Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2016

Un bon point pour la droite

débat.jpgPas mal. Un débat frustrant dans sa forme, mais clair sur le fond. Les sept candidats aux primaires ont donné une bonne image de cette droite qui, sauf surprise, reprendra la direction du pays l’an prochain. Mon palmarès personnel : Juppé plutôt convaincant, Sarkozy toujours agaçant, Fillon assez cohérent, Le Maire un peu décevant, NKM intéressante, Copé marginalisé et Poisson gentil mais inexistant. A part quelques piques, aucun excès, aucune insulte, aucun dérapage. Et l’assurance que tous ces gens-là se reporteront sur le vainqueur de la primaire : la droite, ce soir, n’était pas "la plus bête du monde". Dommage que cela ne lui arrive pas plus souvent.

00:47 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : primaires, droite, débat, 2017, juppé |  Facebook | | Lien permanent

30/09/2016

Les primaires de la droite

primaires,droite,2017,Juppé,SarkozyMe voilà bien embarrassé. Si je veux un homme d’expérience ouvert sur le monde, je vote évidemment Juppé. Mais si je souhaite un professionnel dynamique qui n’a peur de rien, je vote forcément Sarkozy. Si je rêve d’un homme plutôt sage, à la fois expérimenté et modéré, je vote naturellement Fillon. Mais si je veux un homme nouveau, moderne, aux idées raisonnables, alors je vote Le Maire, bien sûr. Et si j'étais tenté par une femme intelligente, un peu ébouriffante, rigolote et courageuse, je voterais NKM, direct ! Vous n’auriez pas un modèle synthétique, genre homme d’Etat, qui rassemble toutes les qualités de ces candidats-là ?

18/12/2015

Tous unis contre le chômage ?

Holl-Bertr.jpgTout le monde sait, à droite comme à gauche, ce qu’il faudrait faire pour lutter contre le chômage : simplifier le droit du travail, assouplir les procédures d’embauche et de licenciement, diminuer les charges des entreprises, dégraisser le secteur public et mettre le paquet sur la formation professionnelle. Alors pourquoi sommes-nous, grosso modo, le seul pays à ne pas le faire ? Parce qu’en France, on cause, on polémique, on évalue, on déclame, on menace, on insulte, on déplore, on pérore, on promet, on affirme, on proclame… et, désormais, en plus, on s’allie, on discute, on se serre la main, on se rencontre, on compare, on négocie, on imagine… Difficile, quand on fait déjà tout cela, de passer à l’action !

27/02/2015

Les réacs, au goulag !

lePoint.JPGJe suis atterré quand j’entends la Nouvelle Edition de Canal + consacrer vingt minutes, hier, sans rire, à l’urgence de "lutter" contre les "réacs". Comment réduire au silence ces dangereux individus que Le Point met en Une le même jour, les Finkielkraut, Luchini, Zemmour, Ferry, Reynié, Baverez et autres Bellamy ? Moi, vous me connaissez, je conseillerais plutôt de lire ce qu’écrivent ces auteurs, qui ne sont pas exactement des néo-nazis ! Ce serait plus sain que de s’obstiner aveuglément à "avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny, plutôt qu’avoir raison avec Camus", comme dit Michel Onfray, le facho bien connu.

27/10/2014

Le PS n'est pas la gauche

libe.jpgMais non, mais non, Libé exagère, la gauche ne peut pas mourir ! Enfin, pas avant longtemps. La politique est ainsi faite, depuis 1789, qu’il y aura toujours des gens plus "à gauche" que d’autres, venant remplacer, de génération en génération, tous les dirigeants "de gauche" qui, avec l’âge, l’expérience aidant, ont abandonné leurs vieilles lunes : en France, on est toujours à la droite de quelqu’un ! En revanche, le PS peut éclater, ça oui ! Face aux défis du futur, la bagarre promet d’être sanglante, au prochain congrès du parti, entre ceux qui regrettent le Congrès de Tours (1920) et ceux qui s’accrochent au Front populaire (1936) !

