Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2017

Législatives : le grand flou

Affiche-Ripolin.jpgA cinq jours des législatives, les sondeurs sont prudents. Tout juste soulignent-ils la tendance générale, très favorable aux partisans d'Emmanuel Macron, mais ils se gardent d’entrer dans le décompte des 577 circonscriptions qui sont autant de cas différents. Dans mon coin, par exemple, la quasi-totalité des candidats "En Marche" sont des anciens du PS, des socialistes "ripolinés" qui ne devraient pas récupérer beaucoup de voix à droite. Mais dans d’autres secteurs, là où le sortant LR ne se représente pas, là où la droite et le centre ont explosé, l’étiquette "Macron" fera le futur député. Difficile de prévoir le résultat de tout cela, vraiment !

23/05/2017

La barre au centre-droit

EP-FB.jpgLes législatives, c’est compliqué. Les sondeurs étant dans l’incapacité de mesurer les spécificités, les inconnues et les aléas de 577 élections locales, les éditorialistes parisiens tournent en rond. Pour ma part, je n’ai aucune raison de modifier mon pronostic d'il y a un mois : le gouvernement qui sortira des urnes le 19 juin sera, quoi qu’il arrive, orienté au centre droit ; ou bien les députés LREM seront les plus nombreux, et il sera toujours dirigé par Edouard Philippe avec une petite ouverture à droite ; ou bien les députés LR-UDI seront les plus nombreux, et il sera dirigé par François Baroin qui gardera quelques ministres de l’équipe actuelle. Désolé, les gens, il n’y a pas d’autre hypothèse.

10/05/2017

Ni gauche, ni droite ? Pas si simple !

EnMarche.jpgVoulez-vous l’avis d’un vieux giscardien, centriste depuis toujours, proche de l’UDI et du Modem, qui a voté Macron sans aucune réserve, et qui suit la politique de près ? En France, un rassemblement des républicains et des progressistes de gauche et de droite, avec toute la bonne volonté du monde, a peu de chance de tenir la route. Le système majoritaire à deux tours, même si on y instille un chouïa de proportionnelle, génère forcément des affrontements binaires entre candidats "plutôt à gauche" ou "plutôt à droite", le seul clivage qui tienne depuis deux siècles. Surtout au niveau des circonscriptions législatives, où les protagonistes sont les héritiers de plusieurs décennies de bagarres locales…

02/05/2017

Quels nouveaux clivages ?

duel.jpgLes nouveaux clivages de la politique française donnent un peu le tournis. Les riches pour Macron, les pauvres pour Le Pen ? Les banquiers pour Macron, les ouvriers pour Le Pen ? Les habitants des villes pour Macron, les ruraux pour Le Pen ? Les pro-européens pour Macron, les franchouillards pour Le Pen ? S’y ajoute un clivage de génération, visible depuis une semaine : les plus de 45 ans prêts à se faire violence en votant contre Marine Le Pen, les moins de 45 ans considérant qu’elle n’est pas plus dangereuse qu’un autre ! Il va falloir un bout de temps – et des législatives compliquées – pour digérer tout cela. Et y introduire un critère un peu oublié ces temps-ci : la nuance.

20/04/2017

Loin de Paris et des médias...

fillon-2.jpgOublions le tam-tam des sondages. Je voyage un peu, je vois du monde, dans des milieux très divers, j’écoute ce qui se dit autour de moi… et je suis frappé, depuis quelques jours, d’entendre autant de personnes qui me disent avoir décidé, finalement, de voter Fillon. Un peu comme si l’électorat, après avoir été secoué comme jamais, retrouvait ses fondamentaux. Faut-il rappeler qu’en cinq ans, tous scrutins confondus, le score de la droite et du centre a tourné, en moyenne, autour de 36 %, et que cet électorat n’a pas pu se volatiliser ? Il y a comme un mouvement de fond, loin de Paris et des médias, qui appelle à poser une question cruciale : Fillon sera au second tour… mais contre qui ?

