Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2019

69 % des Français ont tort

journ independ.jpgRetour sur un chiffre cité dans le sondage de "La Croix" sur les médias : "69 % des gens pensent que les journalistes ne sont pas indépendants des partis politiques et du pouvoir". Pourquoi y revenir ? Parce que c’est totalement faux. C’est même risible. En quoi les hommes politiques, de nos jours, peuvent-il faire pression sur des journalistes qui passent leur temps, du reste, à les étriller ? Tous ceux qui connaissent un peu le monde de la presse savent que la question peut se poser, parfois, à propos de telle ou telle entreprise, mais aucunement dans le champ politique. Et 69 % des Français qui se trompent sur un sujet aussi sensible, c’est beaucoup… 

26/01/2019

Les nouvelles ne sont pas bonnes

p-journaux.jpgLes habitués de ce blog connaissent bien le grand sondage annuel de "La Croix" sur les médias. Cette année, j’en retiens 5 chiffres, attention, ça pique… 1) 69 % des gens (!) pensent que les journalistes ne sont pas indépendants des politiques. 2) 67 % des sondés pensent que les médias en ont trop fait sur les "gilets jaunes". 3) 26 % des Français s’informent par Facebook, 17 % seulement par la presse écrite. 4) 23 % des sondés (!) justifient la récente agressivité à l’égard des journalistes. 5) A peine 1 % des 18-24 ans consultent les journaux quand ils doivent approfondir un sujet. Au secours.

25/01/2019

Les journalistes sont des gêneurs

Gilets-jaunes-journalistes.jpgSi vous voulez prendre le pouvoir dans un pays, je vous donne le truc : commencez par déconsidérer les journalistes. A chaque fois qu’ils vous tendent un micro, traitez-les de menteurs. Quand il arrive qu’ils se trompent, faites-en tout un cirque. Répandez sur eux les pires calomnies, dites qu’ils sont aux ordres du patronat, excitez contre eux la haine des gens qui ne lisent jamais un journal. Car les journalistes, aussi imparfaits qu’ils soient, sont les derniers, dans le débat public, à pouvoir dire, le cas échéant, que ce que vous dites n’est pas vrai. Ils sont le principal obstacle à votre conquête du pouvoir : il faut donc les éliminer.

23/01/2019

Une nouvelle arme politique : le mensonge

Le-Pen-Melenchon-Dupont-Aignan.jpgTant que les contre-vérités les plus folles sont diffusées par des internautes totalement incultes, par des officines de désinformation ou par des "gilets jaunes" manipulateurs, on peut encore espérer circonscrire la gravissime épidémie de fake news qui envahit le débat public. Mais quand c’est Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou Nicolas Dupont-Aignan qui expliquent, sans rire, que Macron va céder l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne ou partager le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU les trois mêmes accusant les journalistes, les vrais, d’être des vendus et des menteurs alors il y a vraiment de quoi être très, très pessimiste sur l’avenir.

29/12/2018

"Journalistes collabos !"

medias.jpgLes "gilets jaunes" avaient juré de s’en prendre à la presse : réduits à quelques centaines d’individus, ils ont donc manifesté devant les grands médias parisiens en conspuant les "journalistes collabos" (sic). De reportages en interviews, on a constaté : que la plupart d'entre eux sont incultes, ignorent ce que fut la collaboration, n’ont jamais lu un livre d’histoire et, d’ailleurs, ne lisent jamais un journal ; mais qu'ils sont entraînés par une minorité d’extrémistes qui savent, eux, que les journalistes, malgré tous leurs défauts, sont un pilier de la démocratie, et que c’est en supprimant la liberté de la presse, naguère, que les fascistes et les nazis ont pris le pouvoir. Bon week-end quand même.

24/12/2018

A mort, les journalistes !

gilets jaunes,presse,journalistesSolidarité avec Anne Domy et Audrey Guiraud, les deux journalistes de France 2 Montpellier qui, à leur tour, ont été violemment agressées samedi par des "gilets jaunes" alors qu'elles couvraient un blocage sur l'autoroute A9. Voilà qui confirme, hélas, que ce mouvement à été peu à peu récupéré par des crétins incultes et violents qui, faut-il le souligner, discréditent définitivement leur cause. Casser la figure à des journalistes, c’est comme jeter des pavés sur des pompiers, c’est le summum de la bêtise. Et ce sont ces brutes épaisses, incapables de s’exprimer autrement qu’avec leurs poings, qui veulent restaurer la démocratie dans notre pays ?

26/04/2018

Liberté de la presse : danger !

Reporters-sans-frontières-RSF-890x395_c.jpgLe rapport 2018 de "Reporters sans frontières" sur la liberté de la presse est très inquiétant. Des pays comme les Etats-Unis ou la France, qui en furent le berceau, se retrouvent respectivement à la 45e et à la 33e place sur la liste des pays où les journalistes rencontrent de plus en plus souvent un climat de haine à leur égard. De Donald Trump à Jean-Luc Mélenchon, sans parler des dirigeants tchèques, slovaques ou hongrois, de plus en plus de politiciens occidentaux voudraient ouvertement museler la presse, comme en Chine, en Turquie ou au Venezuela. Attention, les gens, il y a danger ! La démocratie, c'est fragile !