11:52 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ps, gauche, droite, socialisme |  Facebook | | Lien permanent

18/09/2014

Gouverner, c'est trop dur

valls-fab.jpgFilipetti, Cuvilier, Duflot, Hamon, etc : il y a quelque chose de révélateur dans l’attitude de toutes ces personnalités socialistes ou écologistes qui préfèrent décidément le statut de député, peinard, plutôt que le boulot de ministre. La culture politique de gauche, c’est la critique, la lutte, la contestation, la révolution, mais pas… le gouvernement. C’est pour cela, en fait, que tous les frondeurs en veulent à Manuel Valls : gérer le pays, faire des choix, mener des réformes, avec tout ce que cela comporte de difficultés, de résistances et de compromis, au fond, c’est un truc de droite.

18/06/2014

Les deux France

Regions.jpgLa discussion sur le redécoupage des régions démarre aujourd’hui. Elle mettra en évidence le clivage politico-culturel le plus profond, peut-être, qui divise les Français : ceux qui se réfèrent à Clovis, Charlemagne, Henri IV, Louis XIV et Napoléon, et qui savent qu’aucune solidarité ne lie la Beauce et le Poitou, l’Auvergne et la Savoie, etc ; et ceux qui considèrent que la Révolution a dépassé tout cela, et que les limites régionales entre ces villes et ces villages qui se ressemblent tous n’ont, au fond, aucune importance. Et si c’était d’abord cela, la différence entre la droite et la gauche ?

22/12/2013

La droite la plus bête du monde (suite)

 hdv.jpgL’année politique 2013 s’achève sur un constat affligeant : si la gauche socialo-techno-partisane s’avère incapable de gérer correctement les affaires du pays, la droite française, elle, a retrouvé son titre de "plus bête du monde". Voyez le cas de Paris : face au vide (franchement, Anne Hidalgo n’est pas au niveau), vous allez voir que l’UMP va réussir, malgré tout, à perdre les prochaines municipales ! Même chose dans une trentaine de villes gagnables – comme, dans mon département, Joigny ou Avallon. Et tous ces gens-là affirment sans rire qu’ils sont les plus aptes, dans la crise actuelle, à diriger un pays comme la France !

13:16 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : municipales, nkm, droite |  Facebook | | Lien permanent

12/07/2013

Sarko, le retour ?

 sarko.jpgSuis d’accord avec l’ami Giesbert. Le plus grand service que Sarko puisse rendre à la vie politique française, c’est de rester définitivement au-dessus du marigot, comme un sage africain. On voit bien, après son topo à l’UMP cette semaine, ce que son éventuel retour déclenchera automatiquement : bagarres internes, luttes sordides, coups tordus, affaires pourries, dossiers nauséabonds, parasitage de la presse, trahisons personnelles, clivages inutiles, attaques ad hominem à gauche, divisions ad nauseam à droite, etc. Sa plus belle revanche, à Sarko, serait de contribuer ostensiblement à faire gagner son ancien premier ministre ! Oui, je sais, je rêve…

05/05/2013

De Robespierre à Mélenchon

 Melenchon.jpgL’erreur la plus répandue, dans les médias français, est de croire que le monde politique se divise en "gauche" et "droite", façon XIXème siècle. Cette vieille clef rouillée n’ouvre plus aucun tiroir : l’Europe, la laïcité, l’économie, la nation, etc. Le vrai clivage politique, fondamental, il est dans l’acceptation de l’autre. Voyez Mélenchon : de Robespierre à Lénine, le "révolutionnaire" se caractérise en ceci qu’il n’écoute pas son contradicteur, il l’élimine – plus ou moins brutalement. Le curseur politique, aujourd'hui, ne se promène pas entre la gauche et la droite, mais entre la violence (physique ou verbale) et le dialogue (démocratique ou républicain). Mélenchon, Le Pen, même combat !

01/04/2013

Qui se radicalise ?