19/03/2017

Explosée, la droite ?

fillon-et-juppe.jpgExplosée, la droite ? Oui, et alors ? La droite serait-elle plus divisée au temps de Juppé et Fillon qu’à l’époque de Thiers et Lamennais, Boulanger et Pétain, Maurras et Tardieu, de Gaulle et Pinay, Bayrou et Sarkozy ? Depuis la fameuse distinction réalisée à Versailles le 28 août 1789, la droite a regroupé d’abord les ennemis de la Révolution (jusqu’à la monarchie de Juillet), puis les gens hostiles à la République (jusqu’en 1914), puis les adversaires du socialisme (jusqu’à nos jours). Mais depuis que la gauche moderne, de Fabius à Macron, s’est ralliée à l’entreprise, à la nation et à la sécurité, il est clair que la droite a perdu, forcément, de sa cohérence. Car elle n'existe, en vrai, qu'en s'opposant à la gauche !

 

10:12 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : droite, gauche, fillon, juppé, lr |  Facebook | | Lien permanent

05/03/2017

La droite vit un cauchemar

peuple-droite.jpgCe que mesurent mal les commentateurs parisiens, c’est le terrible cauchemar vécu, en province, par des millions de braves gens composant la bonne vieille droite républicaine, qui pensaient légitimement sanctionner le quinquennat socialiste, et qui voient, la boule au ventre, que cette espérance leur échappe. La faute aux médias ? Aux juges ? Aux primaires ? A Fillon lui-même ? Qu’importe ! Cette population-là refuse rageusement de se faire voler l’alternance qui lui paraissait acquise. Quitte à s’accrocher désespérément, aveuglément, pathétiquement, à un candidat gravement déconsidéré mais seul encore capable, à leur yeux, de réaliser leur souhait !

00:14 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : fillon, droite, républicains |  Facebook | | Lien permanent

03/02/2017

J'hésite entre Raffarin et Borloo...

Raff-Borloo.jpgSuite de mon blog d’hier, où, à la réflexion, je ne voyais que deux personnages capables de s’improviser, en pleine crise, candidat fédérateur de la droite et du centre : Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo. Le premier, fils spirituel de Giscard et ancien chef du gouvernement sous Chirac, saura apaiser la vie politique française, qui en a bien besoin. Le second, homme de dialogue et d’ouverture, saura faire preuve d’imagination pour sortir de l’impasse où s’enfonce le pays. Qui d’autre saura incarner, au pied levé, cette large union de la droite et du centre qui, seule, en mai, sera capable de faire efficacement barrage aux ambitions de Marine Le Pen ?

02/01/2017

Ce que souhaitent les Français

bonne-annee-2017-7.jpgEtre de droite, c’est regretter qu’on ne puisse davantage prolonger les bonheurs du passé. Etre de gauche, c’est parier que l’avenir nous apportera de plus grands bonheurs futurs. Si cette définition est juste, il faut admettre que François Fillon correspond assez bien à ce que souhaite la population française en ce début 2017. Les Français, inquiets, savent qu’ils détiennent quelques secrets de vie (bonne bouffe, vin, luxe, patrimoine, paysages, cinéma, chanson) qu’ils ne veulent pas voir écrabouiller sous le rouleau compresseur d’une mondialisation mal gérée, interlope et mercantile. Du passé, ils refusent de faire table rase !

17:11 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : voeux, 2017, droite, gauche, passé |  Facebook | | Lien permanent

14/10/2016

Un bon point pour la droite

débat.jpgPas mal. Un débat frustrant dans sa forme, mais clair sur le fond. Les sept candidats aux primaires ont donné une bonne image de cette droite qui, sauf surprise, reprendra la direction du pays l’an prochain. Mon palmarès personnel : Juppé plutôt convaincant, Sarkozy toujours agaçant, Fillon assez cohérent, Le Maire un peu décevant, NKM intéressante, Copé marginalisé et Poisson gentil mais inexistant. A part quelques piques, aucun excès, aucune insulte, aucun dérapage. Et l’assurance que tous ces gens-là se reporteront sur le vainqueur de la primaire : la droite, ce soir, n’était pas "la plus bête du monde". Dommage que cela ne lui arrive pas plus souvent.

