Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2020

Le Goulag... pour mémoire !

goulag.jpgFormidable documentaire en trois parties, ce soir, sur Arte, signé Patrick Rotman, François Aymé et Nicolas Werth - sur le Goulag, du premier camp des Solovki (1923) à l’expulsion à l’Ouest de Soljenitsyne (1974). Peut-être la plus grande tragédie humaine des temps modernes. Mais aussi le fil rouge de l’histoire du communisme au XXe siècle. C’est pour cela que cette épouvantable histoire a été sortie, chez nous, des radars politiques, universitaires et médiatiques : hop, effacée, disparue ! C'est ainsi qu'on peut se dire encore "communiste", en France, en 2020, sans être inculpé pour complicité de crime contre l’humanité…

23:55 Publié dans Blog | Tags : communisme, goulag, urss | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2020

Les orphelins du communisme

le Point.jpgIl aura donc fallu 45 jours de grèves violentes, suicidaires et terriblement couteuses pour que les grands médias parisiens commencent – enfin – à s’interroger sur la CGT, ce syndicat radical ultraminoritaire,  orphelin du marxisme-léninisme, dont le but principal, depuis toujours, est de détruire la société capitaliste ! Et voilà qu’on reparle de la Charte d’Amiens en 1906 (la Charte de quoi ?) qui fit de la CGT un syndicat révolutionnaire (ouh la la, quel mot étrange), de la rupture CGT-CGTU après le Congrès de Tours (Lénine, connais pas) et de sa récupération en 1945 par un PCF alors 100 % stalinien (100 % quoi ?). Ah ! Si on pouvait à nouveau étudier l’histoire à l’école !  

10:18 Publié dans Blog | Tags : cgt, communisme, pcf, grèves | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2020

C'est la lutte finale...

drapeau pcf.jpgRéveillé ce matin, sur Europe 1, par un adjoint d’Anne Hidalgo nommé Ian Brossat annonçant, sans rire, que "la très grosse majorité des syndicats" (sic), "les Français" (sic) et "les salariés" (sic) allaient poursuivre le mouvement de grèves pour exiger le retrait de la réforme des retraites. Ledit Brossat est un des dirigeants du Parti communiste français, qui a remporté 2,49 % des voix aux dernières élections. Digne héritier de Lénine et Staline (son grand-père était un officier du GRU), il a évidemment le droit de prôner la dictature du prolétariat. Mais quand il parle au nom "des Français" ou "des salariés", il ne serait pas un tantinet excessif, le camarade en lutte ?  

18/12/2019

Retour vers le XXe siècle

manif.jpgIl faut le reconnaître : la CGT de Philippe Martinez, au moins, est fidèle à elle-même. C’est-à-dire à son passé communiste. Les rodomontades de son chef, ses éléments de langage parfois ahurissants, ses slogans archaïques, les drapeaux brandis dans ses défilés, tout concourt à montrer que ce syndicat aujourd’hui très minoritaire est resté, corps et âme, enraciné dans le XXe siècle. Le monde tourne, la France change, mais la CGT n’évolue pas. Une question, pourtant, taraude nombre d’observateurs : quelqu’un a-t-il prévenu Martinez et ses camarades que le communisme a disparu de nos pays il y a plus d’un quart de siècle ?

16/12/2019

Mort d'un juste

sakharov.jpgIl y a des souvenirs plus émouvants que d’autres. Il y a juste trente ans, le 16 décembre 1989, j’accompagnais l’immense foule des Moscovites qui faisaient la queue devant la Maison des syndicats pour rendre un dernier hommage au dissident Andreï Sakharov, décédé brutalement l’avant-veille. Arrivé devant le corps du défunt, je suis tombé en arrêt devant un petit panneau fiché au milieu des fleurs. Il avait été planté là par un collectif d’ouvriers typographes qui avaient tenu à y écrire deux mots, deux simples mots : "Прости нас !" Ce qui veut dire : "Pardonne nous !". Ces deux petits mots, bouleversants, résumaient toute l’histoire du XXè siècle.

