Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2010

La pelle du 17 juin

 

 

Ballon_foot.jpgUne débâcle, c’est toujours une débâcle. Les Allemands étaient les plus forts, surtout en attaque ; les Mexicains aussi. Les premiers, comme les seconds, étaient plus motivés que nous. La guerre avait été mal préparée ; la Coupe du monde aussi. Notamment sur le plan technique. Pourtant les Français avaient été vainqueurs en 1918 ; comme en 1998. Mais ils avaient manqué de détermination face à l’adversaire, en 1938, à Munich ; comme en 2006, toujours en Allemagne. Puis la France, au lieu de se relever, comme l’y invitait tel ou telle personnalité peu écoutée, avait sombré dans ses vieux démons : la division et la dérision. Avant que Roselyne Bachelot ne fasse don de sa personne à l’équipe de France. En vain. Cela va être dur d’expliquer que la France a perdu une bataille mais qu’elle n’a pas perdu la guerre…  

 

07/05/2010

Le troisième secret de Fatima

Fatima.jpgMercredi, Benoît XVI sera à Fatima, le lieu où la Vierge est apparue pour la première fois, le 13 mai 1917, à trois petits bergers de ce coin perdu du Portugal. Ce voyage va encore susciter, dans les médias, bien des fadaises. A tous ceux qui veulent savoir exactement en quoi les apparitions de Fatima ont marqué les différents papes, et en quoi le fameux "troisième secret" de Fatima a fait le buzz pendant un demi siècle, je ne saurais trop recommander le chapitre 16 de mon livre Les secrets du Vatican (Perrin, 2009). Wikipédia, c'est bien, mais lire un livre de temps en temps, ce n'est pas mal non plus.

 

03/05/2010

Obscurantisme à l'envers

0_suaire_turin.jpgMarre d’entendre dire dans les médias que le suaire de Turin, que le pape a visité hier, est "un faux datant du moyen âge". Cette thèse-là, qui date de 1988, a été pulvérisée par la quasi totalité des scientifiques qui ont étudié l’objet (historiens, archéologues, iconographes, paléographes, numismates, épigraphes, palynologues, anthropologues, chimistes, spectrographes, opticiens, papyrologues et autres chirurgiens anatomistes) : tous sont d’accord pour dire qu’aucun faussaire, fût-il génial, n’aurait pu fabriquer une telle relique, et que cette pièce de lin souillée de sang, qui a traversé les siècles, est très probablement authentique. Pourquoi cet obscurantisme à l'envers ?

18/04/2010

Pour Anna Walentynowicz

WetW.jpgJ’ai une pensée, ce matin, pour Anna Walentynowicz, le dernier nom de la liste des 96 victimes du crash de Smolensk. C’est le licenciement de cette prolétaire pur sucre, le 14 août 1980, qui avait provoqué les grèves de Gdansk. Elle fut l’étincelle qui mit feu à la Pologne puis à l’Europe communiste. Je l'ai interviewée plusieurs fois. Elle fut harcelée par la police politique communiste, puis internée au camp de Goldap au moment de l’ "état de guerre" décrété par le général Jaruzelski en 1981. Petite bonne femme aussi attachante qu’insupportable, elle s’était brouillée avec Walesa et avait été peu à peu marginalisée dans l’épopée de Solidarnosc. Très catholique, elle n’avait qu’un modèle : Jean-Paul II. Elle avait 81 ans.

 

04/04/2010

Le Saint Suaire reste un mystère

suaireturin.jpgJe suis surpris, depuis quelques jours, de voir que le Saint suaire de Turin – qui sera bientôt au cœur de l’actualité – fait l’objet d’une méconnaissance générale, y compris chez les meilleurs commentateurs : on en est majoritairement resté à la fameuse datation au "carbone 14" diligentée par l’archevêque de Turin en 1988. Vingt ans plus tard, l’explication par le carbone 14 (un faux datant du moyen âge) a été pulvérisée par des dizaines de scientifiques, croyants ou athées, qui penchent massivement vers l’authenticité de ce linge censé avoir enveloppé le corps du Christ le soir de sa mort. A ceux qui veulent actualiser leur savoir, je conseille de lire Les Secrets du Vatican, chapitre 14 (pages 287 à 307).