 LeMondeUne.jpgUn titre menaçant barre la Une du Monde : "L’électorat de droite se radicalise". Boudiou ! Revoilà la vieille rengaine sur la montée de l'extrême droite, le souvenir du 6 février 1934, les ombres de Pétain et de Poujade, et, bien sûr, la coupable collusion entre l’UMP et le FN. Agitprop basique ou erreur d’analyse ? Le Monde n’a pas dû noter que dans l’Oise, l’autre dimanche, l’UMP a battu le FN de justesse, et que la vraie nouveauté politique, c’est la quasi-disparition du PS de l’arène électorale ! L’info, la vraie, c’est que le gros de la population française a rarement été aussi exaspérée contre le pouvoir, et que celui-ci ne veut pas l’entendre. Le Monde non plus, apparemment.

10/12/2012

La "collusion" avec le FN

 Mitt-Dumas.jpgLe second tour des législatives partielles va permettre aux porte-parole du PS, comme d’hab, de dénoncer du matin au soir la "collusion" entre l’UMP et le FN. J’invite les uns et les autres à ouvrir le dernier livre de Péan et Cohen pour comprendre comment, en décembre1984, François Mitterrand et Roland Dumas ont imaginé, exactement dans ce but-là, de lancer Le Pen dans les pattes du couple RPR-UDF de l’époque en changeant le mode de scrutin avant les élections de 1986 qui ont fait du FN, jusque là très marginal, un vrai parti politique. Mitterrand avait glissé à Dumas, en souriant : "Cela va faire du bruit !" En effet, cela en fait encore aujourd’hui...

11:14 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : fn, mitterrand, droite, ump, dumas |  Facebook | | Lien permanent

12/06/2012

Le même faux débat depuis 30 ans !

Hol-FN.jpgTrente ans que ça dure ! Trente ans que des générations de journalistes parisiens se repassent ad nauseam, à chaque élection, ce débat artificiel et moralisateur sur l’alliance de la droite avec la famille Le Pen. Seuls changent les noms solennellement jetés à la vindicte germanopratine ! Trente ans que ce marronnier bidon occulte les vrais sujets électoraux. Trente ans que l’on agite frénétiquement ce leurre manichéen pour éditorialistes paresseux. Trente ans que les vraies questions politiques sont ainsi éclipsées, et que personne n’enquête plus depuis longtemps, sur le terrain, à propos… des scores élevés du FN, par exemple. Mais à quoi bon enquêter, puisqu'on sait déjà !

 

09:06 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : fn, droite, le pen, journalistes |  Facebook | | Lien permanent

02/05/2012

Marine joue Hollande

 Marine-2.jpgComme il fallait s’y attendre, Marine Le Pen a choisi, sciemment, de provoquer la défaite du candidat de droite pour tenter de reconstruire après le 6 mai, sur les ruines du sarkozysme vaincu, une opposition dont elle sera un pilier incontournable. Le spectaculaire redressement de la courbe de Sarkozy – son discours devant la foule du Trocadéro, hier, fut le meilleur de toute sa campagne – risque fort d’être, pour cette raison, un peu trop juste. Il y a gros à parier que François Hollande, dimanche, sera élu président de justesse, grâce au Front National. C’est moi qui complique tout ou cela pose quand même un problème ?

00:40 Publié dans Blog | Commentaires (5) | Tags : hollande, fn, ps, droite, marine |  Facebook | | Lien permanent

22/02/2012

"Journalistes de droite"

rioufol.jpgUn nouveau métier a fait son apparition dans le PAF : journaliste de droite. Toutes les chaînes et radios ayant artificiellement multiplié les "duels" entre "polémistes", il a bien fallu dégoter des journalistes extérieurs à la gauche bien pensante et politiquement correcte qui représente 80 % de la profession (en gros : hostile à Sarkozy, à l’homophobie, au racisme, à Sarkozy, aux banquiers, à la retraite à plus de 60 ans, à Le Pen... et à Sarkozy). Du coup, les rarissimes journalistes politiques catalogués à droite sont devenus des stars : on s’arrache Ivan Rioufol (photo), Eric Brunet, Elisabeth Levy et Eric Zemmour ! Qui l’eût cru ?


