Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2019

Pesticides : les médias sont unanimes

coquelicots.jpgQuand les médias sont unanimes, c’est toujours suspect. Surtout sur les sujets complexes. J’ignore, pour ma part, si les maires qui prennent des arrêtés anti-pesticides à la veille des élections municipales méritent les lauriers que leur tressent à l'envi les journalistes parisiens, mais j’aimerais que ceux-ci entendent aussi mes amis agriculteurs qui pestent contre tous les lotissements qui bordent de si près, aujourd’hui, leurs exploitations : l'urbanisation à tout crin, en faisant bétonner quelque 50.000 hectares de terre agricole, a réduit au minimum l’espace qui séparait naguère la ville et les champs, forcément ! Pas vrai, les écolos ?  

23/08/2018

Glyphosate : une simple question

glyphosate.jpgSur le glyphosate, les médias divisent la population en gentils (ceux qui exigent son interdiction) et en méchants (ceux qui en contestent l’urgence). Comme d’hab : les "pour" à droite, les "contre" à gauche, hop, c’est si simple ! Qu’on permette à un habitant de la campagne très préoccupé par l’écologie, donc partisan de l’interdiction du glyphosate, de poser néanmoins, du bout des lèvres, vite fait, comme ça, une question impertinente : pour la préservation des terres cultivées et pour l’entretien des voies ferrées, sans herbicide, on va faire comment, exactement ?

25/03/2018

Silence dans les champs !

oiseaux,pesticides,écologie,biodiversitéUne page dans Le Monde, une page dans Le Figaro, c’est l’info la plus importante de la semaine passée : en quinze ans, selon les experts, plus de 30 % des oiseaux des campagnes françaises a disparu, notamment dans les grands territoires agricoles pulvérisés d’insecticides et de pesticides dévastateurs. Un tiers en quinze ans ! Bonjour la biodiversté ! Mais voilà, à peine dit, aussitôt oublié. Pour une raison simple : c’est aux agriculteurs de réagir en modifiant leurs méthodes de culture. Or, la plupart d’entre eux ont d’autres soucis que la perpétuation des fauvettes, des perdrix, des bruants et des alouettes : ils disparaissent, en pourcentage, encore plus vite que les oiseaux !