30/03/2010

Faire payer les pauvres

Un peu d’histoire, pour montrer que rien n’est simple. Prenez un sujet aussi incontestable, aussi consensuel, aussi évident que la gratuité scolaire. Qui peut être contre ? Personne. Et pourtant ! Avant les lois Ferry de 1881, les riches payaient l’école, et les pauvres, non. Cette ancestrale pratique chrétienne, les républicains de l’époque l’ont jugée scandaleusement inégalitaire. Ils ont donc fait voter une loi aux termes de laquelle l’école de la République serait désormais "gratuite". Applaudissements à gauche et, bien sur, dans la plupart des journaux. Sauf que "gratuite", cela voulait dire entièrement financée par l’Etat, donc par l’impôt, lequel était alors payé par tous les citoyens… à commencer par les pauvres !

 

27/03/2010

Voltaire, ce singe, ce bouffon...

Voltaire.jpgTombé par hasard sur un florilège d’opinions sur Voltaire, que je dédie à tous ses admirateurs : « Cœur dépravé, âme basse, fanfaron d’impiété » (JJ Rousseau). « Ecrivain scandaleux qui pervertit la jeunesse » (Marat). « Ridicule, avili par l’ignorance » (Mirabeau). « Content de nos souffrances, riant comme un démon ou un singe » (Mme de Stael). « Une grande ignorance, une grande légèreté » (B. Constant). « Bouffon, incrédule railleur et superficiel » (Renan). « Un singe polisson » (Taine). « Un bouffon, un démon de grâce et d’esprit » (Sainte-Beuve). « Il ne rougit d’aucune prostitution de son génie » (Lamartine). « Singe de génie, serpent, sophiste, faux sage » (Victor Hugo). Pffui ! Enfoncé, BHL !

 

20/03/2010

Une bouffée de Russie

Nivat sign-1.JPGLe Club des Ecrivains de Bourgogne recevait hier à Dijon le professeur Georges Nivat, un des meilleurs connaisseurs européens de la Russie, à l’occasion de la parution de son livre Le phénomène Soljenitsyne (Fayard). Il est rare d’entendre parler de la Russie (avant, pendant et après la parenthèse soviétique) avec une telle finesse. Au risque de bousculer nombre d’idées reçues : ce n’est pas Gorbatchev mais Eltsine qui a ressuscité la Russie, explique Nivat ! En pleine campagne régionale, évoquer Pierre Pascal, Boris Souvarine, Boris Pasternak et Soljenitsyne fut comme une bouffée de fraîcheur. Une lampée de vodka glacée. Santé !

11/03/2010

La Rafle : des lâches et des justes

J’irai voir La Rafle, bien sûr. Chez moi, dans l’Yonne, quelques jours avant la rafle du Vel d’Hiv, la police française en a effectuée une, les 12 et 13 juillet 1942 : 42 malheureux furent brutalement arrêtés et envoyés à Drancy, dont 19 enfants. Il y en aura deux autres. La préfecture, début 1942, avait soigneusement répertorié 276 juifs dans le département : 140 seront déportés. Horreurs, drames, lâchetés. Mais pas seulement. Quand un sinistre matin les gendarmes de Sergines ont frappé à la porte du docteur Avram, à Courlon, ils ont trouvé porte close : celui-ci s’était enfui dans la nuit avec sa femme et son fils, alerté par le maire du village, lui-même discrètement prévenu la veille… par le commandant de la brigade de gendarmerie de Sergines.

31/01/2010

Le choc Lanzmann-Haenel

Passionnante, la polémique entre Claude Lanzmann (Marianne) et Yannick Haenel (Le Monde) sur le résistant catholique polonais Jan Karski – tronqué dans le film du premier, enjolivé dans le livre du second. Haenel a-t-il un peu trop "imaginé" la dernière partie de la vie de Karski ? C’est possible. Mais on sent que Lanzmann ne supporte pas qu’on valorise un personnage qui, à lui seul, infirme la thèse de Shoah sur l’antisémitisme polonais et montre que les Alliés sont les principaux responsables du lâchage des juifs en 1942-43. Furibard, il nous promet des révélations sur la rencontre historique, cruciale, déterminante entre Karski et Roosevelt. Ah bon ? Lanzmann savait des choses là-dessus et les gardait pour lui ?

