Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2020

Vos gueules, les ruraux !

Toucy-marché-1 - Copie.JPGLe Premier ministre, chantre de la ruralité, se fiche de nous quand il prétend défendre les "territoires". Dans ma petite région de Puisaye, à 90 minutes de Paris, on continue de démanteler méthodiquement les services publics de proximité – trésoreries-perceptions, urgences de nuit, etc. Ce matin, mon journal local annonce qu’on va supprimer l’antenne Enedis de Toucy (alors que se multiplient les coupures d’électricité dues aux orages) et qu’on va fermer la brigade de gendarmerie de Saint-Amand-en Puisaye (alors que la criminalité progresse considérablement) ! Etonnez-vous que les ruraux, chez moi, votent en masse pour Marine Le Pen !

27/03/2020

La Poste nous lâche !

facteur....jpgIncompréhensible ! Au moment où l’Etat insiste tant pour que chacun d’entre nous reste confiné chez soi, voilà que la Poste cesse de distribuer le courrier pendant la moitié de la semaine ! Quand le seul lien avec le reste de la famille (pour des millions de personnes âgées) et avec le monde extérieur (dans les zones rurales), c’est le courrier ! On encourage l’envoi de lettres à ses proches, on pousse à l’achat de livres, on recommande la lecture des journaux, et La Poste met tranquillement les facteurs en chômage partiel ? Les médecins, les infirmières, les caissières, les éboueurs, les journalistes, les agriculteurs, les policiers, les routiers et les pharmaciens apprécieront !

21/03/2020

Lettre ouverte à Agnès Buzyn

buzyn.jpgMadame la ministre, j’ai lu dans Le Monde que vous vous demandiez "ce que vous allez faire de votre vie" (sic) quand vous aurez été définitivement battue aux élections municipales à Paris. J’ai une idée pour vous. Vous êtes médecin, et vous vous plaisez à dire souvent : "Ministre un jour, médecin toujours !" Nous, ici, à Charny Orée de Puisaye, commune nouvelle de 5.000 habitants située à 1h25 de la Porte d’Orléans, figurez-vous que nous n’avons pas de médecin ! La désertification médicale, vous connaissez ? Venez donc vous installer dans l'Yonne (nous avons un bâtiment municipal qui hébergera gratuitement votre cabinet), nous vous réserverons le meilleur accueil !

21/05/2019

Services publics en milieu rural...

facteur.jpgJuré, craché ! Il faut les entendre, le président et son gouvernement, échaudés par la colère des "gilets jaunes" : dans les zones rurales, le recul des services publics, c’est fini ! On vous a compris, on ne touche plus à rien, promis ! Et puis, voilà, j’apprends hier que dans mon coin de Bourgogne, désormais, le facteur ne passera plus à 12h30, ce qui était déjà bien tardif, mais à 14h30. Comme je suis abonné à trois quotidiens, je vais être amené à lire la presse dans l’après-midi ou en rentrant chez moi, vers 18h ou 19h. Ou à résilier mes abonnements : à quoi bon lire des journaux qui donnent des nouvelles déjà connues, voire dépassées ?

05/01/2019

Nouvelles de la France profonde (suite)

perception-rebais.jpgPourquoi les "gilets jaunes" sont-ils encore soutenus par tant de provinciaux ? La réponse est dans mon journal local, l’Yonne Républicaine, et confirme que nous sommes gouvernés par des amateurs. Au moment même où l’on passe, non sans risques, au prélèvement à la source, que fait l’Etat ? Il ferme les trésoreries-perceptions de Vermenton, Villeneuve-sur-Yonne et Varzy ! Si ! Et vous voudriez que les habitants de ces bourgs ruraux applaudissent ? Mais peut-on seulement comprendre, à l’Elysée, à Matignon, qu’à Ruages et Moissy-Moulinot, près de Corbigny, La Poste a cessé d’assurer la livraison du pain ? Je répète : que La Poste a cessé d'assurer la livraison du pain !

29/06/2018

Une obstination incompréhensible

picture.jpgAmis ruraux, 96 % d’entre vous sont hostiles à la généralisation des 80 km/h dans vos territoires ? Eh bien, taisez-vous ! Ils savent mieux que vous, à Paris, ce qui va dans le sens du progrès, ce qui va améliorer vos vies ! Franchement, l’obstination du pouvoir dans cette affaire est incompréhensible. Macron ne voit-il pas qu’il perd un crédit précieux, à un moment difficile, auprès de la France profonde, celle qui fait les majorités ? Ne comprend-il pas que nous, les ruraux, les bouseux, les pas finis, les sous-hommes, les nouilles sous le gratin, à force de nous voir imposer des règles et des normes qui ne tiennent pas compte de la vie réelle, nous allons finir par nous escagasser ?

