Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2013

Médias : un quatuor de choc

 V-Conciliazione.JPGLe conclave va s’ouvrir à Rome sous des auspices journalistiques favorables - une fois n’est pas coutume ! J'ai suffisamment dénoncé dans ce blog la désolante faiblesse des médias français en matière religieuse pour ne pas souligner, cette fois, la qualité du "quatuor" des vaticanistes actuellement en poste au Saint-Siège : Jean-Louis de la Vaissière (AFP), Frédéric Mounier (La Croix), Antoine-Marie Izoard (I-Média) et Jean-Marie Guénois (Le Figaro) connaissent vraiment bien leur sujet, et depuis longtemps. Dans le maelström parfois incontrôlable des médias romains, vous verrez, ces quatre-là nous éviteront bien des dérapages…

 

07/09/2011

Habemus papam !

 Picccoli.jpgLe film Habemus papam suscite des commentaires amusés sur ce cardinal bouleversé par son élection par le conclave. Or, en réalité, à part Pacelli en 1939 (Pie XII) et Montini en 1963 (Paul VI), tous les papes ont paniqué lors de leur élection ! Tous ont vu avec effroi "s’approcher la guillotine" (comme l’a dit Benoît XVI). Mais tous, hommes de foi, ont obéi "à la volonté de Dieu", non sans quitter la chapelle Sixtine en passant par la bien nommée "chambre des larmes". Ce sera le thème de l’émission de Jean Lebrun La marche de l’Histoire, lundi, 13h30, sur France Inter. A lundi ! 

27/05/2011

Le PS en conclave ?

 

gerard-collomb.jpgIl faut être un franc-maçon affiché comme Gérard Collomb, le maire de Lyon, pour oser émettre une idée pareille : et si au lieu de primaires le PS organisait un conclave, un vrai, comme à Rome, pour désigner son candidat en 2012 ? Les éléphants du parti seraient bouclés à double tour, rue de Solférino, jusqu’à ce qu’une fumée rose s’échappe de l’immeuble devant les journalistes ébaubis ! Habemus candidatum ! L’Eglise a eu, comme cela, dans son histoire, quelques inventions pas idiotes : comme celle de faire élire le supérieur d’un monastère par tous les moines sans distinction. Un homme, une voix. C’était au moyen âge. Cela s’appelle aujourd'hui le "suffrage universel" !