Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2021

Quand Poutine réécrit l'Histoire

mom_child_soldiers_800.jpgPassionnant dossier, dans Le Monde, sur la façon dont Vladimir Poutine, en Russie, réécrit méthodiquement l’histoire de son pays : non, les déportés au goulag, sous Staline, n’étaient pas innocents ; non, les officiers polonais de Katyn ne furent pas victimes du NKVD ; etc. Intimidation des historiens, fermeture de toutes les archives sensibles, persécution des chercheurs les plus avancés, lois nouvelles imposant une histoire officielle. Triste retour en arrière pour une Russie redevenue soviétique, au moins sur ce plan, au grand dam de sa jeunesse. Soljenitsyne, reviens, ils sont devenus fous !

09:36 Publié dans Blog | Tags : urss, russie, histoire, poutine, kgb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/03/2021

Sus à tout ce qui discrimine !

louis-xiii.jpgPauvre langue française ! Voilà qu’on parle, dans certains musées nationaux, de remplacer les chiffres romains par des chiffres arabes parce que les premiers seraient "discriminants" à l’égard des étrangers et des handicapés ! Apparemment bienveillante, cette réforme est évidemment une énorme régression culturelle dont la suite logique est de supprimer tôt ou tard l’orthographe – déjà attaquée, sur son flanc gauche, par l’écriture inclusive – puis la grammaire, la syntaxe, la langue, etc. On a déjà entendu cela au temps de la Commune : "Du passé, faisons table rase !" C’était au XIXe siècle. 

22:45 Publié dans Blog | Tags : langue, commune, histoire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/03/2021

Les bouddhas de Bâmiyân

bamiyan.JPGIl y a tout juste vingt ans, le 11 mars 2001, les Talibans islamistes faisaient exploser, au cœur de l’Afghanistan, les fantastiques bouddhas de Bâmiyân, ces statues géantes qui avaient le tort d’avoir été érigées et sculptées au Ve siècle, c’est-à-dire avant l’apparition de l’Islam. Lors d’un de mes premiers voyages d’étudiant, en 1972, la vision de ces bouddhas de 38 et 55 mètres, creusés dans la falaise, m’avait fait une impression inégalée, indélébile. Bâmiyân, c’était comme Notre-Dame de Paris ou la Cité interdite : un patrimoine universel indépassable. On devrait envoyer tous les jeunes Français, dans des milliers d’autocars, visiter les gorges de Bâmiyân…  

25/02/2021

Il y a 150 ans, la Commune de Paris

commune.jpgLa France ne serait plus la France si ses élites ne s’étripaient pas comme des chiffonniers sur un sujet comme la Commune de Paris, dont la commémoration aura lieu en mai. L'événement, surtout à gauche, sera très discuté. Je vous propose, d’ores et déjà, de classer les polémistes en deux catégories : ceux qui raconteront comment les Communards, le mercredi 24 mai 1871, ont assassiné sauvagement, en les fusillant sur un trottoir, l’archevêque de Paris, Mgr Darboy, et cinq de ses acolytes ; et ceux qui passeront sous silence ce meurtre aussi spectaculaire qu’emblématique. N'écoutez pas les seconds, vous gagnerez du temps...

20/02/2021

L'histoire de France, on s'en tamponne !

sorbonne.jpgJe rigole quand j’entends dire, à propos de l’islamo-gauchisme, qu’il serait sacrilège de toucher à l’université française, ce havre de liberté intellectuelle, sanctuaire de la recherche libre, creuset de la science et du progrès, ec. De Jean-Luc Mélenchon à l’actuel président de la Sorbonne, tous ces beaux esprits oublient trois choses : 1) La Sorbonne, à l’origine, est une création de l’Eglise catholique. 2) Elle a été brutalement fermée par la Révolution en 1791. 3) C’est Napoléon qui l’a ressuscitée en 1806. Curieux comme tous ces intellos marxistes, extrémistes ou gauchistes ignorent tout de l’histoire de France !