04/03/2018

Les journalistes à la guillotine !

mélenchon-2.jpgMasochisme ou couardise ? La complaisance des médias français envers Jean-Luc Mélenchon est incompréhensible. Alors que le leader de la France Insoumise est dix fois plus méprisant et agressif vis-à-vis d’eux qu’un Laurent Wauquiez ou une Marine Le Pen ! Lisez, par exemple, son blog du 26 février : les journalistes sont tous des lâches, des menteurs, des crétins, des vendus, etc, etc ! La haine de Mélenchon à l’égard du "parti médiatique" (!) semble inextinguible. Or, quand on voit le piteux fiasco du "Média", la petite télé lancée sur le net par ses camarades de la France Insoumise, on attendrait du Grand Inquisiteur de la gauche un peu, un tout petit peu d’humilité…

22/09/2017

La presse dans le collimateur

jean-luc-melenchon-et-emmanuel-macron.jpgA la télé, les propos insultants tenus par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur les journalistes sont présentés comme des provocations désolantes. Or, sachez-le, depuis une vingtaine d’années, la quasi-totalité des dirigeants politiques éprouve un mépris abyssal pour le petit monde journalistique – tout en affichant force sourires et connivence de rigueur. Ce qui est nouveau, c’est que le chef de la majorité et le principal ténor de l’opposition ne se gênent plus pour exprimer publiquement ce mépris. Oubliant que la presse, pour agaçante et imparfaite qu’elle soit, est un pilier de la démocratie. C'est ainsi : vouloir la faire taire, y compris par des insultes, est toujours une faute politique. A bon entendeur...

16/06/2017

Quand la presse crie au loup...

Liberté%20presse.jpgMacron, une menace pour la liberté de la presse ? Les 23 sociétés de journalistes qui ont publié mardi leur communiqué vengeur exagèrent. Les petites crispations apparues entre le nouveau président et les rédactions (le choix des envoyés spéciaux dans les voyages à l’étranger, le coup de téléphone de Bayrou à Radio France) sont insignifiantes par rapport à la réalité de la presse russe, turque, iranienne ou chinoise. Le nouveau chef de l’Etat, fort d’un parlement à ses ordres, sera-t-il tenté demain d’abuser de son pouvoir ? On ne peut l’exclure, bien sûr. Mais ce jour-là, il serait bon que les sociétés de journalistes n’aient pas bêtement gaspillé toutes leurs cartouches pour des broutilles !

21/05/2017

Vous pestez contre "les journalistes" ?

journalist.jpgAmis détracteurs des journalistes, avant de hurler avec les loups, laissez-moi vous dire les quatre étapes que franchit (ou non) une information : d’abord, en général, l’info est révélée par les journalistes de l'AFP (anonymes) dans une dépêche ; celle-ci vient nourrir les articles des journalistes de la presse écrite (peu connus) ; elle est reprise alors en images par les journalistes (plus connus) des chaînes de télé ; puis les commentateurs, animateurs, humoristes et pétomanes divers (souvent célèbres) reprennent ces images en les triturant à leur guise. Voilà. Faut-il vous faire un dessin ? Alors, maintenant, avant d’insulter "les journalistes" à l'aveugle, rappelez-vous mon petit schéma…

20/05/2017

Sélectionner les journalistes ?

presse.jpgLe jeune Emmanuel Macron découvrirait-il la presse ? Il s’énerve – à juste titre – de voir qu’un président français visitant un pays étranger soit traqué pendant toute sa visite pour ses éventuelles "petites phrases" politiciennes par une armée d'envoyés spéciaux qui se fichent complètement du pays qui les accueille. Alors, ne doutant de rien, il a décidé... de choisir lui-même les journalistes qui l’accompagnent ! Ah ben non, monsieur le Président, ça, j’ai peur que ce ne soit pas possible. C’est basique, un chef d’Etat qui sélectionne les bons et les mauvais journalistes, cela s’appelle un dictateur. C’est bien embêtant, je sais, la démocratie est imparfaite, mais c’est ainsi !

15/02/2017

Pourquoi une telle défiance ?

1dupond-moretti.jpgQuelque chose me frappe dans la crise de confiance qui plombe aujourd’hui les politiques et les journalistes : si les premiers ne cessent d’admettre, plus ou moins maladroitement, qu’il leur incombe de se réformer, les seconds font preuve d’une spectaculaire incapacité à se remettre en question. Qu’un Eric Dupond-Moretti ou qu’un Pierre Arditi ose dénoncer en direct "l’hallali" ou "l’acharnement" dont les médias font preuve à l’égard de François Fillon, et c’est, à chaque fois, un tollé d’indignation corporatiste ! Mes excellents confrères ne feraient-ils pas mieux de se demander sérieusement pourquoi 67 % des Français sont convaincus que les journalistes ne disent pas ce qu’ils pensent ?