00:47 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : primaires, droite, débat, 2017, juppé |  Facebook | | Lien permanent

30/09/2016

Les primaires de la droite

primaires,droite,2017,Juppé,SarkozyMe voilà bien embarrassé. Si je veux un homme d’expérience ouvert sur le monde, je vote évidemment Juppé. Mais si je souhaite un professionnel dynamique qui n’a peur de rien, je vote forcément Sarkozy. Si je rêve d’un homme plutôt sage, à la fois expérimenté et modéré, je vote naturellement Fillon. Mais si je veux un homme nouveau, moderne, aux idées raisonnables, alors je vote Le Maire, bien sûr. Et si j'étais tenté par une femme intelligente, un peu ébouriffante, rigolote et courageuse, je voterais NKM, direct ! Vous n’auriez pas un modèle synthétique, genre homme d’Etat, qui rassemble toutes les qualités de ces candidats-là ?

18/12/2015

Tous unis contre le chômage ?

Holl-Bertr.jpgTout le monde sait, à droite comme à gauche, ce qu’il faudrait faire pour lutter contre le chômage : simplifier le droit du travail, assouplir les procédures d’embauche et de licenciement, diminuer les charges des entreprises, dégraisser le secteur public et mettre le paquet sur la formation professionnelle. Alors pourquoi sommes-nous, grosso modo, le seul pays à ne pas le faire ? Parce qu’en France, on cause, on polémique, on évalue, on déclame, on menace, on insulte, on déplore, on pérore, on promet, on affirme, on proclame… et, désormais, en plus, on s’allie, on discute, on se serre la main, on se rencontre, on compare, on négocie, on imagine… Difficile, quand on fait déjà tout cela, de passer à l’action !

27/02/2015

Les réacs, au goulag !

lePoint.JPGJe suis atterré quand j’entends la Nouvelle Edition de Canal + consacrer vingt minutes, hier, sans rire, à l’urgence de "lutter" contre les "réacs". Comment réduire au silence ces dangereux individus que Le Point met en Une le même jour, les Finkielkraut, Luchini, Zemmour, Ferry, Reynié, Baverez et autres Bellamy ? Moi, vous me connaissez, je conseillerais plutôt de lire ce qu’écrivent ces auteurs, qui ne sont pas exactement des néo-nazis ! Ce serait plus sain que de s’obstiner aveuglément à "avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny, plutôt qu’avoir raison avec Camus", comme dit Michel Onfray, le facho bien connu.

27/10/2014

Le PS n'est pas la gauche

libe.jpgMais non, mais non, Libé exagère, la gauche ne peut pas mourir ! Enfin, pas avant longtemps. La politique est ainsi faite, depuis 1789, qu’il y aura toujours des gens plus "à gauche" que d’autres, venant remplacer, de génération en génération, tous les dirigeants "de gauche" qui, avec l’âge, l’expérience aidant, ont abandonné leurs vieilles lunes : en France, on est toujours à la droite de quelqu’un ! En revanche, le PS peut éclater, ça oui ! Face aux défis du futur, la bagarre promet d’être sanglante, au prochain congrès du parti, entre ceux qui regrettent le Congrès de Tours (1920) et ceux qui s’accrochent au Front populaire (1936) !

11:52 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ps, gauche, droite, socialisme |  Facebook | | Lien permanent

18/09/2014

Gouverner, c'est trop dur

valls-fab.jpgFilipetti, Cuvilier, Duflot, Hamon, etc : il y a quelque chose de révélateur dans l’attitude de toutes ces personnalités socialistes ou écologistes qui préfèrent décidément le statut de député, peinard, plutôt que le boulot de ministre. La culture politique de gauche, c’est la critique, la lutte, la contestation, la révolution, mais pas… le gouvernement. C’est pour cela, en fait, que tous les frondeurs en veulent à Manuel Valls : gérer le pays, faire des choix, mener des réformes, avec tout ce que cela comporte de difficultés, de résistances et de compromis, au fond, c’est un truc de droite.

