Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2016

Et l'histoire ? Et la géographie ?

Bourgogne-Franche-Comte.jpgEncore un mot sur le nouveau logo bourguignon et franc-comtois (mon blog d’hier) fait de lettres banales et de tirets tristounets. Il s’inscrit dans une époque désincarnée où, mondialisation oblige, on prive peu à peu les territoires de leur histoire et leur géographie, ce qui est une régression dangereuse. Le XXe siècle avait inauguré cette tendance en inventant, au nom d’un avenir radieux virtuel, le premier nom de pays sans aucune référence géorgraphique, Union des Républiques Socialistes Soviétiques : on a vu, il y a vingt-cinq ans, comment la Russie s’est vengée ! Un logo, un nom, un sigle, c’est aussi l’affirmation d’une culture qui vous distingue, justement, du reste du monde !

07/09/2016

Hollande, décidément, n'est pas Mitterrand

Mitt-Holl.jpgOn les entend encore, les anciens ministres et collaborateurs de François Mitterrand (les Lang, Badinter, Dumas, Guigou, Vedrine et autres Attali), vanter avec émotion les mérites de leur grand homme sur les plateaux télé, dans des livres, etc. Avec François Hollande, c’est tout le contraire : on ne compte plus les ministres qu’il a nommés depuis 2012 (et pas seulement les Montebourg, Hamon, Taubira, Duflot ou Filippetti) qui le traitent de nul et critiquent tout ce qu’il a fait ! Cette peu glorieuse différence est significative : en 1995, Mitterrand est entré dans l’Histoire, alors qu’Hollande, en 2017, va quitter l’actualité…

10/05/2016

Quelles racines chrétiennes de l'Europe ?

Pierre-Moscovici.jpgAinsi Pierre Moscovici, éminent commissaire européen, affirme "ne pas croire aux racines chrétiennes de l'Europe". Comme quoi on peut être fort en économie et nul en histoire. Que l’Europe ait d’autres racines que "chrétiennes" est une évidence, mais refuser de "croire" que l’Eglise ait forgé pendant mille ans (de Charles Martel aux Lumières, pour simplifier) une bonne partie de la culture, de l’art, du droit et des valeurs de notre continent, c’est de l’obscurantisme. Etonnez-vous que la foi en l’Europe, aujourd’hui, s’exprime davantage par les voix de Barak Obama et du pape François que par les technocrates de Bruxelles !

22/11/2015

Vive l'Histoire !

Snegaroff.jpgTombé, en passant par Public Sénat, sur l’émission "L’info dans le rétro" de Thomas Snegaroff consacré aux Croisades, à l’occasion de la guerre contre Daech. Passionnant ! Pourquoi ne voit-on pas ce type d’éclairage de l’actu sur les grandes chaînes ? Comment comprendre le présent sans aller en chercher les clefs dans le passé ? Un exemple, comme ça, au hasard ? Les Américains, en envahissant l’Irak de Saddam Hussein en 2003, en toute bonne foi, ont engendré le monstre islamiste : mais les vainqueurs de la guerre de 1914, quand ils ont imposé leurs conditions de paix au reste de l’Europe, en toute bonne foi, n'avaient-ils pas engendré le communisme en Russie, le fascisme en Italie et le nazisme en Allemagne ? Vive l'Histoire !

04/05/2015

Achtung, Frau Najat !

Franco-allemand.jpgNajat Vallaud-Belkacem ignore complètement l’histoire de France et le passé de l’Europe. Elle pense qu’on peut construire l’avenir à partir de rien. A quelques jours du soixante-dixième anniversaire de la capitulation de l’Allemagne hitlérienne, elle a entériné la marginalisation de la langue allemande dans l’éducation des petits Français. C’est une grave erreur. Car dans le monde qui vient, la seule façon de défendre nos valeurs – la liberté, la culture, la démocratie, la réconciliation, la solidarité – sera de conforter l’Europe, laquelle est d’abord, depuis 1945, franco-allemande. Qu'on le veuille ou non. 