15/02/2021

Il aura ma peau, Léon !

napoleon.jpg"Napoléon, héritier ou fossoyeur de la Révolution ?" De mon temps, à Sciences Po, c’était le sujet d’exercice le plus répandu, le plus banal, le plus éculé, qui permettait de s'exercer au fameux plan en deux parties : "Certes… Mais…"  En cette année du bicentenaire de la mort de l’Empereur, la question se pose de nouveau, mais sans humour, sans réflexion, sans recherche historique : Napoléon, le Français le plus connu dans l’histoire du monde (avant de Gaulle et Brigitte Bardot) n’était-il pas un vulgaire dictateur assassin, sexiste et raciste ? Allez, sortez les insultes, les grossièretés, les caricatures : la castagne va durer plusieurs mois !

19/06/2020

Statues : et les élus du peuple ?

conseil_municipal.jpgDans le monde d’avant, la décision d’ériger (ou de remiser) une statue, ou de donner (ou de retirer) le nom d’une personnalité à une rue de la ville, était discutée et adoptée (ou non) par les "représentants du peuple" réunis dans ce qu’on appelle un "conseil municipal". Aujourd’hui, deux ou trois militants politiques vont bâcher la tête d’une statue devant une caméra, et les chaînes d’info diffusent leur exploit pendant des heures et des heures, en se fichant complètement des lois de la République ! Il n’y aurait pas comme un problème démocratique, là ? A quoi va-t-il servir de voter aux municipales du 28 juin si c’est la rue, désormais, qui décide ?

12/06/2020

Racialisme : qui est visé ?

Colomb.jpgLes journalistes devraient examiner attentivement la liste des statues déboulonnées par les indigénistes purs et durs, racialistes militants et autres hygiénistes de l’histoire. Ils verraient qu’elle coïncide avec les piliers de notre culture : Christophe Colomb, Colbert, Louis XIV, Napoléon, Jules Ferry, Hugo, Schœlcher, Churchill… en attendant probablement Clemenceau, Blum, la reine Elisabeth et le général de Gaulle ! Il suffit de prendre un peu de recul pour comprendre qu'il s’agit d'effacer de nos manuels scolaires tous les grands personnages – dont aucun n’était sans défaut, évidemment – qui ont inventé l’éducation, la nation, le débat public, la démocratie, les droits de l’homme, la science…

11/06/2020

Aux poubelles de l'histoire !

07quaivoltaire12.jpgAvis à tous les racialistes déboulonneurs de statues et aux indigénistes débaptiseurs de plaques de rue. Que penser d’un type qui dit que "La race des nègres est une espèce d‘hommes différente de la nôtre" ? D’un autre qui déclare : "Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture" ? D’un troisième qui proclame que "La France a d’autant plus le droit de prolonger [en Afrique] son action économique et morale que la civilisation qu’elle représente auprès des indigènes est certainement supérieure" ? Allez ouste ! Voltaire, Léon Blum, Jean Jaurès, aux poubelles de l’histoire !

06/11/2019

L'histoire, à quoi bon ?

Histoire,guerre froide,Mur de Berlin,télévsionIl paraît que la série Apocalypse, d’Isabelle Clarke et Daniel Costelle, hier, sur France 2, a fait un bide. Euphorisées par une société nantie, individualiste et mercantile, les jeunes générations ne veulent surtout pas qu’on leur explique que l’histoire est tragique. Or, la guerre de Corée, le Vietnam, la menace atomique, c’était hier ! C’est la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, qui a marqué la fin de la guerre froide. A chaque époque ses atrocités inhumaines, ses folies meurtrières et ses drames épouvantables : nous, nous avons les gilets jaunes, le glyphosate et les grèves de cheminots…