24/12/2009

Comparaison n'est pas raison

En cette période de bilans, il est temps d'attribuer les Awards de la plus bête argumentation partisane 2009. Le premier prix va Jean-Christophe Cambadélis, qui a dit : "Eric Besson, c’est Pierre Laval" (dans Libération). Le deuxième prix va à Alain Duhamel, qui a dit : "Si Benoît XVI veut absolument béatifier Pie XII, je lui suggère de ne pas oublier Papon" (sur France 2). Le jury avait retenu le "Béat devant Jospin, Déat devant Sarko" de Jean-François Kahn (devant le Modem, à Arras) à propos du même Eric Besson, mais cette comparaison-là n’a pas été retenue parce qu’elle est franchement drôle – contrairement aux deux inepties précédentes et à la reprise sans humour du "Besson c'est Déat" par Jean-Paul Huchon (sur RMC), qui reçoit donc le troisième prix. On attendait aussi "Frédéric Lefèbvre est un clône de Goebbels", "Rachida Dati, c'est Madame Sans-Gène" et "Domenech me rappelle Bazaine". Ce sera pour 2010.

 

06/12/2009

L'histoire à la poubelle ?

Pardon, je vous jure que je ne suis pas obnubilé par mes propres écrits, mais la suppression des cours d’histoire en Terminale S, elle aussi, renvoie à mon livre Pourquoi le pape a mauvaise presse, dont le chapitre 3 porte sur l’inculture générale, avec un développement sur l’inculture religieuse. La culture générale, particulièrement l’histoire-géo, a pour vocation de relier les hommes entre eux : moi et les autres dans l’espace, moi et les autres dans le temps, etc. C’est la clef du "vivre ensemble" : comment former des citoyens dans une société individualiste et relativiste où le collectif s’étiole, si ce n’est par leur rattachement à une histoire collective, c'est-à-dire à des références communes ? Croit-on qu'en supprimant cet enseignement, on va dans le sens… de l’histoire ?

19/11/2009

Jan Karski, ce héros

Cover Karski.jpgBizarre, l'attribution du prix Interallié à Jan Karski de Yannick Haenel : ce prix récompense un roman écrit par un journaliste, or Haenel n’est pas journaliste, et Jan Karski n’est pas un roman ! Passons. Le livre est une variation, au sens musical, sur l’exceptionnel destin - bien réel - de ce courrier de la Résistance polonaise qui réussit, au péril de sa vie, à révéler l’extermination des Juifs aux Alliés (Eden à Londres en décembre 1942, Roosevelt à Washington en juillet 1943, etc) sans que ceux-ci réagissent. L’histoire de Karski est archi connue, mais elle choque toujours : qu’il semble encore difficile, 60 ans après, d’admettre que les vainqueurs de la guerre n’ont pas levé le petit doigt pour aider les Juifs !

31/10/2009

Ne ratez pas le Fig Mag !

figmag.JPGExcellent dossier, dans le Figaro Magazine de ce matin, sur la chute du Mur de Berlin. Moins frileux que les autres journaux, le Fig Mag n’hésite pas à célébrer, vingt ans après, ce qui fut une formidable victoire de la liberté sur le totalitarisme communiste, qu’on appelait alors le "socialisme réel", et sur lequel beaucoup d’éditorialistes français sont, curieusement, fort discrets. Le Fig Mag n’hésite pas non plus à considérer Jean-Paul II comme un des principaux acteurs de cette incroyable aventure (cf mon propre papier page 53) au même titre que Walesa, Reagan ou Gorbatchev. Ne ratez pas le Fig Mag ce week-end !

25/10/2009

Rendez-vous à Pessac

Affiche festival pessac.JPGLe 20ème anniversaire de la chute du Mur (9 novembre 1989) approche. Les livres sur le sujet sont tous parus, la télé annonce quelques émissions spéciales, les journaux préparent leurs suppléments, et les historiens spécialisés s’apprêtent à animer le Festival international du film d’histoire à Pessac (près de Bordeaux) du 9 au 16 novembre. Thématique : "Il était une fois le communisme". On y verra une centaine de films sur le sujet, dont quelques avant-premières. A ceux que cela intéresse, je donne rendez-vous le mercredi 11 novembre à 15h15 pour une conférence sur "Le rôle du pape Jean-Paul II dans l’effondrement du communisme".