04/04/2011

Des journalistes de droite ?

eric.zemmour.jpg

C’est une info, presque un scoop, qui fait une page compète dans Le Monde de ce mardi. Tenez-vous bien, il existe des journalistes de radio et de télé qui ne sont pas de gauche. Si. C’est dans Le Monde, donc c’est vrai. On les a pointés, ils sont cinq : E. Zemmour, E. Levy, Y. Rioufol, E. Brunet et R. Menard. Depuis que les médias rivalisent à coup de "polémistes", il a bien fallu trouver des journalistes de droite, des réacs, des qui ne pensent pas comme tous les autres, des dissidents. Des drôlement motivés, en tout cas : on les insulte, on les traîne en justice, on les qualifie de fachos, d’homophobes, de racistes, et ils s’accrochent ! 

29/03/2011

Sale temps pour la droite

 

cope.jpgY a de la tension dans le marigot. Comme toujours après une défaite. Y a Sarkozy qui voit bien que, Libye ou non, il aura du mal à remonter la pente en un an. Y a Fillon qui s’énerve de ne plus être le recours éventuel de la droite. Y a Juppé, l'ex-joker, qui voit bien que Sarko l’entraîne vers le précipice. Y a Copé qui se trouve trop jeune pour y tomber avec eux. Y a Raffarin qui enrage de voir la majorité se "droitiser", mais que plus personne n'écoute. Y a Borloo qui se demande comment il pourrait se présenter en 2012 sans faire perdre tout le monde. Y a Villepin et Bayrou qui, dans ce tohu-bohu, n’intéressent plus grand monde. Sale temps pour la droite.

17/10/2008

L'indépendance en politique

Cotta.jpg "Passer de l’autre côté du miroir, pour un journaliste, est une expérience de choix, à défaut d’être nécessaire. Il y découvre qu’entre les deux camps opposés de la vie politique, il n’y a guère de place pour qui voudrait exercer son indépendance sans danger. (…) Le pire aspect des hommes politiques, au-delà des sourires, des sous-entendus, des bonnes paroles, ce qui fait les fait courir, c’est le pouvoir. Le pouvoir uniquement. La rage de le conquérir quand on ne l’a pas, la peur de le perdre quand on l’a..." Ce n’est pas moi qui parle, c’est Michèle Cotta qui introduit ainsi le tome II de ses Cahiers secrets de la Vè République (qui sortent chez Fayard). Ce n’est pas moi, donc, mais je signe, évidemment, des deux mains...

22/09/2008

La Côte d'Or à gauche

En Côte d’Or, après une dégelée aux régionales, la droite s’est pris un râteau aux cantonales, puis une branlée aux municipales, avant de se ridiculiser, ce dimanche, aux sénatoriales. Si François Patriat, président du conseil régional (PS), est passé haut la main, ce qui était attendu, les dissensions au sein de la droite locale - vilenies médiocres, petites haines recuites, concurrences minables - ont causé la surprise et fait passer de justesse François Rebsamen, maire de Dijon (PS) devant le sénateur sortant Louis de Broissia (UMP). Résultat : 2 sénateurs sur 3 sont socialistes dans ce département qui n’en avait pas eus depuis 60 ans ! Que les dirigeants de la droite, dans ce département sinistré, aient quelques reproches à se faire, voilà, je vous rassure, qui ne vient à l’idée de personne.

10/05/2008

Réponse à Guy Birenbaum

Cher Guy Birenbaum,
J’ai bien reçu votre réponse. Je prends acte que vous ne voulez pas "interdire" Eric Zemmour sur le service public, et je m’en réjouis. Mais vous avez quand même déclaré, au micro de Rire et Chansons, qu’on pouvait se demander si la redevance télé servait bien à diffuser des gens comme Zemmour… ce qui, avouez-le, est un peu la même chose. Allez, disons que vous n’avez pas pu résister à une formule choc, vindicative, excessive : je ne crois pas, en effet, à vous écouter souvent, notamment sur RTL, que vous soyez partisan de l’importation en France du système nord-coréen de télévision. Je sais bien que le plaisir de la polémique, parfois, est de griller un feu rouge idéologique, ici ou là, en lousdé, et qu’on tuerait père et mère, parfois, pour un bon mot. Mais faites gaffe quand même. Sans rancune.