Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2012

Amour, gloire et beauté (suite)

DSK-Anne.jpgAnne aussi est revenue ! Anne, rappelez-vous, la femme de Dominique ! Faisant fi de l’opprobre populaire et de la déontologie journalistique, celle qui rêvait de succéder à Carla dans le rôle de la "première dame de France" a proposé à son ami Alain, qui possède une chaîne de télé, de commenter les résultats de l’élection présidentielle. En toute objectivité, bien sûr. Il paraît qu’Alain pourrait aussi engager ce soir-là deux autres journalistes politiques : la mystérieuse Valérie, de Direct 8, et la piquante Audrey, de France Inter. Mais pas la troublante Béatrice, de France 2 : vous n’y pensez pas, elle est la femme de Jean-Louis, un homme politique de droite !

25/03/2012

C'est pas juste !

cassez.jpgTous les candidats à l’Elysée le disent : on peut tout faire en France, à condition que ce soit dans la justice. Vaste programme. Tiens, au hasard, pourquoi la femme de Borloo a été interdite de politique sur France 2, contrairement à celle de Montebourg ? Pourquoi Michèle Alliot-Marie a été virée du gouvernement à cause de ses liens avec Ben Ali, et pas Frédéric Mitterrand ? Pourquoi Jacques Cheminade a eu ses 500 signatures, et pas Dominique de Villepin ?Pourquoi Dominique Strauss-Kahn est-il revenu libre de New York alors que Florence Cassez croupit toujours dans sa prison du Mexique ? Etc, etc !

12/03/2012

Les contre et les contre

Pulvar.jpgLes médias français, globalement, sont à l’image de la pénible interview de Jean-François Copé chez Laurent Ruquier, samedi soir, sur France 2. Face à Sarkozy ou à son représentant, il y a deux catégories de journalistes : ceux qui sont contre, et ceux qui sont contre. En gros, 50 % d’hostiles à Sarko (comme Natacha Polony) et 50 % de favorables à Hollande (comme Audrey Pulvar). De Canal + à France Inter, de France 2 à France Culture, cela s’appelle le pluralisme. Heureusement qu’il y a la presse écrite. Et, on les oublie souvent, quelques millions d’électeurs…