Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2021

Sécurité : ce qu'on dit, ce qu'on fait...

12317-100246963.jpgEntre ce qui se dit dans les médias et la réalité de la vie des gens, le fossé se creuse dangereusement. Dans le Figaro, pages 2 et 3, Macron explique longuement qu’il faut "lutter contre toute forme d’impunité". En page 4 : la cour d’assise des mineurs de Paris a libéré 8 des 13 voyous encagoulés et armés qui ont tenté de tuer deux policiers à Viry-Châtillon en octobre 2016. Ajoutez, il y a trois jours, la confirmation en cassation de l’incroyable décision des juges de déclarer "irresponsable" le type qui, en avril 2017, a assassiné Sarah Halimi parce qu’elle était juive, et vous constatez qu’entre les mots et les choses, en effet, le fossé est devenu précipice…

01/12/2020

Violence et déontologie...

image flic.jpgDans le flot ininterrompu des images de "violences policières" que les télés passent et repassent du matin au soir, depuis une semaine, il en est une qui n’a pas eu l’air d’intéresser les journalistes, mais qui est peut-être la plus terrible de toutes : un policier à terre qui plie sous les coups répétés des blacks blocs déchaînés contre lui… devant trois types casqués immobiles, imperturbables, qui filment de près (à deux mètres) cette curée insoutenable, attendant sans doute la mort du flic pour boucler leurs vidéos. Ce qui me navre le plus, c’est que ces trois gars-là, probablement, se disent journalistes…

05/09/2020

Ensauvagement, un mot tabou ?

p-20200829-114843-vhdr-on_4903633.jpegSaint-Florentin, charmante bourgade située au cœur de l’Yonne, en Bourgogne. L’autre nuit, à 1h30, les pompiers de la caserne sont appelés pour un feu de container, puis pour un feu de voiture. Surprise : c’est un guet-apens. Une douzaine de "jeunes" portant masques et capuches bondissent sur les pompiers pour les caillasser et les passer à tabac. Castagne, jets de pierres, projectiles divers. Une vingtaine de gendarmes appelés en renfort finissent par dégager les pompiers. Bilan : un pompier blessé, trois voitures brûlées, plusieurs box endommagés. Mais surtout, amis commentateurs, ne parlez pas d’ "ensauvagement", ce serait discriminant…

17/06/2020

Casser du flic, c'est selon ?

infirmiere.jpegParmi les fous furieux qui cherchaient sciemment à casser du flic aux Invalides ce mardi – plombant la manif des personnels soignants qui était de bonne tenue – les vidéos montrent une femme particulièrement excitée qui insulte les policiers en leur jetant pierre sur pierre au visage. Les flics chopent la meuf hystérique et, sans baston, en la vouvoyant, l’emmènent fissa au commissariat. Rien à redire. Sauf que la lanceuse de pavés est… infirmière ! Et hop, changement de discours, voilà les partis de gauche, les chaines d’info et les réseaux sociaux qui repartent sur les violences policières, scandaleuses, disproportionnées, etc. Si j’étais flic, je crois que je serais un peu vénère.

22:21 Publié dans Blog | Tags : manif, police, violences, médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2020

Municipales : non à la violence !

violences.jpgLes violences commises contre des candidats aux municipales sont détestables. Mais ce qui l’est encore davantage, c’est le silence de certains politiques extrémistes qui, par démagogie, considèrent depuis la crise des Gilets jaunes que le "peuple" a le droit, lui, de ne pas respecter la démocratie représentative. C’est oublier que la Révolution française, en décembre 1789, a transformé les 44.000 paroisses du pays en communes reposant toutes, à égalité, sur le même principe électif : aucun candidat aux municipales de janvier-février 1790 n’a été frappé au visage par des crétins encapuchonnés criant "Macron démission !" Tolérer la violence, c’est retourner à la préhistoire.

20/01/2020

Qui approuve les violences ?

buste.jpegA qui veut-on faire croire qu’une majorité de Français approuvent les violences commises par quelques poignées de militants radicaux ? La tentative d’incendie d’un restaurant parisien, le blocage illégal du musée du Louvre, l’intimidation physique d’un syndicat réformiste, l’interruption par trente excités d’une pièce de théâtre et toutes ces atteintes à la loi républicaine ? Il suffit de sortir un peu, de voyager, de discuter, de rencontrer des gens, pour constater que les Français, dans leur immense majorité, sont opposés aux violences factieuses et très attachés à ce que leurs ancêtres leur ont légué de plus cher : la République !

18/09/2019

Sncf : ça va mal finir...

ter.jpgCela va mal finir. Un jour prochain, un contrôleur de la Sncf va se faire écharper dans le TER-Bourgogne entre Châtel-Censoir et Paris, quand il voudra verbaliser un voyageur n'ayant pas de titre de transport… et pour cause, puisque la gare de Châtel-Censoir (Yonne) n’a ni guichet, ni distributeur ! On dirait un sketch de Raymond Devos ! Sachant qu’en Bourgogne, entre 18 et 22 % des habitants n’utilisent pas d’ordinateur, c’est donc 1/5 des habitants de Châtel-Censoir qui risquent d’avoir à payer, à chaque voyage, une amende de 50 euros ! En attendant que la Sncf supprime d’autres guichets sur cette ligne. Je vous dis que cela va mal finir…

10:38 Publié dans Blog | Tags : sncf, ter, internet, violences, yonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/07/2019

Des violences contre la République

permanences.jpgLes violences commises contre les permanences d’élus sont un signe de l’inquiétante désagrégation du sens civique. La République, c’est d’abord le respect de la loi. Si la loi est mauvaise, ou injuste, ou néfaste, on la change. Les élus de la nation sont faits pour cela. La démocratie a été inventée pour éviter la guerre civile. Quand j’entends certains démagogues, à la télé, justifier qu’on viole la loi "parce que la colère du peuple est légitime",  j’ai envie de leur prêter mes livres d’histoire. Non, violer la loi républicaine n’est jamais légitime ! Ou alors, c’est la loi du plus fort qui la remplace, et on sait où cela mène.