Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2012

Le presse régionale n'existe pas

 Pulvar.jpgLe journal L’Express est très "parisien". Je le sais, j’y ai travaillé dix ans. Apparemment, cela ne s’arrange pas : dans un grand papier sur l’impact de ces "salauds de journalistes" (sic) sur les électeurs, l’excellente Elise Karlin n’accorde pas un seul paragraphe, pas la moindre ligne, à ce qui se passe au-delà du périphérique ! Quotidiens régionaux et départementaux, hebdos confessionnels ou gratuits, antennes de France 3 et télés privées, éditorialistes et blogueurs locaux, radios associatives et sites d’info sur internet : nuls, inexistants, comptent pour du beurre ! Or, au petit jeu de savoir qui fait et défait les élections, à Auxerre, tiens, par exemple, qui a le plus d’influence, à votre avis : L’Express ou Auxerre-TV ? 

 

26/08/2011

Les JMJ ? Quelles JMJ ?

 

jmj-madrid.jpgIl n’y a pas que Le Monde à avoir complètement raté la couverture de la plus grande manif de l’histoire de l’Espagne, qui était aussi le deuxième plus grand rassemblement de jeunes de l’histoire du monde : les JMJ de Madrid. L’Express n’en a pas dit un mot, ni en amont, ni en aval. Rien. Silence total. Un million et demi de jeunes pleins d’espérance, dans ce monde en crise profonde, cela ne mérite pas même une brève ! Voir sur ce sujet mon livre Pourquoi le pape a mauvaise presse (DDB, 2009). Dont presque tous les journaux ont parlé, à l’époque, sauf deux : Le Monde et L’Express. Une coïncidence, sans doute. 

 

23/10/2010

Même pas mort !

Livr-Epenoux.JPGUn grand merci  au romancier François d’Epenoux qui m’a envoyé son dernier livre, Même pas mort, publié chez Anne Carrière. C’est le récit de la mort brutale et de l’enterrement de son père, Christian d’Epenoux, avec qui j’ai travaillé pendant dix ans dans la fine équipe des "grands reporters" de L’Express dans les années 80. Un bel hommage. Une plume légère, acérée, drôle, émouvante. Jai lu le bouquin d’une traite, entre rires et larmes. Digne fils de son journaliste de père, l’auteur glisse ici ou là des souvenirs précis et poignants, des expressions et des tics qui rendent son sujet "même pas mort". Merci l’ami. Ton père aurait adoré ton livre.