Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2007

La vie est courte

9df5b494bf9821dd68e2d3fd1938cbba.jpgAssemblée générale des Editions de Bourgogne, ce matin. Cinq bons copains en quête de plaisir, de création, de projets. Cinq nouveaux titres sortiront à partir du 1er février, dont une biographie de Paul Bert et une autre de Pierre Larousse. Editer des livres en région est un métier magnifique, qui touche à l’écriture, à l’histoire, à la psychanalyse, à la gestion financière, au marketing… et qui n’a qu’un inconvénient, un seul, celui de rapporter des clopinettes. Ce léger inconvénient, ce détail agaçant en découragerait plus d’un. Nous, nous l’oublions en tenant nos réunions annuelles dans des endroits de rêve : après La Charme à Prenois, Levernois à Beaune. La vie est courte, les amis…

25/11/2007

La Bourgogne à Colmar

f34dc437a10e424b0f97d3fb7d116093.jpgCe week-end, les principaux éditeurs bourguignons (L’Armançon, Mutine, Nykta, Terre en vues, etc) se sont retrouvés à Colmar. Un beau salon du livre (16.000 m2 d’allées et de stands où même le monde associatif a l’air professionnel) dans une bien belle ville, comme on aimerait en voir plus souvent. L’Alsace, en matière éditoriale, est beaucoup plus dynamique que la Bourgogne, vieille terre de passage qui se contente, le plus souvent, de regarder les trains passer. Dijon, pourtant, est une bien belle ville, elle aussi, mais ses élites – ses élus, ses journaux, ses profs, ses loges, ses clubs – manquent furieusement d’ambition. Est-ce parce que les Alsaciens sont plus exposés aux réalités européennes ?

03/10/2007

La Bourgogne amputée

7ce1f440462bdb4c6ddd0ec325efac81.jpgBourgogne Magazine met la clef sous la porte. C'est un nouveau recul de la presse écrite, mais c'est surtout une très mauvaise nouvelle pour la Bourgogne : ce magazine de terroir (et de qualité) était un des rares liens fédérant les quatre départements de cette immense région qui va de la banlieue de Paris à celle de Lyon. Pas très solidaire, la région Bourgogne. Les collectivités publiques savaient que la publication battait de l'aile : personne n'a levé le petit doigt. Le conseil régional de Bourgogne, qui dépense des millions en communication, n'avait même pas abonné ses propres services à la seule publication de la région qui fût vraiment "bourguignonne". On ne va quand même pas aider une entreprise privée ! Quand les élus locaux parlent de dynamisme, de convivialité, de culture et de solidarité, je me marre.

01/08/2006

La PAC, c'est le bouquet !

Si vous empruntez la petite route qui relie La Ferté-Loupière à Saint-Romain-le-Preux, aux confins de la Puisaye, dans l’Yonne, ne ratez pas le champ en jachère qui suit, sur la droite, le dernier virage avant la nationale. Arrêtez-vous sur le bas-côté, entrez dans la prairie et composez donc un joli bouquet de fleurs des champs. En toute liberté. Gratos. Centaurées, cosmos, eschositzias, œillets, lavatères, soucis, zinnias : servez-vous ! Ad libitum !
Voilà une initiative qui rassure sur l’avenir du genre humain. Au lieu de laisser dauber les méchantes langues sur les subventions européennes qu’ils touchent pour ne pas cultiver leurs terres, les agriculteurs d’ici transforment leurs jachères obligatoires en tapis de fleurs multicolores, vivantes et libres de droit. Histoire de montrer que l’argent de la PAC ne profite pas qu’à eux. Astucieux, non ?

04/07/2006

Un duel de Gascons

Vu de l’étranger, c’est une vraie info franco-française. Et une jolie bagarre en perspective. Le département des Landes a décidé de s’appeler désormais Landes-de-Gascogne. Furieux qu’on puisse lui disputer l’identité gasconne aux yeux du reste du monde, son voisin le Gers va demander à s’appeler Gascogne tout court. Que ne ferait-on pas pour attirer les touristes anglo-saxons fascinés par les Trois Mousquetaires !
Qu’on se rassure, rien de tout cela n’aboutira. Il y a cinq ans, en Bourgogne, le département de Saône-et-Loire – un nom difficile à vendre aux Japonais, on en conviendra – avait déclaré urbi et orbi qu’il s’appellerait dans l’avenir Bourgogne du sud : le tohu-bohu médiatique déclenché par cette annonce officielle a davantage fait parler de ce sympathique département en trois semaines que pendant tout le XXème siècle !

19/06/2006

Matés, les TOS !

Qui se souvient encore de l’énorme mouvement de protestation qui bloqua la France au printemps 2003 ? J’ai raconté dans Paris n’est pas la France (Lattès, 2005) les foules en colère défilant quotidiennement sous les fenêtres du Conseil régional de Bourgogne derrière des forêts de drapeaux rouges et noirs, proférant de terrifiants slogans contre le scandaleux transfert aux collectivités territoriales des fameux "TOS", ces fonctionnaires attachés aux lycées et aux collèges qui étaient jusque là payés par l’Etat.
Eh bien, l’affaire est réglée. A Dijon, le Conseil régional vient de procéder discrètement à l’intégration de 1.800 "TOS" aux lycées bourguignons. Un vote à la quasi unanimité, et sans la moindre manif. Un vrai miracle !
Comment a-t-on procédé ? On a relevé les primes des "TOS" de 50 % et on les a alignés sur le régime indemnitaire des personnels de la Région. Coût pour le contribuable bourguignon : 4,5 millions d’euros.
Tout ça pour ça !