10:16 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : najat, europe, allemand, histoire, 1945 |  Facebook | | Lien permanent

26/03/2015

Redécouvrir la "solidarité"

solidarnosc.jpgSoirée réussie, hier, à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés, où il reste, tenez-vous bien, des jeunes qui s’intéressent à l’histoire contemporaine ! Le débat sur Solidarnosc, animé par l’ambassadeur Benoît d’Aboville, le sociologue Georges Mink (qui reste le meilleur interlocuteur sur la Pologne et l’Europe de l’Est) et moi-même, captiva l’auditoire : on ne pouvait plus arrêter le flot des questions ! Une conclusion, parmi d’autres : si vous voulez changer l’histoire dans le bon sens et apporter du lien à vos contemporains, appuyez-vous sur cette valeur fondamentale qui, hélas, n'est plus à la mode : la solidarité. Vous ne serez pas déçus.

23/11/2014

Emile Poulat : une page se tourne

Emile-Poulat.jpgS’il avait un homme que j’aimais croiser dans les colloques ou les tables rondes sur l’histoire de l’Eglise, c’était Emile Poulat. Sociologue, historien, ce vieux savant respectueux de toutes les opinions était incollable sur la séparation de 1905 et sur la crise moderniste du début du XXe siècle. Je lui dois une bonne partie des informations contenues dans mon chapitre des Derniers secrets du Vatican consacré à l’incroyable affaire de la Sapinière, cette officine intégriste qui ébranla le Saint Siège dans les années 1910. Sa mort, samedi, à 94 ans, tourne la dernière grande page de notre histoire religieuse.

07/08/2014

Marcel Gauchet, au goulag !

gauchet_marcel.jpgLes censeurs ne prennent donc pas de vacances ? Voilà que deux écrivains viennent de lancer dans Libération un appel à boycotter les prochains "Rendez-vous de l’Histoire" de Blois [où je ne suis même pas invité à signer mon "Gorbatchev" c’est dire si mon indignation est désintéressée] au motif que la conférence inaugurale sera prononcée par… Marcel Gauchet, le directeur de la revue Le Débat ! Ces nouveaux coupeurs de tête reprochent à Gauchet, entre autres, de "présenter comme tolérables les idées selon lesquelles les femmes seraient naturellement portées vers la grossesse". Hou là ! Facho, Gauchet ! Au goulag, Gauchet ! Au bûcher, Gauchet !

19:38 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : censure, gauchet, histoire, blois |  Facebook | | Lien permanent

18/06/2014

Les deux France

Regions.jpgLa discussion sur le redécoupage des régions démarre aujourd’hui. Elle mettra en évidence le clivage politico-culturel le plus profond, peut-être, qui divise les Français : ceux qui se réfèrent à Clovis, Charlemagne, Henri IV, Louis XIV et Napoléon, et qui savent qu’aucune solidarité ne lie la Beauce et le Poitou, l’Auvergne et la Savoie, etc ; et ceux qui considèrent que la Révolution a dépassé tout cela, et que les limites régionales entre ces villes et ces villages qui se ressemblent tous n’ont, au fond, aucune importance. Et si c’était d’abord cela, la différence entre la droite et la gauche ?

30/06/2013

Histoire-géo : une vraie catastrophe

 Europe.jpgIl est des catastrophes nationales qui laissent les politiques et les médias totalement indifférents. Je pense à l’effondrement général des connaissances des jeunes Français en histoire-géo, qui devrait mobiliser tous les responsables, lesquels s’en tamponnent allégrement. L’histoire-géo, pour quoi faire ? Tiens, combien de Français savent que la Croatie a célébré aujourd’hui son entrée dans l’Union Européenne ? Et que ladite Union européenne sera présidée à partir de demain par la Lituanie ? C’est quoi, ces pays, ces peuples, ces gens, les Baltes, les Balkans, c’est quoi ça, non mais allo, quoi ?