18/06/2014

Les deux France

Regions.jpgLa discussion sur le redécoupage des régions démarre aujourd’hui. Elle mettra en évidence le clivage politico-culturel le plus profond, peut-être, qui divise les Français : ceux qui se réfèrent à Clovis, Charlemagne, Henri IV, Louis XIV et Napoléon, et qui savent qu’aucune solidarité ne lie la Beauce et le Poitou, l’Auvergne et la Savoie, etc ; et ceux qui considèrent que la Révolution a dépassé tout cela, et que les limites régionales entre ces villes et ces villages qui se ressemblent tous n’ont, au fond, aucune importance. Et si c’était d’abord cela, la différence entre la droite et la gauche ?

22/12/2013

La droite la plus bête du monde (suite)

 hdv.jpgL’année politique 2013 s’achève sur un constat affligeant : si la gauche socialo-techno-partisane s’avère incapable de gérer correctement les affaires du pays, la droite française, elle, a retrouvé son titre de "plus bête du monde". Voyez le cas de Paris : face au vide (franchement, Anne Hidalgo n’est pas au niveau), vous allez voir que l’UMP va réussir, malgré tout, à perdre les prochaines municipales ! Même chose dans une trentaine de villes gagnables – comme, dans mon département, Joigny ou Avallon. Et tous ces gens-là affirment sans rire qu’ils sont les plus aptes, dans la crise actuelle, à diriger un pays comme la France !

13:16 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : municipales, nkm, droite |  Facebook | | Lien permanent

12/07/2013

Sarko, le retour ?

 sarko.jpgSuis d’accord avec l’ami Giesbert. Le plus grand service que Sarko puisse rendre à la vie politique française, c’est de rester définitivement au-dessus du marigot, comme un sage africain. On voit bien, après son topo à l’UMP cette semaine, ce que son éventuel retour déclenchera automatiquement : bagarres internes, luttes sordides, coups tordus, affaires pourries, dossiers nauséabonds, parasitage de la presse, trahisons personnelles, clivages inutiles, attaques ad hominem à gauche, divisions ad nauseam à droite, etc. Sa plus belle revanche, à Sarko, serait de contribuer ostensiblement à faire gagner son ancien premier ministre ! Oui, je sais, je rêve…

05/05/2013

De Robespierre à Mélenchon

 Melenchon.jpgL’erreur la plus répandue, dans les médias français, est de croire que le monde politique se divise en "gauche" et "droite", façon XIXème siècle. Cette vieille clef rouillée n’ouvre plus aucun tiroir : l’Europe, la laïcité, l’économie, la nation, etc. Le vrai clivage politique, fondamental, il est dans l’acceptation de l’autre. Voyez Mélenchon : de Robespierre à Lénine, le "révolutionnaire" se caractérise en ceci qu’il n’écoute pas son contradicteur, il l’élimine – plus ou moins brutalement. Le curseur politique, aujourd'hui, ne se promène pas entre la gauche et la droite, mais entre la violence (physique ou verbale) et le dialogue (démocratique ou républicain). Mélenchon, Le Pen, même combat !

01/04/2013

Qui se radicalise ?

 LeMondeUne.jpgUn titre menaçant barre la Une du Monde : "L’électorat de droite se radicalise". Boudiou ! Revoilà la vieille rengaine sur la montée de l'extrême droite, le souvenir du 6 février 1934, les ombres de Pétain et de Poujade, et, bien sûr, la coupable collusion entre l’UMP et le FN. Agitprop basique ou erreur d’analyse ? Le Monde n’a pas dû noter que dans l’Oise, l’autre dimanche, l’UMP a battu le FN de justesse, et que la vraie nouveauté politique, c’est la quasi-disparition du PS de l’arène électorale ! L’info, la vraie, c’est que le gros de la population française a rarement été aussi exaspérée contre le pouvoir, et que celui-ci ne veut pas l’entendre. Le Monde non plus, apparemment.