16/04/2019

La France blessée

Notre-Dame.jpgSidéré, hier soir, par le spectacle sinistre de Notre-Dame en feu. Touché par l’émotion sincère des médias eux-mêmes, que j’ai essayé de servir au mieux toute la soirée, de BFM-TV à France Info, de RMC à Radio Canada, etc. Solidaire des catholiques bouleversés, qui savent que la Semaine sainte se termine par la Résurrection : on reconstruira évidemment Notre-Dame de Paris, quel qu’en soit le coût ! Frappé par ce moment d’unité nationale exceptionnel, à l’heure où les Français sont si divisés : la France, ce n’est pas seulement une histoire, une culture, un Etat ! C’est une petite part de chacun d’entre nous qui, hier, partait en fumée...

07/04/2019

Sale temps pour l'histoire !

Couv-simpl-jpg.jpgSale temps pour le livre d’histoire ! Bien sûr, il y a le vieillissement du lectorat, la baisse du pouvoir d’achat, la raréfaction des points de vente, le recul des sciences humaines, etc. Mais il y a surtout un effacement de la mémoire collective, plus ou moins volontaire, qui occulte certains pans de l’histoire. Ainsi, à l’automne 2017, à part deux ou trois dossiers dans la presse magazine, il n’y eut aucune émission importante, aucun colloque, aucune exposition, aucune commémoration rappelant ce que fut la révolution d’Octobre, véritable matrice de notre histoire moderne. On va voir, cette année, si le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin connait le même sort…

21/01/2019

La fin des livres d'histoire ?

livres 1.JPGLu dans "Livres Hebdo" que le marché du livre d’histoire était en forte baisse (- 7,5 % en 2018), et que cette chute allait s’accentuer en 2019. Voilà qui n’enchantera pas les auteurs de livres d’histoire (suivez mon regard) mais qui est révélateur, aussi, d’une des dérives de notre société – laquelle, mine de rien, à force de surfer sur internet, d’y échanger des tweets et d’y regarder des séries, s’affranchit peu à peu de son héritage, de son passé, de ses héros, de ses valeurs, des succès qu’elle a obtenus et des crises qu’elle a surmontées. A quoi bon savoir d’où l’on vient, où l’on vit, ce qu’on subit, ce qu’on détruit ? On a tant d’autres choses à faire, allons !

10:04 Publié dans Blog | Tags : livre, histoire, édition, culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2018

1830, ou les leçons de l'Histoire

histoire,gilets jaunes,1830,livreLire "L’été des quatre rois" de Camille Pascal (paru chez Plon) permet de mieux comprendre la crise des "gilets jaunes". Les barricades de juillet 1830, élevées par une population excédée sans passé révolutionnaire, rappellent furieusement les samedis houleux de décembre 2018, avec le duc de Raguse dans le rôle de Castaner face aux lanceurs de pavés, Bayrou dans le rôle de La Fayette et, bien sûr, le duc d’Orléans dans celui de Macron, porté à la tête du pays en "dégageant" à la fois les légitimistes et les républicains ! D’ailleurs, Louis-Philippe, "en même temps" monarchiste et libéral, n’a-t-il pas remplacé Charles X parce que celui-ci avait obstinément refusé de "changer de cap" ?

28/06/2018

Europe : un peu d'histoire svp !

europe,histoire,paix,migrants,macronLa crise de l’Europe est aussi vive que complexe : migrants, frontex, budget, zone euro, défense, élargissement, Brexit, fossé nord-sud, rupture ouest-est, etc. Comment voulez-vous que le téléspectateur moyen s’y retrouve et, partant, s’y intéresse ? Il faudrait pour cela que les grands médias ne renoncent pas systématiquement à faire un peu d’histoire : rappeler les raisons pour lesquelles on a fait l’Europe au lendemain de la Deuxième guerre mondiale (réconciliation, paix, marché commun, valeurs, démocratie) permettrait à des millions de gens de comprendre que l’explosion de l’Europe serait, vraiment, une catastrophe !