06/10/2009

Comment le Mur est tombé

Cover Mur.jpgLa chute du Mur de Berlin est l'événement le plus important de la fin du XXè siècle. Or personne, ou presque, n'est capable d'expliquer comment les dirigeants est-allemands, ce fameux 9 novembre 1989, ont laissé le Mur s'entrouvrir, provoquant en quelques minutes, de facto, la réunification de l'Allemagne. C'est pourquoi il faut lire La chute du Mur, d'Olivier Guez et Jean-Marc Gonin, paru chez Fayard : les auteurs racontent, heure par heure, comment la décision du Kremlin de ne plus soutenir le dictateur Honecker a fragilisé la RDA, création artificielle de l'empire communiste, au point qu'elle s'est effondrée toute seule... 

16/09/2009

Il y a apocalypse et apocalypse

   Regardé avec passion, sur France 2, les quatre premiers épisodes d’Apocalypse sur la seconde guerre mondiale. Voilà un documentaire qui, à lui tout seul, compense toutes les bêtises et toutes les vulgarités du petit écran. Le scénario, le montage, le commentaire : il y a de vrais professionnels derrière tout cela. On voit bien la différence avec le documentaire sur l'autre "apocalypse", celle du 11-Septembre, lundi dernier, qui ne faisait qu’enfiler les images – justement sans scénario, sans montage, sans commentaire. Uniquement de l’émotion. Des cris, des morts, des regards. Mais comprend-on le monde et les hommes quand on a, en tout et pour tout, la gorge serrée pendant une heure ? Et comment tenter d’éviter que l’apocalypse ne recommence si on n’y comprend rien ?

14/09/2009

Il y a 20 ans, le Mur...

Cover Pape-Lénine.jpgLe vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin approche. D’ici le 9 novembre 2009, de nombreux livres vont sortir pour raconter cet événement. Je voudrais rappeler, pour qu’on ne l’oublie pas complètement dans la liste de ces ouvrages, que j’ai écrit un livre sur le rôle de Jean-Paul II dans cette aventure, qui a été récemment réédité sous le titre Le pape qui fit chuter Lénine (éditeur : CLD, diffusion : Sodis). Que le pape polonais ait joué un rôle majeur dans l’effondrement du communisme européen, plus personne ne le met en doute. Mais qu’a-t-il fait exactement, quand et dans quel pays ? Vouloir expliquer la chute du Mur sans rappeler l’action de Jean-Paul II, franchement, ce serait dommage… 

25/07/2009

Attention, images dangereuses

capa_espagne_.jpgEncore une illusion qui meurt : la célébrissime photo de Robert Capa qui montre un soldat républicain tué à Cerro Muriano le 5 septembre 1936, pendant la guerre d’Espagne, fut, en réalité, une mise en scène organisée par le photoreporter à 50 km de là, loin des combats ! De même que l’instantané du Vopo est-allemand sautant par-dessus le Mur de Berlin, le 15 août 1961, fut une reconstitution de la scène par le photographe Peter Leibing. De même que les amoureux shootés en train de s’embrasser fougueusement devant l’Hôtel de Ville, en 1950, étaient deux apprentis comédiens rencontrés quelques minutes plus tôt par Robert Doisneau aux Invalides ! La mémoire humaine repose ainsi sur d’innombrables images mythiques bidonnées par leurs auteurs…  

28/05/2009

L'ombre du roi

Alex-dédic-Anne.JPGReçu Philippe Alexandre hier à Dijon, au Club des Ecrivains de Bourgogne. Le journaliste et sa compagne Beatrix de l'Aulnoit ont passé deux ans sur une bio d'Anne d'Autriche (chez Robert Laffont) qui se lit très facilement, et qui rappelle irrésistiblement la politique people d'aujourd'hui. La duchesse de Chevreuse, c'est Rachida Dati ; le Père Joseph, c'est Henri Gueno ; Montmorency, c'est DSK ; etc. Qui peut nier que l'héritage monarchique pèse lourdement sur la politique française ? D'ailleurs, coïncidence frappante, Le Point de cette semaine, à propos du fils de Sarko, titrait sur "Monsieur le Dauphin".