08:43 Publié dans Blog | Tags : urss, communisme, sakharov, 1989 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/12/2019

Georges Marchais, le retour !

g-marchais.jpgMerci les cheminots ! Le succès de la grève du 5 décembre a suscité, dans les médias, comme un bain de jouvence : ce vendredi, en effet, on a vu revenir sur les plateaux de télé des militants ouvriers au parler cru, à la mauvaise foi époustouflante, à la démagogie abyssale, qui nous ont rappelé, à nous, les vieux, la logorrhée inimitable du camarade Georges Marchais : "Les attaques du gouvernement et du patronat", la sacro-sainte "convergence des luttes", "Y a qu’à faire payer les riches", etc, voilà qui nous renvoie à notre jeunesse ! Allez, s’il vous plaît, encore un effort : "Taisez-vous, Elkabbach", "Liliane, fais les valises !", on en redemande !

12/11/2019

Jean-Paul II aux oubliettes

jp2-gorby.jpgLa façon dont la presse française, ce week-end, a méticuleusement occulté le rôle de Jean-Paul II dans la chute du Mur de Berlin est très étrange. Que l’Obs, par exemple, ait consacré un dossier de 48 pages à cet événement sans même citer le pape venu de l’Est, c’est fascinant ! Il a fallu que ce soit deux athées notoires, l’ex-dissident polonais Adam Michnik (dans son article du Le Monde du 8 novembre) et le Russe Andreï Gratchev, ex-porte-parole de Gorbatchev (à la Foire du livre de Brive le 9 novembre), qui rappellent au public français que le pape polonais fut un acteur majeur de cette fabuleuse histoire !

05/11/2019

Mur de Berlin : le comment et le pourquoi

Cover Express.jpgJe suis frappé, à propos du 30è anniversaire de la chute du Mur de Berlin, par la tendance unanime des médias français à raconter "comment" le Mur est tombé, le 9 novembre 1989. Mais aucun ne se risque à dire "pourquoi", après une décennie de convulsions idéologiques, militaires, policières, religieuses et culturelles, les peuples de l’Est ont réussi à se libérer d’un système communiste dictatorial (sur le plan politique) et totalitaire (sur le plan social). Je n’ose pas imaginer qu’ils rechignent à parler du rôle majeur qu’a joué le pape Jean-Paul II dans ce processus. Allons, un peu d'audace, mes chers confrères ! N’ayez pas peur !

02/07/2019

Le communisme, c'est le communisme

chine.jpgIci même, le 24 septembre 2018, j’étais sceptique face à l’accord historique passé, deux jours plus tôt, entre l’Eglise catholique (1,3 milliard de fidèles) et la Chine communiste (1,5 milliard d’habitants, dont 12 millions de catholiques). Le pape avait-il raison de négocier avec un Parti communiste chinois qui ne supporte aucune influence étrangère dans l'empire qu'il dirige d'une main de fer ? La réponse vient d’être donnée par le Vatican lui-même : l’accord est caduc, le gouvernement chinois ne joue pas le jeu ! Certains diplomates du Saint Siège avaient oublié que le communisme restera toujours le communisme. Jean-Paul II doit se retourner dans sa tombe.

04/05/2019

Hollande : l'avenir, c'est Brossat !

Brossat.jpgAinsi, l’ancien président François Hollande trouve que Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste français (PCF) aux européennes, "a de l’avenir". Bigre ! Ian Brossat, le petit-fils de l’agent du KGB Marcus Klingberg, avenir de la gauche française ? Personne n’a donc dit à Hollande que la liste Brossat aux prochaines européennes peinait à atteindre les 2 % dans les sondages ? Franchement, qu’on puisse parler d’avenir à propos d’un des derniers héritiers directs de Lénine, Trotski, Staline, Beria, Mao, Thorez, Pol Pot, Marchais, Brejnev, Ceausescu, Castro, Chavez et Kim Jong-un, voilà qui laisse un peu rêveur…

07/04/2019

Sale temps pour l'histoire !