31/10/2012

"Outing" pour tout le monde !

 najat.jpgNajat Vallaud-Belkacem s’ennuie tellement dans son ministère, en cette période d’expansion tranquille, qu’elle a décidé d’ouvrir un chantier aussi utile qu’urgent : rééditer tous les manuels scolaires en estampillant, parmi les personnages historiques, ceux qui étaient homosexuels. On saura donc que tel dictateur antique, tel inquisiteur fou, tel traître à sa patrie ou tel idéologue nazi était gay, ou que telle intrigante royale était lesbienne, alors que jusqu’à présent, on s’en tapait le coquillard. Je suggère à la ministre de passer directement à l’étape suivante de ce outing universel : imposer la mention "homo" ou "hétéro" sur les affiches électorales… 

10:16 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : najat, homos, histoire |  Facebook | | Lien permanent

17/01/2012

La France, quelle histoire !

charlemagne.jpgLu dans Valeurs Actuelles l’édifiant article de Frédéric Valloire sur la future "Maison de l’histoire de France" que nous concocte le ministre Frédéric Mitterrand pour 2015. Les quatre principes fondamentaux de notre histoire nationale qui vont porter ce grand projet sont les suivants : "Le principe d’égalité. Le souvenir de 1789. La langue française. La laïcité." Vous avez bien lu. Adieu Vercingétorix, Clovis, Charlemagne, Jeanne d’Arc, Louis XIV et tout ceux qui ont fait la France d’avant la Révolution ! La France ne sera plus désormais qu’un concept égalitaire, moderne, laïque et mondial. Malet et Isaac, revenez, ils sont devenus fous !

28/12/2011

L'URSS a-t-elle existé ?

lenine.jpgCe fut un événement colossal. Une date majeure dans notre histoire. Et aucun média ne l'a rappelée ! Dimanche, c’était le 20ème anniversaire de la fin de l’URSS. Le 25 décembre 1991, Mikhaïl Gorbatchev mettait fin à une expérience politique de 73 ans, qui fut la plus destructrice de l’histoire européenne et qui a influencé la politique française comme aucune puissance étrangère ne l’avait jamais influencée depuis les Romains. Et voilà : dans la mémoire collective des intellectuels et des journalistes français, l’URSS a disparu comme un mauvais rêve. De ce passé, on a fait table rase !


14/08/2011

Amnésie française

 

murdeB.jpg13 août 2011. Cinquantième anniversaire de l’érection du Mur de Berlin, le 13 août 1961, qui fut le terrifiant symbole de la division de notre vieux continent : d’un côté, le monde "socialiste", dit aussi "progressiste", sous la férule totalitaire et policière de la Russie soviétique ; de l’autre, le monde "libre" des démocraties brouillonnes et prospères, sous la protection militaire américaine. A part un documentaire sur Arte, je n’ai pas vu grand-chose sur le sujet dans nos médias. C'est désolant : convaincra-t-on jamais les Français que le Mur de Berlin fut aussi leur histoire ?

24/02/2011

Diplomate et romancier

Parot-sign-0.JPGLe romancier Jean-François Parot, hier, à Dijon, devant le Club des Ecrivains de Bourgogne, nous a offert une bien belle soirée. L’inventeur du célèbre Nicolas Le Floch, sémillant commissaire au Châtelet, héros de 9 livres parus, de 6 épisodes télé et de multiples traductions, était encore, il y a quelques mois... ambassadeur en Guinée-Bissau. Il avait été auparavant en poste à Tunis. Entre deux échanges sur le Paris de 1751 et sur le goût des Français pour le roman historique, l’auteur nous a régalés - il a un grand talent de conteur - de ses jugements et anecdotes aussi diplomatiques que littéraires. Un moment privilégié !