23/02/2018

La France rurale se rebiffe !

salon_agriculture.jpgSi seulement le salon de l’Agriculture pouvait réduire le fossé qui semble s’approfondir entre Paris et la France rurale ! Que l’on puisse présenter comme un progrès la fermeture d'un service d’urgence ou d'une maternité dans une sous-préfecture isolée, c’est atterrant. Qu’une ministre de la République ignore tout de la viticulture et de la culture vinicole, c’est consternant. Que le gouvernement ne comprenne pas la colère de millions d’automobilistes contraints de rouler à 80 km/h sur leurs trajets habituels, c’est affligeant. Que l’on trouve normal de remplacer le train par l’autocar dans les zones de montagne excentrées, c’est déprimant. Voulez-vous quelques dizaines d’autres exemples ?

23/12/2017

Les urgences, à quoi bon ?

province,ruralité,hopitaux,BourgogneCe type d’info atteint rarement les grands médias parisiens. Dans mon coin de Bourgogne, l’angoisse gagne des dizaines de milliers de braves gens, qu’ils soient âgés, malades ou parents : il semble que l’Etat s’apprête à fermer les urgences de nuit dans les Centres hospitaliers de Tonnerre et de Clamecy comme cela a déjà été fait à Montbard. C’est la panique dans nos campagnes. Ils marchent sur la tête, là-bas, à Paris ! Quel technocrate peut prétendre, sans rire, que ces fermetures sont un progrès ? Or, c’est à ces décisions-là que se jauge l’avenir de nos provinces… et, au passage, le score qu’y réalisera demain le Front national !

02/04/2017

Pourquoi on ne les croit plus

touraine-bachelot.jpgPardon d’y revenir, mais le sujet est emblématique. Comment voulez-vous que les Français croient en leurs responsables politiques quand ils constatent qu’il leur faut désormais entre deux et trois mois pour obtenir un rendez-vous chez un gynécologue ou un ophtalmo, et plus d’une semaine pour consulter un généraliste ! Le problème de la désertification médicale, essentiellement démographique, n'est pourtant pas une surprise : faudra-t-il attaquer en justice les Marisol Touraine, Roselyne Bachelot, Philippe Douste-Blazy, Bernard Kouchner et tous les ministres de la Santé de ces vingt dernières années pour avoir été gravement incapables d’endiguer une dégradation aussi prévisible ?

01/04/2017

Un problème de crédibilité

identite-1.jpgPourquoi les Français ne croient plus en leurs hommes politiques ? Jeudi, vous avez entendu Macron, Le Pen, Fillon et les autres plancher sur la ruralité, déplorant à qui mieux-mieux la désertification de nos campagnes. Bravo ! Sauf que ce même jeudi, j’apprenais que la mairie de ma petite commune ne pourra plus délivrer de carte d’identité, pas plus que mon chef-lieu de canton ! Fini, ni-ni ! Trop cher, trop compliqué ! C’est comme pour les bureaux de poste, les maternités ou les gendarmeries : tant que les élus, de gauche et de droite, seront incapables de s’opposer aux administrations qui, d'autorité, transforment nos villages en déserts, les électeurs les prendront pour des bras cassés, voilà tout !

28/03/2016

Pourquoi le FN progresse

medecin-de-campagne.jpgMieux vaut tard que jamais. Je me tue depuis des années à expliquer que la progression du Front National, dans les territoires ruraux comme celui où j’habite en Bourgogne, n’a rien à voir avec je ne sais quelle montée du racisme, mais qu’elle est juste proportionnelle à la disparition des services publics et des médecins généralistes dans nos villages ! C’est exactement ce que démontre la route récente étude de l’IFOP commentée cette semaine dans le Figaro, Slate et quelques autres médias. Si seulement les dirigeants et journalistes politiques nationaux pouvaient enfin s’en convaincre et corriger, d'urgence, leurs a priori sur l’aménagement du territoire !

09/12/2007

La chasse au loup

Senan, vous connaissez ? C’est à la limite de la Puisaye et du Jovinien. Un peu à côté de nulle part. L’autoroute passe à côté, mais il n’y a pas de sortie. Hier soir, cent personnes se pressaient à la salle polyvalente de ce bourg rural pour écouter le journaliste Bruno de Cessole, rédacteur en chef à Valeurs Actuelles, parler de la chasse au loup dans le Morvan depuis Charlemagne. Saviez-vous qu’au XVIIIè siècle, on faisait frire des éponges pour que le loup les avale et s’étouffe ensuite à la première lampée ? Et que les loups, écolos ou pas écolos, referont leur apparition dans le Morvan avant 20 ans ? Questions, applaudissements, verre de l’amitié. Un grand moment. Ne croyez pas la presse britannique quand elle explique que la culture est morte en France !