Couv-simpl-jpg.jpgSale temps pour le livre d’histoire ! Bien sûr, il y a le vieillissement du lectorat, la baisse du pouvoir d’achat, la raréfaction des points de vente, le recul des sciences humaines, etc. Mais il y a surtout un effacement de la mémoire collective, plus ou moins volontaire, qui occulte certains pans de l’histoire. Ainsi, à l’automne 2017, à part deux ou trois dossiers dans la presse magazine, il n’y eut aucune émission importante, aucun colloque, aucune exposition, aucune commémoration rappelant ce que fut la révolution d’Octobre, véritable matrice de notre histoire moderne. On va voir, cette année, si le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin connait le même sort…

14/03/2019

Georges Marchais, le retour

ruffin.jpgLe sémillant François Ruffin, le même qui considère les journalistes comme les "petits soldats" du pouvoir capitaliste, est sur tous les plateaux télé. En promo pour son dernier livre et aussi, apparemment, pour se placer en orbite avant les prochaines présidentielles. Devant les caméras, le député LFI assène sa haine des riches, de la "caste", des bourgeois, de l’oligarchie, des puissances d’argent, etc. Or, coupez l’image, ne gardez que le son... et vous avez dans l’oreille, mot pour mot, balle pour balle, un discours de feu Georges Marchais ! Le communisme est mort, mais la vieille lutte des classes est de retour. Méfiez-vous, Elkabbach !

07/11/2018

1918 : on a sauvé le communisme !

trotsky-lenine.jpgIl est un épisode de la fin de la guerre 1914-18 qu’on évitera de rappeler, en cette période de commémorations : c’est la survie inespérée, grâce à l’armistice du 11 novembre, du régime communiste ! On se rappelle que le 3 mars 1918, la paix de Brest-Litovsk avait placé le tout jeune Etat bolchevik, amputé du tiers de son territoire, sous la domination totale de l’Allemagne impériale. Huit mois plus tard, la victoire des Français, des Anglais et de leurs alliés américains sauva Lénine, Trotski et leur petite bande, in extremis, d’une disparition aussi définitive qu’inéluctable. Alors, camarades, merci qui ?

10:24 Publié dans Blog | Tags : communisme, 1918, lénine, russie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/08/2018

L'autre choc de 1968

68-prague.jpgIl y a tout juste 50 ans, le 21 août 1968, les chars soviétiques entraient en Tchécoslovaquie et mettaient brutalement fin au "printemps de Prague". C’est à partir de cet événement, davantage qu’au moment de Budapest en 1956, qu’une majorité d’intellectuels français a commencé à admettre que le communisme n’était pas forcément l’ "avenir radieux" qu’ils prônaient depuis cinq décennies. Encore faudra-t-il attendre l'année 1975 (exil forcé de Soljenitsyne et accords d’Helsinki) pour que l’image de l’URSS devienne négative, en France, dans les sondages d’opinion ! Souvenirs, souvenirs…

10:58 Publié dans Blog | Tags : communisme, urss, prague, 1968 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2018

Mort d'un compagnon de route

lanzmann.jpgAutant j’aimais beaucoup Jacques Lanzmann, que j’ai un temps fréquenté au comité de lecture des éditions JC Lattès, autant je n’ai jamais eu la moindre sympathie pour son frère Claude, éternel compagnon de route du communisme à l’égo démesuré. Je l’avais rencontré à Moscou sous Gorbatchev, et j’avais été sidéré de l’entendre défendre bec et ongles, en 1987, la version stalinienne du massacre des officiers polonais à Katyn en 1941 (un crime odieusement imputé par les nazis à la glorieuse URSS !). Un tel sectarisme jette un doute sur toute son œuvre. Qu’il repose en paix. Mais sans moi.