01/06/2018

Le monde a encore rétréci

armancon.jpgDeux infos consternantes, ce vendredi, donnent l'impression que le monde a soudain rétréci. 1) La mort des Editions de l’Armançon, principal éditeur régional en Bourgogne depuis un quart de siècle – mais qui se soucie du patrimoine littéraire de nos territoires en voie de désertification suicidaire ? 2) La fin de "Au cœur de l’histoire", l’émission quotidienne de Franck Ferrand sur Europe 1 – mais qui croit encore que c’est la connaissance du passé qui permet de comprendre notre présent compliqué ? Aveuglement des nouvelles élites, je-m’en-foutisme des responsables, impéritie des professionnels ! Arrêtez, tous, de me parler de culture, s’il vous plaît !

08/05/2018

De commémoration en commémoration...

dqKSqkgSkd3TcfoqHs9j7YWVp0Y.jpgEt nous voilà en train de commémorer, encore et toujours ! Le 53è anniversaire de la victoire sur les nazis. Le cinquantenaire de mai 68. Le premier anniversaire de l’arrivée de Macron au pouvoir. Le bicentenaire de la naissance de Karl Marx. Le 68è anniversaire du Plan Schumann. J’ajoute, à Dijon, le cinquantenaire de la mort du chanoine Kir. Discours officiels, documentaires, débats télévisés, albums photos, etc. Nostalgie, manichéisme et simplification. Plus on occulte, notamment à l’école, l’Histoire compliquée et dramatique qui nous dérange dans nos certitudes, plus on en commémore, peinards, les quelques épisodes qui nous valorisent ! Pas sûr que cela améliore notre vision de l'avenir.

28/03/2018

Contre l'obscurantisme, la mémoire !

arnaud-beltrame.jpgFace à "l’obscurantisme barbare", a dit Macron ce matin, la nation doit se retrouver sur ses valeurs fondamentales et se rappeler ses héros, de Jeanne d’Arc au général de Gaulle. Certes. Mais alors, comment comprendre la pitoyable gestion de l’affaire Maurras par le Gouvernement, qui a sacrifié aux pressions militantes le Haut Comité aux commémorations nationales et, avec elle, le Livre des commémorations nationales – lequel permettait, depuis 1974, de rappeler au pays son histoire, ses valeurs, ses héros ? N’est-ce pas à l’Etat de protéger notre mémoire collective contre tous ceux qui veulent la prendre en otage et la découper en tranches ?

21/03/2018

Mai 68, oui, mais lequel ?

mai 68,22mars,histoire,gaullismeDemain, 22 mars, c'est le début du cinquantenaire de mai 68. Attendez-vous à une stupéfiante variété des récits, interprétations, souvenirs et émotions de ceux qui l'ont vécu. L’un se rappelle les manifs et les barricades du Quartier latin. Un autre, les grèves couronnées par la hausse du Smic. Un troisième, le spectaculaire progrès économique qui avait caractérisé cette époque. Un autre encore, l’écrasante victoire des gaullistes aux législatives de juin. Sans parler de tous ceux, fort nombreux, qui ont vu tout cela de loin parce qu’ils étaient partis prématurément en vacances, ou parce qu’ils révisaient leurs examens à la campagne !

11/11/2017

On en reparle dans cent ans ?

poubelles.jpgVoilà, c'est fait, le centenaire de la révolution d'Octobre a rejoint les vieux événements plus ou moins honteux dont les traces ont été effacées de la mémoire des hommes. A la grande satisfaction d'un Vladimir Poutine, qui n'avait aucune envie, allez savoir pourquoi, de célébrer un épisode aussi subversif de l'histoire russe. Et chez nous, au lâche soulagement des caciques du socialisme réel et des intellectuels de gauche qui ont tous, sur le sujet, des regrets inavoués ou des remords inavouables. Allez, Lénine, Cachin, Trotski, Mao, Béria, Ho Chi minh, Guevara, Thorez, Marchais, hop, voués pour toujours aux poubelles de l'Histoire !