Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2017

Donald au pays des Soviets

Cosmos.jpgL’histoire de la sextape de Trump est confondante de banalité. Quelle personnalité visitant Moscou au temps de l’URSS ne s’est jamais vu aborder par quelque ravissante Nathalie au regard de braise ? Céder à la tentation, c’était évidemment s’exposer, tôt ou tard, à un chantage des plus classiques. Faut-il rappeler que Poutine, précisément, a commencé sa carrière en posant des micros et des caméras dans les grands hôtels de Leningrad ? Donald Trump est-il assez naïf pour penser que ces pratiques ont cessé la chute de l’URSS ? Ou bien, en 2013, s’en moquait-il royalement ? Maintenant, si c'est vrai, il va devoir affronter un ennemi plus redoutable que le KGB : le ridicule !

11:28 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : trump, kgb, sextape, moscou, poutine |  Facebook | | Lien permanent

11/08/2011

L'homme qu'a vu l'homme qu'a vu l'Urss

 

camus.jpgAlbert Camus a été assassiné par le KGB, qui avait saboté la voiture dans laquelle il est mort. C’est un universitaire italien qui tient cela d’un poète tchèque qui, avant de mourir, avait dit avoir rencontré un Russe qui connaissait un espion proche d'un ministre soviétique… Disons-le tout net : l’info n’est pas crédible. Mais cela fait du buzz, des articles, tiens, pourquoi pas un film ? C’est désolant. D'autant plus désolant que je tiens de source sure, par quelqu’un de bien informé, ami d’un commissaire de police qui le tient d’un proche, qu’en réalité, Albert Camus n’est pas mort dans l'accident…

20/09/2009

L'affaire Farewell

Cov Bunker.jpgIl faut absolument voir le film de Christian Carion qui sort mercredi sur les écrans. L’affaire Farewell et l’expulsion par Mitterrand des 47 espions soviétiques en mars 1983, fut révélée par le journaliste Thierry Wolton dès 1986. Pour ceux que cela intéresse, je précise que j’ai complété le dossier avec mes sources soviétiques de l’époque dans Le Bunker (JC Lattès, 1994). Je passe en revue, notamment, la liste des expulsés – j’en ai personnellement connu quelques-uns. Ce qui est étonnant, c’est qu’il ait fallu deux décennies pour que cette formidable histoire fasse l’objet d’un film. Il faudra encore du temps pour que tout ce qui touche à l’histoire du communisme et à ses complicités en Occident, notamment en France, soit traité normalement par les historiens et les artistes…

23/11/2007

URSS, le retour

Manon Loizeau, excellente journaliste, a montré hier dans Envoyé Spécial, sur France 2, comment la Russie de Poutine renouait avec certaines méthodes policières de l’époque communiste : en envoyant tel ou tel journaliste trop curieux dans des asiles psychiatriques, où on soumet ces impudents, loin de tout, à des traitements dangereux et dégradants. Critiquer le pouvoir, comme disait naguère le KGB, c’est forcément être fou, et cela se soigne ! L’assassinat d’Anna Politkovskaïa – que j’avais reçue à Paris quand je présidais l’Association des journalistes France-Russie – pouvait être analysé comme une bavure monstrueuse, un accident de l’histoire, dans une Russie allant, malgré tout, dans le bon sens. Hélas ! La mort d’Anna, en réalité, était le signal d’un retour à l’URSS de Brejnev. C’est-à-dire au moyen âge.