Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2017

Un problème de crédibilité

identite-1.jpgPourquoi les Français ne croient plus en leurs hommes politiques ? Jeudi, vous avez entendu Macron, Le Pen, Fillon et les autres plancher sur la ruralité, déplorant à qui mieux-mieux la désertification de nos campagnes. Bravo ! Sauf que ce même jeudi, j’apprenais que la mairie de ma petite commune ne pourra plus délivrer de carte d’identité, pas plus que mon chef-lieu de canton ! Fini, ni-ni ! Trop cher, trop compliqué ! C’est comme pour les bureaux de poste, les maternités ou les gendarmeries : tant que les élus, de gauche et de droite, seront incapables de s’opposer aux administrations qui, d'autorité, transforment nos villages en déserts, les électeurs les prendront pour des bras cassés, voilà tout !

14/11/2016

Dénoncer le populisme... ou le combattre ?

poste.jpgIl ne sert à rien de dénoncer le populisme à la télé, comme le font doctement tant d'hommes politiques, il faut le combattre ! Et ce n’est pas en moralisant, mais en agissant qu’on le fera reculer. Un exemple parmi tant d’autres : que font les hommes qui prétendent nous gouverner pour empêcher La Poste de relancer sa politique aussi suicidaire qu’irresponsable de fermetures et de restrictions d’ouverture de centaines de bureaux de poste, et de suppression de tournées de facteurs ? Si l’Etat souverain ne sert pas à endiguer la désertification accélérée de nos campagnes, voire de nos quartiers périphériques, mais, bon sang, à quoi sert-il ?

21/11/2014

Psychodrame à Château-Chinon

ChateauCch.jpgLe psychodrame vécu par les habitants de Château-Chinon, en Bourgogne, est révélateur. Alors que le Morvan est menacé depuis longtemps par la désertification médicale, le maire de cette sous-préfecture découvre, comme cela, un beau matin, que les deux derniers médecins libéraux qui restaient dans la ville, exténués, n’en peuvent plus et vont s’installer un peu plus loin, dans des conditions plus vivables, à Anost et à Autun. Ah bon ? Il tombe des nues, le maire, il ne comprend pas, il n'a rien vu venir ! On comprend que la population panique. L’impéritie de certains élus locaux face à la crise laisse penser que la grande déglingue sera difficile à endiguer…