Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2016

Attention, crise en vue !

Fraisesdeb.JPGLa terre, elle, ne ment pas. Cette année, je n’ai eu ni groseilles, ni cerises – quelques fraises des bois, et c’est tout. Et pas la moindre mirabelle. Venez faire le tour de mon verger : vous verrez qu'il ne nous annonce ni poires, ni pommes, et presque pas de noix – c’est la première fois que je vois cela ! Mes voisins agriculteurs font grise mine : l’orge, le colza, le blé ont donné des récoltes misérables. Il n’y a quasiment pas de miel. Quant au vin, allez faire un tour à Chablis dévasté par le gel, la grêle, les inondations et la canicule ! Quelqu’un peut-il prévenir Hollande et Valls qu’ils vont se prendre, dans quelques mois, une crise agricole majeure dans la tronche ?

30/07/2011

Le melon me court

melon.jpgLe melon commence à me courir. Pourquoi, depuis ce printemps, ne trouve-t-on plus de bons melons ? Pourquoi les melons qu’on achète ici, au centre de la France, au cœur d’un pays fier de sa gastronomie et lui-même producteur de melons, sont-ils tous aussi fades que si c’était de la courge ? Pourquoi un 30 juillet, donc en pleine saison, à l’Intermarché de Charny, ces sympathiques cucurbitacées ont-elles un vieux goût de flotte ? Question subsidiaire : pourquoi ces banals melons sortant de je ne sais quel entrepôt frigorifique, sans sucre ni parfum, coûtent-ils 3,30 euros la pièce ? Si vous avez la réponse…

06/10/2010

La révolution est en marche

sanglier3.jpgLa bagarre sur les retraites, les grèves, le remaniement, tout ça, c'est bien beau, mais nous, en Puisaye, excusez, on a un problème autrement plus grave à résoudre : la prolifération des sangliers menace gravement les récoltes ! Du champ de maïs en face de chez moi jusqu’à Toucy et au-delà, vers Saint-Sauveur, des milliers de cochons sauvages font des ravages inouïs et détruisent des étendues entières. Il paraît que c’est le domaine du pdg de Bergère de France, une forêt de 1300 hectares où les sangliers ne sont pas chassés, qui explique cette prolifération. Silence dudit pdg. Les agriculteurs du coin sont décidés à mener des battues, même sans l’accord du proprio. Ah ça ira, ça ira, ça ira…

13/07/2010

Sarko, l'orge et le colza

orge.jpgL’actualité, dans mon coin, c’est l’orge. Les grosses moiss'batt' qui bloquent les petites routes, depuis quinze jours, c’est pour l’orge. Il faut bien récolter ! En plus, faut pas rigoler avec l’orge, qui permet aux brasseurs alsaciens de faire de la bière, respect ! La récolte de cette année, paraît-il, sera moyenne. Le soleil, la pluie, vous savez ce que c’est. Une petite canicule permet de limiter le développement des maladies, mais c’est aussi l’assurance que les grains seront un peu chétifs. Le blé, ce sera pareil. Ajoutez qu’il a fallu financer la directive "nitrates", au moment où les compensations européennes sont en baisse. Heureusement qu'il y a le colza… Hein ? Sarkozy ? Quoi, Sarkozy ?

01/08/2006

La PAC, c'est le bouquet !

Si vous empruntez la petite route qui relie La Ferté-Loupière à Saint-Romain-le-Preux, aux confins de la Puisaye, dans l’Yonne, ne ratez pas le champ en jachère qui suit, sur la droite, le dernier virage avant la nationale. Arrêtez-vous sur le bas-côté, entrez dans la prairie et composez donc un joli bouquet de fleurs des champs. En toute liberté. Gratos. Centaurées, cosmos, eschositzias, œillets, lavatères, soucis, zinnias : servez-vous ! Ad libitum !
Voilà une initiative qui rassure sur l’avenir du genre humain. Au lieu de laisser dauber les méchantes langues sur les subventions européennes qu’ils touchent pour ne pas cultiver leurs terres, les agriculteurs d’ici transforment leurs jachères obligatoires en tapis de fleurs multicolores, vivantes et libres de droit. Histoire de montrer que l’argent de la PAC ne profite pas qu’à eux. Astucieux, non ?