Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2010

La bataille du rail

ice.jpgAlors que la Sncf travaille depuis 1984 à décrocher le marché du TGV californien (43 milliards de dollars en jeu), une loi vient d’être adoptée, là-bas, dont le caractère général saute aux yeux, puisqu’elle vise à exclure du marché toute entreprise française qui aurait transporté des déportés juifs entre 1942 et 1944 ! Un comble : si la Sncf perd le marché, les Américains devront choisir entre le TGV japonais (il n'y a aucune loi qui écarte les vainqueurs de Pearl Harbor) ou, je vous jure que c'est vrai, le rival... allemand du TGV français ! A quand une loi française pour interdire d’importer des boissons gazeuses et des ordinateurs produits par des gens dont les ancêtres ont jadis massacré des Indiens ?

 

09/08/2009

Les stagiaires d'Attali

 Vous vous rappelez mon dicton britannique du mois dernier ? "L'information, c'est ce que l'on ne veut pas que vous imprimiez. Le reste, c'est de la communication". Bel exemple fourni cette semaine par le site Rue89. Président de PlaNet Finance, Jacques Attali recrute des collaborateurs : de préférence en 4è ou 5è année de Sciences Po, et, bien sûr, parfaitement bilingues. Il paie ses stagiaires… 400 euros par mois. Non mais, ho, ces jeunes-là, ils travailleraient pour Attali et en plus, ils voudraient être payés ? Jacques Attali, c’est l’homme qui critiquait, dans son célèbre rapport, les entreprises "qui recourent de façon récurrente aux stagiaires pour occuper des postes de travail, au lieu de recruter des jeunes de façon pérenne". Faites ce que je dis...

30/06/2009

Le pape et la crise

   Qu'y a-t-il dans la nouvelle encyclique du pape, Caritas in veritate, dont on attend, à Rome, la publication imminente ? Peut-être, face à la crise mondiale, un simple rappel de la doctrine sociale de l’Eglise. Ou, plus probablement, une invitation à refonder le capitalisme mondial sur des bases radicalement nouvelles : l’homme comme finalité, la solidarité comme principe. Ce discours-là pourrait bien être révolutionnaire. J’en entends déjà qui rigolent. Franchement, face à l’impuissance et à la démission des élus, face à l’incertitude et aux contradictions des experts, il serait désolant que le discours du pape soit accueilli par l’indifférence et la dérision… des élus et des experts !

 

16/10/2006

Le preteur d'espoir

L’attribution du prix Nobel de la paix à Muhammad Yunus est un magnifique pied de nez à tous les communistes et tous les socialistes de la terre, qui ne peuvent pas admettre que le plus formidable moyen de vaincre la pauvreté soit… le capitalisme le plus basique !
Qu’est-ce que le microcrédit ? C’est prêter un peu d’argent à des petites gens dont l’intérêt vital est qu’il rapporte, afin d’en prêter davantage pour qu’il rapporte davantage, etc. La banque de Yunus, la Grameen, a aujourd’hui 2.000 succursales au Bangladesh, qui prêtent annuellement 800 millions de dollars (sans garantie mais à taux élevé) à quelque 6,5 millions d’emprunteurs modestes qui, sans elle, n’auraient jamais eu accès au capital.
Nos banquiers trouvent cela exotique : chez nous, il y a belle lurette qu’on ne prête qu’aux riches.