04/02/2017

Politiques, journalistes, tous pourris ?

penelope.jpgIl ne faut pas être grand clerc pour constater, à trois mois des présidentielles, l’inquiétante dégradation de la confiance des Français envers leur classe politique. Mais il y a pire encore : c’est la dramatique défiance des mêmes Français envers leurs médias ! Je renvoie au terrifiant sondage de La Croix d’hier, qui révèle, par exemple, que 67 % des gens pensent sérieusement que les journalistes sont dépendants du pouvoir politique ! Ce chiffre insensé est parfaitement inexact, bien sûr, mais il est révélateur du malaise qui plombe notre démocratie. Or, à coup sûr, l’affaire Fillon va encore aggraver cette double défiance vis-à-vis des politiques et des médias. Sale temps pour la démocratie.

 

15/09/2016

Des "confidences" stupéfiantes

Confid-Holl.jpgJe reste abasourdi devant le cynisme dont fait preuve François Hollande à la page 54 du livre des journalistes André et Rissouli : "Un journaliste, même un bon journaliste, on peut toujours le guider, l’orienter. Il suffit de lui donner le bon angle, la bonne information, parfois même une information bidon, ça fonctionne !" Je sais les faiblesses du métier de journaliste, et je ne vais pas m’insurger contre le fond du propos. Mais un tel mépris pour les journalistes politiques dans la bouche d’un chef d’Etat, c’est du jamais vu ! Mes confrères le feront-ils remarquer au candidat Hollande lors des interviewes à venir, ou s’écraseront-ils comme des carpettes... au risque de lui donner raison ?

06/09/2016

Le Grand Commentateur de lui-même

Hollande-presse.jpgA force de ne rien voir venir, depuis 2012, on se demandait ce que François Hollande faisait à l’Elysée. Maintenant, on sait. Il recevait des journalistes, à longueur de journées, et commentait avec eux, pendant des heures, son propre quinquennat. Après Conversations privées avec le président d’A. André et K. Rissouli (Albin Michel), on va voir sortir en librairie Un président ne devrait pas dire ça... de G. Davet et F. Lhomme (Stock), puis Ça n’a aucun sens d’E. Freyssenet (Plon), fruits d’une centaine d’entretiens (!!) accordés par Hollande aux auteurs de ces trois ouvrages. Lesquels finiraient par nous faire croire, du reste, que le mandat de François Hollande est déjà terminé - mais n’est-ce pas le cas ?

05/10/2015

Les libertés en recul

Sources.jpgSi la droite était au pouvoir, les socialistes hurleraient ! Seulement voilà, c’est la gauche qui aura réussi à faire voler en éclats, pour des motifs policiers, deux libertés fondamentales : le droit au secret des échanges entre un avocat et ses clients, et le droit au secret des sources des journalistes. Au regard de l’histoire politique de la France, c’est énorme. Depuis deux siècles, chaque gouvernement autoritaire a voulu rogner ces deux libertés, en vain : la coutume républicaine a toujours été plus forte que les lois d’opportunité. On verra ce qu’il en sera cette fois-ci. Et je ne parle pas des restrictions apportées à l'objection de conscience... 

18/12/2014

Voltaire, reviens, ils sont devenus fous !

Zemmour.jpgQue dire d’un pays où le porte-parole du parti au pouvoir demande officiellement l’interdiction d’un journaliste qui ne pense pas comme lui ? Où le premier ministre en personne insulte publiquement les centaines de milliers de lecteurs de ce polémiste ? Où la quasi-totalité des journalistes en place appellent au boycott professionnel de ce confrère qui vend plus de livres qu’eux ? Où une grande chaîne de radio suggère d’interdire un chroniqueur travaillant sur sa principale concurrente ? Où les talk-shows à la télé se transforment peu à peu en procès de Moscou à grand spectacle ? La réponse est évidente : ce pays, c’est la Russie de Poutine, bien sûr ! 

 

01/04/2014

La presse en recul

anne-gravoin.jpgVous avez évidemment noté que Manuel Valls vivait avec la charmante violoniste Anne Gravoin. Ce détail en dit long sur notre société politico-médiatique. Les hommes politiques, qui sortaient et vivaient naguère avec des femmes journalistes (Kouchner, Juppé, Neuwirth, Chalandon, Strauss-Kahn, etc) ont changé de tropisme : ils s’affichent désormais avec des artistes (Valls, Sarkozy, Hollande, Baroin, Montebourg, etc) qui attirent davantage la lumière, aujourd’hui, que mes estimées consœurs. Et qui les détendent davantage, sans aucun doute. Quand on vous dit que le presse va mal...

10/01/2014

Hollande-Gayet : fin de l'hypocrisie ?

 hollande-gayet.jpgComme d’hab, il aura fallu qu’un magazine people (pouah, ouh, caca, vilain) balance l’info que tous les grands journalistes parisiens commentaient entre eux depuis des mois, pour que ceux-ci en fassent un événement politique, au point d'occulter le feuilleton Valls-Dieudonné ! Politique, oui, et à deux titres : 1) Si la vie sexuelle du président Hollande nous indiffère, l’image qu’il donne de la France à l’étranger nous importe… et nous désole ! 2) Va falloir m’expliquer au nom de quoi l’argent de mes impôts finance depuis presque deux ans le secrétariat de Madame Trierweiler…