16/12/2010

L'ombre de Molotov

Molotov.jpgVu sur Arte, hier soir, un excellent documentaire sur Viatcheslav Molotov, né Scriabine, qui  fut le plus fidèle compagnon de Lénine et de Staline. C’est le seul bolchevik, sans doute, qui traversa toute l’histoire de l’URSS sans y laisser la vie : il est mort à 96 ans, peinard, alors que Gorbatchev régnait déjà sur le Kremlin. Peu de gens ont menti, tué, trahi autant que lui. Il a même laissé Staline envoyer sa propre femme Polina purger quelques années de goulag ! C’est lui qui a négocié avec Hitler le fameux pacte de 1939. Il n’y a plus un Français qui sache qui était ce bonhomme – lequel a pourtant fait partie, ô combien, de leur histoire récente.


15/11/2010

Un président sans histoire

liberté.jpgDepuis presque deux siècles, disait René Rémond, la droite française est composée de bonapartistes, de légitimistes et d’orléanistes. En évacuant la troisième tendance (les libéraux, les radicaux et les démocrates-chrétiens) sur laquelle reposait sa majorité, notre très pragmatique président rejette cet héritage. On n’est plus au XXè siècle ! La culture SMS et la gouvernance médiatique ne s’embarrassent pas de ces lointaines contingences. Mais peut-on diriger la France au mépris de son histoire, en se contentant d’un soupçon de Napoléon, d’une référence à Jaurès, d'un relent de colonialisme, d’un zeste de Latran, de deux louches de De Gaulle et d'un poil de Guy Môquet ?

 

30/08/2010

La bataille du rail

ice.jpgAlors que la Sncf travaille depuis 1984 à décrocher le marché du TGV californien (43 milliards de dollars en jeu), une loi vient d’être adoptée, là-bas, dont le caractère général saute aux yeux, puisqu’elle vise à exclure du marché toute entreprise française qui aurait transporté des déportés juifs entre 1942 et 1944 ! Un comble : si la Sncf perd le marché, les Américains devront choisir entre le TGV japonais (il n'y a aucune loi qui écarte les vainqueurs de Pearl Harbor) ou, je vous jure que c'est vrai, le rival... allemand du TGV français ! A quand une loi française pour interdire d’importer des boissons gazeuses et des ordinateurs produits par des gens dont les ancêtres ont jadis massacré des Indiens ?

 

27/08/2010

Un Clemenceau au petit pied

Casque.jpg Je reviens sur la lamentable sortie d’Alain Minc contre le "pape allemand", qui en a visiblement choqué plus d’un. Pour info, le dernier à avoir traité le souverain pontife de "pape boche", c’était... Clemenceau. Le pape, c’était Benoît XV. Elu en août 1914, celui-ci avait choisi, clairement, la carte de la neutralité dans le conflit qui démarrait au cœur de l'Europe. Une position logique pour l’Eglise universelle (ce sera celle de Pie XII en 1940), mais indéfendable aux yeux des belligérants : tout le monde lui est tombé dessus ! Dans le camp allemand, le chef d’état-major Ludendorff le traita même, c’est dire, de "pape français" ! Quelqu’un pourrait-il expliquer à Alain Minc, sans vouloir le froisser, qu'après un siècle de haine anti-allemande, on pourrait peut-être passer à autre chose ?

18/06/2010

La pelle du 17 juin

 

 

Ballon_foot.jpgUne débâcle, c’est toujours une débâcle. Les Allemands étaient les plus forts, surtout en attaque ; les Mexicains aussi. Les premiers, comme les seconds, étaient plus motivés que nous. La guerre avait été mal préparée ; la Coupe du monde aussi. Notamment sur le plan technique. Pourtant les Français avaient été vainqueurs en 1918 ; comme en 1998. Mais ils avaient manqué de détermination face à l’adversaire, en 1938, à Munich ; comme en 2006, toujours en Allemagne. Puis la France, au lieu de se relever, comme l’y invitait tel ou telle personnalité peu écoutée, avait sombré dans ses vieux démons : la division et la dérision. Avant que Roselyne Bachelot ne fasse don de sa personne à l’équipe de France. En vain. Cela va être dur d’expliquer que la France a perdu une bataille mais qu’elle n’a pas perdu la guerre…