10:38 Publié dans Blog | Tags : lanzmann, communisme, katyn, shoah | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2018

Les paradoxes de l'histoire

-2694-8170a.jpgJuillet 1918. Il y a juste un siècle, rappelez-vous, la Russie de Lénine et Trotski est sur le point de sombrer sous les coups de l’armée allemande. Mais Guillaume II choisit de stabiliser son front oriental pour envoyer ses troupes reprendre l’offensive à l’Ouest… où il sera vaincu par les Français aidés par les Anglais, les Américains, les Australiens, etc. C’est grâce à tous ces gens-là que le communisme russe sera sauvé de justesse, le 11 novembre, par la capitulation de l’armée du Reich ! Oui, je sais : c’est loin, c’est compliqué et tout le monde s’en fout. Mais c’est un beau paradoxe de l’histoire, non ?

21/06/2018

Souvenir d'Ekaterinbourg

tsar.jpgToute la France a les yeux tournés, ce jeudi, vers Ekaterinbourg, au cœur de l’Oural. Mais peu de commentateurs rappellent, simplement pour info, que cette ville fut le théâtre d’un des crimes les plus atroces du XXème siècle, comparable à ceux d'Oradour-sur-Glane ou de Guernica. Le 17 juillet 1918, sur ordre de Lénine et Sverdlov, les bolcheviks de la ville ont massacré, dans des conditions effroyables de cruauté et d’inhumanité, la famille impériale russe : le tsar Nicolas II, l’impératrice Alexandra, leurs cinq enfants et quatre serviteurs. Allons ! Oublions cet épisode monstrueux de l’histoire ! Rappelons-en seulement le score, sans appel : communisme : 11, tsarisme : 0.

10/05/2018

Il y a cent ans, la révolution

lenin-reading-pravda.jpgIl y a juste cent ans, les Occidentaux effarés commencent à comprendre ce qui se passe en Russie, ce grand pays qui était alors la 5ème puissance économique mondiale (eh oui) et qui, en deux ou trois ans, va connaître la dégringolade, la guerre civile, la pauvreté générale, la famine et de longues années de terreur. Lisez les journaux de l’époque : personne, absolument personne ne croyait qu’un tel désastre fût possible. Cent ans plus tard, l’immense majorité des Français considèrent comme nulles les chances des Ruffin, Mélenchon et autres Besancenot de renverser Macron et, à la faveur de quelques troubles, de parvenir au pouvoir. Ils ont sûrement raison.

21/04/2018

Cuba : après Castro... Castro !

cuba.jpgMédias sans mémoire ! Les innombrables spéculations des journalistes français sur le nouveau chef de l’Etat cubain, Miguel Diaz-Canel, frisent le ridicule. Comment peut-on titrer "La page Castro se tourne" alors que Raoul Castro, le frère de Fidel, reste à la tête du Parti communiste cubain jusqu’en 2021 ? Ils ne savent pas, les confrères, que dans un pays communiste, c’est le parti unique qui dirige, et non l’Etat ? Ils ont oublié que c’est justement parce que le Parti y contrôle absolument tout, notamment l’appareil d’Etat, que ces pays ont été qualifiés de "totalitaires" ?

05/02/2018

"Le Che à Paris"

Che.jpgPlus que 12 jours pour aller commémorer les 50 ans de la mort d’Ernesto Guevara, dit "le Che", ce sympathique révolutionnaire argentin qui incarna, au même titre que Fidel Castro, la révolution communiste à Cuba et en Amérique latine. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, qui héberge à l’Hôtel de Ville l’expo consacrée au Commandante, encourage tous les jeunes Parisiens à aller célébrer ce héros dont le portrait christique orne encore quelques millions de chambres d'étudiant. Que ce type fût un assassin et un fanatique, qu’il fît personnellement fusiller des centaines d’opposants politiques, aux yeux de Mme la Maire de Paris, est parfaitement secondaire !