-ci. Dans mon coin, c’est inextricable. Certes, le nom qui fédère le plus logiquement la Bourgogne et la Franche-Comté, c’est "Bourgogne-Franche-Comté". Or, ce nom en trois parties est trop long et trop compliqué pour parler à un Américain ou à un Chinois. Un nom, de nos jours, c’est une marque ! Réduire à l’anonyme "BFC" ferait un peu banque antillaise. L’enseigne touristique "Bourgogne-Jura" pénaliserait 3 départements sur 8. Je propose donc un nom connu dans le monde entier : "Bourgogne". Tout court. Mais au masculin.

08/12/2015

Le FN à Dijon, et alors ?

Bourgogne-Franche-Comte-Le-FN.jpgEn Bourgogne-Franche-Comté, Sophie Montel (FN) a donc toutes les chances de diriger la région dimanche prochain. Et visiblement, tout le monde s’en fout ! Les socialistes, arrivés en 3ème position comme dans le Grand Est, rasent les murs et se maintiennent, prenant tous les risques pour sauver leurs petits privilèges locaux. Les Républicains et l'UDI, paralysés par la stratégie du "ni-ni" de Sarko, n’y trouvent apparemment rien à redire. Les journaux locaux, ou ce qu'il en reste, sont atones. Les médias nationaux s’en tamponnent : la Bourgogne-Franche-Comté, combien de divisions ? Aucun hourvari. Aucune inquiétude. Aucun débat. Tout va bien. Je me demande vraiment pourquoi je m’énerve.

09:37 Publié dans Blog | Tags : fn, bourgogne, régionales, ps | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/11/2015

Et pendant ce temps-là... (2)

FN-régionales.jpgAu moment où personne ne pensait plus aux régionales, vendredi, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres le premier document de campagne, celui du FN. Il est intitulé "Fiers de nos régions", ce qui ne veut pas dire grand-chose. Sur 8 pages, il dénonce le gaspillage de l'argent public, le communautarisme religieux et la préférence étrangère, il prône le patriotisme économique, etc. Mais il ne dit rien des problèmes du Morvan, du partage des taches entre Dijon et Besançon, des transports dans le Jura, de l’avenir de la viticulture, de la désertification médicale dans la Nièvre, etc ! Rien sur la région elle-même ! Le FN est un parti "hors sol" qui, comme aux départementales, se fiche complètement de la réalité locale.

00:16 Publié dans Blog | Tags : fn, bourgogne, régionales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |